jeudi, 07 janvier 2010

Le Manifeste des DésobEissants

Vers l'inservitude volontaire
Le « Manifeste des DésobEissants », que nous vous invitons à signer
, n’a nullement l'ambition d’être fondateur d'une nouvelle pensée politique, ni de renouveller considérablement celles dont nous prétendons être, malaisément et imparfaitement, les héritiers. Mais en réaffirmant que rien n'est plus urgent que se soustraire aux ordres, ce petit texte retrouve des accents et des certitudes qui furent celles de La Boëtie, de Camus, de Malraux : tout commence par un « non ! » proféré face à l'exigence de se soumettre, puisque toute servitude repose sur son acceptation par le serf. On n'en est plus là ? Voire... Dans un monde où tout est marchandise, nous devrions nous-mêmes être marchandises. Et la marchandise ne dit jamais non. Le Manifeste des DésobEissants se revendique de la non-violence, et pas nous ? n'étant pas dans une situation où la résistance implique la violence, nous pouvons la refuser, puisque nous ne sommes pas contraints à en user, quoi qu'en disent ceux qui, pour se vouloir résistants, veulent croire que sur eux pèse ici et maintenant la chape du fascisme. Nous pouvons, comme nous y incite le manifeste, dire librement ce dont nous ne voulons plus. Dire un refus, ce n'est certes pas encore abolir ce que l'on refuse, mais c'est déjà ne plus s'y soumettre. On pourra trouver cela illusoire, mais les causes perdues sont les seules qui vaillent que l’on se battent pour elles. Nous ne devons aucune loyauté aux vainqueurs ni aucun respect aux « gagnants », et n’avons à sembler leur obéir que pour les trahir. Cause perdue ? Peu importe. Seuls les perdants peuvent être magnifiques. Funambules, nous marchons sur la ligne de partage entre deux mondes -l’un dont nous ne voulons pas, qui est le monde tel qu’il est, et l’autre dont nous formons le projet, qui est le monde tel qu’il devrait être. Il nous faut hâter la disparition du premier et l’émergence du second ou nous abîmer dans la faille qui les sépare. Du monde qui nous est offert, nous acceptons ce que nous pouvons retourner contre lui. Nous sommes à nous mêmes le prix de notre liberté, et si nous risquons de tomber, nous n’entraînerons personne dans notre chute : le funambule tombe tout seul de son fil, n’en ayant aucun à la patte.


Signez le Manifeste des DésobEissants

Nous sommes un certain nombre à penser que la situation inquiétante de notre planète nous impose de retrouver le chemin de formes d’action et de lutte plus efficaces et plus radicales. Nous croyons que la réalité des rapports de force que nous subissons en matière de nucléaire civil et militaire, de protection de l'environnement contre les pratiques de certaines multinationales, de mondialisation de l’injustice sociale, etc. exigent de renouer avec une culture de la désobéissance civile/civique, de l'action directe non-violente, du refus radical et ludique.

Conscients des limites liées aux modes traditionnels de mobilisation (pétitions, manifestations...), qui ne nous valent que de trop rares victoires, et n'attirent plus guère les nouvelles générations de militants, nous avons décidé de former un réseau informel de militants de l'action directe non-violente. Parce que nous voulons nous battre pour la défense de la vie et de la justice sociale, nous avons décidé de nous organiser en un groupe de volontaires et d'activistes prêts à agir de manière directe et non violente aussi souvent que nécessaire et possible.

Dans ses concrétisations (stages, rencontres, débats, événements de convergence des luttes), le manifeste des désobéissants est donc une plateforme d'échange et de rencontre autour de la non-violence active et de la désobéissance civile. Il se veut un outil que chacun doit s'approprier. Ainsi, la responsabilisation et l'autonomisation sont favorisées et essentielles pour aller vers une émancipation individuelle et collective tout en développant des solidarités actives.

Nous sommes des faucheurs d'OGM, des démonteurs de panneaux publicitaires, des clowns activistes, des dégonfleurs de 4x4 de ville, des inspecteurs citoyens de sites nucléaires, des intermittents du spectacle, des activistes écologistes, des hébergeurs de sans-papiers, etc. Nous pensons que nos luttes et nos méthodes relèvent d'une dynamique alter-mondialiste plus indispensable que jamais, et que c'est ensemble, et dans l'action directe non-violente, que nous rendrons possible la transformation radicale de notre société, et de ce fait notre survie à tous dans un monde redevenu vivable.

En espérant vous compter nombreux parmi nous,
Le collectif initiateur du Manifeste des Désobéissants

www.desobeir.net

manifeste@desobeir.net


00:38 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

N'oubliez pas de passer par la boutique d'objets "contestataires" sur le site "désobéir.net", en lien! J'allais "signer" par "principe". Je me rends sur la page d'accueil du lien, et je retrouve les vieux trucs, Gaza, sans critique du Hamas, etc. je ne peux donc signer et je continue seul!
Pourquoi "les cause perdues"? Qui décide de ça? Je ne peux pas reconnaître mon but dans tout ça. Ni dans l'autre monde des "gagnants" non plus (habituellement gagnants "auto-définis", mais aujourd'hui, c'est vous qui déclarez choisir de perdre).
Dommage? je ne sais pas... quelque chose de différent "Les hommes gagnent ou bien meurent, au lieu de perdre et de mourir", à une époque maintenant lointaine, déjà vendue, par vous entre autre. Une marchandise frelatée donc, qui continue sa vente par vos luttes fragmentaires.
Visitez la boutique en ligne "désobéir.net", et laisser un don, aussi.

Écrit par : Y.Diot | jeudi, 07 janvier 2010

Le respect de "l'ennemi" est une des bases de la non-violence. Respecter l'être humain et ne pas agir comme le violent agit sur nous. Donc le respecter dans son intégrité, sa valeur humaine. Gandhi menait son combat en refusant la haine, en exigeant le dialogue là où il n'y avait que mur, désolation humaine, menace directe d'exécution ou d'emprisonnement. Votre combat est noble. Conduisez-le avec noblesse. Je suivrai avec intérêt tout en restant à distance afin de jouer un rôle discret et si possible stimulant pour vous. Bon combat. Et gardez le respect de "l'ennemi". Vous aurez plus d'influence sur la population et la démocratie. Bonne journée.

Écrit par : pachakmac | jeudi, 07 janvier 2010

Signe pas, on veut pas de jaune.

Écrit par : Djinius | jeudi, 07 janvier 2010

Est ce que les banquiers qui ont choisis de ne pas se soumettre aux lois sur le blanchiement et l'evasion fiscale peuvent aussi signer ce manifeste pour la desobeissance ?

Écrit par : Eastwood | jeudi, 07 janvier 2010

C'est quoi un "jaune", un chinois ?

Écrit par : Eastwood | vendredi, 08 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.