mercredi, 05 mai 2010

Drôle de comédie à la Comédie : « Main basse sur la culture », le remake...

« Nous n'avons cédé ni au copinage ni à l'arbitraire », a déclaré Bernard Paillard, président de la Fondation d'art dramatique (FAD) lors d'une conférence de presse visant à répondre aux critiques dont elle est l'objet dans le processus de nomination du nouveau directeur de la Comédie de Genève. Critiques provenant du canton, par la voix du Conseiller d'Etat Charles Beer, qui s'est désolidarisé du processus en retirant sa représentante de la commission de sélection des candidats. Bouderie après laquelle chacun est monté sur son grand cheval, comme si la nomination du successeur d'Anne Bisang était l'enjeu réel de l'épisode, quand il devrait être évident qu'on est toujours, ou une fois de plus, dans un débat biaisé sur la répartition des charges, des compétences et des pouvoirs dans la politique culturelle des collectivités genevoises. La Comédie n'est qu'un prétexte et la nomination de son futur directeur qu'une opportunité pour les deux grands partenaires publics de la culture genevoise, la Ville et le canton (par ordre d'importance réelle sur le terrain) de montrer leurs muscles. Piètre spectacle, dans lequel la couleur (politique) du maillot des deux culturistes cultureux n'a que l'importance d'une anecdote.


Mauvaise pièce

« Lorsqu'un Conseiller d'Etat confond le fonctionnement démocratique d'une fondation avec un service de l'Etat à ses ordres »  : ainsi était titré le dossier de presse diffusé par la Fondation d'Art Dramatique (FAD), répliquant à Charles Beer accusant la Fondation de dysfonctionnements divers et variés.  Admettons donc que le fonctionnement d'une fondation puisse être  démocratique, ce qui n'est pas toujours d'une évidence lumineuse. Admettons aussi, avec Patrice Mugny, le « bon fonctionnement de la FAD », en se disant qu'après tout, il n'est au moins pas plus mauvais que celui d'autres fondations culturelles de droit public... Admettons... mais surtout, essayons de démêler l'écheveau d'accusations, de procès d'intentions et de dénonciations publiques qui masque l'enjeu de ce qui se passe à la Comédie. Le Président de la FAD, Bernard Paillard, se demande si  « le Conseiller d'Etat ne cherche pas à paraître comme le seul arbitre légitime de la politique culturelle »... drôle d'arbitre, alors, qui sortirait du terrain au moment du match...  On se retrouve ainsi dans un remake, mais à fronts inversés, de la pièce jouée il y a quelques années lors de la tentative de transférer la responsabilité de la politique culturelle genevoise à la presque seule Ville de Genève. La pièce,  « Main basse sur la culture », avait eu un beau succès public et politique : On y avait applaudi Patrice Mugny dans le rôle du méchant, Charles Beer dans le rôle du Chevalier blanc, et le RAAC en choeur antique. Ils étaient d'ailleurs très bons tous les deux, Patrice et Charles, chacun dans son rôle. Et les voilà, les deux même, échangeant leurs rmasques pour nous rejouer la pièce à rôles inversés.  Mais la pièce commence à lasser. Et quelques unes des scènes de sa dernière version sentent le bâclage : si le fonctionnement de la Fondation d'Art Dramatique est si chaotique que le Conseiller d'Etat le dit, pourquoi ne pas avoir proposé de le réformer, puisqu'il s'agit d'une fondation de droit public dont les statuts sont votés par le Grand Conseil, à qui le Conseil d'Etat peut faire toutes les propositions qu'il veut ? La question ne se pose d'ailleurs pas pour la seule FAD, elle se pose aussi pour le Grand Théâtre, dont les statuts vont fêter bientôt leur demi-siècle... Le canton arbitre de la culture ? Mais qui se veut arbitre ne peut pas en même temps être joueur... La République n'a pas a priori dans le champ culturel (ni dans aucun autre) une légitimité plus forte que la Commune. Elle a la légitimité d'une partenaire de la Ville. Ni d'une cheffe, ni d'une subordonnée : d'une égale en charges, et en responsabilités. Nous avons assez déploré l'absence de la République, ou la modestie de sa présence, dans le champ culturel, et salué une volonté nouvelle d'y être présente avec des moyens accrus pour pouvoir en attendre des projets  lisibles dont on puisse débattre, plutôt qu'une bouderie à la Comédie ou une absence au Grand Théâtre.

14:35 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, politique, comédie | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.