• Abolition des forfaits fiscaux : Encore un effort...

    Imprimer

    Le PS a déposé au Grand Conseil un projet de loi visant à l'abolition, d'ici 2012, des " forfaits fiscaux ". Les " forfaits fiscaux ", c'est ce système conçu à l'origine pour les riches inactifs étrangers s'installant à demeure en Suisse pour n'y rien faire qu'y traîner leur ennui (et y dépenser un peu de leur fortune), et qui aujourd'hui est appliqué à 640 personnes en ne rapportant que 66 millions au canton. Une paille dans la meule des rentrées fiscales, mais une poutre dans le principe de l'égalité devant l'impôt. Les bénéficiaires de cet arrangement sont imposés sur leurs dépenses visibles, et non sur leurs revenus ou sur leur fortune : c'est une imposition à la tête du client, à la taille de sa bagnole et à la surface de sa pelouse. Un système parfaitement inéquitable, qui permet à ceux qui en bénéficient de ne payer qu'une part ridicule de l'impôt qu'ils devraient payer s'ils étaient imposés normalement, comme ceux qui, Suisses ou étrangers, ont une condition  financière comparable et paient les impôts communs.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie 2 commentaires
  • Explosion des primes d'assurance-maladie : Santé ! Conservation !

    Imprimer

    La potion est amère, et tient du bouillon de onze heures : l'Office fédéral de la santé publique et " Santésuisse " (l'association faîtière des caisses maladie) ont confirmé une hausse moyenne des primes de 15 % en 2010. Même au Tessin en Romandie où elles pourraient ne pas dépasser les 3 %, ces hausses sont inacceptables, et ne font que prolonger la vie parasitaire d'un système où tout le monde triche -sauf les assurés aux revenus les plus modestes. On devrait se souvenir des belles promesses du bon docteur Couchepin, en 2007, alors que l'on s'apprêtait à voter sur l'initiative de gauche pour la création d'une caisse unique : les hausses à venir resteront " raisonnables ". La raison couchepinesque est décidément à la raison ce que les caisses-maladie sont à des assurances sociales.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé, médecine 11 commentaires
  • Sous le PAV, le référendum

    Imprimer

    Praille-Acacias-Vernets : un projet à géométrie très variable

    L'ASLOCA et les syndicats ont lancé un référendum (soutenu par le PS de la Ville) contre le préavis positif donné par une majorité (la droite plus les Verts) du Conseil municipal de la Ville au déclassement des terrains essentiellement en mains publiques sur lesquels devrait se réaliser le mirifique projet cantonal " Praille-Acacias-Vernets " (PAV). Un projet à géométrie très variable : Il ne se passe plus de semaine sans que le gouvernement annonce sa révision et promette l'augmentations du nombre de logements prévus et de la proportion de logements sociaux. Mais les promesses du Conseil d'Etat n'engagent que lui (et seulement le temps qu'il en change), et ne valent que ce que valent les chances de les faire ratifier par la majorité parlementaire la plus à droite dont Genève ait été affublée depuis la fin de la Guerre Mondiale.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • Cycle d'Orientation : la 134 est morte, vive la 138 !

    Imprimer

    De l'hétérogénéité des positions politiques

    Le Parti socialiste n'a pas encore pris (ou plutôt repris) position sur " l'initiative 138 " (" s'organiser contre l'échec scolaire et garantir une formation pour tous les jeunes ") qu'une palanquée de socialistes annoncent que finalement, tout compte fait, les choses étant ce qu'elles sont et les élections approchant, le PS ne devrait plus soutenir une initiative dont il a approuvé le lancement par une coordination dont il est membre.  Et ces hérauts de l'hétérogénéité des choix politiques socialistes d'invoquer d'hypothétiques " accords politiques " passés entre le PS et la droite, accords que les socialistes " trahiraient " s'ils soutenaient une initiative dont ils sont co-auteurs. On nous annonce donc que le PS aurait " confirmé aux radicaux qu'il rejetterait les deux initiatives " et que les Verts et le PS " invitent d'ores et déjà les Genevois à rejeter l'initiative 138 cet automne ". Or à ce jour, la seule position que le PS ait prise sur l'initiative 138, c'est celle de contribuer à son lancement et à son aboutissement. Ce qui implique évidemment de la soutenir A moins bien entendu de confondre hétérogénéité et schizophrénie.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Formation 1 commentaire
  • " Cause toujours ", mode d'emploi

    Imprimer

    Rire de tout. Et d'abord de nous.

    Le pouvoir ne s'exerce jamais si bien, c'est-à-dire si lourdement, que sur des gens tristes. La tristesse isole, et ceux sur qui il s'exerce, le pouvoir doit les isoler les uns des autres, précisément pour pouvoir continuer à s'exercer sur eux -ce qui justifiera d'ailleurs leur tristesse. La politique est chose trop sérieuse pour être laissée à des gens sérieux. Nous ne le sommes donc pas, et tentons de faire en sorte qu'en chacun de nos actes le jeu soit non seulement présent mais déterminant et que l'humour en soit le langage. La libération est une fête, et si les révolutionnaires avaient été moins tristes, sans doute leurs victoires auraient-elles été plus heureuses. Ce que nous avons à faire, nous avons à le faire en riant. De tout, et d'abord de nous-même.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Blog 11 commentaires
  • Cycle d'Orientation : Le vrai choix se fera en septembre

    Imprimer

    Un premier tri a été fait dimanche entre deux projets de réintroduction des sections au Cycle d'Orientation -deux contre-réformes, en somme. Le projet qui est sorti vainqueur, celui d'une " homogénéité douce " s'opposant à l' " homogénéité dure " prônée par " Réel ", sera opposé le 27 septembre prochain (à moins qu'elle soit retirée par ses auteurs) à l'initiative lancée par la Coordination Enseignement (qui rassemble toute la gauche), laquelle suggère une hétérogénéité complète et la disparition des sections. Pour deux partis, le PS et les Verts, le choix à faire sera un choix entre deux cohérences : la cohérence politique à court terme, que la droite lui suggère avec insistance, et qui consisterait à continuer de soutenir le contre-projet du Grand Conseil et surtout de se ranger, en pleine campagne électorale, derrière le Conseil d'Etat où ces deux partis sont ensemble majoritaires, et la cohérence politique à long terme, qui devrait les inciter à soutenir une initiative dont Verts et socialistes sont co-auteurs, et qui exprime une position de principe qui est la leur depuis qu'ils en ont une sur l' " école moyenne " : elle doit être un instrument de l'égalité des droits, non de la reproduction des inégalités de situation.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 5 commentaires
  • Pentecôte culturelle

    Imprimer

    La Grand'messe du RAAC, samedi, a annoncé la Bonne Nouvelle : il s'est produit à Genève un miracle, une pentecôte, une parousie : le champ politique s'est illuminé de conversions extraordinaires et de révélations bouleversifiantes frappant le petit monde des élues et des élus, des candidates et des candidats, des porte-paroles et des porte-plumes, prônant désormais dans une unanimité qu'on n'entendait plus guère chantée qu'à Solesme, le partage des tâches et des charges de la politique culturelle. Toutes et tous, y communiant, même avec la fraîcheur des nouveaux convertis, ceux qui depuis des lustres ont tout fait et tout défait, tout dit et de tout médit, pour que ne soit pas même envisagé ce dont il clament aujourd'hui l'urgence : une redéfinition complète des responsabilités publiques dans le champ culturel, en même temps qu'un renforcement des moyens à disposition pour que ces responsabilités soient assumées -il ne saurait en effet être question d'accepter que l'accroissement des ressources financières à disposition du canton pour sa politique culturelle se paie d'une réduction des ressources financières accordées par la Ville à la sienne. Ce n'est pas pour que la Ville puisse réduire son budget culturel qu'il faut le canton augmente le sien : c'est pour que, déchargée d'une part de son apport aux grandes institutions, la Ville puisse affecter les ressources ainsi libérées à d'autres champs culturels.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 1 commentaire
  • Qui paiera la relance ?

    Imprimer

    Une vaste mobilisation européenne en faveur d'un " new deal social " est programmée ce 16 mai. A Genève*, la gauche et les syndicats organisent une manifestation* proclamant que " nous ne paierons pas leur crise "; il eût certes mieux valu promettre que " leur crise, on va la leur faire payer ", mais on ne va pas chipoter : toute mobilisation des victimes d'une crise est bonne à soutenir -tant qu'elle n'est pas dirigée contre d'autres victimes (les immigrants, par exemple). A l'appui de la manifestation genevoise, un " programme du mouvement social " élaboré par les syndicats est présenté, alors que de son coté, le Conseil d'Etat genevois a annoncé un " plan de relance " d'un milliard, fait de mesures dont la plupart étaient déjà connues et répondent à d'autres motifs qu'une réponse à la récession. Le tiers du coût de ce plan correspond d'ailleurs à des baisses d'impôts, et donc à des pertes de ressources pour le canton. Une mobilisation générale a été décrétée, mais contre les effets de la crise, et encore : pas tous. Reste le plus périlleux : s'attaquer aux causes.

    * SAMEDI 16 MAI, GENEVE : "NOUS NE PAIERONS PAS LEUR CRISE"
    Manifestation dans le cadre d'une mobilisation syndicale européenne
    14 heures, Place des XXII-Cantons

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie 4 commentaires
  • Jeu de l'avion dans le brouillard

    Imprimer

    Trois constructeurs européens en concurrence (féroce) pour vendre des avions de combat à la Suisse

    La Suisse veut s'acheter de nouveaux zoulis navions de combat pour remplacer ses vieux " Tiger ", qui vont être retirés du service sans jamais avoir servi à grand chose. Trois constructeurs européens s'affrontent hors du regard public pour remporter un marché de 2 milliards et demi de francs (du moins si une initiative antimilitariste n'assèche pas le marché en question) : Saab veut vendre des Gripen, Dassault des Rafale, EADS des Eurofighters. Et tous les coups sont permis. A commencer par les coups bas, et à poursuivre par les coups tordus. Celui qui joue le plus gros dans l'affaire, c'est Saab : sa chaîne de production de " Gripen " pourrait être stoppée en 2012 faute de commandes. Du coup, Saab est aussi le plus actif, et a tenu des centaines de réunions en Suisse, avec des industriels, pour signer plusieurs dizaines d'accords de collaboration, dont un avec Pilatus.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 12 commentaires
  • Opérations " coup de poing " ou " pet dans l'eau " ?

    Imprimer

    Rafles médiatiques aux Pâquis

    Deux ou trois rafles pâquisardes à grand spectacle (tout étant cependant relatif aux ambitions des producteurs) ont égayé Genève la semaine dernière. 100 ou 150 interpellations ont été effectuées, qui n'ont abouti qu'à trois ou quatre arrestations : à l'ouest, rien de bien nouveau. Et rien de bien efficace -mais cherchait-on à l'être ? A vrai dire, le terrain que l'on voulait occuper semble moins avoir été celui des Pâquis que celui des media. Bref : la campagne électorale est lancée. Dans la boue, mais elle est lancée. Et la concentration de la presse se poursuit, la " Tribune de Genève " ayant apparemment racheté le " Pilori ", ou du moins repris son ton, le temps d'une rafle.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 12 commentaires
  • Politique culturelle : Genevois, encore un effort pour être républicains !

    Imprimer

    Samedi prochain, au théâtre Am Stram Gram, se tiendra la troisième et dernière session du Forum " Art, culture et création " organisé depuis 2008 par le (Rassemblement des artistes et acteurs culturels). Le RAAC va présenter urbi et orbi (" aux autorités, au monde politique, aux milieux culturels et au public ") ses huit propositions, et " poser quelques hypothèses de travail pour la Genève culturelle de demain " : que la création devienne la priorité des politiques culturelles, qu'elle soit inscrite dans la constitution et la loi, qu'elle dispose de nouvelles ressources, qu'on dispose d'un outil d'analyse du financement culturel, que la culture et la création soient intégrées dans les projets urbains, que les artistes et acteurs culturels aient un statut professionnel, que la République assume son rôle dans la politique culturelle et que les collectivités publiques de toute la région mènent ensemble une politique culturelle cohérente. Rien de révolutionnaire, mais rien que de nécessaire...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 5 commentaires
  • Bal tragique aux MAH : un mort

    Imprimer

    Cäsar Menz, directeur des Musées d'art et d'histoire de Genève, quitte ses fonctions avec effet immédiat, au moment de la parution d'un audit ravageur, effectué par la société française Eurologiques-Conseil sur les structures de l'institution, la gestion de son personnel et l'adéquation entre les prestations des musées et les moyens à disposition. C'est-à-dire à peu près le même cahier des charges de l'un des deux audits effectués sur le Grand Théâtre il y a deux ans. Que relève l'audit des MAH ? un " schéma culturel élitiste ", un " modèle féodal de fonctionnement ", la présence de " fiefs " plus soucieux de défendre leurs prés carrés que d'établir entre eux une collaboration fructueuse, un " directeur-suzerain ", un gaspillage de moyens, mais également l'incapacité du Département municipal de la Culture à communiquer sur ses actions, apparemment sans grands effets jusqu'à présent, de réforme de l'institution…Et la crise semble venir de loin dans le temps -ce qui a suggéré à quelques élus municipaux de s'en prendre au prédécesseur de Patrice Mugny, Alain Vaissade, rendu responsable de tous les maux du musée -avant, sans doute, que remontant plus haut encore dans la chaîne de l'évolution politique locale, et faisant le tour d'élus d'à peu près toutes les formations politiques, on finisse par se mettre d'accord pour en accuser Pierre Bouffard ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 2 commentaires
  • Vider les caisses pour remplir les urnes

    Imprimer

    La commission fiscale du Grand Conseil a approuvé, contre les seules voix socialistes, un projet de loi baissant l'impôt sur le revenu (surtout pour les hauts revenus) et instaurant un " bouclier fiscal " pour les grosses fortunes. S'il est accepté par les citoyennes et yens (et on ne doute pas qu'il le sera, puisque ceux qui en bénéficieront usent pleinement de leur droit de vote, alors que ceux qui auront à le payer ne votent pas), le projet de la droite et des Verts fera perdre aux caisses publiques plus de 320 millions de francs en 2010, près de 390 millions en 2001, plus de 410 millions en 2010 : c'est de plus d'un milliard en trois ans que la droite s'apprête à priver le canton. Et il faudra bien que ce milliard de pertes fiscales soit compensé. Comment le compensera-t-on ? En réduisant les prestations, et de préférence celles indispensables aux plus démunis. Sinon, comment payer la construction de nouvelles prisons, un pont sur la rade et la survie du stade de la Praille ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 5 commentaires
  • L'aumône au stade

    Imprimer

    Le Conseil d'Etat voulait lui assurer une rente viagère de deux millions de francs par an jusqu'à ce que mort du stade s'ensuive ? La Fondation du Stade de Genève ne recevra probablement qu'une aumône de 500'000 balles pour survivre en 2010 : c'est en tout cas la proposition que feront le PS et les Verts, après que la Commission de contrôle de gestion du Grand Conseil ait, à l'unanimité, donné un préavis négatif à la dispendieuse stadolâtrie du gouvernement. Et la commission de stigmatiser la " légèreté " du Conseil d'Etat (à deux millions par an, c'était pourtant une légèreté lestée), et de déplorer l'absence de toute réflexion sur un financement privé de cet équipement sur lequel, rappelons-le au passage, les Genevois n'ont jamais pu se prononcer, tout ayant été fait, défait et surfait pour les en empêcher.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 7 commentaires
  • Dressage de puces

    Imprimer

    D'entre les nombreux objets soumis au vote populaire dimanche 17 mai prochain, l'introduction du passeport biométrique se heurte à une large, et hétéroclite, coalition appelant à la refuser, du moins sous la forme où elle est proposée. La socialiste vaudoise Ada Marra a déposé au Conseil national une initiative parlementaire qui, en cas de NON le 17 mai, exige du Conseil fédéral qu'il élabore un nouveau projet de " passeport biométrique " n'impliquant pas l'enregistrement systématique des données dans une " banque " centrale, et offrant aux citoyennes et yens de pouvoir librement choisir entre une carte d'identité avec puce électronique et une carte d'identité épucée. Quant au passeport biométrique, on rappellera qu'il est parfaitement inutile dans la plupart des cas, qu'il n'est exigé que par un nombre restreint de pays, et que même dans ces pays (comme les Etats Unis) il est possible de se rendre sans passeport biométrique : sans puce, mais avec un bête visa.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 0 commentaire
  • En finir avec le développement du râble

    Imprimer

    Plans de relance ou décroissance ?

    Le 16 mai prochain, dans toute l'Europe, les syndicats et les partis de gauche manifesteront pour un " new deal social ". Les grandes organisations mondiales de protection de l'environnement militent quant à elles pour un " new deal vert " destiné à revitaliser l'économie mondiale et relancer l'emploi en accélérant la lutte contre le changement climatique, la dégradation environnementale et la pauvreté. " Sociale " ou " verte ", une relance fondée sur les fameux principes du " développement durable " nécessiterait au minimum un investissement d'un pour cent du produit intérieur brut (PIB) mondial, soit environ 750 milliards de dollars (bien moins que les masses financières gigantesques englouties depuis des mois dans le sauvetage du système financier mondial), à investir dans les économies d'énergie, les énergies renouvelables, les transports collectifs, l'accès à eau douce, l'infrastructure écologique et l'agriculture " durable ". Mais il s'agit bien d'une " relance ", et non d'un changement. On fait repartir une machine, on ne renonce pas à celle tombée en panne.

    Lire la suite

  • Faire payer la crise par les plus pauvres

    Imprimer

    Pérou : les mineurs refusent de payer les déficits d'une multinationale suisse Faire payer la crise par les plus pauvres Le 24 novembre dernier, la compagnie minière péruvienne Perubar, qui appartient à la multinationale suisse Glencore, décidait de cesser ses activités à Chicla, dans les Andes, de licencier tous les mineurs qu'elle employait et de cesser de payer ses impôts à la commune. Motif, ou plutôt prétexte (la décision Perubar de cesser toute activité à Chicla coïncidait curieusement avec l'annonce de la création d'un syndicat national des mineurs, à l'initiative, précisément, des mineurs de Chicla) : avec la chute des prix des matières premières, l'extraction du zinc est devenue déficitaire, et la compagnie péruvienne, ni la multinationale suisse, ne veulent supporter ce déficit, fût-il temporaire. Ce sont donc aux mineurs de trinquer. A Genève, comme dans toute l'Europe, le 16 janvier prochain, des manifestations sont organisées sous le slogan "Nous ne payerons pas leur crise". Au Pérou, les travailleurs se mobilisent sous le même slogan. Et ils ont besoin de notre soutien. Le SOLIFONDS entend le leur apporter : soutenez son appel, en faveur de la Central Nacional de la Mujer Minera (CNMM, Centrale nationale des femmes de mineurs, affiliée à la Confédération unitaire du travail CUT). Soutenez la Central Nacional de la Mujer Minera (CNMM) SOLIFONDS, Quellenstrasse 25, 8031 Zurich, , Compte postal 80-7761-7 Glencore du délit Economiquement ravagé par une politique ultralibérale, engagée sous la présidence burlesque d'Alberto Fujimori mais poursuivie par ses successeurs, le Pérou a vu ses ressources économiques littéralement pillées après la privatisation des mines et le vente de licences à des multinationales, qu'on a attirées en démantelant les législations sur la protection de l'environnement et les rapports de travail. Résultat : 500 millions de dollars de dégâts environnementaux, et une précarisation massive du travail (les deux tiers des mineurs n'ont pas de contrat fixe de travail et sone engagés par des sociétés de travail temporaire). Cerise sur le gâteau : la sous-enchère fiscale. Les compagnies minières ne paient qu'un impôt de 3,8 % sur le bénéfice, alors que les salariés doivent s'acquitter de 12 % de leur revenu. C'est loin, le Perou ? Pas tant que cela, économiquement : la Suisse est le sixième importateur de ressources minières péruviennes, et la multinationale suisse Glencore est notamment propriétaire de la PERUBAR, qui lui vend sa production à des prix préférentiels pour devenir "déficitaire sur le papier" (alors qu'elle tranfère ses bénérfices à sa holding), puis ferme ses mines, licencie tous les mineurs et décide de ne plus payer ses impôts. Dans les mines qu'elle possède au Pérou (mais également en Colombie), Glencore fait des licenciements abusifs une pratique constante, et de la répression antisyndicale une règle. Glencore, c'est dans le monde une flotter de cent porte-conteneurs, cinquante entrepôts de pétrole, huit milliards de participations dans des sociétés minières ou de matières premières. La multinationale, fondée en 1974 par Marc Rich, a réalisé en 2007 un chiffre d'affaire de plus de 115 milliards de francs, et un bénéfice de plus de cinq milliards. Sur le dos de qui ? La solidarité avec les mineurs péruviens, à laquelle nous appelle le Solifonds, est une solidarité avec les victimes des décisions d'une multinationale d'origine suisse, dont le siège est en Suisse, et dont les bénéfices raflés dans le monde entier affluent en Suisse. Le 16 mai, nous défilerons à Genève sous le slogan "Nous ne paierons pas leur crise"... les mineurs péruviens doivent-ils la payer pour nous ?

    Lien permanent Catégories : Solidarité 2 commentaires
  • Capitalisme : no future (depuis un siècle)

    Imprimer

    Fête des travailleurs* : la gauche genevoise optimiste
    * et non la " fête du travail " en quoi voulurent la transformer les régimes fascistes

    A Genève, la journée du 1er Mai a été placée par ses organisateurs sous le slogan fort optimiste " capitalisme : no future ! ". Quant aux " anticapitalistes ", ils iront clamant " nous ne paierons pas leur crise ", ce qui n'est pas moins optimiste. " Capitalisme : no future "… Nos syndicats virent-ils punk (avec trente ans de retard) ? Que non point : ils réaffirment seulement la vieille certitude que " le capitalisme est un système économique qui n'a pas d'avenir ". Certitude qui, elle, a un long passé : ça fait plus d'un siècle qu'on la cultive. Et que le capitalisme, de crise en guerre et de guerre en crise, se réforme, avec notre aide. Car le capitalisme a bien un avenir, et c'est celui que nous lui assurons, avec les meilleures intentions et les plus légitimes volontés : aider les victimes des crises du capitalisme à les surmonter. Ce qui permet d'en refaire des producteurs, des consommateurs, des contribuables et des épargnants. En somme, de quoi reconstituer après chaque crise ce que chaque crise à détruit : des marchés et des profits. " Capitalisme : no future " ? La gauche a l'optimisme chevillé au corps.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires