vendredi, 12 novembre 2010

Extension des horaires d'ouverture des magasins : Engraisser les gros ?

sumo.jpgDes patrons de petits commerces ont dit hier leur opposition à l'extension des horaires d'ouverture des magasins genevois, présentée par les organisations patronales et la droite comme une revendication commune de tous les commerces genevois. Pour ces petits commerçants, « la votation du 28 novembre n'est pas une bataille entre syndicats et patronat » mais une bataille pour le patronat des grands magasin. Ces patrons de PME opposés à l'extension des horaires d'ouverture des commerces, y compris des leurs, dénoncent une offensive des grandes surfaces contre les petits magasins qui survivent soit parce qu'ils occupent des « niches » horaires ou commerciales, soit parce qu'ils proposent des produits et des services de meilleure qualité que les supermarchés. De leur point de vue, et du nôtre, l'extension des horaires d'ouverture est une manière d'éliminer la concurrence qu'ils peuvent encore faire aux entreprises dominantes du secteur. Bref : une méthode d'engraissement des gros et de rapetissement des petits.


La digue genevoise

Il y a bien des motifs possibles au refus, de l'extension des horaires d'ouverture des magasins genevois : elle est inutile puisque des dizaines de magasins sont déjà ouverts, certains 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, pour les « dépannages », c'est-à-dire les achats les plus courants, quand on n'a pas pu les faire entre 8 et 19 heures; elle est gaspilleuse d'énergie (il faut les chauffer, les ventiler, les climatiser, les éclairer, ces magasins, et en particulier ces grandes surfaces, qu'on va ouvrir plus longtemps), en un moment où l'on nous clame la nécessité d'en revenir à une « société à 2000 watts »; elle est le symbole même d'un consumérisme absurde, puisqu'on ne pourra rien acheter de plus, et surtout rien de plus utile, après 19 heures qu'on ne pouvait déjà acheter avant; elle est enfin, quoi qu'en disent les organisations patronales du secteur, l'expression d'une volonté des grandes surfaces de se débarrasser de la concurrence résiduelle que peuvent encore leur faire les petits commerces, et en particulier ceux (les indépendants travaillant en famille, notamment) qui peuvent, aujourd'hui déjà, ouvrir plus longtemps, et fermer plus tard, que les centres commerciaux et les supermarchés... A tous ces motifs de refus, deux doivent encore être ajoutés : d'abord, le fait que la charge de l'ouverture prolongée des magasins va reposer essentiellement sur les femmes, ensuite l'évidence que si Genève accepte cette ouverture prolongée, le patronat du secteur s'empressera de faire métastaser dans toute la Suisse ce polype local. Le poids sur les femmes (60 % des postes de travail du commerce de détail sont occupés par des femmes) : la nouvelle loi rallongera leurs journées de travail, sans garantie de rallonger de manière équivalente les heures payées puisque le temps de travail additionnel pourra être compensé en temps, à coups de pauses ou de petites réductions journalières, aléatoires, inégales, et n'équivalant pas à des jours entiers de congé. Ce temps supplémentaire, sinon de travail, du moins de temps passé sur le lieu de travail, est du temps enlevé à celui passé en famille, alors qu'on sait pertinemment que le partage du travail domestique reste pour le moins inégal entre femmes et hommes. Quant à l'effet « boule de neige » d'un vote positif à Genève, sa menace est évidente : l'horaire proposé par la droite genevois et le grand patronat local du secteur (fermeture à 20 heures en semaine, à 19 heures le samedi) est celui que veut généraliser dans toute la Suisse la « Communauté d'intérêt du commerce de détail ». Une raison de plus pour s'y opposer à Genève : si la digue cède ici, elle cèdera ailleurs.

16:31 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : commerces, votations | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il est peut-être inutile de prêcher chez un convaincu, mais peut-être aussi qu'une personne hésitante aimerait quelques arguments.
Voici donc une liste de solutions alternatives :

a) Favorisez le petit commerçant dans votre quartier ou près de votre lieu de travail.
Il vous en coûtera à peine 10-15% de plus qu’en grande surface
(ce n'est pas un voleur : son prix de gros est aussi plus élevé).

Voir la liste à compléter d'adresses utiles, proposée par Charly SCHWARZ :
http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2010/11/03/ou-faire-ses-courses-apres-...

b) Osez demander à un voisin dans votre immeuble de faire vos achats une fois par semaine, il sera peut-être content de gagner 20 francs ou même très heureux de vous rendre service. (ou à un ado et pourquoi pas à un adulte au chômage ?)

c) Passez au magasin Aperto dans la gare Cornavin,
ou depuis là filez par le train en 6 minutes jusqu’à l’aérogare de Cointrin :
la Migros située juste au dessus des quais est ouverte 7/7 jusqu’à 20h.

d) Faites vos commandes par internet, pour une livraison le lendemain :
- Le Shop propose presque tous les produits alimentaires de la Migros
et de Globus, aux prix habituels (produits frais inclus)
(livraison par La Poste : e-paiement, ou même contre facture).

http://www.leshop.ch/leshop/Main.do/direct/fr/Bienvenue#/fr/Bienvenue

- La Coop propose également presque tout son assortiment
(aussi aux prix habituels : e-paiement ou cash à la livraison).
http://www.coop.ch/pb/site/common/node/5689/Lfr/index.html

Vous pouvez demander à un voisin de réceptionner en votre absence.

e) Mais si votre cas est vraiment désespéré, résignez-vous à faire vos achats en France voisine…par exemple à la Migros :
http://www.migros.fr/fr/migros-france/nos-activit-s/nos-sites


=> La réglementation actuelle offre déjà assez de possibilités aux grandes surfaces.
L’extension des horaires contraindrait le personnel à faire une pause prolongée
au milieu de leur journée de travail, donc inutilisable personnellement.
Un retour tardif à la maison, même sans charge d'enfants, entraîne plus de fatigue à récupérer pour le lendemain !

=> Logiquement, le chiffre d’affaires n’augmenterait que très marginalement,
le pouvoir d’achat de la population genevoise n’étant pas en phase croissante :
Cette extension ne suffirait pas à financer l’engagement d’un personnel supplémentaire.

=> Au fait, où sont les études chiffrées de ces économistes hyper-rationalistes ?

La cupidité des uns et l’égoïsme des autres sont incompréhensibles (quoi que…) ! De quelle « modernité » parlent certains ici ?
Au XIXème siècle en Europe, des pauvres vendaient « librement » leurs cheveux, leurs dents, leur dignité, …
Alors l’économie « genevoise » trouvera bien sûr en France voisine quelques personnes prêtes à faire deux heures de trajet (autant pour le retour) afin satisfaire le con-sommateur : L’indigent à la merci de l’indigène indigne !

Il faudrait manquer À LA FOIS de cœur et de raison pour accepter cette extension !


Votez N-O-N à l’extension des heures d’ouverture des grandes surfaces !

Grande surface => faible profondeur…Honte au MCG de soutenir cette infamie !

Écrit par : Lyonnais du 69 | vendredi, 12 novembre 2010

Au canada, ainsi que les US, des chaines de supermarché sont ouverts de 6h-23h 7j/7 365 jours par an. Je peux dire qu'on s'habitue facilement à cela. En retournant en suisse, j'ai pour habitude de finir le travail tard (genre 19h), et je n'ai nullement de famille pour faire les courses à ma place. De plus, je vis non pas à geneve mais en plein milieu du jura, la ou tous les magasins ferment à 18h, et meme à 16h le samedi. Serait-ce trop demander que certains magasins puissent assurer un horaire tardif?
Je comprend bien qu'il faille défendre les petits commerces et empecher que les employés bossent encore plus, sans meme etre compensés. Mais le principe d'heures d'ouverture pour tout le monde n'est pas satisfaisant.

Écrit par : Intondable | samedi, 13 novembre 2010

A Genève, puisque c'est à genève que nous votons, des dizaines de magasins sont déjà ouverts jusqu'à 20 heures, 22 heures, minuit, deux heures du matin, voire 24 heures sur 24. Mais évidemment, ce sont de petits commerces, et ça ne fait pas l'affaire des grands magasins et des centres commerciaux...

Écrit par : Pascal Holenwegp | dimanche, 14 novembre 2010

1) Le lien que j'ai donné pour la liste des petits commerçants ne fonctionne pas. Le revoici :

http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2010/11/03/ou-faire-ses-courses-apres-19-00.html

2) Je vous signale un gros mensonge dans GHI du 10.11.10, page 9.

Le rédacteur en chef Charles-André AYMON cherche à faire croire que cette extension "profiterait aussi aux établissements familiaux".

=> La vérité, c'est que la niche commerciale des petits, c'est justement la fermeture des grandes surfaces !

Comment oser une telle contre-vérité ?
Le pire, c'est que CAA ajoute "assurent leurs représentants".

Évidemment, ces petits établissements familiaux ne sont pas des annonceurs dans GHI et n'ont pas de "représentants" pour démentir ce grossier mensonge !

En lisant l'article on découvre la vérité :

Ce sont les promoteurs de l'extension des horaires qui veulent profiter du même avantage que les entreprises familiales :

=> "Laissons au moins le droit à tous d'essayer de concurrencer ces privilégiés."

La Fédération des artisans et commerçants (FAC) compte bien sûr pour cela sur son personnel, encore moins bien protégé que celui des grandes surfaces !

TEXTO !
http://www.ghi.ch/live/1/home/infos/au_sommaire/geneve/geneve.php?pf_lat=90804&CNSACTION=VIEW_ARTICLE&selected_article_id=18364&selected_section=8

Écrit par : Lyonnais du 69 | mercredi, 17 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.