Merci, camarade Merkel...

Imprimer

Les autorités allemandes, la Chancelière Angela Merkel en tête, ont déclaré accepter de payer pour obtenir une liste, volée en Suisse, de 1500 contribuables allemands ayant planqué leur pognon en Suisse. Et c'est une excellente nouvelle. Un tiers de l'évasion fiscale allemande aboutit en Suisse, essentiellement à Zurich. Les contribuables allemands ont placé plus de 250 milliards de francs en Suisse, sur les 2200 milliards que notre beau pays abrite en actifs gérés par la banque offshore. 56 % des avoirs déposés dans les banques suisses l'ont été par des non-résidants, et selon des estimations crédibles, 80 % des comptes suisses détenus par des ressortissants de l'Union européenne ne sont pas déclarés aux fiscs des pays d'origine. On comprend la panique des banquiers, si on se permettra de trouver parfaitement ridicule l'indignation  « morale » de la Suisse officielle.

L'immorale de l'histoire
Acheter des données volées, c'est moral ? Bof... acheter à un voleur ce qu'il a volé à un recéleur n'est au fond que payer la restitution de ce qui était recelé... et on se demande bien ce qu'il peut y avoir de plus immoral dans cette amusante transaction : planquer (comme les fraudeurs étrangers) son fric en Suisse pour échapper au fisc de son pays ? accepter (comme les banques suisses) de recéler l'argent des fraudeurs ? voler (comme Falciani et ses homologues) la liste des fraudeurs pour tenter de la vendre au fisc du pays d'origine des fraudeurs ? accepter (comme les Français ou les Allemands) d'acheter cette liste de délinquants au délinquant qui l'a piquée au recéleur ? On n'est pas dans un débat moral, on est dans un film dialogué par Audiard. L'Allemagne accepterait de payer 2 millions et demi d'euros pour en récupérer quarante ou quatre-vingt fois plus, ce qui ne ferait d'ailleurs qu'un millième des fonds allemands placés en Suisse, et la Suisse officielle s'étrangle au nom de la morale ? Le débat moral ne porterait que sur le vol de données bancaires ou leur rachat, et pas sur le secret bancaire et le recel d'évasion fiscale ? Comme s'il y avait la moindre différence entre un fisc qui paie pour obtenir des informations sur des fraudeurs et une police qui rétribue ou protège des indicateurs, ou explore la mémoire d'un ordinateur ou d'un téléphone volé à un pédophile ou un dealer. « Comment un retraité (allemand) avec 500 euros par mois pourrait-il accepter que le fisc fasse pression sur lui alors que les gros comptes en Suisse s'en (tireraient) sans dommage », s'interroge le Bild... Interrogeons-nous aussi :  pourquoi un retraité suisse à 1500 balles par mois devrait-il se sentir tenu, comme on l'y invitent l'UDC et les radelibes, de se sentir solidaire des receleurs de fortunes évadées d'Allemagne, de France ou d'Italie ou de celle de la famille Duvalier ?  « Le secret bancaire n'est plus qu'une légende », affirme Euronews. C'est encore trop d'optimisme, mais on s'approche peut-être du moment où la Suisse elle-même renoncera au secret bancaire. Qu'elle le fasse sous la pression étrangère est certes moins à son honneur (et au nôtre, puisque ce que Sarkozy et Merkel obtiennent, c'est bien ce que la gauche suisse a échoué à obtenir) que l'aurait été un renoncement autonome, mais on fait ce qu'on peut avec le pays qu'on a, et la gauche qu'on est. Dans les films d'Audiard non plus, les receleurs ne brillent guère par l'héroïsme.

Lien permanent Catégories : Suisse 5 commentaires

Commentaires

  • *** pourquoi un retraité suisse à 1500 balles par mois devrait-il se sentir tenu, comme on l'y invitent l'UDC et les radelibes, de se sentir solidaire des receleurs de fortunes évadées d'Allemagne ? ***

    Pour une exellente raison: Parce que si il était retraité d'une banque il aurait plus que 1500 Frs par mois ! Et c'est de toute façon pas Merkel qui va lui verser un complement de rente.

    C'est dommage qu'il faille aller vers une vrai misère generalisée en Suisse pour ensuite comprendre que sauver le monde est un luxe qu'on peut se payer que quand on est riche....

  • Le discours de M. Sarkozy à Merkel, empêtrée dans une intention de procès envers la Suisse: Je l'aurai, je l'aurai, digne d'un spot publicitaire des plus basiques.

    Quant à M. de Villepin, voilà quelques phrases glanées dans son discours à l'ONU.

    Cette admission de la Suisse à l'ONU nous réjouit profondément. En raison des liens qui unissent nos deux pays bien sûr (la France). Mais aussi surtout par ce que l'entrée de la Suisse confortera les Nations Unies et les valeurs sur lesquelles elles doivent bâtir l'avenir.

    A plusieurs reprises, lors des moments décisifs de notre histoire, la Suisse a su nous ouvrir ses portes. Cette tradition de terre d'asile remonte loin dans le temps. Comment oublier qu'elle a accueilli déjà au XV11ème siècle nombre de français fuyant les persécutions religieuses. La Suisse est un modèle d'ouverture, de tolérance, de paix.

    .. Terre d'accueil pour des grands créateurs comme Chaplin, Balthus....

    Y a pas photo!

  • Depuis très longtemps déjà, les compagnies d'assurance - y compris suisses -rachètent en douce les bijoux volés aux receleurs (ou aux voleurs...) plutôt que de payer la prime. On n'a jamais entendu une quelconque protestation d'un politique de quelque bord qu'il fût à ce sujet.
    Le fait que les états rachètent les listes de ceux qui ne paient pas leurs impôts était un risque très prévisible que les banquiers auraient dû prévenir, surtout depuis l'avertissement du Liechtenstein. Se plaindre aujourd'hui, et de cette manière, c'est simplement minable.

  • Géo ce n'est pas minable, ce n'est pas équitable!

    La mondialisation a tout noyé et c'est à l'ensemble du monde financier, bancaire et autres sociétés de gestions et d'administrations qu'il faut demander des comptes et remettre de l'ordre!
    Mais dès lors que l'on cible, la Suisse et quasi uniquement la Suisse, cela veut donc dire que l'on cherche à l'éliminer d'une manière ou d'une autre, mais à l'éliminer!
    N'oubliez pas de vous souvenir de la phrase de Khadafi lors du G8 à l'Aquila!

    Il n'a pas pu dire cette "insignifiante phrase" sans l'accord des autres, puiqu'ils n'en n'ont rien dit: QUI NE DIT MOT.....CONSENT! Et une volonté certaine se cache là-derrière.....les G-machins sont les paravents des réunions du Bilderberg!

  • Merci camarade Micheline Calmy-REY.

    Enfin la Suisse a ses listes volées. Je crois savoir c'est le pognon planqué à Monaco - Celui du Delaware - et Jersey, entre autres, il y a quelque chose en Allemagne. On en saura plus, lors d'une conférence de presse.

    Mais contrairement à la France et à l'Allemagne, on la joue finement. Aucun nom des espions ne seront dévoilés, mais ils seront payés le 10% de leur butin.

Les commentaires sont fermés.