vendredi, 25 septembre 2009

La mendiante et le businessman (fable genevoise)

La chasse aux Rroms entravée ?


Une mendiante roumaine, disposant d'un passeport, d'une carte d'identité et d'un domicile légal, avait été condamnée à dix jours de prison pour n'avoir pas répondu dans les délais à une notification d'amende (pour mendicité) parue dans la " Feuille d'Avis Officielle " genevoise, publication certes remarquable mais dont la Roumaine, par ailleurs analphabète, ignorait l'existence. Le Tribunal d'application des peines et mesures (Tapem)  constatant que la mendiante avait un domicile en Roumanie, c'est-à-dire dans l'Union Européenne, et que la notification aurait dû, selon la loi, lui être communiquée à cette adresse,  avait remis la mendiante en liberté, après qu'elle ait tout de même passé six jours en prison. Pas content de se voir désavoué, le Parquet avait fait appel, en expliquant que les Rroms vivant souvent de manière itinérante, on pouvait les considérer comme des SDF… A quoi la défense de la Roumaine avait répliqué que dans ces conditions, " tout businessman doit également être considéré comme SDF ". Pour le procureur (ou son substitut), peu importent la réalité des situations et la lettre de la loi, il faut faire un exemple. A n'importe quel prix : " c'est un cas test car beaucoup de procédures sont en attente de la décision ". Manière de dire au Tribunal : ne respectez pas trop le droit, ça entraverait la chasse aux mendiants rroms à laquelle nous nous livrons depuis que la droite genevoise l'a ouverte.


Quand l'histoire bégaie…
Les Rroms redeviennent à Genève ce qu'ils ont été en Europe occidentale jusqu'à la tentative nazie de les exterminer : des parias. Et pour être certains qu'ils le restent une fois renvoyés là d'où ils étaient venus, les policiers genevois inscrivaient jusqu'à très récemment dans leur passeport la mention " Mendiant ".  On a progressé dans l'alphabet, en Suisse, en septante ans : on est passé du  J de " juif " (ou " juden " apposé dans les passeports des juifs allemands fuyant le nazisme, au M de " mendiant " pour les Rroms dont on veut se débarrasser. C'est totalement illégal, la police a promis de faire une enquête, la police cantonale et la police municipale se sont renvoyé la baballe, la cheffe de la première a promis des " sanctions disciplinaires " et de " réparer les torts " et le chef du Département que Genève payera le remboursement des passeports maculés. De 1905 à 1972, la Suisse interdisait aux Tziganes l'entrée sur son territoire, et les Yéniches furent discriminés, voire persécutés, et même mutilés (des femmes ont été stérilisées…) ; de 1926 à 1973, l'Oeuvre des enfants de la grand'route, un service de Pro Juventute, a systématiquement détruit les familles yéniches en arrachant les enfants pour les placer en orphelinats. Pro Juventute avait fait, tardivement, acte de contrition., des réparations ont été accordées aux victimes. Et aujourd'hui ? " Il y a une criminalisation générale de la pauvreté dans laquelle les Roms font figure de boucs émissaires ", estime le président de la section genevoise de la Ligue des droits de l'homme. Et on ne peut pas dire que ce processus soit entravé par une mobilisation significative de la gauche, requise par son train-train politique, institutionnel ou non. Les Rroms se retrouvent sans soutien, l'association Mesemrom à peu près seule à leurs côtés. Mais patience : gageons que dans soixante ans, Genève et le Musée de la Croix Rouge organiseront des expositions pour rendre hommage aux rares défenseurs genevois des Rroms...

17:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mendiants, rroms, roms, tziganes | |  Facebook | | | |

Commentaires

A ma connaissance l'instruction concernant les annotations dans le passport est toujour en cours, non ? Et c'est tellement gros (ils risquent des persecutions si ils sont renvoyés chez eux) que j'y croix a peu près autant que les nigerains qui ont maloncontrueusement perdu leurs passport dans les chiottes de l'aeroport. Mais il est vrai que a presemption d'innocence est a geometrie variable selon le sujet.

Et pour reprendre sur le même ton simpliste et populiste dont vous usez, dites vous bien qu'il y a plus d'associations pour soutenir un roms traité de sale roms ou simplement amendé pour mendicité que pour soutenir un suisse traité de sale suisse ou amendé pour un parcmètre depassé (qui sont tous deux des delits)...

Pour terminer, je constate sans surprise que vous tombez dans l'eternel piege a gochos... Il suffit d'être étranger, pauvre et si possible un peu moins blanc que blanc pour recevoir l'absolution sans aucune question. Et quid de l'exploitation des enfants dans la mendicité organisé, du mepris des stupides gadjos sedentaires menant au refus de scolarisation des même enfants, de l'incapacité culturel profondement anti-ecologique de gerer ses dechets etc ?

CE

Écrit par : Eastwood | vendredi, 25 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.