mercredi, 30 septembre 2009

De l'huile de palme dans les rouages des banques suisses

Quand l'UBS et le Crédit Suisse financent la destruction de la forêt tropicale

En Indonésie, de grandes compagnies financées notamment, comme la " Golden Agri Ressources+ ", par l'UBS et le Crédit Suisse, s'approprient les terres et déboisent, détruisant les écosystèmes locaux (qui participent du poumon de la planète) et les espaces de vie des populations indigènes. L'organisation indonésienne Walhi s'y oppose, et soutient le mouvement d'occupation des terres communales volées à Sumatra par les industriels de l'huile de palme. A son tour, Walhi a obtenu le soutien du SOLIFONDS, le fonds de solidarité avec les luttes de libération sociale dans le tiers-monde, commun aux syndicats, à l'OSEO et au PS. Le Solifonds a donc besoin de notre propre soutien pour pouvoir soutenir Walhi : vos contributions sont attendues... Elles ne contrebalanceront pas matériellement les masses financières injectées par la Suisse dans ses banques, et qui leur permettent de financer les ravageurs de la forêt indonésienne, mais elles y répondront au moins comme il convient : par le soutien à celles et ceux qui, en Indonésie, s'y opposent.

SOLIFONDS, Quellenstrasse 25, CH-8031 Zurich
mail@solifonds.ch
www.solifonds.ch
Compte postal 80-7761-7


Mettez un Orang-outan dans votre moteur
L'Indonésie est devenue en quelques années le premier producteur et exportateur d'huile de palme. En massacrant sa forêt : sept millions d'hectares de forêt vierge et de tourbières ont été sacrifiées à la culture de palme, encouragée par le développement des agrocarburants. Et le gouvernement indonésien prévoit de bousiller encore vingt millions d'hectares (six fois et demie la surface de la Suisse entière) pour cette culture industrielle. A ce rythme, dans une génération, l'Indonésie sera totalement déboisée. Mais ça n'est pas seulement comme étalon de mesure de la surface du désastre que la Suisse est en cause : c'est aussi par ses banques, celles-là même que la Confédération et la Banque Nationale ont sauvées du naufrage à grands coups de milliards. LUBS et le Crédit Suisse financent de nouvelles plantations de la société Golden Agri-Resources, du groupe Sinar Mas. On voit à quoi sert " notre argent " : à transformer la forêt vierge en carburant pour nos bagnoles, nos chauffages et nos centrales électriques. Tout cela au nom du développement durable... quelle farce : en détruisant la forêt vierge pour la remplacer par la culture industrielle de palmes, sous prétexte de favoriser la substitution d'un écocarburant aux carburants fossiles, on détruit l'équilibre climatique dans lequel la forêt joue un rôle essentiel, on transforme des paysages sylvestres en déserts écologiques, on prive les populations locales de leurs moyens de subsistance, on détruit l'écosystème de la faune locale -notamment de notre cousin Orang-outan, en voie de disparition. La société financée par les banques suisses est l'un des principaux prédateurs de ce carnage. Watch Indonesia, une ONG de défense des droits humains, précise : " ceux qui osent se mettre en travers (du chemin de Golden Agri-Resources) risquent leur vie ". Ou à tout le moins leur liberté, comme le maire de Karang Mendapo, qui croupit depuis des mois en prison pour avoir incité ses concitoyens à résister à la destruction de leur cadre de vie. La solidarité s'imposerait de toute façon avec ces hommes, ces femmes et ces organisations qui luttent contre les multinationales qui ravagent la forêt indonésienne. Elle s'impose d'autant plus, en Suisse, que ce ravage est financé par les banques suisses.


SOLIFONDS, Quellenstrasse 25, CH-8031 Zurich
mail@solifonds.ch
www.solifonds.ch
Compte postal 80-7761-7



01:44 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : ubs, crédit suisse, indonésie | |  Facebook | | | |

Commentaires

Sur cette planète, dés que vous observé une saleté, il y a une banque suisse derrière, alors nous faisons les justiciers en arrêtant Polanski !

Écrit par : corto | mercredi, 30 septembre 2009

L'huile de palme que l'on appel également l'huile végétale. Cette huile contient beaucoup de graisse saturée, qui bouchent éfficassement nos artères. Je me rappel du grand débat autour de son utilisation pour la fabrication du chocolat en Suisse. L'argument principal des industriels était de faire des économies en utilisant cette huile peu couteuse. Mais à quel prix? Obésité, artères bouchées, carnage forestier et réputation du chocolat suisse mis à mal. Elle est utilisée également d'autres produit. Voir les banques qui lavent plus blanc que blanc dans cette affaire n'a hélas rien d'extraordinaire me direz-vous.

Écrit par : Riro | mercredi, 30 septembre 2009

Et dire que la droite prône la "tolérance zéro" contre la petite délinquance... Mais quand il s'agit de la méga-délinquance comme celle-ci, alors c'est bon, on peut tout faire. Interrogez Maître Poncet pour voir! :-)

Écrit par : Vincent Rossi | mercredi, 30 septembre 2009

"Et dire que la droite prône la "tolérance zéro" contre la petite délinquance... Mais quand il s'agit de la méga-délinquance comme celle-ci, alors c'est bon, on peut tout faire."

C'est-à-dire que là-bas, c'est pas chez nous, mais dans un pays qui a voulu son indépendance, qui l'a obtenue et qui, depuis - comme c'était à prévoir - en fait ce qu'il en veut !

Et si l'UBS et le Crédit suisse mettent des sous là-bas, c'est que là-bas, il y a une demande pour les sous en question. Je ne vois pas bien où est le problème... Et encore moins la délinquance même pas méga.

Écrit par : Scipion | mercredi, 30 septembre 2009

Le meilleur moyen, pour lutter contre les méfaits écologiques dûs aux palmiers à huile, est d'obliger les fabricants à écrire en toutes lettres, et lisiblement, "Huile de Palme", dans les trois langues nationales, et d'interdire totalement la dénomination "Huile végétale".

Évidemment, tous les produits importés devraient respecter cette règle. Si ce n'est pas déjà écrit sur l'emballage, on peut coller des autocollants.

Écrit par : BouchePasMesArtères | mercredi, 30 septembre 2009

Scipion est visiblement le seul ici à ne pas voir où est le problème. Serait-il libéral ?

Écrit par : linario | jeudi, 01 octobre 2009

libéral ? certainement pas. Ce serait désobligeant pour les libéraux, qui sont tout de même, quoique certains d'entre eux semblent l'oublier, des héritiers des Lumières. Des enfants de Voltaire. Notre anonyme tribal serait plutôt un rejeton de Joseph de Maistre ou de Gobineau...

Écrit par : Pascal Holenweg | vendredi, 02 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.