jeudi, 12 mai 2011

La Ville de Genève prime Mesemrom : Une petite claque aux mauvaises odeurs

Ce soir (jeudi), à 18 heures, au Grand Théâtre, l'association Mesemrom (www.mesemrom.org) recevra, avec d'autres (Jean Vuilleumier, Sandro Rossetti, Sylvie Arsever, notamment) le prix 2011 de la Ville de Genève. Et ce prix, elle le mérite, cette association. Et que le soutien de la Ville à Mesemrom ainsi proclamé, s'ajoutant à une (modeste) subvention en sus de l'acte symbolique de demain, fasse s'étrangler quelques uns des promoteurs de la chasse aux mendiants ne rend ce soutien que plus utile. Comme une bonne petite claque aux mauvaises odeurs de pogrom doucereux nous venant d'une chasse aux mendiants qui n'a jamais réussi à se faire passer pour autre chose que ce qu'elle est : une chasse aux Rroms.


Jelem, jelem...

Cela fait bientôt mille ans qu'ils sont des nôtres, partis d'Inde pour arriver dans les Balkans au XIIe siècle, puis dans toute l'Europe. Asservis, déportés, pogromisés, exterminés (ils eurent, aux côtés des juifs, leur Shoah), Rroms, Gitans, Manouches  sont toujours là, et sont aujourd'hui, sans être reconnus comme un peuple à part entière puisqu'ils ne revendiquent aucun territoire mais les peuplent tous, les plus Européens de tous les Européens, se proclamant eux-mêmes transnationaux et se jouant des frontières tout en étant la plus importante des « minorités ethniques » de notre sous-continent  : Ils sont de 8 à 12 millions en Europe, ils forment 2,5 % de la population en Bosnie, au moins 6 % en Serbie, 13 % en Macédoine.  Ils sont 1,5 à 3 millions en Roumanie, 700 à 900'000 en Bulgarie, 500 à 650'000 en Hongrie, 300 à 500'000 en Slovaquie, environ 700'000 en Espagne, 400'000 en France, 200'000 en Italie et 50'000 en Suisse, la majorité d'entre eux ayant la nationalité suisse. Ils sont quelques centaines à Genève. Pas plus d'un millier. Dont on voudrait faire un problème, parce que certains d'entre eux se livrent à la mendicité. Une mendicité artisanale, de gagne-petits, à la sortie des supermarchés, ou dans les encoignures des arcades. Pas la mendicité somptueuse des grandes banques qui quémandaient des milliards, ou des clubs sportifs qui quémandent des centaines de milliers de francs, ou des promoteurs de stades qui quémandent des millions.  Pour la Conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf, « les Roms ne représentent pas un problème en Suisse ». Pour les députés vaudois non plus : ils avaient  refusé le 7 octobre dernier un projet de loi radical directement pompé sur la loi «  anti-mendiants » imposée par la droite genevoise. La majorité du Grand Conseil vaudois avait alors estimé, comme Laurent Moutinot à l'époque, qu'il serait indécent de «  criminaliser la pauvreté ». Indécent, oui. Mais pour la droite genevoise, l'indécence était politiquement utile. Elle l'est également devenue depuis lors pour la droite vaudoise, qui a lancé une initiative populaire « contre la mendicité ». Dans toute l'Europe, d'ailleurs, les Rroms font l'objet de démarches de ce type, et en Hongris, un parti d'extrême-droite vient même de gagner les élections en ne menant pratiquement campagne que contre eux. En subventionnant et en récompensant de son action l'association Mesemrom, qui se voue à leur défense face aux épurateurs qui ne les acceptent que mythifiés dans les films de Kusturica, et, à Genève, mobilisent contre les Rroms des policiers qui aimeraient bien faire un travail plus utile que celui d'une inutile « lutte contre la mendicité », la Ville de Genève rame sans doute à rebours des stéréotypes et de leur utilisation électoraliste. A contre-courant, en somme. Mais aller dans le sens du courant, cela n'est guère qu'un destin de poisson mort. Ou de policard démagogue. L'odeur est la même.

14:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rroms, roms, mesemrom | |  Facebook | | | |

Commentaires

Au contraire, Pascal! La Ville de Genève va dans le sens de tous les stéréotypes et de la bien-pensance. Mais qu'attendre d'autre de la gauche caviar? Récompenser Mesemrom, c'est se donner bonne conscience. Et les Genevois sont très forts pour ça!

Écrit par : fédor | jeudi, 12 mai 2011

C'est une honte ... d'utiliser une police de caractère aussi grande ! C'est même illégal !

Écrit par : djinius | jeudi, 12 mai 2011

Cela reste l'éternelle lutte entre les peuples nomades et sédentaires.

Écrit par : Jeffrey | jeudi, 12 mai 2011

Difficile de voir
année après année
la même jeune faire son métier de ses gosses
qu'elle utilise sous vos yeux
pour vous mendier du fric:
et vous vous laissez faire?

hiver, canicule,
elle s'assied sur le béton et vous montre son nouveau-né...
devant la poste...

subsides versées aux Roms
argent de retour touché par les Roms
contribuables payant pour des terrains distribués aux Roms
assistances médicales & autres professionnels médicaux payés par les contribuables, assistant les Roms
Tant d'assistances que je n'ai pour ma part jamais vu pour ce qui nous concerne mais dont mes impôts ont payé leur quôte part depuis des décades tandis qu'aucun médecin n'accepte de nous prendre après départs en retraite de nos référants sauf si nous sommes en privé ce qui explique l'absence de suivi médical & dentaire depuis des années où la sous alimentation ajoutée à la pauvreté de suivi médical font que les racines dentaires etc etc
ce qui ne concerne que le business médical frontalier

pas besoin de parler d'extrême-droite pour faire du buzz
suffit de savoir ce qui se passe pour les frontaliers venant chercher du boulot à Genève
puis se retrouvant licenciés 2 ans plus tard

... entre poisson mort et sujet journalistique foireux ...

Au fait, la Tribune de Genève, c'est pour Genève
et pour vous, Genève c'est pour les frontaliers, c'est ça?

Vous savez, un bon transat chez une copine à Cannes en ce moment, c'est pas mal non plus

Écrit par : graphycs | jeudi, 12 mai 2011

Pascal,
Merci. Au nom de ce que j'ai du PS en moi, et pour toute ton oeuvre, aussi drôle que très utilement grinçante. Tu dois sans doute être le meilleur des gardiens du temple, ce qui est un sacré bel exploit pour tout anar qui se respecte. Chapeau.
Gilles

Écrit par : Gilles T. | jeudi, 12 mai 2011

Les commentaires sont fermés.