• Election partielle à la Cour des Comptes : Votez nul : vous n'avez pas le choix !

    Imprimer


    Election partielle à la Cour des Comptes : on joue à l'affrontement gauche-droite. Certes, l'unité de la droite autour de la candidature de l'udéciste Yves Nidegger imposait un retour de l'Alternative au réflexe unitaire qui, dans les élections majoritaires, lui a assuré jusqu'à présent un durable succès sur ses adversaires. Mais l'unité, cela ne se fait pas n'importe comment, sur n'importe quoi, pour n'importe qui, à n'importe quelles conditions, et en tenant chaque jour un discours contraire de celui tenu la veille. Or c'est précisément à ce piteux exercice que la gauche genevoise vient de se livrer, le chantage des uns, la pusillanimité des autres, les petits calculs des troisièmes s'étant conjugués pour presque faciliter l'élection, un mois avant les législatives fédérales, d'un udéciste à la recherche éperdue d'un mandat lucratif, contre celle d'un juge de gauche à la recherche d'un nouveau poste. Un choix exaltant. Non ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • Sans-papiers : Assez d'hypocrisie !

    Imprimer


    Ils et elles sont au moins 100'000 dans ce pays : ils et elles ont une identité, un passeport, l'écrasante majorité d'entre elles et travaillent, toutes et tous dépensent et paient donc l'impôt indirect sur la consommation, nombre d'entre elles et eux paient même leurs impôts directs, une grande partie de celles et ceux qui travaillent cotisent aux assurances sociales. Ils et elles construisent nos routes et nos maisons, nettoient nos logements et nos bureaux, s'occupent de nos enfants, des personnes âgées, des malades, des animaux, travaillent dans les champs, les hôtels, les restaurants... mais ils résident en Suisse sans autorisation d'y résider et d'y travailler, ni même parfois d'y séjourner. Tout le monde sait qu'ils et elles sont là, qu'ils et elles ne partiront pas, qu'ils et elles accomplissent des tâches indispensables et qu'ils et elles sont et seront d'autant plus nombreux que les politiques d'immigration seront plus restrictives. Ils et elles, ce sont les sans-papiers.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration 1 commentaire
  • Une multinationale suisse au-dessus de tout soupçon : Holcim (Schmidheiny)

    Imprimer

    Si ciment ment..

    En Inde, une multinationale suisse du ciment, Holcim, utilise le travail temporaire en violation de la loi. Après des années de bataille juridique, la justice indienne a confirmé un jugement condamnant Holcim -mais la multinationale s'estime sans doute au-dessus des lois applicables aux communes des mortelles entreprises locales : elle joue la montre et utilise des travailleuses et des travailleurs temporaires payés trois fois moins que leurs collègues fixes -qui ne roulent déjà pas sur l'or, avec des salaires de six francs par jour... En même temps, Holcim soigne son image d'entreprise «responsable», consciente de ses devoirs sociaux, soucieuse de l'environnement, Kyoto, Aalborg, Pacte Mondial, tout ça... A l'appel du syndicat indien des travailleuses et travailleurs temporaires, le SOLIFONDS lance une campagne pour appeler Holcim à faire, précisément, ce qu'elle dit, à assumer ses responsabilités, se soumettre aux décisions de la justice et payer correctement les gens qui travaillent pour elle.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Droits de l'Homme 0 commentaire
  • Election partielle à la cour des comptes :Chercher ses suffrages n'importe où ?

    Imprimer


    Le MCG appelle donc à voter pour le candidat socialiste, René Longet, à l'élection partielle de la Cour des Comptes, en septembre prochain ? Le MCG appelle à voter pour qui il veut, où il veut, comme il veut et pour les raisons ou les déraisons qu'il peut. ça ne regarde que lui, et personne ne peut l'en empêcher. Il soutient bien le référendum de la SPG contre le mercredi scolaire... Mais entendre un parti comme le MCG appeler à voter pour vous, et accepter de figurer, le cas échéant, sur une liste de ce parti, sont deux choses fort différentes. La première est un canular, la deuxième serait un acte politique. Figurer sur la liste d'un autre parti que le sien, c'est passer une alliance avec cet autre parti. Une alliance qui en l'occurrence, déconsidérerait et le candidat socialiste, et son parti (lequel n'a d'ailleurs, ni aucune de ses instances, jamais pris, ni ratifié, ni accepté une décision de ce genre). Il y a des soutiens que l'on ne peut empêcher parce qu'on ne peut empêcher ceux qui vous les donnent de vous les donner. Mais il y a aussi des alliances qui puent. René Longet ne figurera pas sur une liste MCG à la Cour des Comptes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Forfaits fiscaux : une initiative cantonale, après l'initiative fédérale.

    Imprimer


    Pour l'abolition des privilèges...

    Le Parti Socialiste Genevois va lancer une initiative populaire cantonale, parallèle à celle, fédérale, qu'a lancée  « La Gauche » (et que soutient le PS) sur le même sujet et avec le même projet : l'interdiction des  « forfaits fiscaux » . Le PS avait déjà fait cette proposition au Grand Conseil et à l'Assemblée Constituante -mais vu les majorités politiques qui y sévissent, c'était sans espoir. Le peuple étant, à Genève, et sur ces matières, netteement plus à gauche que ses assemblées « représentatives » cantonales, c'est donc directement à lui que les socialistes et La Gauche s'adressent. L'initiative cantonale du PS n'a pas encore été lancée , l'initiative fédérale de  « La Gauche  » est en cours : si vous ne l'avez pas encore fait, signez-là... Et si les socialistes genevois ont encore un peu le sens de l'histoire, on leur suggèrera de choisir le nuit du 4 août pour lancer leur initiative cantonale : c'est la nuit de l'abolition des privilèges...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 5 commentaires
  • Institutions et citoyenneté : les termes d'un débat

    Imprimer

    En marge de la foirade constituante genevoise
    Institutions et citoyenneté : les termes d'un débat


    Nos institutions politiques nous viennent d'un temps qui, s'ils furent de naissance de la démocratie (ou plutôt : d'une certaine forme, tronquée, de démocratie) furent aussi ceux de la contention de la démocratie dans des limites qui ne furent pas fixées par les citoyens (et moins encore par les citoyennes), ou par les peuples, mais par les pouvoirs politiques eux-mêmes. Ces institutions (l'Etat et ses appareils, la nation et ses idéologies) sont d'une démocratie vieillie, partielle, amputée ; d'une démocratie fondée sur la nation par crainte du peuple, sur  le territoire par crainte de l'étranger et sur l'Etat par crainte des citoyens (et plus encore, sans doute, des citoyennes). Ces institutions sont de fermeture. A l'égard des étrangers, d'abord (les droits politiques restent pour l'essentiel le privilège d'un indigénat déterminé par la naissance et le territoire, ou l'octroi à bien plaire de la nationalité par naturalisation -il n'est d'ailleurs pas sans ironie que le même terme signifie l'octroi de la nationalité et la taxidermie des cadavres) ; à l'égard des jeunes et des femmes ensuite ; des marges sociales, culturelles et politiques, enfin. Et des pauvres, surtout, de ces  « classes dangereuses  » que par mille moyens l'on tenait éloignées de l'exercice des droits que l'on proclamait par ailleurs.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • CEVA : Perdre du temps, encore ?

    Imprimer


    Les vingt-deux recours bloquant le début du chantier de la liaison ferroviaire Cornavin-Eaux Vives,Annemasse (CEVA) ont été jugée «irrecevables » et « sans objet » par le Tribunal administratif fédéral, après trois ans de procédure et une année et demie après le « oui » (à plus de 60 %) des Genevoises et des Genevois à ce projet. Ceux qui n'acceptent pas ce vote, et sont près à tout faire pour retarder le début des travaux, peuvent certes encore saisir le Tribunal Fédéral (ils trouveront bien un prétexte, ils en usent de toutes sortes depuis trois ans de procédure), mais il n'est pas du tout évident qu'ils obtiennent ce qu'ils cherchent : non que leur recours soit gagnant, mais seulement qu'il ralentisse le processus de mise en œuvre du projet, et donc sa réalisation, et donc le déferlement sur les beaux quartiers genevois de la racaille d'Annemasse débarquant du train toute animée, forcément, de mauvaises intentions.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • Réforme du financement hospitalier : Vous allez la sentir passer. Trois fois.

    Imprimer

    La réforme du financement hospitalier, imposée aux cantons (et aux hôpitaux publics) par la majorité parlementaire fédérale (de droite, au cas où vous l'auriez oublié) va coûter bonbon aux cantons et aux assurés, et peser lourd sur les conditions de travail du personnel (celui qui n'aura pas été licencié, donc) et les conditions de séjour des patients. Par contre, les assurances, elles, pensent pouvoir s'en tirer sans dommage. Selon les estimations de la Conférence des directeurs cantonaux de la Santé, le nouveau système va coûter un milliard aux cantons, et 500 millions aux assurés de base (parce que les assurances vont répercuter leurs coûts supplémentaires sur les assurés, vous pensiez quoi ? qu'elles allaient les assumer ?), représentant une économie d'autant pour les assurances complémentaires. Qui ne prévoient nullement de répercuter cette économie sur les primes, en les diminuant. On assiste donc à un véritable transfert de charges des assurances facultatives sur l'assurance obligatoire, et sur les caisses publiques cantonales. Qui vont les répercuter sur les budgets des hôpitaux. Qui vont les répercuter sur le personnel. Ce qui se répercutera sur les patients qui paieront une troisième fois une réforme qu'on leur aura déjà fait payer deux fois. comme assurés comme contribuables.

    Lire la suite

  • Election partielle à la Cour des (mé)Comptes : gauche contre gauche

    Imprimer

    Cachez cette politique qu'on ne saurait voir ?

    Election partielle en septembre à la Cour des Comptes, huit mois avant l'élection générale, celle de tous les titulaires et suppléants de la Cour. Il ne s'agissait que de garder au chaud un siège de gauche pendant huit mois, pour revenir, au printemps 2012, avec une liste complète, rassemblant des candidats de toutes les forces de l'Alternative (d'où, forcément, les habituelles simagrées de premiers communiants à l'égard de ces listes unitaires « arrogantes » par lesquelles, lorsqu'elle en présente, l'Alternative se révèle généralement capable de faire passer tous ses candidats). Pour la « partielle » de cet automne, il suffisait de choisir le candidat le mieux à même de battre le candidat de l'Entente. Au lieu de quoi l'Alternative présente deux candidats. Pour un seul poste, donc. Un job sharing ? Non, seulement l'incapacité de se mettre d'accord sur une candidature unique, face à celle d'un vieux briscard de droite. On avait lancé il y a quelques semaines un appel à « sauver l'Entente ». On ne pensait pas être entendus si vite. Ni d'ailleurs entendre, pour justifier la demande de retrait de l'une des deux candidatures de gauche, des arguments aussi consternants, surtout lorsqu'ils sont émis par des militants de gauche, que « cette candidat est trop politique », « faut pas provoquer la droite »...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • FC Servette et Stade de la Praille : De la mendicité des mammouths

    Imprimer

    Les hurlements de joie et les klaxons des supporters bourrés ne s'étaient même pas encore estompés, après le retour du FC Servette en ligue A, que le président dudit FC Servette, et désormais, en plus, exploitant du stade de la Praille, réclamait 2 millions et demi à la Ville et au canton. Sinon, lui, il ne paiera pas pour les investissements  « nécessaires ». Na ! Il ne sait pas que la mendicité est interdite à Genève et que le chantage, c'est une mauvaise manière, Pishar ? Ou alors, en tant que mendiant millionnaire à la légèreté de «mammouth » pour reprendre l'expression de l'éditorialiste du « Matin Dimanche »,  il a acheté une dispense de respect de cette interdiction et une autorisation générale de paître dans les finances publiques ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • La droite genevoise contre la liberté de manifestation

    Imprimer

    Au référendum, et à la manif !

    Le 9 juin, la droite genevoise, toute unie, du PDC au MCG en passant par le PLR et l'UDC, les supposés «  centristes » n'étant pas les moins délirants, a imposé un durcissement de la loi de 2008 sur les manifestations -une loi déjà bureaucratique, suspicieuse et autoritaire, mais qui apparemment ne l'était pas encore assez au goût de la majorité parlementaire cantonale. La nouvelle loi prévoit notamment des amendes jusqu'à 100'000 francs pour toute personne qui organisera une manifestation sans être allé en quémander l'autorisation, ou qui, l'ayant quémandée, ne s'est pas tenu aux conditions qu'elle posait. Elle prévoit également de priver pendant cinq ans de tout droit à organiser une manifestation légale tout organisateur, réel ou supposé, d'une manifestation illégale, ou d'une manifestation légale qui aurait « dérapé ». Des mesures d'une assez rare stupidité, puisqu'elles vont inciter à ne plus organiser de manifestations que sans en demander l'autorisation, ou à ne prendre la responsabilité d'une manifestation légale que si on est assez pauvre pour qu'une amende ne puisse être perçue. Un référendum est envisagé par la gauche. Il est indispensable. Il ne sera pas facile à gagner devant un peuple soumis depuis des années au matraquage médiatique de la droite sécuritaire, mais il s'agit bien là de l'un de ces combats que l'on n'est certain de perdre que si l'on se refuse à les mener. Et qu'on les perde ou les gagne, de l'un de ces combats qui délimite les camps  politiques.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • 14 juin : la longue route de l'égalité

    Imprimer

    Pour les femmes d'en-bas, d'abord !

    Aujourd'hui, 14 juin, à Genève comme dans le reste de la Suisse, on manifestera pour les droits des femmes, et pour l'égalité de leurs droits et de ceux des hommes, cent ans après la première journée internationale des femmes, quarante ans après que les Suisses mâles leur aient princièrement accordé les droits politiques, trente ans après qu'on ait proclamé le principe de l'égalité entre femmes et hommes dans la constitution fédérale, vingt ans après qu'une grève nationale des femmes ait rendu évidente l'insgnifiance d'une proclamation constitutionnelle si elle n'est pas suivie d'actes concrets et volontaristes. Parce que l'égalité progresse lentement, prudemment, avec des arrêts et des retours en arrière, mais pas dans le haut de l'« échelle sociale » :  tout en bas, dans les soutes sociales,  là où des femmes sans droits politiques, sans protection sociale, sans protection contre les violences de leurs employeurs, continuent de travailler pour des salaires de misère. En Iran ? En Arabie Saoudite ? Non : en Suisse, à Genève, dans la rue d'à côté. Tout à l'heure, à 7 heures et demi du matin, il leur sera rendu hommage, par un rassemblement de soutien aux travailleuses domestiques, aux pieds de la statut du sans-papier, à l'angle de la rue Pradier et de la zone piétonne du Mont-Blanc, à la sortie de la galerie souterraine de la gare.
    Programme complet de la journée : www.14juin2011-ge.ch

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • D'une île à l'autre, d'un exil à l'autre : Jumeler Rousseau et Lampedusa ?

    Imprimer

    A Genève (et ailleurs, mais à toute Seigneurie tout honneur), 2012 sera l'« Année Rousseau ». La ville célébrera le citoyen au nez de qui elle avait fermé ses portes, dont elle avait brûlé les livres et qu'elle avait renié, faisant de ce citoyen un perpétuel exilé. Avant que de lui dédier une île. Apparentement terrible : cette paisible île genevoise nous fait aujourd'hui penser à une autre île, qui ne porte pas le nom d'un exilé, mais en accueille des milliers : Lampedusa... Fin avril, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) enregistrait plus de 57'000 ressortissants d'Afrique de l'Ouest ayant fui les violences en Libye. Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), 10 % des migrants fuyant la Libye se sont noyés en tentant de traverser la Méditerranée. Le 1er juin, au moins 150 personnes, fuyant la Libye, se sont noyées après que leur  bateau ait chaviré au large de la côte tunisienne le 1er juin. Et si nous saisissions l'occasion de l'année Rousseau pour jumeler, symboliquement, son île et celle de Lampedusa ? Il en sera ainsi proposé au Conseil Municipal de Genève...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration 0 commentaire
  • 36 % de détenu-e-s en moins à Champ-Dollon : L'obsolescence des geôles et l'obstination des geôliers

    Imprimer

    La nouvelle procédure pénale, entrée en vigueur au début de l'année, a eu un effet boeuf : elle a réduit de 36 % le nombre de détenus à Champ-Dollon, de 44 % au Bois-Mermet, de 38 % en Valais, puisque désormais seuls les délits les plus graves, et les crimes, mènent celles et ceux qui en sont soupçonnés en détention préventive. Et la ministre (socialiste) valaisanne de la Justice, mieux inspirée à ce sujet que dans l'affaire Rappaz, de s'en réjouir: « construire sans cesse de nouvelles prisons n'est pas une solution ».  N'ayant jamais dit autre chose, il ne nous reste qu'à en convaincre les carcéromaniaques genevois, pour qui tant qu'on aura pas prévu une place en prison pour 500 habitants, on ne sera jamais que des dilettantes laxistes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • « Sortie du nucléaire » : La droite s'accroche

    Imprimer

    Aujourd'hui, le Conseil national devait dire qu'il est prêt à suivre le Conseil fédéral dans sa proposition de sortir, à pas lents et comptés, du nucléaire. Les groupes parlementaires avaient fixé leurs positions, ou leur absence de position : la clef du vote, cé'tait le PDC, appelé à la fidélité à son unique Conseillère fédérale, Doris Leuthard, éminente représente du lobby nucléaire jusqu'à Fukushima, partisane depuis de la fermeture progressive et du non-remplacement des centrales nucléaires. 80 % du groupe PDC devait la suivre. Et les 20 % de pro-nucléaires démo-chrétiens devaient s'abstenir, suivant en cela les radicaux-libéraux qui n'ont réussi qu'à donner ce courageux mot d'ordre. La gauche (socialistes et verts) ont voté la sortie, même si elle la souhaitait plus rapide, les Verts libéraux et les bourgeois-démocratiques l'ont votée aussi. Seule l'UDC s'est accorchée aux centrales nucléaires, et, consciente de l'impopularité de sa position, allume depuis des semaines des contre-feux xénophobes pour qu'on parle d'autre chose. Mais les milieux patronaux ne désespèraient pas : ils ont arrosé tous les parlementaires de droite d'un copieux dossier pour les convaincre de voter contre toute fermeture des centrales actuelles. Or la droite est largement majoritaire aux Chambres fédérales. Et après le Conseil national, il faudra encore passer devant lée Conseil des Etats Les jeux ne sont donc pas encore faits, et la porte de sortie pas encore ouverte.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Energie 0 commentaire
  • Police Municipale genevoise : Osons !

    Imprimer

    Depuis des mois se tient à Genève un concours de démagogie sécuritaire, auquel diverses forces politiques, pas forcément toutes de droite ou d'extrême-droite, se livrent sans plus de retenue que de souci de la réalité. Exploitant le sentiment d'insécurité, et le renforçant dans la mesure même où elles l'exploitent, ces forces politiques réussissent à créer une sorte de mouvement perpétuel d'auto-alimentation comparable à ce que les spécialistes des troubles psychiques s'accordent à considérer comme l'un des symptômes de la paranoïa : se nourrissant d'elle-même, elle se conforte par les produits de ses propres hallucinations. S'agissant d'un discours politique, il y entre cependant une part de calcul rationnel : s'il ne s'agit nullement ne contribuer à « résoudre un problème », puisqu'il ne s'agit que d'en exploiter la perception, il s'agit toujours d'en tirer quelque profit électoral.  Sous l'exploitation et l'alimentation des peurs pointe donc la recherche d'un gain politique, mais sans d'ailleurs que ceux qui l'attendent soient prêt-e-s à en assumer les conséquences puisque dans le même temps où ils proposent l'augmentation des effectifs de la police municipale, ils refusent le budget finançant cette augmentations. Et si, face à cette gesticulation hypocrite, nous osions un franc et massif retour au Guet, aux Chasse-Gueux, au pilori, au couvre-feu et aux murailles ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Fédération internationale du foot-pognon (FIFA) : Circulez, y'a rien à voir...

    Imprimer

    foot-pognon.jpgUnique candidat restant à sa propre succession (« un couronnement sans opposant, c'est comme un mandat frauduleux », estimait le président de la fédération anglaise de foot, qui a vainement plaidé pour un report de l'élection), le Suisse Sepp Blatter a donc été réélu pour un quatrième mandat (le dernier, a-t-il promis, juré) à la présidence de la Fédération internationale du foot-pognon, la FIFA, avec un score nord-coréen (186 suffrages sur 203 votants) malgré les accusations de corruption dont cette coupole sportive fait l'objet. Lui s'en est sorti (« il est intouchable car il n'a jamais touché, mais il sait qui a touché », commente un ancien cadre de la FIFA) , pas le Quatari Mohammed Bin Hammam, qui a dû se retirer de la course à la présidence. Les deux candidats avaient fait campagne en promettant de restaurer l'éthique sportive et d'en finir avec la corruption. Personne ne les a cru, l'un des deux a été éjecté de la course, l'autre, dans l'appareil depuis bientôt quarante ans et à sa tête depuis vingt ans comme secrétaire général, puis directeur exécutif puis président,  a été réélu. « C'est une journée formidable pour la FIFA car elle a démontré l'unité de notre famille », a résumé le padrino réélu. Circulez, y'a rien à voir, sport-business as usual.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Sports 0 commentaire
  • Ouverture de la « législature » municipale

    Imprimer

    Bon, ben puisqu'on a voulu y aller...

    Voilà, c'est fait, les magistrats communaux revêtus de leur écharpe d'or et de gueules (sauf ceux de la Ville : problèmes de budget pour acheter du tissu, humilité foncière, souci de ne pas vexer le canton en lui rappelant que les couleurs genevoises sont celles de la ville depuis au moins sept siècles ?) ont prêté hier serment devant les baillis cantonaux de respecter les lois, la constitution et tout et tout... Et lundi, ce sera au tour des conseillers municipaux. En levant la main droite, trois doigts dressés comme au Grütli pour les UDC, poing levé pour les gauchistes, paume ouverte pour les autres. Et ça sera reparti pour une  « législature » municipale. Une  « législature » qui n'en est pas une puisqu'on n'y fait pas de lois, mais qui, pour cette raison même, est la seule à vrai dire qui nous importe, puisqu'elle ne gouverne pas les hommes et les femmes, mais administre les choses, produit des droits, et en fournit les moyens concrets.

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire