samedi, 25 avril 2009

Ahmadinedjad aboie, le consensus passe

Mahmoud Ahmadinejad a donc fait exactement ce qu'on savait qu'il allait faire, dès lors que sa venue à la Conférence de l'ONU contre le racisme avait été annoncée : il a tenu un discours provocateur, au prétexte d'antisionisme. Et tout le monde en " Occident " de jouer les vierges effarouchées, et de dénoncer le " nouveau dérapage " du président iranien. Tu parles d'un dérapage : contrôlé, prémédité, et même annoncé, le dérapage… Ahmadinejad est en campagne électorale pour sa réélection, et l'Iran en campagne permanente (depuis mille ans) pour le leadership sur le " monde musulman ". Quoi de plus tentant pour Iznogoud qu'une tribune onusienne pour faire parler de soi et de son califat ? Le président iranien ayant tenu son rôle, les représentants européens ayant adopté la posture outragée qu'ils avaient prévu d'adopter, la conférence pouvait aboutir là où il était prévu qu'elle aboutisse : à une résolution consensuelle. Et chacun repart de Genève avec les certitudes qu'il avait amené dans ses bagages et la satisfaction, sinon du devoir accompli, du moins du rôle joué.


Théâtre d'ombres
La déclaration finale de la Conférence de l'ONU contre le racisme a été adoptée par acclamation et par consensus , au lendemain de la prestation du président iranien. Pour la haut-commissaire de l'ONU au droits de l'Homme, Navy Pilay, la déclaration de Genève constitue la " réponse " de l'ONU au discours virulent d'Ahmadinedjad. Sauf que la réponse avait été rédigée avant le discours, et que le président iranien la connaissait déjà au moment où il montait à la tribune. Mais Bernard Kouchner est content : " A partir d'aujourd'hui, il y a un texte de référence qui concerne les discriminations ". A partir d'aujourd'hui ? Les grandes déclarations internationales proclamant les droits de l'Homme ne comptaient donc pour rien ? Et le texte adopté à Genève, purgé de tous les thèmes de discorde, serait donc la pierre philosophale de l'humanisme contemporain ? Tout le dispositif de la Déclaration universelle des droits humains et des textes qui la complètent repose sur ce prédicat initial : les êtres humains naissent libres et égaux en droit. Tout le reste en découle, et rien de ce qui suit n'a de sens si ce prédicat initial n'est pas tenu pour fondamental. Or depuis des années, on (et si impersonnel qu'il soit, ce on désigne beaucoup de monde) s'acharne à le vouloir vider de son contenu, et de sa charge subversive. Les droits humains sont les droits de toutes les personnes contre tous les pouvoirs, de chaque personne contre chaque pouvoir -pas les droits d'un pouvoir contre un autre. Et ces droits fondamentaux sont reconnus à des personnes et à des peuples, pas à des religions, des philosophies, des idéologies ou des Etats. La lutte contre la racisme est une nécessité; la reconnaissance des génocides est une exigence; la réparation de l'esclavage est un devoir... mais aussi : l'égalité des droits n'est négociable ni entre femmes et hommes, ni entre homosexuels et hétérosexuels, ni entre migrants et installés, ni entre nomades et sédentaires... mais encore : la liberté religieuse implique le droit à l'apostasie, la liberté de conscience implique le droit à l'athéisme, la liberté d'expression implique le droit au blasphème. Ce sont là des exigences, en deçà desquelles l'antiracisme n'est qu'une posture et le consensus qui clôt la conférence de Genève un théâtre d'ombres.

01:44 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : onu, iran, racisme, genève, durban | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci pour ce texte, à part un point sur lequel nous ne sommes pas d'accord (Si réparation il y avait pour l'esclavage, alors tant les pays arabo-musulmans que l'Afrique elle-même devraient payer, voir cette vidéo: http://auxfrontieresdelextreme-centre.blog.tdg.ch/archive/2009/04/23/chronique-de-la-traite-negriere-arabo-musulmane.html )

Vous êtes assez dans la ligne de Caroline Fourest (à ce sujet visionnez son reportage sur Durban disponible jusqu'au 24 Avril: http://plus7.arte.tv/fr/detailPage/1697660,CmC=2583762,scheduleId=2538878.html ), c'est ce que j'appelle dans ce cas précis une gauche honnête qui ne se voile pas la face...

En plus de fait le texte de concensus fait qu'à mon avis Ahmedinejad n'a rien perdu: l'islamophobie utilisée par les islamistes pour bailloner leurs oposants (y compris les "apostats"), fait désormais partie du vocabulaire ounsien (là encore depuis longtemps, puique déjà la présidence lybienne aux droit humains est marqué par des prières d'ouvertures - imaginez si un pays européens avait ouvert les séances avec un "pater noster", ça aurait été un tolé! - et puisque toute critique de la Chraia y est désormais sévèrement réprimée). De fait c'est les pays non-démocratiques au sein de ces conseils qui forment désormais une majorité face aux démocraties, et c'est plus qu'inquiétant... Ce qui rend ce texte encore plus inutile.

Et complètement d'accord avec vous sur les "prémisses" des droits de l'homme, tout y était dit et encore plus puique les droits des homosexuel en font partie.. Du coup, effectivmenet Durban est une première phase d'"adaptation multiculturelle" des droits de l'homme: on impose plus une définition universelle, désormais chaque Etat va, au travers de l'ONU, construire des définitions adaptées à chaque région (pas de mention des homosexuels pour les pays musulmans, puisque la grande bonté d'Allah leur réserve la mort assurée..). Mais ce n'est pas nouveau: la plusieurs chartes "islamiques" ont déjà vu le jour qui cite comme seul et unique garant des droits humains "la Loi", c'est à dire la Charia... En négociant les fondements même des droits humains, et en ouvrant trop les organes décisionnels à des dictatures ou à des Théocratie, l'ONU enterre elle-même les droits de l'homme à petit feu...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | samedi, 25 avril 2009

VERSION CORRIGÉE

Merci pour ce texte, vous êtes assez dans la ligne de Caroline Fourest, c'est ce que j'appelle dans ce cas précis une gauche honnête qui ne se voile pas la face...

Reste un point sur lequel nous ne sommes pas d'accord: Si réparation il y avait pour l'esclavage, alors tant les pays arabo-musulmans que l'Afrique devraient payer, voir cette vidéo:

http://auxfrontieresdelextreme-centre.blog.tdg.ch/archive/2009/04/23/chronique-de-la-traite-negriere-arabo-musulmane.html.

De fait je pense que le texte "de concensus" fait d'Ahmedinejad un gagnant: l'"islamophobie", utilisée par les islamistes pour bailloner leurs opposants (y compris les "apostats"), fait désormais partie du vocabulaire ounsien. Et depuis longtemps toute critique de la Chraia est interdite au sein de l'ONU, tandis que de l'autre côté la présidence lybienne aux droit humains est marquée par des prières d'ouvertures. Imaginez si un pays européens avait ouvert les séances avec un "pater noster", ça aurait été un tolé! On aurait hurlé à la colonisation! Parler d'islamisation croissante du conseil des droit humains fait-il de moi un raciste?...

De fait c'est les pays non-démocratiques au sein de ces conseils qui forment désormais une majorité face aux grandes démocraties, et c'est plus qu'inquiétant... Celà rend ce texte encore plus inutile.

Et complètement d'accord avec vous sur les "prémisses" des droits de l'homme, tout y était dit implicitement (préférence sexuelle, race, etc. Sans les mentionner, sans mettre de limites). Durban est une première phase d'"adaptation multiculturelle" des droits de l'homme: on impose plus une définition universelle, désormais chaque Etat va, au travers de l'ONU, construire des définitions adaptées (pas de mention des homosexuels pour les pays musulmans, puisque la grande bonté d'Allah leur réserve la mort assurée.. et que le texte de droits de l'homme ne saurait contredire un Dieu!). Mais ce n'est pas nouveau: Plusieurs chartes "islamiques" ont déjà vu le jour qui citent comme seul et unique garant des droits humains "la Loi", c'est à dire la Charia... Or sur Durban, les pays musulmans et leurs alliés africains ont pesé de tout leur poid...

En négociant les fondements même des droits humains, et en ouvrant trop les organes décisionnels à des dictatures ou à des Théocraties, l'ONU enterre elle-même les droits de l'homme à petit feu...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | samedi, 25 avril 2009

DURBAN II, Déclaration contre le racisme et son listing des religions dans l'art. 12:

"12. Deplores the global rise and number of incidents of racial or religious intolerance and violence, including Islamophobia, anti-Semitism, Christianophobia and anti-Arabism manifested in particular by the derogatory stereotyping and stigmatization of persons based on their religion or belief; and in this regard urges all the UN Member States to implement paragraph 150 of the DDPA; "

Si les responsables de DURBAN II ont décidé de dresser un listing des religions (tricky) dans l'article 12,
j'ai beau chercher sur tous blogs depuis le 24 avril: personne n'en parle, pas un mot sur l'ABSENCE DU BOUDDHISME dans cet article 12 !

Cela ne vous fait pas friser?

Cet article, par son listing restrictif des religions, exonère de fait la Chine des exactions et du génocide racial culturel sociologique des tibétains qu'elle accomplit depuis leur invasion du Tibet en octobre 1950.

Cet article et ses articles complémentaires à la DDPA, par son listing restrictif, abandonne de fait les tibétains, les birmans et tout bouddhistes à leur triste sort.

Seul quelques voix (Suède, Danemark) ont soulevé la dangerosité de l'article 12.

Attention! Restons vigilants: la focalisation actuellement de mise au bénéfice des israéliens & autres détenteurs de pouvoir dans le nord africain, ne doit pas nous empêcher de rester clairvoyants, à Genève et ailleurs...

Qui va corriger DURBAN II et quand?

Écrit par : bärenklauen | samedi, 25 avril 2009

Effectivement, au regard des Droits de l'Homme, le communiqué final qui fait si plaisir à la diplomacie suisse est un document ridicule, qui n'est satisfaisant pour le DFA s'en est trié sans trop de mal. Mais au plan des principes c'est un torchon. On a aussi accusé le président irakien de réécrire l'histoire: mais il y a eu tant de vociférations (le seul temre qui convient), que cela montre qu'il a tapé juste. On est dans le domaine du tabou (comme dans la chanson de Guy Béart): "le premier qui parle doit être exécuté".

Écrit par : Victor Devaud | dimanche, 26 avril 2009

La Déclaration des droits de l'homme est une belle farce.
L'enfant qui nait en Israel, a droit a un Etat équipé de la bombe nucléaire.
L'enfant qui nait en Iran, n'a que le droit de s'éclairer à la bougie.
L'enfant qui nait aux USA, a droit à un président qui peut envoyer ses soldats torturer des innocents dans les prisons crasseuses de n'importe quel pays non-ami.
L'enfant qui nait en Irak, n'a droit que de voir les ressources de son pays, comme les puits de pétrole, prevatisées pour profiter à des entreprises américaines.

Les propos racistes du président Iranien sont vite étouffés par l'intolérance et l'impérialisme de ceux qui croient être l'incarnation du Bien face au Mal.

Les souffrances de la Shoah servent de prétexte à tous les nouveaux génocides, brimades, et avilissements.

Rien de nouveau sous le soleil.

Écrit par : Praline | dimanche, 26 avril 2009

Les commentaires sont fermés.