mercredi, 11 août 2010

Fonds d'un tiroir de juillet

La déforestation mondiale, due pour l'essentiel à la conversion des forêts tropicales en terres agricoles, a reculé au cours des dix dernières années mais se poursuit à un rythme alarmant dans de nombreux pays, a indiqué l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). D'après les principales conclusions d'une enquête exhaustive de la FAO sur les forêts, intitulée « Evaluation des ressources forestières mondiales 2010 », portant sur 233 pays et territoires, quelque 13 millions d'hectares de forêts par an ont été convertis à d'autres utilisations ou ont disparu pour causes naturelles dans le monde de 2000 à 2010, contre 16 millions d'hectares par an dans les années 1990. Le Brésil et l'Indonésie, qui ont accusé la plus forte perte de forêts dans les années 1990, ont vu leurs taux de déforestation considérablement baisser. Des programmes ambitieux de plantation d'arbres dans des pays comme la Chine, l'Inde, les Etats-Unis et le Viet Nam - associés à une expansion naturelle des forêts dans certaines régions - ont ajouté plus de 7 millions d'hectares de nouvelles forêts chaque année, mais l'Amérique du Sud et l'Afrique ont accusé des pertes annuelles nettes de forêts entre 2000 et 2010 de respectivement 4 millions et 3,4 millions d'hectares. On enregistre également des pertes nettes pour l'Océanie, dues en partie aux graves sécheresses qui ont frappé l'Australie depuis 2000. La superficie totale des forêts de la planète représente un peu plus de 4 milliards d'hectares, soit 31% de la surface émergée. La perte annuelle nette de forêts, lorsque la somme de toutes les pertes de forêts dépasse les gains, durant la décennie 2000-2010 correspond à un territoire plus ou moins équivalant au Costa Rica. Sans compter bien sûr les tilleuls du Musée d'ethnographie de Genève.

Le vice-président romand de l'UDC suisse, Yvan Perrin, annonce sa démission de ce poste. Il en marre d'être pris pour un con (c'est lui qui le dit, en ces termes), de recevoir des leçons de discipline, notamment lorsqu'il refusait les zigzags de l'UDC à propos de l'accord UBS (que l'UDC faisait mine de vomir, avant, finalement, de l'avaler) et d'être « traité comme un malpropre » par les petits chefs de l'UDC zurichoise. En acceptant d'être le Welche de service de l'UDC blochérisée, il s'attendait vraiment à être traité autrement que comme une sorte de naturalisé de fraîche date, Perrin ?

Les cendres du général Bigeard, décédé le 18 juin, devaient être dispersées sur Dien Bien Phu. Putain, y'a vraiment des coins du monde qui n'ont pas de pot !

Un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles sans accès à l'eau potable, à des structures d'assainissement, à des logements durables et sans aucune sécurité sur le régime foncier du terrain qu';ls occupent.  Aujourd'hui, 62% de la population mondiale vit dans des villes. D'ici 2030, même dans un continent comme l'Afrique qui est encore en majorité rurale, la population sera concentrée dans les agglomérations. L'amélioration de l'urbanisation est l'un des objectifs du  « Millénaire pour le développement » (OMD), adoptés en septembre 2000 par tous les Etats Membres de l'ONU réunis à New York. Le septième objectif prévoit ainsi de libérer de leurs taudis 100 millions de personnes d'ici à 2020. L'ONU-Habitat estime que par rapport à 1995, il y a 283 millions de personnes en plus qui vivent dans des habitations de fortune. En 2005, 30% des citadins vivaient dans des taudis, proportion quasi inchangée depuis 1990.

Le Conseil administratif de la Ville de Genève (à gauche, donc) a proposé au Conseil municipal (à gauche aussi), qui l'a accepté, un crédit d'étude pour des travaux qui devraient au final coûter dans les huit millions, dans la patinoire des Vernets. Pour améliorer la patinoire elle-même, ou les gradins du publics ? Non : d'abord pour améliorer la zone « VIP » et les loges. La où on n'a pas à se mélanger avec le populo des supporters qui sentent la saucisse et la bière. La lutte des classes n'est plus ce qu'elle était.

Le syndicat Unia a lancé une action contre l'Armée du Salut, pour défendre les veilleurs de nuit, payés au lance-pierre (sur quatorze heures de travail d'affiliée, entre cinq heures de l'après-midi et sept heures du matin, seules la moitié sont payées normalement, et les heures supplémentaires sont payées cinq balles...) Le syndicat rappelle que « les salariés de l'Armée du Salut sont des travailleurs (comme les autres) » et non des bénévoles, et regrette « qu'une institution de charité se comporte comme le pire des employeurs »... alors comme ça, la possibilité du Salut ne suffit pas, fautrait encore payer correctement les employés ? Les travailleurs, c'est rien que des ingrats, et le syndicat, un ramassis de sans-Dieu !

Averses sur Genève : il pleut des projets de parking. A la « guerre des transports» entre piétons, cyclistes, transports publics et automobilistes, et donc entre zones piétonnes, pistes cyclables, voies réservées et parkings) s'ajoute désormais une amusante « guerre des parkings » entre bagnolâtres. En décembre, le Conseil administratif présentait le projet souterrain des « Clefs de Rive »  (500 places sous une zone piétonne, rue Pierre Fatio), en juin la société du parking du Mont-Blanc, du monument historique Jean de Toledo, réplique et présente son propre projet : 850 places, sous le lac. Un ouvrage présenté comme un « parking pour les piétons », ce qui fait heureusement pendant aux zones piétonnes avec circulation automobile de Michel Chevrolet. « Je désire laisser quelque chose à Genève », déclare de Toledo. « Quelque chose », mais quoi ? un parking ! Avec l'âge, on devient modeste, dans ses ambitions patrimoniales.

02:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.