samedi, 19 décembre 2009

Lettre en courrier B à un destinataire inconnu Petit Papa Noëëëëël, quand tu descendras du cieeeeel...

Cher Père Noël
D'accord, on s'y prend un peu tard pour t'écrire, mais on avait autre chose à foutre qu'à envoyer un bulletin de commande à un type qui s'il exista
Pere_Noel_chiant.jpgit aurait lui aussi, entre la fonte de la banquise, la raréfaction des pâtures des rennes et la disparition des réparateurs de traîneaux, autre chose à foutre qu'à nous lire. Mais, la tradition, c'est la tradition : à noël, on écrit au Père Noël même si on n'y croit pas (reste à savoir d'ailleurs si, pour être socialiste, il ne faut pas y croire forcément un peu, au Père Noël...). Alors voilà, Père Noël, on t'envoie ci-contre la liste des cadeaux qu'on veut recevoir dans nos babouches, devant la cheminée ou au pied du minaret, le matin du 25 décembre. Le 25 décembre, dans notre calendrier à nous, c'est le jour du chien. Ici, on préfère les chats, mais c'est pas nous qui avons rédigé ce calendrier, alors sois pas chien, donne-nous ce qu'on te demande... Et si on te dit que nous, socialos, on n'a pas été sages en 2009, considère que c'est rien que des menteries. Sages, on l'a été. Beaucoup trop. Comme d'hab'. Alors, c'est promis, on le sera moins en 2010. On n'y aura pas grand mérite : normalement, c'est une année sans élection, et, courageux mais pas téméraires, nous pourrons oser des trucs qu'on n'osera plus l'année suivante.




Cher Père Noël,
On voudrait que les chef-fe-s d'Etat, de gouvernements, de ministères et de partis politiques ayant participé au Sommet de Copenhague sur le changement climatique sans être foutus d'accoucher de quoi que ce soit de présentable à un ours polaire en train de dériver sur un morceau de banquise fondue soient condamné-e-s à passer le restant de leur jours à ramasser les merdes que leurs économies respectives relâchent dans notre environnement...
On voudrait une mosquée avec un minaret sur la prairie du Grütli. C'est pas qu'on ait la moindre envie d'y mettre les pieds, c'est juste pour emmerder...
On voudrait que dans ce pays, quand un handicapé tombe dans la fosse aux ours de Berne, on se préoccupe plus du handicapé que de l'ours et que quand un pit-bull commence à bouffer un bébé, on s'inquiète plus du sort du bébé que de celui du pit-bull...
On voudrait que l'équipe suisse de foot se fasse claquer le beignet par le Honduras en Afrique du sud, histoire d'entendre sangloter les supporters et de pouvoir se marrer en lisant les commentaires déprimés des journaleux sportifs...
On voudrait que les assureurs, les caisses-maladie, les banquiers et les régisseurs immobiliers cessent de nous prendre pour des cons, et que nous cessions de leur donner raison de le faire…
On voudrait qu'on nous débarrasse une bonne fois pour toutes de l'armée suisse, et qu'on en fasse un truc du genre des Vieux Grenadiers ou de la Compagnie de 1602, pour les défilés historiques et les parades costumées...
On voudrait une gauche suisse capable d'être une alternative, une Alternative genevoise capable d'être ce qu'elle prétend être et des socialistes donnant plus d'importance au projet politique qu'à leurs plans de carrière... C'est bien ce qui s'appelle croire au Père Noël, non ?
Voilà, on en garde pour l'année prochaine, essaie déjà de faire ce qu'on te demande, vielle feignasse, on verra ensuite si on peut t'en demander plus. : le salaire minimum, le revenu minimum, l'absorption du 2ème pilier par l'AVS, la municipalisation des banques, la décroissance, l'abolition de l'Etat, de la propriété privée et du salariat., tout ça, quoi.

01:26 Publié dans voeux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.