jeudi, 31 mars 2011

Un projet socialiste : la révolution bourgeoise ?

Prendre le capitalisme à ses mots...

Il n'est pas impossible que les principes les plus fondamentaux d'un projet socialiste aient été, et soient, exprimés par quelques uns des textes par lesquels la bourgeoise a donné les justifications idéologiques de son ordre, les « droits de l'homme », les « droits des femmes », les « droits de l'enfant », les « droits sociaux et politiques »... Relisez-les, ces textes : aucun d'entre eux ne dit autre chose que l'impossibilité de le concrétiser autrement que par un bouleversement complet de l'ordre social et politique, et chacun d'entre eux exprime, pour le moins, une part du vieux projet révolutionnaire de réunification de l'homme réel et de l'homme potentiel, de l'individu et de ses rêves, de la personne et de ses droits. Nous pouvons prendre le capitalisme au piège de son propre discours, en le prenant à ses mots : on l'abolira plus sûrement en concrétisant les droits qu'il fait mine de proclamer qu'en niant la légitimité de ces droits au motif, même vérifié, de l'hypocrisie de ceux qui les proclament.

Lire la suite

14:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mercredi, 30 mars 2011

Les Renifleurs de futurs Suisses résistent

Une étrange alliance s'est nouée au Conseil Municipal de la Ville de Genève, lundi soir, pour maintenir une « commission des naturalisations » que l'on proposait de supprimer, compte tenu de son inutilité, mais à laquelle une majorité de conseillères et de conseillers municipaux de tous bords semble si attachés qu'ils proposent de la sanctuariser. Le vote a transcendé allégrement les clivages politiques : une majorité des groupes « Ensemble à gauche » et socialiste s'est ralliée à l'UDC pour maintenir la commission des « faiseurs de Suisses »  (qui ne peuvent d'ailleurs plus que les renifler, puisque désormais c'est le canton qui « naturalise »), contre une minorité formée de l'Entente, des Verts et de queles élu-e-s socialistes et de solidaritéS. A quoi rime un vote aussi contestable sur le fond qu'étrange dans sa configuration et absurde dans ses effets  ?

Lire la suite

14:30 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : suisse, naturalisations | |  Facebook | | | |

mardi, 29 mars 2011

Elections municipales genevoises et élections fédérales : La droite se met au frai

C'est une belle réussite, que la fusion libérale-radicale, à Genève : les radicaux s'allient au PDC, les libéraux à l'UDC, sans que ni les premiers ni les seconds renoncent à s'allier entre eux, avec pour résultat que plus personne, pas même les alliés, ne comprend plus rien à la stratégie d'alliance de la droite locale. Sinon qu'elle a apparemment fait une croix, funéraire, sur les élections municipales en Ville de Genève et dans les grandes communes, pour se préparer aux élections fédérales et à une grande alliance de toutes les droites pour essayer de piquer l'un des deux sièges sénatoriaux que l'Alternative détient, et y asseoir le postérieur de Christian Lüscher, qui a de toute façon toujours été prêt à toutes les alliances à droite et à l'extrême-droite.  «  A Droite ensemble », c'est l'annonce d'un frai avec n'importe qui, pour pondre n'importe quoi mais sur un siège fédéral.

Lire la suite

13:36 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, plr, udc | |  Facebook | | | |

lundi, 28 mars 2011

Loger les humains ou les légumes ?

Loger les humains ou les légumes ?

A Genève, le taux de vacance des appartements (autrement dit : le taux de logements disponibles) est dix fois inférieur à celui qui serait nécessaire pour seulement équilibrer l'offre et la demande de logements, on construit chaque année 1000 logements de moins qu'il faudrait pour seulement répondre à l'augmentation de la population et maintenir la crise à son niveau actuel, et ce déficit est cumulatif d'une année sur l'autre. Les loyers grimpent (de 60 % en dix ans), les « congés-ventes » réapparaissent, la spéculation immobilière produit des plus-values gigantesques... Quant à la logique du développement régional, elle consiste à exporter la population à la périphérie et à importer les emplois au centre, en multipliant les mouvements pendulaires entre l'une et l'autre -et donc en aggravant la circulation automobile et son cortège de nuisances. Le vote cantonal genevois du 15 mai prochain sur le déclassement de terres agricoles dans la Plaine de l'Aire s'inscrit dans ce contexte de crise du logement et de crise du développement régional : que faire des espaces disponibles, notamment des zones agricoles qui occupent la moitié du territoire genevois ? Y loger les humains, ou les légumes ?

Lire la suite

13:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : logement, cherpines, charrottons | |  Facebook | | | |

vendredi, 25 mars 2011

Voter Maudet ? Inutile et confus...

Après la conclusion, entre socialistes, verts et libéraux,  d'une sorte de « Front Républicain » à Vernier pour tenter de bouter le MCG hors de l'exécutif municipal, et, comme en reflet, ou en caricature, la conclusion d'une alliance, plus bouffonne que scélérate, entre le parti libéral et l'UDC dans la course à l'exécutif de la Ville de Genève, on a commencé à entendre, à gauche, des appels à soutenir le seul candidat de l'Enrtente qui se soit prononcé contre ce frai électoral : Pierre Maudet. Que la position de Pierre Maudet soit sincère ou calculatrice, ou plus vraisemblablement les deux à la fois, il n'en reste pas moins qu'elle est à la fois honorable et intelligente, surtout si on la compare à celle de sa colistière libérale, Florence Kraft-Babel, et de son colistier démo-chrétien, Michel Chevrolet (puisqu'aussi bien la première est à la fois candidate de l'Entente et de l'UDC, et que le second est à la fois candidat d'un parti de l'Entente qui refuse l'alliance avec l'UDC et candidat qui, à titre personnel, passe son temps à dire qu'il la souhaite. Alors, pourquoi ne pas voter Maudet ? Parce que ce serait inutile, et confus.

candidatsAlternative.jpg


Lire la suite

11:56 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élections | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 mars 2011

L'effet Fukushima : 87 % d'antinucléaires en Suisse, vraiment ?

L'effet Fukushima : 87 % d'antinucléaires en Suisse, vraiment ?

Selon un sondage Isopublic publié dimanche dernier, 87 % des Suisse-sses réclameraient l'abandon de l'énergie nucléaire, 77 % à long terme et 10 % tout de suite, 74 % seraient opposés à la construction de nouvelles centrales nucléaires, 62 % demandent l'arrêt immédiat des centrales de Mühleberg et Beznau et 86 % souhaitent que la Confédération soutienne davantage les énergies renouvelables. Faut-il en déduire que les Suisses sont devenus anti-nucléaires ? Non. Car l'« effet Fukushima » a joué, et le petit nuage échappé de la centrale japonaise a irradié l'opinion publique. On verra ce qu'il en restera, de cette peur, lorsqu'il s'agira de prendre réellement des décisions qui coûtent (le soutien aux énergies renouvelables) ou qui pèsent (la réduction de la consommation d'électricité, par exemple). En attendant, ou plutôt sans attendre, la Maire de Genève, Sandrine Salerno, a lancé un appel aux villes de Suisse pour les inciter à agir afin de pousser le pays vers la sortie du nucléaire. Et là aussi, on va bien pouvoir vérifier ce que valent les plus récentes adhésions enregistrées au « principe de précaution »

Lire la suite

13:13 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : suisse, nucléaire, fukushima, décroissance | |  Facebook | | | |

mardi, 22 mars 2011

Audit du centre genevois de détention pour mineurs : Sombre Clairière

Un  personnel en état d'épuisement professionnel et victime de mobbing, un absentéisme quatre fois supérieur à la normale chez les éducateurs, des démissions à la chaîne, une organisation du travail « déficiente », des inégalités de traitement entre membres du personnel, des cahiers des charges inexistants, des agents de sécurité privés sous-payés, ni formés ni soumis au secret de fonction, qui remplacent des éducateurs, des cellules individuelles où sont  « logés » deux détenus (car ne nous y trompons pas : La Clairière est une prison) en violation des normes fédérales et européennes; des détenus qui ne passent pas les huit heures réglementaires hors de leur cellule : cet acte d'accusation est dressé par les experts mandatés par la Commission parlementaire des visiteurs des prisons genevoises, qui se sont penchés sur la situation à la Clairière, centre de détention pour mineurs, où passent 450 adolescents chaque année.


Lire la suite

14:40 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : clairière, prisons | |  Facebook | | | |

lundi, 21 mars 2011

La « communauté internationale » bombarde Kadhafi

Mouammar, t'es plus mon copain !


La Libye est bombardée, depuis les airs et la mer : sur la base d'une résolution (la résolution 1973), adoptée par 10 voix moyennant l'abstention de la Chine, de la Russie, du Brésil, de l'Allemagne et de l'Inde, le Conseil de sécurité a autorisé  les Etats membres « à prendre toutes les mesures nécessaires » afin de « protéger les civils et les zones peuplées de civils sous la menace d'attaques en Jamahiriya arabe libyenne, y compris Benghazi, tout en excluant une occupation par la force ». La résolution n'autorise le recours à la force que pour instaurer une zone d'exclusion aérienne. Rien de plus. Qu'en déduire ? Que la « communauté internationale »  ne veut pas faire « tomber »  Kadhafi ou qu'elle croit pouvoir laisser cette tâche aux insurgés de Benghazi, sauvés de l'écrasement par les avions français et les missiles américains ?



Lire la suite

23:15 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : libye, kadhafi, sarkozy | |  Facebook | | | |

vendredi, 18 mars 2011

Autour de quelques petites angoisses post-électorales : Le MCG, qu'en faire ? ben... rien...

A un débat organisé hier par la  « Tribune de Genève » (des extraits devraient être disponibles sur www.tdg.ch), la question fut posée : le MCG est-il parti pour durer ? Et nous y avons répondu ainsi : Que le MCG en tant que tel, en tant que formation politique, soit ou non parti pour durer n'a pas grande importance. Toutes les formations politiques existantes sont la manifestation contingente, vouée tôt ou tard à disparaître (le Parti du Travail a été pendant dix ans le premier parti de la République...), de courants politiques qui, eux, sont durables, sur le long terme, et de cultures politiques qui, elles, sont séculaires. Le MCG est la manifestation, aujourd'hui, d'un courant politique qui, à Genève, a presque un siècle d'existence presque permanente : c'est l'Union de Défense Economique des années vingt, l'Union Nationale des années trente, Vigilance dès les années soixante, deuxième parti de la République dans les années quatre-vingt. Ce courant n'a eu qu'une éclipse d'une vingtaine d'année, après la deuxième guerre mondiale, parce que ses accointances avec les vaincus de la guerre -le fascisme, le nazisme- l'avaient délégitimé.

Lire la suite

14:25 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, mcg, populisme | |  Facebook | | | |

jeudi, 17 mars 2011

Catastrophe nucléaire de Fukushima : La droite suisse irradiée

On s'attendait à une campagne électorale (pour les élections fédérales) dominée, comme d'hab', par les fantasmes xénophobes et les délires sécuritaires de l'UDC, et puis voilà que la terre a le mauvais goût de trembler au Japon, qu'un tsunami y déferle et que des réacteurs nucléaires décident de vivre leur vie. Et du coup, on contemple avec une certaine incrédulité l'exercice de transformisme auquel est en train de se livrer, irradiée, la droite pronucléaire, convertie en catastrophe (le mot s'impose) au principe de précaution. Et on attend avec impatience la demande de l'UDC de convoquer une session spéciale de l'Assemblée générale en prévision d'une vague de réfugiés japonais déferlant sur la Suisse comme un tsunami migratoire.

Lire la suite

17:14 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fukushima, nucléaire, mühleberg, beznau, atel | |  Facebook | | | |

mercredi, 16 mars 2011

Municipales, deuxième round : La droite genevoise fait le trottoir

Il aurait eu grand tort de se gêner, le MCG : il fait à la droite, Entente et UDC, une proposition d'union générale (disons : d'union nationale, ça fera plus genevois cuvée années trente...) -une proposition à laquelle lui n'a rigoureusement rien à perdre, mais qui plonge le PDC et le PRD dans des affres convulsives du plus bel effet (l'UDC ayant quant à elle sauté sur l'occasion). Une proposition qui a, pour la gauche, le mérite de clarifier doublement les choses : d'abord en situant le MCG, qui se disait « ni de gauche, ni de droite », là où il est réellement. A droite toute. Ensuite, en situant aussi le terrain sur lequel la droite démocratique entend construire sa stratégie électorale : le trottoir. Finalement, la Municipalité de gauche a eu raison d'inhumer Grisélidis au cimetière des Rois : elle fait école. Malgré elle, mais la courtisane peut elle être tenue pour responsable de la médiocrité de ses épigones ?

Lire la suite

13:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

mardi, 15 mars 2011

L'exploitation du Stade de la Praille remise au FC Servette : La plaisanterie continue

Le président du FC Servette, Majid Pishyar, a obtenu de la Fondation du Stade de Genève l'exploitation de ce terrain vague pour 32 ans. En expliquant qu'il en avait besoin pour  «  poursuivre le développement de Servette  ». On aurait plutôt du lui carrément la propriété du stade, à Pishyar, histoire de se débarrasser de ce machin, mais l'hypothèse n'est pas à l'ordre du jour. Le FC Servette a donc obtenu de pouvoir exploiter le stade de la Praille en sachant pertinemment que si cet enclos ne servait qu'à ce pourquoi il a été construit, c'est-à-dire précisément de stade, les maigres 5000 spectateurs qu'il peut espérer en moyenne ne suffiront pas à équilibrer ses comptes (le SFC ne s'est engagé à verser que 900'000 francs par an à la fondation du stade, sous forme de redevance annuelle et de contribution à la couverture des coûts de maintien de l'infrastructure). Les collectivités publiques vont continuer à casquer, quoi qu'en promette le Conseil d'Etat.

Lire la suite

14:43 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

lundi, 14 mars 2011

Elections municipales genevoises, premier round : Plus majoritaire, vraiment, l'Alternative ?

 

bandeauAlternative.jpg

En Ville de Genève, l'Alternative, avec 46 % des suffrages, a perdu, pour deux sièges, la majorité absolue dont elle disposait depuis vingt ans au Conseil Municipal. Mais en face , il n'y a plus grand chose : une Entente réduite à 22 sièges avec 27 % des suffrages (son plus mauvais score historique), une UDC en recul (à 10 % des suffrages) et, avec 13 % des suffrages, un MCG politiquement aussi creux qu'il est bruyant et qui occupera certes onze sièges, mais en les laissant vides lors même que leurs titulaires seront assis dessus. L'Alternative disposait de 42 sièges depuis 2007, elle n'en a plus que 39. Mais l'Entente recule, elle, de sept sièges, et l'UDC en perd un. Le rapport des forces entre la gauche et la droite traditionnelle, dont l'UDC fait désormais partie, est donc encore plus défavorable à la seconde.

Lire la suite

14:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, élections, alternative | |  Facebook | | | |

samedi, 12 mars 2011

Parce qu'il y aura une vie politique, après les élections. Quel qu'en soit le résultat

Gauche anchois, gauche pourchois : le Manifeste

GaucheAnchois.jpg

Lire la suite

19:23 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

vendredi, 11 mars 2011

Avant un débat parlementaire sur la situation en Afrique du Nord : Appel à la raison et à la solidarité

Inquiètes de la possibilité d'un afflux de réfugiés en provenance d'Afrique du nord, les autorités suisses s'accrochent à l'espoir que les règles de l'accord de Dublin (le premier pays européen sur lequel un requérant d'asile pose le pied se charge de la procédure d'asile) vont pouvoir s'appliquer sans problème, vu que la Suisse ne sera que très exceptionnellement ce pays de  «  premier accueil » pour des gens qui traversent la Méditerranée sur des coques de noix. Bref, que l'Italie et Malte se démerdent avec les « boat people » maghrébins. Ce qui est fort bien résumé  par la Saint-galloise Karin Keller-Sutter, présidente de la conférence des directeurs cantonaux de justice et police : « si  possible, les arrivants doivent déjà ètre triés sur place, par exemple à Lampedusa ». Et s'ils avaient le bon goût de se noyer en traversant la Méditerranée, ce serait encore mieux. Le Solifonds, Solidarités sans Frontières, les Juristes démocrates et Culture et Politique lancent donc un appel pour demander une autre politique vis-à-vis de l'Afrique du Nord, plutôt qu'une utilisation pré-électorale et paranoïaque des révoltes populaires qui y ont éclaté. L'appel peut être signé electroniquement sur http://www.solidaritaets-petition.ch/fr.html

Lire la suite

15:18 Publié dans Droits de l'Homme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : immigration | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 mars 2011

Le maldéveloppement genevois : Changer ou étouffer

La région genevoise se développe. Mais n'importe comment, et au prix d'un déséquilibre croissant entre son centre genevois et sa périphérie française : les emplois ici, les logements là. Et des flux de « pendulaires » entre les deux. On prévoyait 200'000 habitants de plus en vingt-cinq ans, on en déjà gagné 65'000 en cinq ans... dont la moitié se sont installés en France faute de logements disponibles à Genève, alors que dans le même temps et le même espace le nombre de places de travail s'est accru de 36'000 (soit en cinq ans le tiers de ce qu'on prévoyait en vingt-cinq ans) -mais essentiellement à Genève, et sans faire reculer le chômage ni à Genève, ni en France voisine. Les déséquilibres régionaux auxquels le projet d'agglomération voulait remédier se sont donc encore accentués, et c'est désormais la question du type de développement économique qui se pose -du type de développement, ou d'une décroissance maîtrisée.

Lire la suite

14:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : région, emploi, logement, transports, frontaliers | |  Facebook | | | |

mercredi, 09 mars 2011

Révision du droit de la nationalité : Die Schzeizermacher, le retour

Les naturalisations « par les urnes » (en vote populaire), refusée par le peuple, ne seront pas réhabilitée; elles n'étaient de toute façon pratiquées que dans neuf cantons et quelques dizaines de communes, toutes alémaniques, avant que le Tribunal fédéral n'y mette fin. Pour autant, l'octroi du passeport suisse continue d'être un thème politique, et à peu près chaque parti de droite et d'extrême-droite y est allé de sa proposition. Il ne manquait que le Conseil fédéral à ce choeur d'armaillis : il vient de s'y mettre. Les « Faiseurs de Suisse » ont encore de beaux jours devant eux.

Lire la suite

15:25 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, naturalisations, nationalité, immigration, xénophobie | |  Facebook | | | |

mardi, 08 mars 2011

8 mars, Journée de LA femme ?

Les mots pour ne pas le dire

« Fête du travail » le 1er Mai au lieu de  « Fête des travailleurs » , Journée internationale de LA femme le 8 mars au lieu de Journée internationale des femmes : les mots ont un sens. Ce ne sont pas les travailleurs que fêtent ceux qui parlent de  « fête du travail », ce ne sont pas aux femmes qu'est dédié le 8 mars par ceux (et celles...) qui en font la  « journée de la femme » (même la Mairie de Genève s'y met, à cette réduction rhétorique d'une journée dédiée aux femmes réelles en une journée accordée à « la »  femme, à la « femme en soi », à la femme abstraite... Le 8 mars, les sociétés démocratiques, développées et bien-pensantes mettent LA femme sur un piédestal. LA femme, pas les femmes. On statufie pour ne plus être encombré, en somme. Le pas suivant mènera sans doute de la Journée de « la femme » à une  journée de la « féminité » définie par les hommes comme l'on est passé de la fête des travailleurs à la fête du travail défini par les patrons.

Lire la suite

13:38 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : féminisme | |  Facebook | | | |

lundi, 07 mars 2011

Consensus sécuritaire à Genève ?

Gesticulations de droite, appendice de gauche

« Tous les partis misent sur l'ordre et la sécurité », titre  « La Tribune de Genève » du 5 mars, avant que de commenter les résultats de l'analyse « Smartvote » des positions des candidates et candidats au Conseil Municipal de la Ville : plus de 96 % d'entre eux plebiscitent la proposition d'augmenter les effectifs de la police municipale. On est bien contents d'être dans les moins de 4 % de réfractaires. Même si la  « Tribune » ajoute que  « tout candidat doit aborder (les thèmes de l'ordre et de la sécurité s'il eut avoir une chance d'être élu » (à supposer qu'il cherche à tout prix à l'être). Mais « aborder les thèmes de l'ordre et de la sécurité » ne préjuge en rien de la méthode de l'abordage. Celle dont use abondamment la droite municipale relève en tout cas de la pure gesticulation, quand elle exige le renforcement des effectifs, des moyens et de l'équipement de la police municipale, mais refuse de voter le budget qui permettrait ce renforcement, l'engagement de policiers supplémentaires et l'amélioration des conditions salariales et sociales des policiers déjà en fonction.

Lire la suite

13:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, police, sécurité | |  Facebook | | | |

vendredi, 04 mars 2011

Election du Conseil Municipal de la Ville de Genève : Qu'y Faire ?

Alexandre Wisard, Gérard Deshusses, Vera Figurek, Alexandra Rhys sont, de l'avis de leurs collègues du Conseil municipal, les quatre meilleur-e-s conseillères municipales et conseillers municipaux de la Ville de Genève, dans un classement, par elles et eux-mêmes, des 80 membres dudit Conseil . Le Conseil Municipal, qu'y faire ? Les quatre lauréat-e-s du classement de la « Tribune » qui sont quatre excellent-e-s conseiller-e-s municipaux-pales (dont trois de l'Alternative), le savent, et prouvent qu'ils le savent. L'auteur de ces lignes est bien plus incertain, s'agissant de sa propre présence en ce cénacle et des raisons, des motivations, qui peuvent l'avoir poussé à solliciter ce mandat politique...

D'où viens-je, où vais-je, où cours-je ?


C'est la question qui ne devrait pas se poser en pleine campagne électorale, mais c'est la question que l'on se posera ici sur le rôle que l'on peut avoir, l'utilité que l'on croit avoir, en siégeant dans un parlement (en l'occurrence, un Conseil Municipal) : qu'y faire ? Certes, la fonction a quelques petits avantages, ouvre à quelques petites prébendes, quelques menus privilèges et quelques milliers de francs annuels de jetons de présence. Et si la majorité des membres de ce parlement  (un Conseil municipal en est un, s'il n'est pas un législatif) nous sont parfaitement indifférents, et quelques uns franchement insupportables, on regrettera tout de même de ne plus siéger avec quelques autres, dont l'avis, les prises de position, le travail vous importent, et dont parfois la personne même vous est devenue chère... mais enfin ce parlement n'est tout de même pas qu'un club de rencontre, ni le dernier salon où l'on cause (on y cause d'ailleurs assez mal), c'est un lieu de débat et de décisions politiques... qui valent ce qu'elles valent, qui sont prises au terme de débats qui eux aussi valent ce qu'ils valent (ou plutot ce que valent celles et ceux qui y prennent part), mais qui engagent des moyens parfois considérables, portent sur des choix parfois importants, ont des conséquences non négligeables sur les habitantes et les habitants de la Ville. Le Conseil Municipal, qu'y faire ? On aura raison de nous reprocher d'avoir un peu tardé à nous poser la question, et en somme, d'avoir présenté notre candidature avant de savoir précisément pourquoi. Après tout, personne ne nous a obligé à être candidat. Ni à faire campagne, et encore moins à aller draguer l'électeur ou l'électrice (dans un système électoral à la proportionnelle des listes, vos campagnes personnelles sont d'ailleurs toujours des campagnes destinées à vous faire passer devant vos colistiers et colistières). Il est vrai aussi que personne ne nous oblige à accepter notre élection. Les sanglots lourds des élus municipaux épuisés par leur charge sont donc à prendre... disons avec un maximum de scepticisme : toutes et tous sont volontaires. Et presque toutes et tous souhaitent leur élection,  -les autres se contentant d'attendre (impatiemment s'ils regrettent de ne pas avoir été élus ou paisiblement si l'exercice de la candidature leur suffit) dans le fond du stock des  « viennent-ensuite  », que vienne leur tour de poser leur séant sur les très inconfortables sièges de la salle de l'Hôtel-de-Ville.  Le Conseil Municipal, qu'y faire ? Mais de la politique. Et de la seule qui vaille : non celle qui pond des lois, mais celle qui concrétise des droits -c'est d'ailleurs ce qui fait toute la différence entre la Commune et l'Etat, tout ce qui légitime la première face au second, surtout lorsque la première est de gauche et le second colonisé par la droite. Et c'est donc tout ce qui fait l'importance du choix électoral municipal, le 13 mars prochain, puis un mois après. Mais avant que d'être un choix entre des individus, ce choix est un choix entre des politiques. Il faut certes à ces politiques des hommes et des femmes pour les porter, et mieux vaut qu'elles et ils soient de la trempe des quatre  « lauréats » du classement de la  « Tribune »  mais après tout, que nous soyons ou non du nombre des élus importe moins que ce nombre, à gauche et à droite. L'élection se joue à la proportionnelle : le système électoral le veut ainsi et, pour une fois, il a raison : on choisira le 13 mars de poursuivre une politique (celle de l'Alternative) ou de l'abandonner, mais on ne pourra l'abandonner pour aucune autre qui vaille puisqu'il n'y a pas d'alternative à l'Alternative, pas de majorité parlementaire, ni de droite, ni d'extrême-droite qui, en Ville de Genève, pourrait se substituer à celle que forment, si malaisément que ce puisse être parfois, les socialistes, les Verts et  « A Gauche Ensemble  ».

15:24 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, politique, holenweg | |  Facebook | | | |