jeudi, 03 décembre 2009

Minarets : vivent les villes


Deux Suisse face à face
Les cartes du vote sur les minarets sont spectaculaires : deux Suisse sont sorties des urnes, dimanche dernier, et si nous n'étions totalement dénués de mauvais esprit, nous pourrions reprendre à notre compte, en la retournant contre les disciples de son auteur, la vieille distinction maurassienne du " pays légal " et du " pays réel ". Il fallait bien que l'un des deux soit majoritaire, et ça n'a pas été le nôtre. Le nôtre ? celui des " grandes " villes, qui toutes ont voté contre l'initiative islamophobe, et celui de la Romandie, aux bastions catholiques ruraux près (les villes de Fribourg, de Delémont et de Sion se retrouvant de notre côté). Et puis il y a l'autre Suisse, celle des campagnes, des alpages et des banlieues alémaniques. Une Suisse de la rétraction religieuse, de l'enfermement tribal, de l'épuration sociale, qui interdit les minarets mais accepte que l'on vende des armes aux intégristes wahabites. Deux Suisse, et une question : la première Suisse, la nôtre, va-t-elle continuer à traîner la seconde comme un boulet, ou se donnera-t-elle enfin les moyens de s'en dépêtrer, en laissant le pays du " propre en ordre " nettoyer lui-même sa constitution de la petite saleté qu'il y a mise un jour d'Aïd ?


Paysage avec islam éloigné
Le résultat, fort contrasté du vote sur les minarets confirme, en creux, une évidence : l'islam fait partie du paysage culturel, religieux et social de ce pays... Là où l'islam n'est plus exotique, étranger à la société locale, là où les musulmans, les mosquées et les minarets, font partie du paysage, l'initiative islamophobe est refusée, et parfois même balayée (à deux contre un aux Pâquis, à 61 % au pied du minaret du Petit-Saconnex). Et là où le dernier musulman aperçu l'a été à la télévision dans Lawrence d'Arabie, l'initiative a fait un tabac : 71,5 % des suffrages en Appenzell Rhodes très, très intérieures. Où par ailleurs la vente d'armes aux islamistes saoudiens et pakistanais a été plébiscitée, alors que la Ville de Genève a accepté l'initiative contre les exportations d'armes dans le même mouvement où elle piétinait (ça porte bonheur) l'initiative antiminarets... L'UDC a gagné. parce qu'il n'y avait personne en face, regrette le porte-parole des organisations musulmanes de Suisse. Disons que l'initiative a gagné là où personne n'avait pris la peine de la combattre, et qu'elle a perdu là où il y eut mobilisation contre elle. Les 60 % de refus genevois (63 % en Ville) ne relèvent pas d'un automatisme : ils sont le résultat d'une campagne. Et il en va de même, à l'inverse, des 68 % d'acceptation tessinoise. Ce sont bien, là où l'islamophobie a fait un tabac, les partis politiques (sauf l'UDC) qui ont failli à leur propre fonction : mener le débat, défendre leur position, la faire comprendre, la faire accepter. Les sanglots longs des défaits de l'automne apparaissent dès lors pour ce qu'ils sont : des larmes de crocodiles. Dès lors, le plus spectaculaire, dans le vote de l'initiative antiminarets n'est pas tant son acceptation que la totale faillite des sondages qui, tous, depuis des mois, obstinément, prédisaient son échec... Cherchez l'erreur. Et trouvez-là : les sondages se basent sur les déclarations des sondés, pas sur leur vote. Et nombre de ceux qui avaient avaient l'intention de voter pour l'initiative en avaient honte, ou en tout cas ne l'assumaient pas, et assuraient qu'ils allaient voter contre, pour finalement la soutenir dans l'anonymat du vote On peut les comprendre : ils n'allaient tout de même pas se vanter de leur envie de prendre les urnes pour des cuvettes de chiottes.


00:54 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : mosquées, minarets, suisse, initiative, udc | |  Facebook | | | |

Commentaires

Solidaire avec les opposants tunisiens!
Solidaire avec tout ceux qui souffrent à cause de l'islam!

Écrit par : dominiquedegoumois | jeudi, 03 décembre 2009

@degoumois : c'est quoi le rapport avec la choucroute ?

Écrit par : CCC | jeudi, 03 décembre 2009

Degoumois renseignez-vous: en Tunisie, les opposants sont plutôt islamistes...

Écrit par : Séraphin Lampion | jeudi, 03 décembre 2009

Ce qui a fait la différence entre les villes et la campagne est le nombre des musulmans vivant dans les villes. Les musulmans se sont déplacés en masse pour voter contre l'initiative. Il serait donc intéressant de voir le vote non pas sur la base de la région, mais de la religion.

Les musulmans sont passés de 16'000 en 1970 à 310'000 en l'an 2000, doublant, voire triplant leur nombre chaque décennie. Si cette progression continue, les musulmans vont pouvoir changer totalement le systême juridique suisse... à moins de changer leur normes de référence dès maintenant et empêcher leurs meneurs de les dresser contre les non-musulmans en Suisse et ailleurs.

Écrit par : Sami Aldeeb | jeudi, 03 décembre 2009

pascal.holenweg@: "On peut les comprendre : ils n'allaient tout de même pas se vanter de leur envie de prendre les urnes pour des cuvettes de chiottes".

Auriez-vous écrit cela si l'initiative contre les minaret avait échoué? Un peu de respect pour les institutions de ce pays, et un peu de dignité, bon sang!

Écrit par : Sami Aldeeb | jeudi, 03 décembre 2009

N'importe quoi... Seule une petite minorité de la population musulmane est suisse ! La grande majorité n'a donc pas le droit de vote au niveau fédéral. Vous dites vraiment n'importe quoi M. Aldeeb. Si quelques dizaines de milliers de personnes musulmanes ont pu voter en faveur des minarets, je ne pense pas que ça ait changé grand chose. D'ailleurs, des musulmans, il y en a aussi à la campagne, ce qui relativise encore plus cet effet. Non, ceux qui ont fait pencher la balance du vote des villes, c'est la population laïque et tolérante, beaucoup plus nombreuse dans les villes, du fait de leur confrontation quotidienne au problème. Les campagnes par contre ne connaissent le problème qu'à travers les journaux, qui jour après jour rabâchent les mêmes sujets.

Moi qui critique si souvent les positions des Socialistes, je constate que les seuls partis qui soutiennent la même position que moi dans cette affaire, ce sont les Socialistes et les Verts. Même le PDC qui se déclare humaniste reprend la haine des Musulmans à son compte et participe à une surenchère islamophobe. Tous ces partis ne font que justifier les sentiments anti-musulmans qui jusqu'alors ne s'exprimaient pas en public. J'ai assez peur pour mon pays...

Écrit par : Kad | jeudi, 03 décembre 2009

Au sujet des sondages, il y a peut-être un autre effet pervers. A force de déclarer que l'initiative n'avait pas une chance, beaucoup de Suisses ont dû se dire que l'initiative devait être soutenue comme un coup de gueule contre nos autorités qui ne tiennent pas compte des peurs diffuses de la population. Ils n'imaginaient pas qu'elle pouvait passer et n'avaient donc pas à en estimer les conséquences. Et second effet pervers: les partisans du non, sûrs de leur victoire, n'ont pas jugé utile de défendre leurs positions avec force de persuasion. Ils ont ainsi laissé le champ libre à des gens comme Sami Aldeeb.

Écrit par : Kad | jeudi, 03 décembre 2009

Il est incroyable de constater que les cul-bénits bien pensants de la gauche caviar considèrent les 57% de votants, citadins, ruraux, montagnards ou banlieusards, comme des demeurés dénués de capacité de jugement.

S'il est évident que le résultat de dimanche reflète, en partie, une peur irraisonnée de l'Islam radical, toutes celles et tous ceux qui ont voté pour l'initiative ne sont pas pour autant des arriérés imprégnés de purin...

Une réflexion de fond sur les manières de mener une réelle intégration des populations musulmanes au sein de nos sociétés occidentales s'impose. Ce n'est évidemment pas en traitant la majorité des votants de crétins alpestres que Pascalou et ses camarades y arriveront...

Quelle arrogance... Quelle suffisance...

Écrit par : Déblogueur | jeudi, 03 décembre 2009

Lancez une initiative pour interdire les clochers. Vous verrez que les villes seront pour et les campagnes contre. Il y a d'un coté le poid des traditions et les racines, de l'autre le "vivre ensemble". Pas certain que l'Islam puisse être compatible avec une société multiculturelle!

Écrit par : Riro | jeudi, 03 décembre 2009

Depuis quand le mépris tient-il lieu d'argument? Votre raisonnement est très faible. L'UDC fait 25% de la population. OK. Or l'initiative a été acceptée par 57% Qui sont donc les 37% restants ?! Eh bien, ce sont les socialistes, les PDC, les Radicaux et surtout les écolos! Alors ne méprisez pas vos amis!

Écrit par : fédor | jeudi, 03 décembre 2009

Il faut lire bien sûr : 32% !!- et non 37%!

Écrit par : fédor | jeudi, 03 décembre 2009

Donc par rapport a des pans entier de la population Suisse: "l'autre Suisse, celle des campagnes, des alpages et des banlieues alémaniques." vous proposez division, exclusion et stigmatisation.... Construisons un mur autours des campagnes et privons les du droit de vote !

Étrange pour quelqu'un qui s'indigne régulièrement contre ces termes pour faire passer tout et n'importe quoi. On serait surpris de voir ou se cache les vrais fachistes, ceux prônant la dictature des minorités.

Écrit par : Eastwood | jeudi, 03 décembre 2009

... Rats des villes, rats des champs...

Mais tous rats!... Ou, au moins MI-RAT NÉS ici où là!

Écrit par : Peresiffleur | jeudi, 03 décembre 2009

Tiens a regarder le résultat genevois par commune, c'est vernier qui a le moins accepté les minarets avec même le seul local de vote du canton ou le oui est passé.

C'est marrant ça, vernier commune suburbaine et populaire: Vous allez peut-être nous expliquer que les habitants du lignon et des avanchets sont des cul-terreux d'armaillis des alpes suisse-allemande ???

Écrit par : Eastwood | jeudi, 03 décembre 2009

Ce n'est pas la première fois que je constate le regard étriqué que les "progressistes", tout en se lustrant à la largeur de vue et à l'ouverture d'esprit, jettent sur le monde qui les entoure.

Alors que, dans son blog, Guy Sorman confirme ce que nous avons tous observé :

"En Suisse, c'est l'Europe qui a voté par procuration !",

M. Holenweg se titille la libido avec les votes des villes de Fribourg, de Sion et de Delémont.

Cela observé, il n’y a donc plus lieu de relever ses provocs à deux balles, si ce n’est pour souligner une erreur d’appréciation.

Au Tessin, ce n’est pas la propagande des « islamophobes » qui a fait le résultat (68,1 %) mais le spectacle que les musulmans donnent d’eux-mêmes en Lombardie en général, et à Milan en particulier.

Samedi 3 janvier 2009, place du Dôme :

http://media.panorama.it/media/foto/2009/01/05/4961ed605abab_zoom.jpg

Viale Jenner, Milan, un vendredi ordinaire :

http://download.kataweb.it/mediaweb/image/brand_repmilano/2008/07/11/1215798175767_prima.jpg

Écrit par : Scipion | jeudi, 03 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.