lundi, 13 décembre 2010

Aide sociale : Monopole cantonal et constat d'échec

Depuis des années, contre la volonté du canton, c'est-à-dire de sa majorité politique de droite, la Ville de Genève, c'est-à-dire sa majorité politique de gauche, verse une modeste  allocation mensuelle (185 francs par personne pour les célibataires, 165 francs pour les personnes en couple) à 4750 habitantes et habitants de la commune, bénéficiaires des allocations complémentaires à l'AVS, mais se trouvant encore dans une situation matérielle trop difficile pour être acceptable socialement. Mais que le Bailli cantonal persiste, lui, à trouver normale, puisqu'il prétend interdire à la Ville de l'améliorer si peu que ce soit. Et le voilà donc, notre Bailli cantonal, qui nous baille des décisions de justice qu'il interprète à sa guise pour menacer la Ville d'invalider son budget si celui-ci contenait toujours une ligne de 10 millions de francs destinée à financer l'aide municipale que le canton voudrait abolir.


Le Bailli baille,  les pauvres rament

En 2009, l'AVIVO, réagissant aux premières menaces cantonales, avait lancé une initiative populaire municipale pour inscrire les prestations complémentaires communales dans un règlement. L'initiative avait abouti, et avait, évidemment, toutes les chances d'être acceptée. Le canton a donc décidé de s'éviter cette défaite, en invalidant purement et simplement l'initiative. Invalidation confirmée par le Tribunal administratif et par le Tribunal fédéral. C'est sur cette invalidation que s'appuie le canton, aujourd'hui, pour nier le droit de la Ville à compléter les allocations cantonales par ses propres allocations. Or aucun des deux tribunaux ne s'est prononcé sur le fond de l'initiative : ils ont seulement confirmé que le canton avait le droit de l'invalider. Mais aucune décision de justice, ni aucune législation « supérieure », n'interdit aux communes d'accorder leurs propres allocations complémentaires aux allocations, déjà complémentaires à l'AVS, du canton. On est donc pleinement dans un débat politique, purement politique, dans un affrontement gauche-droite (gauche municipale contre droite cantonale), sur fonds de paupérisation d'une partie importante de la population des villes. Les personnes âgées, qui bénéficient des allocations complémentaires cantonales ou municipales, ne forment pas la totalité de cette population précarisée, mais elles en constituent la part la plus fragile. 4750 personnes bénéficient en Ville de Genève de l'aide que la Ville leur accorde, et que le canton veut supprimer. Que l'AVS et l'aide cantonale, additionnées, ne permettent pas à ces 4750 personnes de vivre dignement, et qu'il faille y ajouter une aide municipale, cela seul justifierait l'aide que la Ville leur accorde. Mais il y a plus, ou pire : ce besoin d'une aide municipale est à lui seul un constat d'échec : celui de la politique sociale cantonale. Le canton revendique pour soi-même, le monopole des aides sociales ? Il devrait commencer par se demander ce que vaut sa propre politique, quand elle laisse près de 5000 personnes avoir besoin de l'aide municipale pour pouvoir vivre dignement en Ville de Genève.  ça n'est en tout cas en privant ces personnes de l'aide municipale que le bailli cantonal fera oublier que si elles en ont besoin, c'est bien que sa propre politique les laisse précisément en avoir besoin.

14:18 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : avs, oapa, politique | |  Facebook | | | |

Commentaires

Par Lyonnais_du_69 le 14.12.2010 - 13:20

Cette prestation de 185 francs par mois est destinée aux bénéficiaires du SPS (Service des prestations sociales).

Cette administration cantonale va tout simplement appliquer le droit cantonal et fédéral :
Les personnes qui déclareront ces 2200 francs de revenus annuels verront leur prestation cantonale diminuer d'autant !

Comme l’a souligné le libéral Jean-Marc Froideveaux, cela reviendra à soulager le canton d’une partie de ses dépenses sociales (sauf si le bénéficiaire décide alors de renoncer à ces 185 francs municipaux, mais combien entreprendront cette démarche ?)
La décision de la Ville de Genève n'est que de la poudre aux yeux, à visée électoraliste.

Si les autorités municipales avaient vraiment à cœur de faire un geste envers ses aînés, elles auraient cherché une solution compatible avec la décision rendue par la justice.

Par exemple, en offrant des rabais ou des prestations qui ne sont pas pris en compte dans le calcul du RDU (revenu déterminant unifié).

Seulement voilà, cela exige un peu de réflexion, difficile pour ces seigneurs avant tout préoccupés par leur réélection...

Ils réussissent même à nous apitoyer, en nous faisant croire que leur tâche est horriblement ingrate :
Les escrocs à la charité publique, ils siègent là aussi !

http://www.tdg.ch/geneve/actu-geneve/ville-maintiendra-subsides-seniors-2010-12-13#comment-176060

Écrit par : Lyonnais du 69 | mardi, 14 décembre 2010

"en offrant des rabais ou des prestations qui ne sont pas pris en compte dans le calcul du RDU (revenu déterminant unifié)."... c'était la seule bonne idée que la droite ait eu dans ce débat. "Seulement voilà", elle a retiré sa propre proposition en ce sens : il fallait lui trouver un financement...

Écrit par : Pascal Holenwegp | mardi, 14 décembre 2010

"Seulement voilà, cela exige un peu de réflexion, difficile pour ces seigneurs avant tout préoccupés par leur réélection..."

J'ignorais que la droite avait fait une telle proposition.
Et je ne comprends pas pourquoi elle l'a retirée :

N'était-ce pas justement avec ces 10 millions qu'il fallait financer
ces aides latérales ?

J'espère que ce budget sera refusé par le Conseil d'Etat,
et que la Ville sera contrainte de reprendre le dossier des aînés.


D'ici les élections, on ne perdra pas le souvenir de cette masca(ma)rade.

Écrit par : Lyonnais du 69 | mardi, 14 décembre 2010

J'ai le même espoir que vous : que le bailli cantonal refuse le budget de la Ville, du fait du maintien des aides personnalisées aux personnes âgées. Un vrai combat politique canton de droite contre Ville de gauche, pour commencer la campagne électorale municipale, ne peut que nous faire du bien. D'autant que la parade est toute trouvée : on sort les aides personnalisées du budget, on le rend compatible avec les états d'âme du Conseil d'Etat -et on dépose, et on vote, tout de suite après, un arrêté urgent qui rétabli les aides personnalisées.

Écrit par : Pascal Holenwegp | mardi, 14 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.