• Fonds de tiroir

    Imprimer

    Oskar Freysinger s'est donc déplacé à Paris pour agrémenter de sa présence un raoût rouge-brun (des « Assises sur l'islamisation de l'Europe ») tenues à l'initiative du « Bloc Identitaire » (là, on est franchement dans l'extrême-droite) et de « Riposte Laïque » (un machin qui vient de l'extrême-gauche et qui a viré de bord en réduisant sa voilure « laïque » à la seule toile islamophobe). Les deux tribus s'étaient déjà intelligemment manifestées en organisant un « apéro saucisson-pinard » (pur porc, le saucisson, évidemment) à la Goutte d'Or. On fait mumuse comme on peut : les uns prient, les autres bâfrent, tant que les uns et les autres nous foutent la paix et se contentent de se foutre sur la gueule entre eux, tout baigne). Bref, le Génie des Alpages est tout à fait à sa place dans ce brouet néanderthalien (le « Bloc Identitaire » s'était déjà illustré en invitant l'un de nos plus mirifiques produits du terroir, le Conseiller national UDC jurassien Dominique Baettig). On pourrait même suggérer qu'il y reste, dans le marigot identitaire gaulois, le Génie des Alpages, mais  « Infrarouge »  et « Genève à Chaud » se sentiraient orphelins, et on est compatissants.

    On retrouve en triant de vieux papiers un intéressant (si, si, y'en a) article de la «Tribune de Genève », du 11 janvier 2010, qui fait le point sur les contributions des communes genevoises à l'aide au développement, telles que budgetées,. Où l'on constate que la majorité des communes n'atteint pas l'objectif de 0,7 % de leur revenu, pas plus d'ailleurs que le canton, qui en 2009 se traînait au tiers (0,25 %) de cet objectif. La Ville de Genève, siège d'une palanquée d'organisations gouvernmentales et non-gouvernementales de coopération au développement, se contentait elle-même d'un modeste 0,47 %, à peine mieux que la Confédération (0,42 %). Mais bon, pour la Ville de Genève, ces 0,47 %, c'est sans compter le prix des leçons qu'elle donne aux autres. En attendant, on félicitera, avec un an de retard et en attendant d'avoir les chiffres pour 2011, les 21 communes (y compris des communes solidement à droite) qui atteignent l'objectif de 0,7 %. Quand à celles qui se traînaient en-deçà de cet objectif, on espère qu'elles auront rattrapé leur retard. En particulier les deux principales communes du canton, toutes deux à gauche, la Ville de Genève et Vernier... même si près de la moitié des contributions totales des communes genevoises à l'aide au développement vient de la Ville de Genève.

    Le Conseil d'Etat a annoncé que les communes genevoises ont présenté aux comptes 2009 un total cumulé d'excédent de revenus de 274,628 millions de francs. La Ville de Genève présente un excédent de revenus de 161,423 millions de francs. Sans tenir compte des résultats de la Ville de Genève, les communes de Lancy, Meyrin, Plan-les-Ouates et Carouge totalisent environ 50% de l'excédent de revenus 2009. On constate également que l'excédent de revenus 2009 des villes, Genève comprise, s'établit à 220 millions de francs. La fortune nette des communes s'est accrue de 9,9% en 2009, pour atteindre un total de 3,049 milliards de francs. On comprend mieux dès lors les lourds regards d'envie que ne cesse de jeter le canton sur les communes en général, et la Ville en particulier...

    Christophe Blocher propose d'instituer des test de langues pour les candidats à l'immigration en Suisse, seul-e-s celles et ceux qui maîtrisent une langue nationale pouvant obtenir un permis de séjour. Ce qui prouve bien que, finalement, il est pas raciste, le Pithécanthrope. Parce que si sa proposition était retenue, les managers américains blancs et chrétiens ne parlant pas un mot de français, d'allemand, d'italien ou de romanche, c'est-à-dire la quasi totalité de l'espèce, ne pourraient plus venir manger les hamburgers des Suisses. En revanche, 50 millions d'Africains francophones (dont un bon tiers d'Algériens)  pourront les remplacer... Azul, Christophe !

    Le 9 octobre dernier, sur un terrain de foot, à Colovray, dans la région de Nyon, un match sans enjeu opposait deux équipes de juniors E (8-11 ans). Sur le terrain, le match s'est bien déroulé. Ensuite... ensuite, le père d'un joueur a agressé, frappé puis menacé de mort l'entraîneur de l'équipe nyonnaise, lui reprochant d'avoir aligné son gniard en défense alors que lui, le pater familias, le voulait en attaque. Ce sont les joueurs qui avaient de 8 à 11 ans. L'âge mental du père n'est pas précisé. Ce qui est précisé, en revanche, c'est la contagion de la connerie sportive, des enfants aux parents.

    Le canton veut urbaniser Cointrin -qui l'est d'ailleurs déjà assez largement- en déclassant un secteur de villas en zone 3 de développement, permettant la construction d'immeubles de sept étages, dans un quartier assez proche du centre de la ville, et assez bien desservi par les transports publics. Mais la commune, et certains propriétaires renâclent. Ils auraient tort de s'affoler : c'est Mark Muller qui est chargé du dossier. S'il avance à l'allure de celui des Communaux d'Ambilly, les pèropriétaires de villas et la commune ont le temps de voir venir. Largement le temps.

    « Les terrains du PAV (Praille-Acacias-Vernets seront les terrains de la nouvelle Ville de Genève », nous annonce (dans « Affaires Publiques » de décembre) le candidat PDC-UDC des milieux immobiliers, de la famille régnante kazakhe et des amateurs de pince-fesses et de petits fours. Ouais. Sauf que ces terrains sont essentiellement sur le territoire de la Ville de Carouge. Après tout, pourquoi pas ? On annexe Carouge et Lancy (et tant qu'à faire, le Grand Saconnex, Veyrier, Collonge-Bellerive et Pregny-Chambésy en prime, et on l'a, la « nouvelle Ville de Genève » de Chevrolet... en gros, c'est le canton.

    Lien permanent Catégories : De tout un peu 2 commentaires
  • De la commune à la communauté urbaine

    Imprimer

    2011 : Plus loin que les Municipales

    2011, à Genève, sera l'année des élections municipales. Les enjeux de ces élections sont clairs : ils portent sur la constitution de majorités dans les Conseils et les exécutifs municipaux -et, pour la gauche, le maintien, voire le renforcement, des majorités dont elles dispose parfois, et si possible la constitution de majorités nouvelles là où cet objectif est atteignable. Mais derrière cet enjeu politique local, ou plus haut que lui, ces élections ont un enjeu régional : Nous avons à Genève à résoudre deux contradictions : celle, fondamentale, entre les compétences politiques réelles de la commune et le rôle qu'on attend d'elle, et celle, fonctionnelle entre la Ville politique et la ville physique -et aucune de ces deux contradictions ne sera résolue par l'un ou l'autre des bricolages institutionnels proposés (par exemple à la Constituante) par de brillants esprits plus intéressés au dépeçage de la Ville et au maintien d'une tutelle étroite sur tout es les communes, qu'à l'invention d'un nouvel espace politique démocratique.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Petit concours pré-électoral de xénophobie très ordinaire

    Imprimer

    La droite suisse vidange avant Noël

    A quelques jours d'intervalles, l'UDC d'abord (à tout seigneur et en cette matière, tout douteux honneur), le PRD ensuite, ne faisant d'ailleurs que ce qu'il fait depuis bientôt dix ans -courir derrière son concurrent de droite et s'accrocher à son maillot pour tenter de ne pas être distancé par lui, se sont lancés pour leur petit Noël dans le concours pré-électoral de xénophobie ordinaire, inauguré par l'adoption de l'initiative udéciste sur le  «  renvoi des criminels étrangers » . L'UDC propose d'instituer des examens de maîtrise d'une langue nationale (du moins suppose-t-on qu'il s'agit d' « une » des langues nationales, mais le doute s'installe, Christoph Blocher n'ayant évoqué que « notre langue » -ne s'agirait-il que du züritütsch ?) préalable à l'octroi d'une autorisation de séjour aux étrangers non ressortissants de l'Union Européenne. Accroché aux basques de l'UDC, le PRD a certes ajouté sa petite louche à cet épandage, mais c'est bien dans la même fosse septique que tous ces vidangeurs puisent leur engrais électoral

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 2 commentaires
  • Le petit cadeau de Noël du Parlement fédéral à 17'000 rentiers AI

    Imprimer


    Au turbin, les invalides !


    C'est le petit cadeau de Noël du Parlement fédéral : la suppression en six ans (2012-1018) de l'équivalent de 12'500 rentes invalidité pleines. Objectif :  « faire des économies » (de 231 millions de francs par an en moyenne). Argutie :  « faciliter la réinsertion et la réadaptation professionnelles »  des invalides. En clair, les remettre au turbin. Mais comme dans le même temps, on refuse d'introduire des quotas obligatoires d'engagement des personnes handicapées dans les entreprises, on laisse celles-ci libres d'engager ou non les 17'000 personnes qu'on va priver de leurs rentes. Et c'est finalement à l'assistance publique qu'on va demander de se charger des personnes dont on aura purgé l'assurance sociale. -mais peu importe aux charitables auteurs de cette décision : eux, et leur Conseiller fédéral (Burkhalter) en premier, sont obsédés par une seule chose : le  «déficit structurel» de l'assurance-invalidité. Déficit qu'on réduira donc en aggravant celui de l'assistance sociale -mais comme celle-ci est à la charge des cantons et des communes, ça ne se verra pas dans un budget fédéral. Joyeux Noël !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 1 commentaire
  • Financement de la politique culturelle genevoise :La Ville raque, le canton glande

    Imprimer

    Aujourd'hui, une semaine après celui de la Commune, le parlement de la République se plonge dans les délices de l'examen du budget. Il y passera sans doute moins de temps, même si l'extrême-droite menace de parasiter le débat en s'accrochant au micro et en multipliant les amendements (comme le fit d'ailleurs la droite traditionnelle municipale, en sachant pertinemment l'inutilité de l'exercice puisqu'il était établi que le budget de la Municipalité de gauche serait voté par la majorité de gauche...). La préparation du projet de budget cantonal, en commission, a été marquée par une offensive de la droite, refusant, dans au moins trois domaines sensibles et prioritaires (l'hôpital, la mobilité et la culture) les modestes efforts supplémentaires proposés par le gouvernement. S'agissant de la culture, ce refus initial de la droite d'accorder deux misérables millions de plus (dont 900'000 francs afin de créer la Fondation romande pour le cinéma) illustre on ne peut mieux, et on ne peut plus clairement, la vacuité, ou l'hypocrisie, ou les deux à la fois, du discours tenu par la droite sur la nécessité d'un « plus fort engagement du canton », aux côtés de la Ville. Ou face à elle. Qui a encore accru son effort budgétaire en faveur de la culture, quand le canton mégote sur le sien.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Berlusconi, ahimè !

    Imprimer

    Silvio Berlusconi reste chef du gouvernement italien. De justesse, et après avoir acheté, au sens le plus crapuleux du terme, les quelques députés d'opposition qu'il lui fallait. Mais si Berlu reste, c'est aussi faute d'alternative. Il y a certes une opposition politique en Italie, mais quelle alternative politique à Pinocchio ? La gauche ? celle qui veut rester telle et ne s'est pas « repositionnée au centre », c'est-à-dire nulle part, s'est révélée incapable d'unité, sans programme, sans direction -et accessoirement sans « leader ». La droite ? Qu'un Gianfranco Fini, venu des tréfonds du néo-facisme, soit aujourd'hui le seul qui puisse représenter une « solution de rechange » à Berlusconi dit bien en quelle situation se retrouve l'Italie.  Comme souvent, l'Italie a été initiatrice, précurseure*. Elle le fut souvent pour le meilleur, il lui est aussi arrivé de l'être pour le pire : le fascisme est de son invention. Et donc, la berlusconnerie aussi. Mais être initiatrice et précurseure n'implique nullement un monopole : l'Italie a inventé Berlusconi, mais il y a désormais des Berlusconi un peu partout.


    *Les vieux codificateurs machistes de la langue française ne pouvant concevoir qu'une femme pût être « précurseur », ils ont décidé que cet adjectif ne pouvait être que masculin. « Précurseure » n'est donc pas français de leur français ? Tant pis pour eux.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • La Ville a un budget ? Le Conseil d'Etat a un problème...

    Imprimer

    Dans l'attente du rôt du Bailli

    Après s'être offert le plaisir, légèrement pervers avant que de tourner lourdement en farce, d'un bon samedi de gesticulations sécuritaires, le Conseil Municipal de la Ville a finalement voté le budget de la Municipalité. Et l'a voté en respectant la logique de sa configuration politique, chacun jouant son rôle, la gauche donnant à la Municipalité de gauche les moyens de mener une politique de gauche, la droite les lui refusant, et refusant même tout moyen financier à ses propres propositions, ce qui réduit celles-ci à une vaine gesticulation.  Une brève escapade dans le psychodrame, suivie d'une bonne thérapie de groupe, et tout est rentré dans l'ordre, que demande le peuple ? Sans doute, des Conseillers municipaux qui fassent le travail pour lequel ils ont été élus (ou ont remplacé ceux qui avaient été élus et ont démissionné), et pour lequel ils ont été convoqués en séances trois jours durant. Et maintenant ? Maintenant, on attend le rôt du Bailli, qui menace d'invalider le budget municipal, parce qu'il maintient une ligne de dix millions pour l'aide aux rentiers AVS, aide que le Bailli a en travers de la gorge parce qu'elle révèle l'insuffisance de sa propre politique sociale.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Aide sociale : Monopole cantonal et constat d'échec

    Imprimer

    Depuis des années, contre la volonté du canton, c'est-à-dire de sa majorité politique de droite, la Ville de Genève, c'est-à-dire sa majorité politique de gauche, verse une modeste  allocation mensuelle (185 francs par personne pour les célibataires, 165 francs pour les personnes en couple) à 4750 habitantes et habitants de la commune, bénéficiaires des allocations complémentaires à l'AVS, mais se trouvant encore dans une situation matérielle trop difficile pour être acceptable socialement. Mais que le Bailli cantonal persiste, lui, à trouver normale, puisqu'il prétend interdire à la Ville de l'améliorer si peu que ce soit. Et le voilà donc, notre Bailli cantonal, qui nous baille des décisions de justice qu'il interprète à sa guise pour menacer la Ville d'invalider son budget si celui-ci contenait toujours une ligne de 10 millions de francs destinée à financer l'aide municipale que le canton voudrait abolir.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires
  • Comment apprêter une couleuvre (recette de cuisine politique)

    Imprimer

    On cherchait, après une soirée calamiteuse au Conseil Municipal de la Ville, et pour se prémunir contre une nuit du même tonneau, une bonne recette pour apprêter les couleuvres. On a trouvé une. On ne sait pas ce qu'elle vaut, mais on va l'essayer. On verra bien. Or donc :

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Aujourd'hui, vendredi 10 décembre, « Journée sans TPG »

    Imprimer

    Boycotter une politique, pas sa victime
    A l'appel de la Jeunesse Socialiste -appel qu'on se fait évidemment un plaisir de relayer-, une  « journée sans TPG » est organisée ce vendredi. Evidemment, pour nous, ce sera surtout une  « journée sans tarifs TPG », mais l'intention reste la même : protester contre une politique qui persiste à ne considérer les transports publics que comme un mode d'appoint à l'automobile individuelle, alors que les priorités devraient être inversées, de telle manière que ce soit le transport automobile individuel qui soit l'appoint des transports publics, pour les personnes dont les horaires ou les trajets ne sont pas, ou sont insuffisemment, « couverts » par eux ou qui ne peuvent que difficilement en user, pour des raisons liées par exemple à un handicap. Bref, en appelant à une  «  Journée sans TPG », c'est bien à un boycott qu'on appelle -mais à celui d'une politique dont les augmentations de tarifs des TPG, même repoussées d'une année, ne sont que la matérialisation, qui légitime et renforce la revendication de la gratuité, comme celle de la priorité à accorder, enfin, aux transports publics.

    gratuiteTPG.jpg


    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Transports 1 commentaire
  • Budgets de la Ville et du canton : Couleuvres au menu

    Imprimer

    Vendredi, samedi, et peut-être encore mardi, le Conseil municipal de la Ville va se pencher, avec toute l'attention qu'il mérite, et quelques lourdes arrière-pensées suscitées par la proximité des élections municipales, sur le budget de la Commune de Genève (le canton se livrera au même exercice pour le budget de la République, une semaine plus tard). Avec, pour la gauche, quelques couleuvres bien dodues à avaler, tant au Grand Conseil qu'au Conseil Municipal. Mais des couleuvres qu'en Ville, elle se sert elle-même, et qu'elle pourrait fort bien se passer d'ingurgiter puisque, majoritaire, elle n'a aucun besoin de la droite pour faire passer le budget de sa Municipalité et que de toute façon la droite ne votera pas le budget. Le budget de la Ville de Genève, c'est plus de 1,1 milliard de francs de revenus. Pour une municipalité de moins de 200'000 habitants, c'est plus que le budget de dizaines d'Etats membres de l'ONU. Ce budget municipal pour 2011 sera équilibré (la loi, d'ailleurs, l'y oblige), contrairement à celui du canton, mais cet équilibre est fragile : il n'est pas seulement à la merci de la « conjoncture », il l'est aussi à celle des choix politiques, et, s'agissant d'un budget municipal, et du budget de cette municipalité-là, des choix politiques cantonaux -ceux d'une majorité qui a depuis vingt ans la Ville de Genève dans le colimateur.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • Initiative socialiste contre la violence des armes : L'adieu aux armes, pas aux larmes

    Imprimer

    armalamaison.jpgLe 13 février prochain, l'initiative socialiste « pour la protection face à la violence des armes », lancée en 2007, sera soumise au vote populaire, entre autres objets (dont à Genève une amnistie fiscale assez crapuleuse). Le parlement et le Conseil fédéral appellent à rejeter l'initiative du PS, qui vise à interdire la détention d'armes militaires (ainsi que de toute arme automatique et de fusils à pompe) à la maison, à restreindre le droit de port d'arme et à créer un registre national des armes à feu. La droite avait tiré à rafales, et se prépare à rouvrir le feu, contre un texte qui s'attaque à deux bovins sacrés : le mythe du citoyen-soldat et le « tir sportif ». Que les mesures proposées par l'initiative permettraient d'éviter nombre de tueries, domestiques ou non, opérées par des frapadingues à l'aide de leur arme militaire, peu chaut à la droite : ses pulsions sécuritaires s'arrêtent devant l'armoire où le mâle helvétique a rangé son flingue, son livret de soldat et son fouet de Hornuss. Quant à la nouvelle Conseillère fédérale socialiste, elle a commencé à faire le boulot que la droite attendait d'elle en l'élisant : elle a appelé à repousser l'initiative socialiste qu'en tant que parlementaire elle avait soutenu.  « Il faut se plier à l'exercice », soupire Christian Levrat.  « En tant que parti minoritaire, nous avons l'habitude », soupire en écho Maria Roth-Bernasconi. Quelqu'un pourrait-il essayer d'expliquer à nos camarades que mêmes les mauvaises habitudes peuvent se perdre, et qu'à force de se plier, on se courbe ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 8 commentaires
  • Grand Théâtre : De l'« autonomie » comme camouflage

    Imprimer

    La droite traditionnelle de la Ville de Genève (libéraux, radicaux, démo-chrétiens) a trouvé une porte ouverte à enfoncer : le statut du Grand Théâtre. Qu'elle fait mine de vouloir réformer, dans une motion déposée au Conseil Municipal alors que la Fondation du Grand Théâtre doit elle-même rendre un rapport, élaboré par l'ancien Conseiller d'Etat Guy Olivier Segond, sur les trois termes de l'alternative qui s'offre à la Ville : un statu quo amélioré (le GTG reste une Fondation de droit public), l'« autonomisation » (réclamée par la droite), et la gestion directe (l'opéra devient une institution municipale comme les grands musées), dont on ne cachera pas plus longtemps qu'elle a notre préférence, d'autant que dès l'année prochaine, la quasi totalité du personnel « non artistique » du GTG fera partie de la fonction publique municipale. Du Grand Théâtre,  il s'agit de partager la charge financière, non de la camoufler derrière une « autonomie » factice.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • L'épouvantail udéciste dans le marais centre-droit

    Imprimer

    Course de l'escalade dans la démagogie réactionnaire

    Le concours de culculterries politiques est ouvert : Au terme de son assemblée des délégués, l'UDC a réaffirmé sa prétention à être, toute seule, « le parti de la Suisse ». Vexé (et surtout inquiet), le PLR répond, sur le même mode mais un ton en dessous, quoique sur une pleine page du « Matin Dimanche », qu'il agit «par amour de la Suisse ». Grignoté sur sa gauche par les Verts et les Verts libéraux, bouffé sur sa droite par l'UDC (ou, à Genève, le MCG), le centre mou, il est vrai, joue sa survie politique. Pour la gauche, l'enjeu est différent -et les autoproclamations de la droite de la droite devraient, après tout, nous être de bonne augure. Proclamer que « les Suisse votent UDC », et donc que ceux qui ne votent pas UDC (soit 70 % de l'électorat actif, 85 % de l'électorat et 90 % de la population de nationalité suisse) ne sont pas suisses, c'est nous donner l'occasion d'affirmer que la Suisse de l'UDC n'est pas la nôtre, et de laisser libéraux-radicaux à la Lüscher et démo-chrétiens à la Chevrolet essayer piteusement de récupérer des bribes du discours udéciste pour les recycler sous leur emballage.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 1 commentaire
  • Mondial de foot en Russie en 2018, au Qatar en 2022 : For the Game. For the World. For the Money...

    Imprimer

    Le comité exécutif de la FIFA a désigné hier, sous le slogan  « For the Game. For the World », les pays organisateurs de la Coupe du monde de football en 2018 et en 2022. Parmi les candidats figuraient plusieurs pays où la situation en matière de droits humains et du travail est pour le moins préoccupante, voire désastreuse. L'Œuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO) estimait que l'organisation du Mondial ne pouvait en aucun cas être confiée à la Russie, la Corée du Sud, les Etats-Unis, le Japon ou le Qatar, qui violent les droits humains, politiques et sociaux les plus élémentaires. Pour l'organisation d'entraide, ces cinq pays  « méritent un carton rouge ». Pour la FIFA, en revanche, ils méritaient le Mondial. Et deux d'entre eux l'ont obtenu : la Russie en 2018, le Qatar en 2022. For the Game ? For the World ? For and by the Money...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Sports 0 commentaire
  • Nouvelles centrales nucléaires : Le test bernois du 13 février

    Imprimer

    Le 13 février prochain, les Bernoises et les Bernois se prononceront sur la construction d'une nouvelle centrale nucléaire à Mühleberg, que le Conseil d'Etat les appellent à refuser. Par ailleurs,  ATEL (Aar-Tessin Electricité) a déposé une demande d'autorisation pour la construction d'une nouvelle centrale nucléaire à Soleure, près de l'actuelle centrale de Gösgen, et une troisième demande a été déposée pour une nouvelle centrale à Beznau. Dans les trois cas, il s'agit de remplacer des centrales à bout de course. Et dans les trois cas, les arguments d'un refus sont les mêmes : à l'avenir, la production d'énergie devra se baser sur des sources renouvelables, la technologie nucléaire reste porteuse de risques considérables, elle produit des déchets à la dangerosité millénaire, son bilan économique est mauvais. Les Verts et le PS ont déjà annoncé qu'ils combattraient par référendum ces demandes, qui seront vraisemblablement soutenues par la majorité de droite des Chambres fédérales. Le vote pourrait avoir lieu en 2013, et si les citoyen-ne-s s'inclinent devant le lobby nucléaire, la première des nouvelles centrales pourrait cracher ses gigawatts dès 2025.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Energie 0 commentaire
  • Equité fiscale : Ce-n'est-qu'un début-continuons le-combat !

    Imprimer

    L'initiative socialiste pour l'équité fiscale a donc été rejetée par la majorité du peuple (58,5 % de  « non ») et des cantons. Elle a néanmoins été acceptée par Genève, le Jura, Neuchâtel et Bâle ainsi que les villes de Lausanne, Berne, Fribourg, Zurich et Bellinzone. Ce résultat est certes en deçà des espérances du PS (nous espérions une majorité populaire, la majorité des cantons étant inatteignable) mais n'en ouvre pas moins des possibilités de  relancer le débat fiscal : l'initiative obtient un soutien bien plus large que le seul poids de la gauche en Suisse, où, prise en son sens le plus large, en y incluant les Verts, les chrétiens sociaux et la  « gauche de la gauche », elle ne pèse qu'un tiers de l'électorat actif, alors que 41,5 % des votantes et des votants ont finalement accepté un texte qui n'a réellement été défendu dans la campagne électorale que par le PS lui-même et la « gauche de la gauche », avec des moyens cinquante fois inférieurs à ceux consacrés par la droite et le patronat à le combattre, y compris par le mensonge.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 1 commentaire