vendredi, 30 octobre 2009

" Noces de Schaffhouse ", le 21 novembre : Repenser la gauche, et après ?

" La sinistra in Europa non è da rinnovare, o da ricostruire, o da ripensare, o da ricomporre, ma da inventare. Radicalmente e dacapo " : cela fait plus de vingt ans que le philosophe italien Paolo Flores d'Arcais convoquait " la gauche " au rendez-vous de sa réinvention. Et vingt ans après, nous en sommes toujours au même point. Le 21 novembre prochain, à Schaffhouse, des militantes et militants qui ne se résignent pas à cette situation se rencontreront pour créer une nouvelle " entité politique nationale ", provisoirement baptisée " La gauche - Die Linke Alternative - La Sinistra ". Mais quelle entité ? Un mouvement, un parti, un réseau ? Les débats autour de cette initiative manifestent une attente, et une volonté. Quelle que soit l'issue de la rencontre schaffhousoise, cette attente et cette volonté sont déjà un acquis. Reste en en tirer cette réinvention de la gauche à laquelle Flores d'Arcais appelait il y a vingt ans. Putain, vingt ans…


Ne pas refaire l'existant
Créer, sous quelque forme que ce soit, une nouvelle organisation, cela se peut faire pour trois raisons : prendre la place d'un parti existant, ouvrir un nouvel espace politiquer ou se retrouver bien au chaud, entre soi, entre militantes et militants partageant totalement convictions et détestations communes. Les débats préalables à la rencontre schaffhousoise nous signalent que l'éventail est large, entre ceux pour qui " l'ennemi principal " est la droite populiste, et l'extrême-droite qui se cache derrière (ou dedans), et ceux pour qui ce rôle d' " ennemi principal " est joué par le PS et les Verts… Certes, les initiateurs de la rencontre du 21 novembre ont l' " anticapitalisme " en commun. Mais l' " anticapitalisme " n'est pas un projet : il est un refus nécessaire indispensable de l'ordre existant, mais un refus d'où ne naît pas encore une alternative. Après tout, à leur manière, les fondamentalismes religieux, les identitarismes réactionnaires et " antimondialistes " (mais non " altermondialistes ") sont, eux aussi, " anticapitalistes " (ou en tous cas antilibéraux). A une nouvelle organisation, un nouveau mouvement ou un nouveau réseau, il faut un nouveau projet, de nouvelles méthodes, de nouvelles pratiques, sauf à refaire ce qui a déjà été fait, et qui s'est défait. Par quoi la " nouvelle gauche " qui pourrait naître des " Noces de Schaffhouse " comme l'ancienne était née il y a un siècle des " Noces de Soleurs " se distinguera-t-elle ? Si, comme nous sommes un certain nombre à le croire, et à tenter de le penser, l'enjeu, en Suisse comme dans toute l'Europe, est celui d'une réinvention de la gauche, cet enjeu ne peut être remporté que par un mouvement fondamentalement différent, par son programme, son organisation, ses méthodes d'action, de ceux qui structurent aujourd'hui " la gauche ". C'est bien de réinvention dont il est question, qu'il s'agisse d' " inventer " du nouveau ou de redécouvrir de l'ancien (les pratiques libertaires, notamment) recouvert par des décennies de submersion institutionnelle et de carriérisme individuel.

02:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : suisse, gauche | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce qu'il a de bien, c'est que pendant que les gauchos de la gauche de la gauche s'astiqueront les neurones, les électeurs, eux, iront voter. Ils n'auront rien à faire des "pratiques libertaires", du "nouveau projet" ni du "nouveau réseau" de la nouvelle gauche.

En plus, s'ils étaient capables de faire quelque chose d'intelligent, "putain", vingt ans plus tard, cela se serait su.

Écrit par : Déblogueur | vendredi, 30 octobre 2009

Selon Déblogueur, la droite ou les droites (selon moi le PSS en fait partie), ont-ils fait mieux pendant les 20 dernières années? Oui?... Ah bon!... Bof! Si vous y tenez, je veux bien!... Mais alors, quoi?

La création du MCG!
La guerre contre un seul des "intégrismes"? L'émergeance de l'UDC blochérienne? La géostratégie de la guerre des étoiles? La "résorbtion" (sic) de la faim dansle monde? L'invention du vaccin contre A H1N1? L'i-pod?

En plus, toutes une partie de ces fredaines ont plus de 20 ans!
Même L'UDC est plus ancienne (1971). Presque le double des 20 ans mentionnés par D... Une UDC qui, malgré tout, n'a semé que le vent, sans même récolter la tempête...

Il est difficile de comprendre que, de nos jours et après toute les péripéties plutôt catastrophiques de l'Histoire moderne, certains imaginent encore qu'avec l'Homme tel qu'il est, il soit possible de changer quoi que ce soit, à Schaffhouse comme ailleurs...!
La seule chose qu'il serait nécesaire de changer, c'est la mentalité de cet Homme. Attention! Ne pas oublier la Femme qui lui est beaucoup plus ressemblante que certaines féministes veulent bien nous le laisser accroire. Ces bêtes (H+F) qui ne pensent qu'à elles (elle: par rapport à bête et non à Femmes) avant tout!... Et, malheureusement aujourd'hui, les politiciens et politiciennes de tous poils seraient les plus difficiles à transformer: ils sont "bêtes" deux fois... Et ils auraient tellement à perdre!

Écrit par : Père Siffleur | vendredi, 30 octobre 2009

Depuis une vingtaine d'années, un des grands dadas de la gauche, toutes nuances confondues, tient dans les verbes "réinventer", "repenser", "refonder"... En langage vulgaire, cele signifie qu'elle coince et qu'elle ne sait pas comment s'en sortir.

Evidemment, on ne peut pas vous demander l'impossible, c'est-à-dire de vous remettre fondamentalement en cause, mais, franchement, entre nous, vous ne vous interrogez jamais à propos de l'adéquation, ou de l'inadéquation, de vos théories progressistes, humanistes et égalitaristes, avec les réalités de la nature humaine ?

Écrit par : Scipion | vendredi, 30 octobre 2009

"La seule chose qu'il serait nécesaire de changer, c'est la mentalité de cet Homme."

En fait, ce serait la nature humaine, plutôt que la mentalité. Et ceux qui s'y sont déjà essayé ont causé des dizaines et des dizaines de millions de morts.

L'Homme nouveau (jacobin, communiste, fasciste et nazi) est le grand fossoyage du XXe siècle et ce serait peut-être, dans le domaine des idées, le seul élément positif qu'on pourrait porter à son crédit... s'il n'y avait encore des gens qui hypothétisent de changer la "mentalité" de l'Homme.

Écrit par : Scipion | vendredi, 30 octobre 2009

Cela ne va certes pas changer l'homme, mais qui dit que cela ne va pas changer des comportements capitalistes avident d'argent facile à cout terme?

Car là est bien le noeud du problème ! Nous avons tiré les leçon de ce monde de capitalistes totalement irresponsables qui ont mené le monde dans une crise sans précédant.

Voilà ce contre quoi nous devons lutter !

Depuis quelques temps, le peuple ouvrier voir ses conditions de vie fondre comme neige au soleil ! Des hausses inaxeptables des primes d'assurance maladie, des baisses d'mpôts que pour les riches, des diminutions sur les prestations chômage et des patrons qui souhaitent nous faire travailler 24/24 et 7 jours/7.

Et comme le tout ne suffit pas, nous voyons aussi nos salaires stagner depuis bien trop longtemps, pour ne pas dire diminuer!

Après ça, vous allez encore nous reprocher de défendre nos conditions de vie?

Non mais ! Messieurs les Patrons, ce temps est fini! Nous allons vous faire cesser votre exploitation de vos ouvriers! Car nous sommes entrain de perde nos acquis jour après jour et vous croyez sans doute rester dans cette ligne en longtemps ? Mais le temps des rêves et terminé !

Cette nouvelle gauche de demain sera pour vous la naissance d'une résistence et il faudra bien vous y faire ! Fini le temps du règne. le temps des rois !

P.R

Écrit par : Patrice Rochat | vendredi, 30 octobre 2009

Je me reconnais dans pas mal de propos des gens qui se révoltent contre le système prédominant.

N'ayant jamais adhéré à un parti politique, je ne suis par contre pas "un déçu"; au contraire, je crois que nous sommes arrivés à un moment particulièrement propice pour imaginer et créer des nouveaux modèles de société.

Les fondamentaux d'un tel nouveau modèle sont clairement exprimé dans les droits humains - qui attendent toujours à être traduits dans nos lois de manière concrète et encore davantage à être intégrés dans notre manière de penser et d'agir. A mon sens, ils doivent servir de guide, guide duquel découlent les valeurs d'une autre manière de penser le monde.

Il y a bien sûr mille sujets qui nécessitent de nouvelles réponses. En vrac, quelques idées d'ordre général et plus concrètes:

- Remplacer le PIB par un indicateur qui tient compte de facteurs environnementaux et des échanges non-monéntaires;
- Dans nos supermarchés, remplacer les sacs en plastique et les balances "self-service" pour les fruits et légumes par des personnes qui pèsent les denrées et les mettent dans cabas en papier;
- Créer une taxe emballage (notamment pour les marchandises vendues "conditionnées");
- Instaurer un jour férié destiné à augmenter la qualité de vie dans son quartier d'habitation;
- Instaurer un "bonus malus" pour toute activité économique;
- Promouvoir la création de lotissements de logements "mixtes" équilibrés (inter-générationnels, couches de société, etc.);
- Inverser le fardeau de la preuve quant à la commercialisation de nouveaux produits;
- Instaurer une taxe sur les transactions financères (du type Tobbin);
- etc...

Écrit par : justin | lundi, 23 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.