jeudi, 30 septembre 2010

Cherpines-Charottons : Des cardons, du logement, quoi d'autre ?

Le référendum contre le déclassement du secteur des Cherpines, à Plan-les-Ouates, est lancé, à l'initiative de la coopèrative des Jardins des Charrotons. Face au projet du Conseil d'Etat (ou de Mark Muller tout seul, on ne sait pas trop), les référendaires affirment vouloir défendre l'agriculture de proximité (les terres de la Plaine de l'Aire sont, paraît-il, excellentes), contestent l'impact du projet sur la crise du logement et refusent un déclassement voté alors qu'on attend toujours que se concrétisent des projets déjà acceptés  (Communaux d'Ambilly, Vergers, Chapelle). Le projet voté par le Grand Conseil souffre d'une densification insuffisante (l'espace à déclasser pourrait, même en préservant les terres agricoles, accueillir plus de logements que le projet en prévoit), et envisage de gaspiller deux hectares et demi pour un centre sportif (agrémenté de l'inévitable « event center » et du non moins inévitable parking) dont le destin pourrait bien être celui du funeste stade de la Praille. Le référendum s'appuie sur une ébauche de contreprojet préservant la zone agricole tout en permettant la construction de 2500 logements. Les socialistes, qui ont posé au parlement des conditions (dont la densification, en faveur de logements sociaux) à leur soutien au projet, se prononceront lundi soir sur le référendum, prise de position qui quelle qu'elle soit, ne devrait préjuger nullement de leur mot d'ordre final, lorsque le référendum aura abouti : il faudra bien, à ce moment là, sortir de la confortable ambiguité en laquelle nous nous sommes lovés comme des cardons dans la bonne terre de la Plaine de l'Aire.

Lire la suite

13:14 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, logement, cherpines, plan-les-ouates | |  Facebook | | | |

mercredi, 29 septembre 2010

« Nouveau » Conseil fédéral : La journée des dupes

La répartition des ministères au sein du Conseil fédéral ayant déjà fait couler beaucoup d'encre, on nous pardonnera d'y ajouter notre petit ru. Or donc, les trois partis de «centre-droit», le PDC, PRD et le PBD se sont entendus pour se goinfrer les quatre ministères les plus importants (en termes de budgets et d'impact économique) : ils ont confié l'un des quatre à la dissidente UDC, histoire de sécuriser son siège, et ont laissé au PS ce qu'ils (et le PS avec eux) considèrent, d'ailleurs à tort, comme des miettes. Contre sa volonté et celle de son parti, Simonetta Sommaruga dirigera un département qui mène une politique que le PS combat et qu'elle aussi est supposée combattre. Doris Leuthard reprend, sous les applaudissements du lobby pro-nucléaire, le département que tenait Moritz Leuenberger. Eveline Widmer-Schlumpf passe aux Finances, qu'auraient pu, mais que n'a pas voulu, reprendre Micheline Calmy-Rey, Johann Schneider-Ammann, l'homme du patronat, reprend l'Economie (là, on est dans la continuité), Didier Burklhalter garde, couleur miraille,  l'Intérieur et Ueli Maurer continuera de ronger son frein et l'armée à la Défense. Bref : pour notre 500e numéro, le Conseil fédéral nous a offert une « journée des dupes » (les dupes étant le PS et l'UDC) qui vaudrait bien, si la tradition ne s'en était perdue, qu'on y réponde par une mazarinade, et surtout que le PS y réponde autrement qu'en pleurant sur la concordance perdue ou, comme Simonette, sur la « solution consensuelle » qu'on aurait pu, ou du, adopter pour ne fâcher personne.

Lire la suite

13:17 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : politique, ps | |  Facebook | | | |

mardi, 28 septembre 2010

Acceptation de la révision de la loi sur le chômage : Le silence des agneaux...

La révision de la loi sur le chômage a été acceptée, par 53,3 %, contre l'opposition de la majorité des votants dans tous les cantons romands, à Bâle, en ville de Berne et au Tessin. Mais elle a surtout été acceptée grâce à une abstention massive: près des deux tiers des citoyennes et des citoyens de ce pays n'avaient apparemment aucun avis sur la question. Et furent donc, « objectivement », de l'avis majoritaire. Dans ces conditions, pour la gauche (élargie à quelques dissidences de droite), réussir à rassembler 46,6 % des suffrages tient à la fois de la défaite honorable, dans un pays où la gauche ne pèse électoralement que le tiers du corps électoral actif, et du constat d'échec : il nous a manqué un peu plus de 120'000 voix pour faire basculer le résultat. Ces 120'000 voix, nous aurions sans doute pu les trouver, là où la campagne du « non » a été la plus faible, la plus inefficace, la moins convaincue et la moins convaincante, mais aussi là où, même avec une campagne active, même en y ayant consacré de gros efforts, beaucoup de temps, et une forte mobilisation militante, nous n'avons pas réussi à faire voter cet « électorat populaire » qui sera le premier à faire les frais des mesures qu'il a, par son abstention, contribué à faire accepter. Politiquement, qui ne dit mot consent aux mots des plus forts.

Lire la suite

15:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Acceptation de la révision de la loi sur le chômage : Le silence des agneaux...

La révision de la loi sur le chômage a été acceptée, par 53,3 %, contre l'opposition de la majorité des votants dans tous les cantons romands, à Bâle, en ville de Berne et au Tessin. Mais elle a surtout été acceptée grâce à une abstention massive: près des deux tiers des citoyennes et des citoyens de ce pays n'avaient apparemment aucun avis sur la question. Et furent donc, « objectivement », de l'avis majoritaire. Dans ces conditions, pour la gauche (élargie à quelques dissidences de droite), réussir à rassembler 46,6 % des suffrages tient à la fois de la défaite honorable, dans un pays où la gauche ne pèse électoralement que le tiers du corps électoral actif, et du constat d'échec : il nous a manqué un peu plus de 120'000 voix pour faire basculer le résultat. Ces 120'000 voix, nous aurions sans doute pu les trouver, là où la campagne du « non » a été la plus faible, la plus inefficace, la moins convaincue et la moins convaincante, mais aussi là où, même avec une campagne active, même en y ayant consacré de gros efforts, beaucoup de temps, et une forte mobilisation militante, nous n'avons pas réussi à faire voter cet « électorat populaire » qui sera le premier à faire les frais des mesures qu'il a, par son abstention, contribué à faire accepter. Politiquement, qui ne dit mot consent aux mots des plus forts.

Lire la suite

15:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

lundi, 27 septembre 2010

Amnistie fiscale à Genève : une prime à la fraude, quoi d'autre ?

carte-fraudeur.jpgLa droite genevoise, toute unie, les trois partis de l'Entente, l'UDC et le MCG sur la même ligne pour défendre le droit du fraudeur à garder pour soi la plus grosse partie du montant de sa fraude, a décidé (contre l'avis du Conseil d'Etat) de soumettre au peuple (le référendum est obligatoire en matière fiscale, ce qui nous évitera au moins de devoir le lancer) une proposition d'amnistie fiscale qui va plus loin encore qu'une loi fédérale déjà peu reluisante mais réservant ses dispositions les plus contestables aux héritiers des fraudeurs. A Genève, le cadeau serait fait aux fraudeurs eux-mêmes. Jusqu'en décembre 2009, un fraudeur se dénonçant devait s'acquitter d'une amende équivalente à 20% du montant soustrait. Il payait en plus ses impôts sur la somme soustraite sur dix ans. Faire payer des fraudeurs ? prétention insupportable pour la droite genevoise : désormais, à Genève, le fraudeur qui, faussement repenti, irait déclarer sa fraude, devrait être doublement récompensé par l'absence de poursuite et par l'assurance de pouvoir garder 60 ou 70 % du montant qu'il avait soustrait aux impôts. Une véritable incitation à la fraude, puisque le contribuable honnête qui aura déclaré la totalité de ses revenus et ne se sera pas inventé des déductions factices, devra payer l'intégralité de ses impôts alors que le fraudeur n'en paiera que le 30 ou le 40 %.

Lire la suite

13:18 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiscalité, impôts, fraude | |  Facebook | | | |

vendredi, 24 septembre 2010

Musée d'Art et d'Histoire : Sous Nouvel, Gandur...

« Le Courrier » du 11 septembre a mis fort utilement en évidence les intéressants contenus du deal passé en mars dernier entre Jean-Claude Gandur et sa fondation, d'une part, et le Département de la Culture de la Ville de Genève d'autre part, dans le cadre du projet d'agrandissement du Musée d'art et d'histoire (MAH). La Fondation Gandur ferait certes «  don » de 20 (voire 40) millions à la ville pour la réalisation du projet Nouvel d'agrandissement du musée, mais ce « don » n'est pas sans contreparties : c'est la Fondation (privée) Gandur, installée pour un siècle, et contre un loyer modeste, dans un musée public, qui déciderait seule du choix de ses pièces exposées au musée, dont elle pourrait à tout moment retirer « un ou plusieurs objets » avec un préavis de trois ou six mois, voire moins, alors que le musée aurait l'obligation de montrer, sur au moins 400 m2, au moins la moitié des 800 pièces de la collection Gandur -des pièces dont la qualité, l'intérêt et la provenance font débat : certaines proviendraient de trafics illicites, et la convention Ville/Gandur n'obligerait en aucune manière la fondation privée à restituer à leur pays d'origine des pièces qui en seraient sorties illégalement; le musée mettrait gratuitement ses collaborateurs à disposition de la fondation pour la mise en place et la surveillance des objets exposés, et mettrait également à disposition de la fondation trois espaces de bureaux, un espace d'archivage, des locaux de réserve et une salle de conférence.

Lire la suite

17:56 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mah, nouvel, gandur | |  Facebook | | | |

jeudi, 23 septembre 2010

Perou : syndicats et mouvements populaires contre une multinationale suisse

Glencore à corps

Du nord au sud du Pérou s'étend une  « ceinture minière » où des entreprises étrangères ayant acquis, la corruption aidant, de vastes concessions d'extraction, rasent des montagnes et truffent le sous-sol de galerie d'où elles sortent de l'or, du zinc, du cuivre, de l'étain, de l'argent, du fer, du plomb -tous métaux dont elles font commerce, accumulant les profits pendant qu'autour de leurs mines la pauvreté sévit : dans les neuf provinces mises en coupe réglée par les multinationales, elle atteint entre 50 et 60 % de la population. La richesse tirée des métaux extraits du Pérou est exportée -la pauvreté, elle, reste sur place. D'entre les multinationale à qui le gouvernement péruvien a bradé les richesses du Pérou, et qui recourent à la calomnie, à la violence et aux licenciements collectifs comme à des pratiques habituelles, une multinationale suisse, Glencore, et une société dont elle est la principale actionnaire, Xstrata. Glencore, conglomérat d'entreprises présentes dans le monde entier, est basée à Zoug (certainement pour la joliesse du lac). Son chiffre d'affaire a dépassé les 106 milliards (on a bien dit  « milliards »...) de dollars en 2009, pour un bénéfice de plus de 2,7 milliards. En face, les mouvements sociaux locaux tentent de s'organiser. Ils ont besoin de notre soutien :
Solifonds      www.solifonds.ch Compte de chèques 80-7761-7

Lire la suite

13:29 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : suisse, perou, glencore | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 septembre 2010

La Constituante propose des « districts communaux » : Et une connerie de plus, une !

La Constituante genevoise a adopté une proposition socialiste de bricoler la structure territoriale du canton en créant des « districts communaux ». La proposition a fait consensus, ce qui ne saurait étonner, s'agissant d'un gadget technocratique qui viderait les communes de toute substance politique au profit d'un échelon « supérieur » dont la pertinence est pour le moins douteuse.  Mais ce genre de propositions convient parfaitement au genre de Constituante dont Genève s'est affublée, et à laquelle ne pouvait que plaire la lubie socialiste de créer quatre ou huit districts regroupant les communes en les vidant de toute légitimité démocratique et en les transformant en relais serviles de l'Etat vers la population -une population qui ne pourrait plus élire ni conseils municipaux (supprimés), ni maire, adjoints et conseillers administratifs (nommés d'en haut par les districts). « Les acteurs institutionnels seraient alors plus homogènes », croit pouvoir écrire le groupe socialiste à la Constituante, tout fier d'être à l'origine de cette sombre connerie. Plus homogènes, sans aucun doute : tous bien gentils, bien équarris, bien dressés, bien rangés, avec des communes dont plus aucune autorité ne serait élue et des « districts »  ne convenant qu'au confort du canton. Un paysage institutionnel symétrique, sans rien qui dépasse ou qui dérange. Un rêve de technocrate, un cauchemar de démocrate. S'il nous manquait une raison pour, le moment venu, faire campagne contre le projet de nouvelle constitution genevoise, les constituants socialistes viennent de nous en donner une.

Lire la suite

03:10 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : constituante, communes, ps | |  Facebook | | | |

mardi, 21 septembre 2010

Qui, demain, pour succéder à Leuenberger et Merz ? Rien à braire

rienabraire.jpgMercredi matin, l'Assemblée fédérale désignera les successeurs (successrice-s ?) de Morizu Leuenberger et Hans-Rudolf Merz au Conseil fédéral. On est instamment priés de s'y intéresser, voire, si on n'a vraiment rien de plus mieux à faire, de s'y passionner : qui de Jacqueline Fehr et Simonetta Sommaruga succédera à Moritz ? qui de Karin KellerSutter et Johann Schneider-Ammann succédera à Merzeli ? Quels seront les scores de l'UDC Jean-François Rime et de la verte Brigit Wyss ? Le suspense est insoutenable, Alain Rebetez est sous prozac, les « faiseurs de rois » préparent leur nuit dans les bars des hôtels bernois... et nous ? Nous, on s'en fout. Parce que politiquement cette élection ne changera rien à rien -sinon à la vie des élu-e-s, dont, fort égoïstement, nous n'avons pas grand chose de plus à faire. Le Conseil fédéral restera à droite, les socialistes y resteront, l'UDC n'y gardera qu'un siège, les Verts n'y rentreront pas. D'ailleurs, que nos partis y siègent ou non, ce gouvernement n'est pas le nôtre mais celui des véritables maîtres de ce pays, ceux qui n'ont pas besoin de se faire élire quelque part pour disposer du pouvoir réel que leur donnent l'argent et les actions. Vous pouvez faire la grasse matinée et laisser reposer votre télé mercredi matin : il y a beau temps que dans ce pays s'applique la maxime donnée par Tancrède au Guépard : il faut faire semblant de changer les choses pour qu'elles ne changent pas.

Lire la suite

15:15 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : politique | |  Facebook | | | |

lundi, 20 septembre 2010

Révision de l'assurance-chômage : encore une semaine pour dire NON au bonneteau social !

bonneteau.jpg

Au vote, citoyens !

Il vous reste une semaine pour, si vous ne l'avez déjà fait, exprimer un NON sec et sonnant à la révision de la loi sur l'assurance-chômage,  qui imposerait aux chômeurs de 30 ans d'accepter n'importe quel emploi, réduirait les droits à l'indemnisation des moins de 25 ans, obligerait à cotiser plus longtemps pour être indemnisé moins longtemps, soustrairait les occupations temporaires au calcul des périodes de cotisations donnant droit à des indemnités, supprimerait les aides aux cantons ou régions particulièrement frappés par le chômage, et plafonnerait la contribution de solidarité versée par les salariés les plus riches... Le Conseil fédéral et la droite font campagne sur le thème :  « c'est la révision ou une augmentation des cotisations », tout en nous proposant à la fois la réduction des prestations et l'augmentation inégalitaire des cotisations : le salarié bas de gamme paierait 2,2 % de cotisations sur son salaire, le patron de Novartis 0,003 %, et le patron multimillonnaire du Crédit Suisse, Brady Dougan, ne cotiserait pas plus qu'un salarié à 10'000 balles par mois... Les partisans de la révision la présentent comme  « équilibrée et socialement acceptable » ? En réalité, elle est déséquilibrée et socialement injuste : elle est payée uniquement par les classes populaires et  « moyennes », et tout particulièrement par les jeunes, les femmes et les salarié-e-s à statut précaire...

Lire la suite

13:24 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : chômage | |  Facebook | | | |

vendredi, 17 septembre 2010

Culture alternative à Genève : De la cave au garage à vélos

Mercredi soir, après moult tentatives dilatoires, sous les prétextes les plus farfelus, de la droite de renvoyer cette décisions aux calendes grecques, le Conseil municipal de la Ville a voté un crédit d'un million de francs pour l'aménagement d'une salle dans les sous-sols de l'ex-école d'Ingénieurs, afin d'y loger l'association  « Cave 12 », selon un accord tripartite entre le canton (propriétaire des lieux), la Ville (qui financera les travaux) et la Cave 12, qui sera maîtresse d'ouvrage desdits travaux. Expulsée du squat Rhino en 2007, la Cave 12, dont le champ d'activité est celui de la musique expérimentale, et dont la réputation, flatteuse, dépasse largement les étroites frontières genevoises, nomadisait depuis trois ans. Le projet accepté par le Conseil municipal (c'est-à-dire sa majorité de gauche, plus l'UDC) la sédentarise. Mais en la faisant passer de la cave d'un squat au garage à vélo d'une école.

Lire la suite

15:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, cave 12 | |  Facebook | | | |

jeudi, 16 septembre 2010

Luc Barthassat, Jean-Charles Rielle, Alain Morisod, Oscar Tosato, Sandrine Salerno, et les autres : MERCI !

Les bonnes nouvelles sont si rares, dès lors que l'on évoque la politique suisse à l'égard des immigrants en général, et des immigrants sans statut légal en particulier, qu'on saluera comme elles le méritent, et surtout comme le méritent celles et ceux qui se sont battus pour qu'elles soient prises, deux décisions récentes : Mardi, le Conseil des Etats, suivant le Conseil national, a accepté une proposition du démocrate-chrétien genevois Luc Barthassat (mais refusé deux propositions visant au même objectif, émanant l'une du vert genevois Antonio Hodgers et l'autre du canton de Neuchâtel), chargeant le Conseil fédéral de mettre en oeuvre un dispositif permettant aux jeunes « sans papiers »  (ou plutôt sans statut légal de résidence, puisque des papiers, ils en ont,des  vrais, et de toutes sortes) d'accéder à une formation professionnelle par apprentissage. Quelques jours auparavant, à Genève, la famille kosovare Selimi recevait de l'Office des migrations l'autorisation de rester en Suisse, alors qu'elle devait en être expulsée. Dans les deux cas, celui de la famille Selimi et celui des jeunes apprentis « sans papiers », il aura fallu à la fois une mobilisation de l'opinion publique et des démarches de responsables politiques pour que deux petites brèches soit faites dans la xénophobie d'Etat et son manteau d'hypocrisie et d'arguties procédurières. A Luc Barthassat, Jean-Charles Rielle, Alain Morisod, Oscar Tosato, Sandrine Salerno, et tous les autres perceurs de brèches : merci !

Lire la suite

13:38 Publié dans Immigration | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : suisse, sans-papiers | |  Facebook | | | |

mercredi, 15 septembre 2010

Hausse des tarifs TPG : Absurde, injuste, inacceptable !

CarteTPGgratuits.jpg

En fin d'après-midi, ou en début de soirée, ce mercredi, le Conseil municipal de la Ville se prononcera sur un projet de résolution déposé par la gauche, et dénonçant la récente décision des Transports publics genevois et du Conseil d'Etat de renchérir les tarifs des premiers (tarifs augmentés en moyenne de 6,56 %, prix de l'abonnement annuel adulte augmenté de près de 8 %, prix de l'abonnement « seniors » augmenté de plus de 10%, prix du billet normal augmenté de 16,7 %... ). Les motivations, et les raisons, de notre proposition de résolution sont contenues dans son titre : la hausse des tarifs des TPG est absurde, injuste, inacceptable. Elle est absurde, parce que totalement contradictoire des grandes déclamations politiques sur la nécessité de convaincre le plus grand nombre possible d'automobilistes d'abandonner leur voiture pour user désormais des transports publics. Elle est injuste parce que comme toute hausse indistincte d'un tarif fixé sans tenir compte des ressources de qui va devoir le payer, elle frappe d'abord, surtout, et plus lourdement, les plus bas revenus. Elle est enfin d'autant plus inacceptable qu'elle ne frappe que les usagers des transports publics, comme si on tenait absolument à les punir de l'être alors même qu'on prétend inciter à l'usage des transports collectifs.

 

Lire la suite

03:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tpg | |  Facebook | | | |

mardi, 14 septembre 2010

Bilan du Mondial de foot : Du pognon pour la FIFA, quoi d'autre ?

La Fédération internationale du foot-pognon (la FIFA) a lancé le 3 septembre dernier des  « journées du fair-play ». Elle est particulièrement mal placée pour ce genre d'exercice, et son attitude lors du dernier Mondial de foot, en Afrique du Sud, en témoigne : fausses promesses, prévisions illusoires, absence d'impact durable sur le marché de l'emploi, augmentation des inégalités sociales, instauration d'un véritable protectorat financier sur l'Afrique du Sud... de tous les acteur de ce souk la FIFA est celui qui s'en tire le mieux  :  elle en retirera 3 milliards de francs (exemptés d'impôts) grâce à une politique strictement orientée vers le profit et une exemption d'impôts, alors que l'Afrique du Sud est confrontée à une perte nette de 2,8 milliards. Les partenaires financiers de la FIFA s'en sont également mis plein les poches, après que les commerçants locaux aient été exclus des périmètres des stades et que 20'000 personnes aient, été expulsées de leur logement et littéralement parquées dans des bidonvilles. Il fallait faire place nette au foot business, à ses pompes, ses oeuvres, ses stades et ses prébendiers.

Lire la suite

13:39 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mondial, football, fifa | |  Facebook | | | |

lundi, 13 septembre 2010

Normalisation de la Justice genevoise :On peut se permettre de dire NON...

Le 26 septembre prochain, une « réforme » de la Justice genevoise, adoptée au pas de charge et bénéficiant du soutien de toute la droite (et du PS), est soumise au vote des citoyennes et des citoyens, au prétexte d'unification fédérale des procédures pénales et civiles cantonales, l'organisation judiciaire restant de la compétence des cantons. A notre humble avis de justiciable et de citoyen, un refus se justifie (et d'ailleurs les Verts, solidaritéS et le Parti du Travail y appellent) : la réforme proposée prive le peuple de la possibilité d'élire les membres du Ministère public, alors même que les compétences de ce dernier s'accroissent considérablement par la suppression des juges d'instruction et la création d'un « Super Parquet » cumulant à l'américaine les fonctions d'instruction et d'accusation. Refuser cette normalisation de la Justice genevoise (avec le «J » majuscule dont se pare l'institution judiciaire, la justice comme principe se contentant, elle, d'un humble « j » minuscule...), ce n'est pas refuser toute réforme de l'institution judiciaire : de réforme, cette institution a grand besoin, ne serait-ce que pour la rendre responsable de ses actes. Mais de cette réforme là, avec un Ministère public omniprésent, rendant des ordonnances, menant l'instruction, mettant les prévenus en accusation et soutenant celle-ci devant les tribunaux, ne naît qu'une confusion des rôles qui nous autorise à dire NON aux propositions soumises en votation dans deux semaines, même si ces propositions ne sont que l'écume de la « réforme » de la Justice genevoise.

Lire la suite

14:24 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : justice, votation | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 septembre 2010

D'un 11 septembre l'autre

Henry Kissinger sera à Genève ce 10 septembre, pour une conférence à l'Hôtel Intercontinental : il fut l'un des principaux responsables du Coup d'Etat militaire au Chili il y a 37 ans, précisément le 11 septembre 1973; il fut aussi, entre autres, le marionnettiste de la junte militaire argentine et l'artisan du bombardement  des populations civiles du Cambodge. Echappant à toute les tentatives de le faire comparaître devant un tribunal, il fait aujourd'hui son beurre comme consultant et conférencier international, et propriétaire d'une lucrative étude d'avocats.  La présence de Henry Kissinger à Genève, qui se proclame capitale mondiale des droits humains, constitue un scandale et une provocation. Si la justice internationale est impuissante, l'opinion publique peut, elle, ne pas rester silencieuse.  Un rassemblement de protestation se tiendra VENDREDI 10 septembre dès 18h30 à la Place des Nations. Henry Kissinger sera à Genève le 10 septembre, veille du jour anniversaire du putsch militaire chilien... Le 11 septembre prochain, on accueillera qui, à Genève ? Oussama Ben Laden ?

Lire la suite

03:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kissinger, chili, usa, ben laden | |  Facebook | | | |

mercredi, 08 septembre 2010

Le Jeûne, quoi d'autre ?

Manifestation* ce soir (mercredi) 18 heures, place du Molard

* Venez avec vos vêtures les plus distinguées...


Les jeunes socialistes organisent une vraie-fausse manifestation de droite*, ce soir à 18 heures au Molard sous le slogan de bon aloi  :  « Marre des pauvres ! Sauvons les riches ! ». Dans une ville gouvernée par la canaille de gauche, envahie par la plèbe et menacée par la racaille voisine, il est effet temps de lever bien haut le parapluie de la révolte, avant que l'abominable Salerno ait municipalisé les banques, que l'ignoble Pagani ait séquestré les Mercedes pour en faire des tire-fesses à cyclistes et que l'infernal Kanaan, revenu de son stage de formation en Chine post-communiste, ait transformé le Grand Théâtre en foyer pour Rroms et le Stade de la Praille en aire d'accueil des gens du voyage. A la veille du Jeûne Genevois, réapprenons-en les vertus aux pauvres, avec l'aide des TPG, des partis de droite et des caisses-maladie, les premiers augmentant leurs tarifs, les seconds diminuant les prestations chômage et les troisième augmentant leurs cotisations. Et qu'on ne nous dise pas que nous sommes sans compassion : les Services Industriels baissent leurs tarifs d'électricité ? Les pauvres ne pouvant plus se payer le bus, ni l'assurance-maladie, et ne touchant plus le chômage, pourront rester plus longtemps à la niche, chez eux, à regarder « La ferme des célébrités » à la télé.

Lire la suite

04:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : genève, pauvreté | |  Facebook | | | |

mardi, 07 septembre 2010

Augmentation des tarifs TPG : S'insoumettre, quoi d'autre ?

Dans le même temps, les Services Industriels annoncent une baisse de 3 % de tarifs et les Transports Publics Genevois une hausse de 6,6 % des leurs. On croyait pourtant avoir entendu les autorités genevoises emboucher d'un joli mouvement collectif de lèvres les trompettes du développement durable... mais c'était seulement pour cracher dedans. Parce qu'à l'heure des décisions, on rend plus attractive ce dont on devrait imposer la réduction (la consommation d'électricité) et plus décourageant l'usage de ce à quoi ont fait semblant d'inciter (les transports publics). La hausse des tarifs TPG, assez furivement annoncée sans conférence de presse, est la première du genre depuis 2005, et le choix politique a été fait de demander aux usagers (pardon : en novlangue, on dit désormais « client ») un «effort » supplémentaire. Ce sont donc les usagers qui paieront la facture ! Une mesure injuste, mais surtout une mesure stupide, de nature à décourager à l'usage des transports publics (sauf à en user comme nous, gratuitement, mais illégalement), au moment où l'on incite la population à en user plus pour désengorger Genève de son flot de bagnoles !  Une mesure qu'il ne suffit pas de dénoncer, et à laquelle il faudrait peut-être commencer par appeler à s'insoumettre...

Lire la suite

15:14 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : tpg, politique | |  Facebook | | | |

Budget de la Ville de Genève : L'équilibre, quoi d'autre ?

Le Conseil administratif de la Ville a présenté le projet de budget municipal pour 2011, et le Conseil municipal, hier, s'est offert une chtite séance parfaitement superfétatoire pour en prendre acte, permettre à chaque groupe de faire son petit tour de piste, et, pour le plaisir additionnel, à chaque Conseiller-e municipal-e qui aurait des états d'âme à transmettre à la population avide de les entendre, de s'exprimer sur un pavé qu'il ou elle n'aura certainement pas encore eu le temps de lire, de comprendre et d'analyser. Exercice convenu, rituel, où, puisque la Municipalité est de gauche, la gauche saluera le budget (avec ou sans réticences, avec ou sans amendements) que la droite déénoncera (avec ou sans amendements, avec ou sans conviction). L'UDC et les libéraux réclameront des baisses d'impôt, le PDC plus de soutien aux familles, les radicaux plus de places pour les bagnoles, les Verts plus de zones piétonnes, les socialistes plus de logements sociaux, A gauche Toute ! plus d'investissements, l'Alternative plus de soutien à la culture alternative et l'Entente plus de soutien au Grand Théâtre... chacun obtiendra quelque chose, personne n'obtiendra tout ce qu'il demandait et dans trois mois le budget de la Municipalité de gauche sera voté par la majorité de gauche, contre l'opposition de droite. Le budget de la Ville est équilibré ? Les rituels politiques aussi...

Lire la suite

01:13 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, finances, budget | |  Facebook | | | |

vendredi, 03 septembre 2010

Yes, we Kanaan !

Municipalité de Genève : Yes, we Kanaan !*

Les socialistes de la Ville de Genève ont donc choisi, et bien choisi, Sami Kanaan pour accompagner Sandrine Salerno à l'élection du Conseil administratif, sur une liste qui portera aussi les noms des candidates et candidats des Verts et d'A Gauche Toute !.Sami Kanaan, Sandrine Salerno, Rémy Pagani sont déjà partants, et du chapeau vert vont la semaine prochaine sortir les noms d'une femme et d'un homme pour parfaire le choix présenté par l'Alternative. Au risque de lasser, on le redit, au cas où ça manquerait encore de clarté : l'exécutif municipal genevois est élu de fait à la majorité simple : les cinq candidates et candidats qui obtiennent le plus de voix sont élue-s dès lors qu'ils ont obtenu le tiers des suffrages. Pour autant qu'elle fasse listes communes, l'Alternative est donc en mesure de faire élire autant de candidates et de candidats qu'elle en présente. Quant à la droite, même si c'est la mendicité, pas l'aumône, qu'elle a fait interdire à Genève, c'est à elle de se battre pour garder un siège que la gauche n'a pas mission de le lui octroyer par compassion.

*merci à Marko pour le slogan...

Lire la suite

01:46 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, municipales, politique, ps | |  Facebook | | | |