mercredi, 27 avril 2011

Après Fukushima, déjà une espèce en voie de disparition : les pronucléaires

Préservez la biodiversité ! Adoptez un nucléocrate !

On ne sait s'il fallait le craindre ou l'espérer, mais on aurait en tout cas dû s'y attendre : la catastrophe de Fukushima a eu un effet dramatique sur une espèce jusqu'alors fort vivante, apparemment douée, sinon de beaucoup de courage, d'au moins d'intelligence, mais une espèce que l'impact de Fukushima sur les opinions publiques semble avoir fait disparaître de la surface visible du globe : les pronucléaires. Oukisont passé, les pronucléaires ? Zont tous muté écolo ? apu de nucléocrates ? Impossible. Mais le manace est là, sur la survie de cette espèce certes nuisible, mais à laquelle, à force, depuis quarante ans, on avait tout de même fini par s'habituer...  Dès lors, luttons pour la survie des espèces en voie de disparition ! Solidarité avec les pronucléaires (s'il en reste) ! Adoptons un nucléocrate !






VignetteNucléaire.jpgPutain, trente ans...


Tchernobyl, il y a un quart de siècle, avait apposé pour un temps une sourdine aux discours des nucléocrates -mais ils s'étaient assez rapidement remis de leurs émotions, et étaient sortis de leur silence en nous expliquant gravement que, bien sûr, Tchernobyl, c'est grave... mais ces crétins de Soviétiques ne savent pas construire une centrale nucléaire comme nou savons le faire, et encore moins en assurer la sécurité comme nous savons l'assurer, leur centrale c'était du bricolage, les nôtres c'est autre chose, la sécurité, nous, on vous la garantit pour quelques millénaires encore. Et voilà qu'une centrale japonaise cède sous la vague d'un tsunami. Une centrale japonaise ! du même pays que nos radios, nos télévisions, nos téléphones portables, nos ordinateurs, nos bagnoles... on sait bien que tous ça, c'est fabriqué en Chine, mais tout de même, c'est souvent conçu au Japon, et le Japonais, contrairement au Soviétique, ça sait concevoir, d'ailleurs on le sait depuis 1905, quand il n'y avait que des Russes pas encore Soviétiques...). Bref, après Tchernobyl et quelques mois de discrétion, la nucléocratie avait repris du poil de la bête. Après Fukushima, apparemment, la déprime paraît plus profonde, puisque même la droite se met, sinon à douter du moins à faire croire qu'elle s'est mise à douter, et qu'elle se rallie à l'hypothèse, autrefois évacuée d'un haussement d'épaules, d'une « sortie du nucléaire ».  Et nous dans tout ça, pendant que se bricole ce consensus de façade ? Verts, socialistes et « gauchistes » ont manifesté ensemble de Neuve au Lac (il semble que même les Verts libéraux étaient de la partie, c'est dire...) mais nous jouons depuis des semaines à « j'étais antinucléaire avant toi, la la lalalèreuh » contre « peut-être bien, mais chuis un antinucléaire plus sérieux que toi, bisque bisque rageuh»... les uns oubliant que s'ils sont aujourd'hui alliés à la gauche, ils viennent d'une culture politique profondément de droite (celle des « lois de la nature » et de « la terre ne ment pas »), et les autres que s'ils ont intégré l'écologie à leur programme, ils viennent d'une tradition philosophique et politique anthropocentrique et prométhéenne, celle du progrès sans limite et de la raison qui tonne en son cratère. Nous sommes alliés, aujourd'hui, en venant d'assez loin les uns des autres... Mais après tout, pourquoi pas ? Politiquement aussi, les alliances, quand elles ne sont pas totalement opportunistes, doivent être exogamiques si l'on tient à éviter qu'elles soient incestueuses.  En attendant que se règle dans les urnes la petite concurrence infantile entre Verts et Roses, que nous reste-t-il à faire pour tenter de briser l'ennuyeux consensus qui est en train de se déployer sous nos yeux pour une « sortie du nucléaire », la droite, le gouvernement et le complexe économico-énergétique veillant à ce qu'elle se fasse le plus tard, ou le plus lentement, possible, le meilleur du possible étant qu'elle ne se fasse pas du tout ? « Il n'est plus possible de construire de nouvelles centrales nucléaires », a soupiré le Conseiller fédéral Schneider-Ammann, en ajoutant cependant qu'il faudra « peut-être trente ans, jusqu'à pouvoir renoncer complètement à l'énergie atomique »... putain, trente ans... largement le temps d'être irradié avant d'être sénile... Nous sommes tout de même, étant encore un peu vivants, un petit peu plus pressés... Qu'on nous trouve vite un nucléocrate encore en étant de s'affirmer comme tel, qu'on le chérisse, qu'on le protège des retournements de vestes pré-électoraux, qu'on le laisse parler, et que l'on cesse de nous faire croire que la « sortie du nucléaire » n'a plus d'adversaire ! Elle en a encore, et de puissants, et de patients, qui n'attendent qu'une chose : que nous nous soyons persuadés avoir gagné, pour revenir, patelins, nous expliquer qu'on n'a pas le choix, que c'est « le nucléaire ou le retour à la bougie » et qu'on ne pourra sortir du nucléaire que quand on aura inventé l'éolienne surrégénératrice, façon Malville labellisé greentech......

14:49 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : fukushima, tchernobyl | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est comique, il y a trois mois aucuns socialos n'aurait osé porter le badge soleil jaune a grand sourire bobet de sa jeusesse (il y a longtemps, dans le années 70-80) de peur de passer pour un ringard attardé, et la soudain... En tout cas les opportunistes ne sont pas en voie de disparition.

Ceci dit, durant les 50 dernières années, combien de morts noyés par rupture de barrage, ou dans les mines de charbon, voir tombant d'une éolienne ;(, et combien par irradiation suite a une explosion de centrale nucléaire ? Je ne connais pas le résultat, mais j'ai une petite idée.

Écrit par : Eastwood | mercredi, 27 avril 2011

Non, il y a de la résistance ... elle s'organise !

Écrit par : Victor Winteregg | mercredi, 27 avril 2011

Les Chinois avaient décidé, bien avant l'incident de la centrale japonaise, d'élaborer un vaste plan de centrales au thorium, pratiquement inoffensives, appelées à constituer l'ensemble de leur parc nucléaire dans les 25 prochaines années..

C'est sans doute là l'avenir. Ni le tout nucléaire à l'uranium à la André Reymond ni les horribles éoliennes ou les très disgracieux panneaux solaires.

Écrit par : André Baldini | mercredi, 27 avril 2011

Chaque civilisation à eu ses dangers sanitaires. La peste, la lèpres... qui ont décimé des milliers de personnes. Les cancers, sida ainsi que l’irradiation (je ne mentionnerai pas la guerre vu qu'elle existe depuis la nuit des temps) sont notre cause de mortalité.
Bonne journée

Écrit par : shada | jeudi, 28 avril 2011

Les commentaires sont fermés.