vendredi, 15 mai 2009

Jeu de l'avion dans le brouillard

Trois constructeurs européens en concurrence (féroce) pour vendre des avions de combat à la Suisse

La Suisse veut s'acheter de nouveaux zoulis navions de combat pour remplacer ses vieux " Tiger ", qui vont être retirés du service sans jamais avoir servi à grand chose. Trois constructeurs européens s'affrontent hors du regard public pour remporter un marché de 2 milliards et demi de francs (du moins si une initiative antimilitariste n'assèche pas le marché en question) : Saab veut vendre des Gripen, Dassault des Rafale, EADS des Eurofighters. Et tous les coups sont permis. A commencer par les coups bas, et à poursuivre par les coups tordus. Celui qui joue le plus gros dans l'affaire, c'est Saab : sa chaîne de production de " Gripen " pourrait être stoppée en 2012 faute de commandes. Du coup, Saab est aussi le plus actif, et a tenu des centaines de réunions en Suisse, avec des industriels, pour signer plusieurs dizaines d'accords de collaboration, dont un avec Pilatus.


DCA
Trois avionneurs tentent de convaincre la Suisse de s'offrir leurs coûteux tapis volants. Saab, qui fait le forcing pour placer ses Gripen à 80 millions pièce (c'est le moins cher des trois appareils en concurrence), s'était déjà livré au même forcing pour les vendre en Hongrie, en République tchèque et en Afrique du Sud. En graissant des pattes. Dassault, qui s'était livré à des pratiques semblables par le passé, s'appuie sur l'Etat français pour promouvoir son Rafale à 100 millions l'unité, par exemple en échange de contrats d'exportation de courant électrique français (et nucléaire) vers la Suisse, qui craint pour son approvisionnement. Quant à l'Eurofighter, lui aussi à 100 millions la pièce, il semble déjà hors course, par manque de fiabilité. De toute façon, il se pourrait bien que les démonstrations, les marchandages, les petites enveloppes, les gros contrats et les relais politiques ne servent pas à grand chose : non seulement une majorité parlementaire n'est pas forcément acquise à l'achat de nouveaux avions de combat en pleine période de crise, mais une initiative populaire des gâche-métiers du Groupe pour une Suisse sans Armée s'oppose à l'achat de nouveaux avions de combat. Et le GSSA exige ce qui, en démocratie, devrait être l'évidence (puisque c'est le seul moyen de lutter contre la corruption) mais qui, s'agissant de marchandages entre armée et armuriers, tient de l'impensable : qu'il soit mis fin à l'opacité des tractations et de la procédure de sélection, que le cahier des charges soumis aux avionneurs soit rendu public, ainsi que les résultats des évaluations et, vade retro satanas !, les moyens engagés par les candidats au marché pour l'emporter (budgets de promotion, effectifs, identité des lobbystes, rémunération des politiciens amis…). Exiger la transparence et la publicité des négociations avec des marchands d'armes ? Doutent de rien, les antimilitaristes...

01:07 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : armée, avions, saab, dassault, eads | |  Facebook | | | |

Commentaires

Teufel! DCA!? Vous aurais-je vexé hier? Beau et pas cher, les Fokker! Mit triplan unt topensekreten machewin-gum! Par ici les liasses!....

Écrit par : redbaron | vendredi, 15 mai 2009

Critiquer est toujours facile, pour autant que vous utiliser les bons chiffres et sans déformer la réalité !
D’abord le Rafale ne coûte pas 100 millions comme vous l’écrivez mais tourne entre 50 à 60 millions.
Saab Gripen n’est pas au bord du gouffre, d’abord parce que le groupe continue de développer son avion et prospecte d’autres marchés tel le Brésil, l’Inde par exemple ! De plus, le développement des machines déjà vendues offre un avenir de Développement modernisation.

En ce qui concerne, la corruption, notre pays n’en pas totalement à l’abri, mais dans ce contrat la transparence tant du côté de industriels que d’Armasuisse et une évidence ! De plus. Les industriels suisses auront du travail quelque soit l’avion choisit !

« les Tiger n’ont pas servit » ! Effectivement et heureusement ! Mais ils ont servit à la dissuasion comme le reste du matériels militaire ! Et c’est en soi le but ! Car lorsqu’une guerre éclate c’est tout simplement que la dite dissuasion à échoué ! (Un concept, dont les antimilitaristes n’ont rien comprit) !

Pour une homme de gauche, (sur le sujet cela ne m’étonne pas ) vous ne maîtriser rien en matière d’analyse militaire et géostratégique, l’achat de ces avions permettra à notre pays de maintenir sa capacité à travailler de concert avec nos voisins à la sécurité centre Europe et ceci en ayant le strict minimum en matière d’avion de combat ( 33 F/A18 + 22 nouveaux avions soit : 55 avions) Faut-il le rappeler la Suisse devrait se doter au minimum de 74 avions en cas de guerre (je me base ici sur l’analyse du professeur N. L Luttwak, Observatoire de la sécurité).

Et pour terminer, cet achat n’est pas juste un achat, il s’agit pour la Suisse d’entrer dans le programme de l’avion choisit en terme de recherche et développement afin de participer à la modernisation futur et à la fabrication des composants donc un développement de notre industrie non seulement militaire mais également civil à long terme ! Ce qui signifie des Milliers d’emplois !
Je vous conseille sur le sujet les billets Pascal (le blog avia news) en dehors du fait que ceux-ci sont poussé du point de vue aéronautique, vous y trouverez également des précisions forts intéressantes sur les contrats en questions !

Lien : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/04/20/nac-seconde-offre1.html

Écrit par : Steeve | vendredi, 15 mai 2009

Nonobstant le fait que chacun puisse avoir son avis sur la question, encore faut-il s’appuyer sur des faits et analyses sérieuses et non simplement sur un idéalisme utopique et qui régulièrement crée le déséquilibre source de conflits ! Mettre en avant l’éventuel corruption sur ce contrat et une grave erreur pour ne pas dire source de désinformation ! Plusieurs exemple montrent le contraire en voici un flagrant : Dixit la déclaration de M. Serge Dassault : « Pour une fois nous avons, enfin, la chance de démontrer les capacités de notre Rafale en toute impartialité. Ce qui n’a pas été le cas pour les marchés précèdent, la Suisse est en soi un exemple de sérieux, tant les autorités politiques et la société civil de surveillent le bon fonctionnement de l’évaluation.. (..) » !

Les choses sont claires ! n’en déplaise à la gauche et aux gourous du GSsA

Écrit par : Liv | vendredi, 15 mai 2009

"Et le GSSA exige ce qui, en démocratie..."

Et on pourrait savoir quelle est la légitimité démocratique des guignols qui EXIGENT ? Et encore quelles terrifiantes mesures de rétorsion, ils utiliseront si leurs exigences ne sont pas satisfaites ?

Personnellement, je trouve ridicule, parce que contre-productif, d'étaler son insignifiance en formulant des exigences dont les gens se torchent.

Écrit par : Scipion | vendredi, 15 mai 2009

Encore un exemple flagrant ou l'on mélange "avis-idéologique" et "analyse-objective"

Écrit par : DdDnews | vendredi, 15 mai 2009

Je ne suis pas toujours convaincu de l'utilité d'une armée en Suisse, mais s'il y a une arme qui a des chances de servir, c'est bien l'aviation ! Comment se défendre si un groupe de terroristes détourne un avion pour le crasher sur l'ONU, le palais fédéral ou même une centrale nucléaire ? Avec des lance-pierres ? Se battre pour avoir une autre armée, (mais une armée tout de même...) je veux bien. Mais se battre pour avoir une armée dépourvue de moyens, je trouve ça absurde !

Écrit par : Kad | vendredi, 15 mai 2009

Scipion, vous ne vous souvenez pas tout ce qu'a fait le GssA lors de l'inondation de Brigue, par exemple ? Ben voyons, comme du coutume : Rien ! Nada ! La seule chose que ces comique sait faire c'est la ramener ! Par contre, pour venir en aide aux gens sinistrés, ne comptons pas sur eux ! Ils risqueraient de se sâlir les mains ou de se fatiguer !

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, 15 mai 2009

OV@ par pitié, n'entrez pas dans ce jeu-là. Le rôle de l'armée n'est pas de lutter contre les catastrophes (naturelles!) et les troupes prévues à cet effet devraient être versées à la protection civile sans délai, si nos autorités étaient moins démagos...
Le petit démago Maudet, capitaine à l'armée, il ne serait pas par hasard capitaine de ces troupes de fumeurs de joints genevois ?

Écrit par : Géo | vendredi, 15 mai 2009

Geo, la Protection Civile est tout juste bonne à participer à la diminution des stocks de pinard dans les caves des vignerons ! Je vois assez bien Robert Buvard, alias Bob l'Eponge, devenir, après le Conseil d'Etat, chef de la PC cantonale, il a déjà de la bouteille pour cette fonction !

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, 15 mai 2009

ce serait alors l'alliance des fumeurs de pétards avec les rois de la panosse...
Que voulez-vous de mieux ?

Écrit par : Géo | vendredi, 15 mai 2009

N'importe quoi ! Les prix annoncés ici sont totalement farfelus ! 80 millions pour le Gripen et 100 millions pour le Rafale ! c'est 40 à 50 millions pour le Gripen et 50 à 60 pour le Rafale seul l'Eurofighter atteint les 80 millions !

Echange d'électricité de la part de la France ? Encore du n'importe quoi ! rien à voir avec les offres des trois concurrents ! Nous assistons ici à une fallacieuse manipulation des chiffres de la part du PS et du GSsA (qui a toujours mentit d'ailleurs) !

Oui allez donc voir les blogs impartiaux ! Notamment celui de Pascal (l'autre) !

Écrit par : Eric | vendredi, 15 mai 2009

Personnellement, je trouve ridicule, parce que contre-productif, d'étaler son insignifiance en formulant des exigences dont les gens se torchent.

Écrit par : Vincent : phone cards | mardi, 29 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.