vendredi, 15 octobre 2010

Renvois forcés : ça suffit !

URGENT: Pétition de soutien pour la libération de Monsieur Onur Yörüklü


Nous vous invitons à signer en urgence la pétition lancée par la « Maison populaire de Genève » pour la libération de Monsieur Onur Yörüklü, détenu dans la prison administrative de Frambois après son arrestation dans un centre d'accueil. Onur Yörüklü est un ressortissant turc d'origine kurde, condamné à trois ans de prison en Turquie pour des raisons politiques, et risquant pour les mêmes raisons une peine de vingt ans de prison supplémentaires. Il a donc fui la Turquie en passant par la Grèce. La Suisse veut le renvoyer en Grèce, en prétextant le principe du  « pays tiers sûr », alors qu'il n'a passé que trois jours en Grèce,  sans y déposer une demande d'asile. Onur Yörüklü a passé déjà sept mois en Suisse. Il mène depuis huit jours une grève de la faim. Les Conventions de Genève ne sont donc pas respectées par la Suisse dans cette situation, puisqu'en réalité, la Suisse est le pays de premier accueil de ce requérant d'asile, la Grèce n'ayant été qu'un pays de transit, dans lequel Onur Yörüklü n'a déposé aucune demande d'asile.  Vous trouverez la pétition et un texte explicatif complémentaire des raisons de son enfermement à Genève sur le site de la Maison populaire de Genève :

<http://www.assmp.org/spip.php?article521>


Swiss made

Samedi dernier, à Frambois (Genève), centre de rétention pour requérants d'asile déboutés, une émeute a été déclenchée par des détenus exaspérés à la fois par leurs conditions de détention et la manière dont ils sont traités, avant et pendant leur expulsion -quand encore l'expulsion est possible et qu'on ne les « stocke » pas pendant des mois, sans savoir qu'en faire, dans un centre où il y a en moyenne 25 détenus pour 20 places, et le personnel avait accumulé, à la mi-juillet 2010, où 1900 heures de vacances non prises... Frambois, c'est le bout d'un long tunnel : celui des procédures d'asile, et de refus de l'asile, dans ce pays. Il y a un an, la Ligue suisse des droits de l'Homme avait publié un rapport dénonçant les conditions de détention au centre de rétention ainsi que les conditions dans lesquelles ces expulsions s'effectuent. La LSDH dénonçait notamment les difficultés d'accès des détenus aux soins, et les violences policières survenant lors de renvois. Il a été remédié semble-t-il aux premières difficultés mais pas aux secondes violences, quoique les renvois aient été provisoirement suspendus après le décès d'un expulsé nigérian.  La Ligue s'était enfin inquiétée de la présence à Frambois de détenus psychiquement affectés, et aux tendances suicidaires que l'incarcération accroît. Mais «psychiquement affectés», on le serait à moins quand, comme le constate un autre rapport, celui de L'Observatoire romand du droit d'asile et des étrangers, à l'égard des requérants d'asile, le maître mot des pratiques administratives (comme d'ailleurs des discours politiques majoritaires) est la suspicion avant toute décision, et la violence après : le fardeau  de la preuve repose sur les épaules des requérants, immanquablement présumés abuseurs, les procédures sont expéditives, des preuves de persécution sont écartées arbitrairement, des refus d'asile reposent sur de pseudo « enquêtes d'ambassades » fantaisistes, et finalement les requérants d'asile sont renvoyés d'un pays à l'autre « comme une caisse de marchandise indésirable », sans même que soit atteint l'objectif proclamé de ces pratiques minables, celui de « dissuader »  les métèques de venir chez nous voler le pain de nos gestionnaires de hedge funds. Pour les autorités genevoises, les « violences de samedi ne sont pas liées aux conditions de détention à Frambois (et sont) un événement isolé ». Isolé de quoi ? certainement pas de ce dont Frambois est un symbole : une politique de « gestion de l'asile »  dont la bêtise mécaniste est, avant même que l'on ait commencé à tenir compte de la moindre espèce de critère éthique, la marque la plus prégnante. Une marque de fabrique. Un Swiss Made.

05:26 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : asile, frambois | |  Facebook | | | |

Commentaires

A part clamer votre indignation, vous proposez quoi en fait ?

Écrit par : Eastwood | vendredi, 15 octobre 2010

Cause toujours......

pascal.holenweg@infomaniak.ch

Argumente mieux........

pal@bluewin.ch

Écrit par : lappal | vendredi, 15 octobre 2010

de cesser de se comporter comme des bureaucrates bornés et terrifiés par leurs propres fantasmes, pour commencer.

Écrit par : Pascal Holenwegp | vendredi, 15 octobre 2010

Ça reste négatif et ne mène a rien: Plutôt que ce que vous souhaitez cesser, il serait plus intéressant d'entendre ce que vous proposez de commencer a faire après.

Écrit par : Eastwood | vendredi, 15 octobre 2010

Les Conventions de Genève ? Encore faudrait-il que ce monsieur soit ressortissant d'un pays en guerre. Or ici on parle d'un Turc de Turquie...

Écrit par : Antipathique | vendredi, 15 octobre 2010

Vous confondez les conventions de Genève : il ne s'agit pas ici de celles sur le droit de la guerre, qui fondent l'action du CICR, mais de celles sur les réfugiés, qui fondent l'action du HCR.

Écrit par : Pascal Holenwegp | vendredi, 15 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.