samedi, 31 octobre 2009

Politique culturelle genevoise : Un grand consensus flou

Les huit candidates et candidats présentés par les partis gouvernementaux au Conseil d'Etat débattaient lundi soir à la Comédie de la politique culturelle genevoise. L'UDC et le MCG, invités mais n'ayant rien à dire sur le sujet, ne sont pas venus, les Communistes, le Bouffon et le Prophète n'étaient pas invités. Un grand consensus flou semble s'être établi entre gens de bonne compagnie, sur le thème " il faut une véritable politique culturelle cantonale, au moins pour les grands projets ". A se demander pourquoi les partis gouvernementaux (à l'exception du PS, qui défend cette idée depuis des années) ont attendu cette élection pour recevoir cette double révélation : une République fondée sur la culture ne peut pas ne pas avoir de politique culturelle, la politique culturelle d'une région ne peut pas être déterminée par une seule commune. C'est sans doute un effet positif des campagnes électorales : la découverte d'évidences, et leur sonore proclamation.

Lire la suite

00:48 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : genève, élections | |  Facebook | | | |

vendredi, 30 octobre 2009

" Noces de Schaffhouse ", le 21 novembre : Repenser la gauche, et après ?

" La sinistra in Europa non è da rinnovare, o da ricostruire, o da ripensare, o da ricomporre, ma da inventare. Radicalmente e dacapo " : cela fait plus de vingt ans que le philosophe italien Paolo Flores d'Arcais convoquait " la gauche " au rendez-vous de sa réinvention. Et vingt ans après, nous en sommes toujours au même point. Le 21 novembre prochain, à Schaffhouse, des militantes et militants qui ne se résignent pas à cette situation se rencontreront pour créer une nouvelle " entité politique nationale ", provisoirement baptisée " La gauche - Die Linke Alternative - La Sinistra ". Mais quelle entité ? Un mouvement, un parti, un réseau ? Les débats autour de cette initiative manifestent une attente, et une volonté. Quelle que soit l'issue de la rencontre schaffhousoise, cette attente et cette volonté sont déjà un acquis. Reste en en tirer cette réinvention de la gauche à laquelle Flores d'Arcais appelait il y a vingt ans. Putain, vingt ans…

Lire la suite

02:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : suisse, gauche | |  Facebook | | | |

jeudi, 29 octobre 2009

De la xénophobie à la démophobie

Malthusianisme aux couleurs vertes.

" Une trop forte immigration met en danger les espaces de repos en Suisse " : cette petite phrase de deux Conseillers nationaux verts, le Zurichois Bastien Girod et la Saint-Galloise Yvonne Gilli, leur a valu, à gauche, d'être accusés d'avoir rallié le camp xénophobe. Erreur d'appréciation, et de lecture : nos deux verts ne sont pas xénophobes, ils sont démophobes. Ça n'est pas moins stupide, si c'est moins méprisable. Ce qu'ils ont en tête ne dit strictement rien d'autre que ceci : plus on est nombreux, plus on pollue. A moins que l'augmentation de notre nombre s'accompagne d'une réduction de nos moyens de polluer. Mais que l'augmentation de la population soit le fait de l'immigration ou de la procréation indigène, le résultat est le même. Or l'immigration, aujourd'hui, est la condition du maintien d'un minimum d'équilibre démographique entre les générations, et la rupture de cet équilibre serait infiniment plus dommageable à notre environnement que la simple augmentation arithmétique de la population.

Lire la suite

02:01 Publié dans Immigration | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : verts, environnement, xénophobie, démographie | |  Facebook | | | |

mercredi, 28 octobre 2009

Et Dieu dans tout ça ?

L'Association suisse des libres penseurs a réussi à récolter 25'000 francs pour faire afficher dans quatorze villes alémaniques (mais aucune romande) 250 affiches proclamant, prudemment, que " Dieu n'existe probablement pas " et invitant à " cesser de s'en faire " et à " profiter de la vie "… On est loin d'une campagne athée, ou antireligieuse : on est seulement dans une tentative de répondre aux campagnes des églises établies et des groupes évangéliques : L'association des libre penseurs explique que " la question posée aux autorités et aux afficheurs était de savoir s'il est possible de placarder un slogan antireligieux. On a vu que c'était assez difficile ", même lorsque le slogan n'est pas vraiment antireligieux : à Bâle, à Schaffhouse et à Genève, les transports publics ont accepté des publicités religieuses, mais pas celle des agnostiques. Les églises sont vides, mais le fantôme divin traîne encore dans les consciences... il est vrai qu'il trône aussi en ouverture de la Constitution fédérale, et qu'il rôde dans les débats politiques, aujourd'hui sur l'interdiction des minarets (mais pas des clochers), demain sur autre chose -peu importe quoi, d'ailleurs. A défaut de pouvoir encore prier pour le salut du " juif perfide " sans passer, à juste titre, pour un antisémite, on priera pour la sauvegarde de nos " racines judéo-chrétiennes " en proclamant hautement son islamophobie. Et Dieu dans tout ça ? Bof…

Lire la suite

02:34 Publié dans religion | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : agnostiques, laïcité, dieu | |  Facebook | | | |

mardi, 27 octobre 2009

Sous le regard d'ISIS (et de quelques taupes)

Flicages au nom de la sécurité intérieure (et de quelques intérêts privés)

Fin août 2009, plus de 118'000 personnes (dont seulement 6000 ressortissants suisses, la subversion indigène n'étant plus ce qu'elle était) étaient enregistrées dans la base de donnée des services suisses de sécurité intérieure. C'est 18 % de plus (soit 18'000 personnes supplémentaires) que trois ans et demi auparavant. Explication du " Service d'analyse et de prévention " (SAP) : le développement du système de traitement des données relatives à la protection de l'Etat (ISIS) est largement responsable de cette inflation. ISIS a pour mission de réunir des informations concernant le terrorisme, l'espionnage, l'extrémisme violent, le matériel nucléaire et le trafic d'armes. Le responsable de la gestion des données d'ISIS, Philipp Kronig, assure (on a de la peine à le croire sur parole) qu'il ne s'agit pas d'une " banque de données de suspects " et qu'un tiers des entrées sont effacées après un contrôle de pertinence. Effacées, vraiment, ou archivées " au cas où " ? Pour surveiller ISIS, nous faudra-t-il créer OSIRIS ?

Lire la suite

02:02 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : suisse, police, surveillance, isis | |  Facebook | | | |

samedi, 24 octobre 2009

Z'avez bien le bonjour de Mouhammar

Il est très colère, le Conseil fédéral : il a l'impression, parfaitement justifiée, de s'être fait avoir jusqu'au trognon par les Bédouins : le mardi 21 octobre, c'est-à-dire à la date d'entrée en vigueur théorique de l'accord signé, à genoux et à Tripoli, par Hans-Rudolf Merz avec la Libye pour mettre un terme au conflit né de l'arrestation à Genève d'Hannibal Kadhafi et de son épouse, non seulement la Libye n'a pas laissé repartir les deux ressortissants suisses qu'elle retient depuis des mois, mais le clan Kadhafi les a même kidnappés et les séquestre désormais dans un lieu inconnu. Et la Suisse de découvrir que Kadhafi n'est pas un démocrate, que la Libye n'est pas un Etat de droit, que les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent et que présenter piteusement à Tripoli les excuses de la Suisse parce que la police genevoise avait fait son boulot n'a finalement abouti qu'à une chose : conforter le clan Kadhafi dans sa conviction, parfaitement justifiée, que c'est lui qui tenait le tire-bouchon du couteau suisse par le manche.

Lire la suite

01:24 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : libye, kadhafi, otages | |  Facebook | | | |

vendredi, 23 octobre 2009

Maîtresse, y'a Poggia, y fait rien qu'à copier sur Maillard ...

En annonçant le lancement d'une initiative populaire sur l'assurance-maladie, initiative que la gauche ne pourra pas, si elle aboutit, appeler à refuser, le MCG ne prend personne à contre-pied -sinon ceux qui ne savent plus sur quel pied (ni d'ailleurs quelle danse) danser. Politiquement, électoralement, le coup est joli. Et on n'y répondra pas en pleurnichant " prim's, on était là avant, c'était notre idée, Poggia il a copié sur Maillard ". On ne pourra répondre au MCG qu'en avançant à nouveau, et le plus clairement possible, nos propres propositions : pas seulement la caisse unique fédérale (ou des caisses uniques cantonales), mais aussi ce que le MCG se garde bien de proposer, pour ne pas effrayer ces " classes moyennes " dont l'effroi est une seconde nature : la fixation du montant des primes en fonction des ressources, la fin de la " prime par tête " et la couverture maladie des personnes à charge par l'assurance de celles qui en ont la charge...

Lire la suite

00:04 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : assurance-maladie | |  Facebook | | | |

jeudi, 22 octobre 2009

Ueli der Soldat et les beaux navions

Il n'en dort plus, le Conseiller fédéral UDC, ministre de la Défense : son armée a besoin d'un demi-milliard de francs pour être encore capable de quelque chose, on ne les lui donne pas, et en plus, on veut lui faire acheter de nouveaux avions de chasse pour remplacer les Tiger F5 qui seront bientôt aussi utiles à la Suisse que des Messerschmidt, des Spitfire ou des Stormovik de la deuxième guerre mondiale. Lesquels ont au moins une valeur patrimoniale. Et donc, à bout d'insomnies, Ueli Maurer a lancé une sorte d'appel au secours : donnez-moi 500 millions, ou renoncez à l'achat de nouveaux avions ! ça tombe bien, une initiative du GSsA a abouti, qui demande précisément que l'on renonce à l'achat de nouveaux avions de combat. Et du coup, quelques casques à boulons songent à lancer une initiative dans le sens contraire : pour que l'on garantisse un tel achat. Mais qu'ils le fassent : avec un peu de pot, on pourrait voter le même jour sur les deux initiatives (si la seconde aboutit)…

Lire la suite

01:14 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : armée, avions, gssa, dassault, saab | |  Facebook | | | |

mardi, 20 octobre 2009

Interdiction de l'exportation de matériel militaire : Pour deux sous de cohérence

Le Conseil fédéral appelle, évidemment, à refuser l'initiative du GSsA visant à interdire les exportations d'armes, initiative soumise au vote populaire le 29 novembre prochain. L'argument du gouvernement à l'appui de ce rejet est économique : renoncer aux exportations d'armes, ce serait mettre en danger une industrie qui emploie plus de 5000 personnes, à moins d'investir dans sa reconversion, ce qui coûterait un demi-milliard par an pendant dix ans. C'est exactement ce que propose l'initiative, actualisant le vieux slogan des deux premières Internationales : transformer les épées en socs de charrues. La droite, toute unie, UDC comprise, a créé un comité pour combattre l'initiative, en gonflant les chiffres gouvernementaux : là où le Conseil fédéral parle de 5100 emplois menacés, les partis de droite et les milieux " économiques " en évoquent 10'000. Reste que même en 2008, où elles ont atteint un record, les exportations suisses d'armes n'ont représenté que 0,4 % de la valeur des exportations, et 0,1 % du PIB. Autrement dit : sur cent francs de richesses produites en Suisse, seuls dix centimes proviennent des exportations de matériel militaire. Ce sont de ces deux sous que l'initiative nous demande de nous priver. Deux sous de cohérence entre les pratiques et les discours (sur la paix et les droits humains), c'est trop demander à la Suisse ?

Lire la suite

23:44 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : armes, exportations | |  Facebook | | | |

Après la gueule de bois post-électorale...

Rire du pire
Roulez tambours, sonnez trompettes, ici l'ombre, les Genevois parlent aux Genevois : la gauche genevoise, du PS aux Communistes en passant par solidaritéS, en appelle à la résistance, après le pire résultat électoral qu'elle ait subi depuis trois bon quarts de siècle... Mais si nous savons bien, ou à tout le moins devrions-nous le savoir, toutes et tous, à quoi résister (à la démagogie, au racisme, à la xénophobie, au démantèlement social, à l'épuration culturelle, et on en passe et des pires), reste à savoir comment... Or il n'est peut être de meilleure méthode d'action politique en temps de résistance que celle qui consiste à tout faire pour délégitimer les institutions politiques par quoi passera précisément ce à quoi il conviendra de résister; tout faire pour introduire dans tous les fonctionnements sociaux, dans chacun et dans le moindre d'entre eux, l'élément de trouble qui non seulement le perturbera, mais permettra d'en rendre évident le caractère fondamentalement arbitraire. Laissant à d'autres le soin de tenter une improbable " résistance dans les institutions ", nous avons à mettre au point, pour chacune des situations dans lesquelles l'individu se trouve confronté à une norme sociale, l'élément -l'acte, le lieu, la structure éphémère, la parole- qui désarticulera et délégitimera cette norme, et l'institution qui l'a produite.

Lire la suite

00:59 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : politique, élections, démocratie | |  Facebook | | | |

samedi, 17 octobre 2009

Initiative anti-minarets : D'Ecône à la Mecque et retour

Pour la Conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf il faut repousser l'initiative anti-minarets car elle menace la " paix religieuse " et pour le Conseil d'Etat et les Municipalités de Genève, parce qu'elle menace la " Genève internationale ". Il est vrai : l'initiative antiminarets menace la paix religieuse et la Genève internationale. Mais ce ne sont pas ces menaces qui nous importent le plus : après tout, l'instauration de la laïcité a elle aussi perturbé la " paix religieuse ", et le Kulturkampf a déclenché un conflit religieux; quant à la Genève Internationale, à force de nous la ressortir comme argument de campagne sur n'importe quel sujet, sa valeur argumentaire risque une rapide dévaluation. Ce n'est pas parce qu'elle menace la " paix religieuse " et la " Genève internationale " que l'initiative anti-minarets doit être repoussée, mais parce qu'elle nie un principe démocratique fondamental : l'égalité des droits et des libertés. Et qu'elle ne vise qu'à reproduire en Suisse les politiques cultuelles des Etats interdisant les édifices religieux autres que ceux de leur propre religion. Il n'y a pas d'églises chrétiennes à la Mecque ? Certes. Mais il n'y a pas non plus de minarets au Vatican. Et il n'y en avait ni dans l'Espagner franquiste, ni dans le Portugal salazariste, ni dans la Grèce des colonels.,

Lire la suite

00:09 Publié dans religion | Lien permanent | Commentaires (137) | Tags : suisse, islam, minarets, udc | |  Facebook | | | |

vendredi, 16 octobre 2009

L'embolie ou le CEVA

Le référendum des opposants au CEVA ayant abouti, le peuple devra trancher dans le vif de la côte de Champel, le 29 novembre, en votant sur le crédit complémentaire de 113 millions accepté par le Grand Conseil. Le MCG était le seul parti à soutenir les opposants, mais il a été rejoint par l'UDC (on se souvient de son fameux placard publicitaire affirmant que le CEVA n'est qu'un moyen de transport supplémentaire pour amener à Genève la " racaille d'Annemasse ", alors que, fonctionnant dans les deux sens, il amène aussi à Annemasse la " racaille de Genève ", y'a pas de raison…) et au sein du parti libéral, les opposants disposent de relais non négligeables. Rien ne garantit donc le soutien populaire au projet-phare du développement des transports publics ferroviaires à Genève. En fait, le vote du 29 novembre est probablement, s'agissant du développement de Genève et de sa région, le plus important depuis la fusion des communes de 1930... Pour la Genève réelle, l'alternative est simple : c'est le CEVA ou l'embolie.

Lire la suite

04:45 Publié dans Transports | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : genève, ceva | |  Facebook | | | |

jeudi, 15 octobre 2009

PS, Conseil d'Etat : Le mol désir de rester, le dur devoir de partir

On s'est beaucoup gaussé ici de l'incompétence tactique et stratégique de la " gauche de la gauche ". Mais finalement, à bien y regarder, le PS lui ressemble  beaucoup plus qu'il l'admet, à cette gauche très gauche : Chez nous non plus, on ne change pas une stratégie qui perd. Depuis 1997, à chaque élection cantonale, le PS perd entre 10 et 35 % de son électorat et de ses sièges au Grand Conseil, pour arriver, aujourd'hui, à moins de 13 % des suffrages. Et à 15 % des sièges grâce à l'aide désintéressée d'un ancien Conseiller d'Etat socialiste, dont la liste, en empêchant celle de solidaritéS et du PDT d'obtenir le quorum, a fait cadeau aux socialistes de deux sièges de députés que leur score électoral ne leur aurait pas permis d'obtenir. Le choix que le Comité directeur du PS proposait à l'Assemblée générale de ce soir de confirmer, c'est de rester dans la position où il est depuis douze ans : un pied au gouvernement, un pied dans l'opposition.  Un choix  dont les fruits sont, pour le PS, en douze ans : la perte de 40 % de son électorat et d'un tiers de sa députation.

Lire la suite

02:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ps, politique, élections | |  Facebook | | | |

mercredi, 14 octobre 2009

Election du Conseil d'Etat : le choix socialiste

L'opposition ou la disparition

Le Parti socialiste genevois n'est certes pas le plus grand perdant des élections au Grand Conseil (les libéraux ont perdu plus que lui, et tous les partis, à l'exception des Verts, ont fait les frais de la percée du MCG), mais il est sans doute le plus grand perdant de la législature qui s'achève. Il est donc le seul à devoir se poser la question d'un véritable changement de stratégie. Il est le perdant de cette législature, parce qu'il s'est retrouvé dans la situation impossible d'être à la fois impliqué dans la politique menée par un gouvernement auquel il participe, et dans l'opposition à cette politique. Le PS paie au prix fort sa participation à une majorité gouvernementale théoriquement (très théoriquement…) de " centre-gauche ", mais contrainte, par une majorité parlementaire de droite ou par le virage à droite des Verts, à mener une politique dont les attributs de gauche sont indiscernables. Sa présence gouvernementale a donc eu, pour la droite, une utilité, et une seule : l'empêcher de jouer pleinement la carte de l'opposition. Et pour le PS, au fond, le choix est simple : il est entre l'opposition et une lente et régulière érosion, le menant à disparaître en tant que force politique de gauche, et à ne plus subsister que comme partenaire mineur d'un grand centre mou allant de lui au PDC en passant par les Verts. Une sorte de marigot dans le marais, quoi.

Lire la suite

03:18 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ps, politique, élections | |  Facebook | | | |

lundi, 12 octobre 2009

Bon, et maintenant, on fait quoi ?

A Piogre, on a ferré les mouches (xénophobes et drosophiles) et au soir de l'élection du parlement de la République, on ressent comme une impression de " déjà vu ", à tout le moins de " déjà prévu " : le MCG cannibalise l'UDC, le PS recule, les Verts progressent, les radicaux et le PDC continuent de s'effriter, les libéraux se gaufrent malgré les rodomontades de leur commissaire politique, et le retour au parlement de la gauche de la gauche est entravé par le lancement d'une liste parasitaire...  Résultat : le parlement élu est encore plus à droite que le précédent, et encore moins représentatif des rapports de force politiquer réels, avec une gauche parlementaire, réduite au seul PS. Rien de tout cela ne bouleverse, ni la réalité politique, ni la perception qu'on en a. Mais tout cela clarifie, encore un peu, les situations et les choix. Reste à savoir quelles conclusions doivent être tirées de cette perception, et quelles décisions prises -la première de ces décisions portant sur l'élection du Conseil d'Etat, prochaine échéance dans le calendrier politique institutionnel, et donc première occasion pour le PS de dire si la situation dont il sort par une défaite, celle d'un parti empêché de jouer son rôle de parti d'opposition, lui convient à ce point qu'il compte bien y rester encore quatre ans de plus. Pour en ressortir dans quatre ans encore plus affaibli.

Lire la suite

03:12 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : ps, politique, élections | |  Facebook | | | |

samedi, 10 octobre 2009

Après la braderie fiscale, l'équarrissage budgétaire ?

Comment se faire avoir jusqu'au trognon...

Il ne s'est pas passé trois jours après le vote par le bon peuple des cadeaux fiscaux qui lui étaient promis, pour que les plus ardents partisans de ces cadeaux (qui se trouvent être aussi les plus cohérents porte-paroles de leurs principaux destinataires : les contribuables à gros revenus et à grosse fortune) entament la deuxième partie de leur programme de vidange budgétaire. Il leur avait fallu l'aide des Verts pour faire passer les réductions d'impôts -ils n'ont plus besoin de ces alliés, qu'on peut, après distribution des primes électorales, congédier comme des porteurs d'eau pour s'attaquer sans eux au budget du canton (et à ceux de la Ville et des communes, mais là, les porteurs d'eau peuvent encore être utiles). De toute façon, les réductions d'impôts promises aux " classes moyennes " seront bouffées par les hausses de cotisations à l'assurance maladie -et si ça ne devait pas suffire à rendre parfaitement illusoire les promesses fiscales de la droite et des Verts, la hausse des tarifs des transports publics fera le reste : on vous promettait des disponibilités financières supplémentaires ? pour la majorité des contribuables, elles paieront partiellement les hausses de primes et de tarifs, et les baisses de prestations.

Lire la suite

00:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impôts, budgets, politique | |  Facebook | | | |

vendredi, 09 octobre 2009

assurance-maladie : Assurés piégés, racket pérennisé

Une hausse moyenne nationale de 8,7 % des primes d'assurance maladie pour les adultes ayant choisi une franchise de base ordinaire : c'est un record depuis 2003. Certains assurés voient même leurs primes augmenter de plus de 40 %. A Genève, si les hausses des primes moyennes (+ 4,1 %) sont plus basses que la moyenne nationale, le montant moyen des primes est le plus élevé de Suisse, avec Zurich. Et c'est pas fini : on prévoit déjà des hausses l'année prochaine, et même dans six mois, pour au moins 18 caisses et un million d'assurés, histoire de piéger comme des rats celles et ceux qui ont cru pouvoir changer de caisse-maladie pour une caisse moins chère. Eh quoi ? Il faut bien compenser les pertes en bourse (200 à 300 millions de francs) des assureurs... En attendant, la hausse des primes d'assurance maladie bouffera intégralement les " économies " promises aux " classe moyennes " genevoises par les partisans des récentes baisses d'impôts... qui se trouvent être aussi les adversaires des réformes nécessaires de l'assurance maladie.

Lire la suite

03:36 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : assurance-maladie | |  Facebook | | | |

jeudi, 08 octobre 2009

Ce soir, 18 heures, place de Neuve : La frontière, on s'en fout !

Trois jours après la publication de la fameuse annonce de l'UDC genevoise invoquant la menace d'une invasion par voie ferroviaire de la " racaille " annemassienne pour inciter à la fois au refus du CEVA et au vote pour l'UDC, la débandade de l'extrême-droite locale est pathétique : c'est à qui feindra le plus hypocritement de découvrir à quel parti il a adhéré. Le Conseiller national et candidat au Conseil d'Etat Yves Nidegger (dont les maigres chances d'être élu sont désormais réduites au néant de l'argumentaire de son parti) se lamente sur la ruine des " huit ans d'efforts " pour que l'UDC devienne un parti respectable, le Conducator du MCG, Eric Stauffer, condamne une publicité encore plus ordurière que la sienne… Mais leurs contorsions rhétoriques et politiques ne peuvent guère tromper : sur le fond, les Nidegger et autres Stauffer, sont d'accord avec le concepteur de cette publicité. Ils ne le désavouent que sur la méthode et le langage. Leur critique n'est qu'une critique d'opportunité, leur reproche celui d'une maladresse : ça n'était pas le moment... Parce qu'il y a des moments pour se vautrer dans la boue, et des moments où il convient de se montrer tout convenable et tout blanc dans son petit costard de candidat bien propre sur lui.

Lire la suite

03:36 Publié dans Région | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : genève, politique, udc, mcg, frontaliers | |  Facebook | | | |

mercredi, 07 octobre 2009

A l'ost, rien de nouveau

Dissoudre l'armée ou la laisser moisir ?

Un petit morceau de l'armée suisse va probablement être dissout : le DRA-10 (détachement de reconnaissance de l'armée, composé de 40 hommes), dont le sort était suspendu à la décision des Chambres fédérales de lui donner pour mission de participer à la mission " Atalante " (la protection des navires dans la zone de piraterie au large de la Somalie). Or le Conseil National a refusé, par une majorité hétérogène (UDC, Verts, une partie des socialistes -contre Micheline Calmy-Rey) d'autoriser l'envoi des soldats professionnels du DRA-10 dans ces eaux dangereuses. Pour les opposants de droite (UDC), l'armée suisse n'a rien à faire à l'étranger. Pour les opposants de gauche, elle a mieux à faire des moyens financiers dont elle dispose pour des opérations dans l'est africain (ou le sud arabique) que les consacrer à financer une opération de police internationale : ces moyens, elle doit les consacrer à l'appui humanitaire, économique et politique aux populations. Du coup, le Conseiller fédéral Ueli Maurer, pour qui l'existence même d'une troupe comme le DRA-10 est contestable, devrait le dissoudre, ou le fusionner avec le détachement ad hoc de la police militaire. Et un petit morceau d'armée en moins, un…

Lire la suite

02:07 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : armée, atalante, maurer | |  Facebook | | | |

mardi, 06 octobre 2009

Match UDC-MCG : Sprint final dans la boue

Elections : la campagne débonde

Faut-il que l'UDC soit inquiète du tintamarre anti-frontalier produit depuis des mois par le MCG pour que, dans la dernière semaine de la campagne électorale, elle se mette à prouver qu'elle peut faire encore pire, et que sur le terrain du nauséabond, elle était sans concurrent sérieux... L'UDC a donc fait publier dans la " Tribune " une annonce sur une demi-page, invitant à voter à la fois contre le CEVA en novembre et pour l'UDC en octobre, avec comme argument, qui a lui seul devrait dissiper nos derniers doutes sur la nécessité de soutenir le crédit pour le CEVA : le CEVA est " un nouveau moyen de transport pour la racaille d'Annemasse ". Que l'UDC préfère sans doute voir venir à Genève à bord de voitures volées. Quant à nous, et, nous l'espérons, à vous, c'est jeudi, à 18 heures, place de Neuve, que nous répondrons comme il convient à l'UDC, au MCG et à tout ce qui s'ébroue dans la même soue.

Lire la suite

00:42 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : élections, politique, xénophobie, udc, mcg, frontaliers | |  Facebook | | | |