Conférence de suivi " Durban II "

Imprimer

La conférence sur le racisme (dite " Durban II " puisqu'il s'agit du " suivi " de la chaotique conférence de Durban en 2001) s'est donc ouverte aujourd'hui, jour de la commémoration de la Shoah. " Il est important que le nom de Genève ne soit pas associé à un échec " de la conférence, a plaidé notre Conseillère fédérale préférée… Qu'elle se rassure : si échec de la conférence il devait y avoir, nul participant, et la Suisse pas plus qu'un autre, ne s'en sentira responsable. Mais on aura toujours quelque peine à se convaincre de la réussite d'une conférence qui n'accoucherait, après quelques polémiques, d'une déclaration finale consensuelle tenant en deux points :
1. Le racisme, c'est pas beau
2. Le raciste, c'est l'autre

Un oxymore : L'Etat antiraciste
Qu'attendre de " Durban II " ? Il y a certainement plus essentiel qu'éviter que " le nom de Genève soit associé à un échec " : il y aurait à l'associer à une véritable avancée dans la lutte contre le racisme, la ségrégation, l'exclusion -mais sur qui compter pour que cette avancée se fasse ? Sur le président iranien, qui s'invite à Genève (le Premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères d'Israël, plus couards, restent chez eux) ? Sur la République de Genève elle-même, qui accueille la conférence quelques mois après avoir ouvert la chasse aux Rroms dans les rues de la ville ? Sur la Confédération Helvétique, qui chaque année révise ses lois sur l'asile et l'immigration en les rendant à chaque fois plus restrictives et plus xénophobes ? Cette conférence rassemble certes 2500 représentants d'ONG, mais elle est surtout une conférence de l'ONU. C'est-à-dire une conférence entre Etats. Or ce n'est jamais que contraint et forcé, ou s'il y trouve son intérêt, qu'un Etat se lancera dans la lutte contre le racisme, la ségrégation, la discrimination. Discriminatoire, l'Etat l'est toujours, depuis toujours, qu'il soit démocratique, autocratique ou théocratique. Il l'est parce qu'il est constitué pour l'être, pour exercer une souveraineté sur un territoire et sur une population, contre les autres Etats et les autres populations. Combattre le racisme, c'est combattre pour les droits humains. Mais les droits humains sont les droits des humains face au pouvoir (politique, religieux, social, économique) Et confier aux Etats la tâche de lutter contre le racisme est à peu près aussi pertinent que confier à McDonald le soin de lutter contre la malbouffe.

Lien permanent Catégories : Monde 3 commentaires

Commentaires

  • Il n'a y pas si longtemps que ça, on se battait entre nos villages. Ceux d'en face étaient malhonnêtes, avares, voleurs et en plus ils nous piquaient nos filles...
    La crainte de l'autre, le besoin de se défendre contre lui donc de le considérer comme un ennemi potentiel fait partie de la nature humaine. La Déclaration des droits de l'Homme érigée à la Révolution française n'avait pour but que d'abolir les classes nobles et du Clergé, pas de condamner le racisme! Dans le même temps, on faisait commerce des nègres et Napoléon voulait se payer l'Egypte...
    Alors, vouloir, de nos jours, faire du racisme un péché mortel, une peste à éradiquer alors que la défense des siens fait partie de la nature humaine...
    Bon, une conférence des Nations Unies est toujours une chose magnifique: ça permet à un nombre incalculable de fonctionnaires de justifier leur salaire en se gobergeant au bord du Léman avec l'argent des contribuables internationaux. Comment prendre tout cela au sérieux? Un Iranien un peu cinglé fait des déclaration outrancières. On fait quoi? On lui répond, on le fait taire? Non on quitte le champ de bataille pour aller fumer une cigarette dans le parc du Palais des Nations, le si bien nommé!

    Une plus belle comédie n'est pas imaginable. Quelle créativité et c'est tellement plus beau quand c'est inutile!....

  • "La conférence sur le racisme (dite " Durban II " puisqu'il s'agit du " suivi " de la chaotique conférence de Durban en 2001) s'est donc ouverte aujourd'hui, jour de la commémoration de la Shoah."

    C'était quand même une drôle d'idée de lancer tout ça le jour même du 120e anniversaire de la naissance d'Adolf Hitler... On sait si c'était voulu ? Pour faire d'une pierre trois coups ?

  • Il est bien ecrit, que tres brievement. Je voudrais savoir plus de details.

Les commentaires sont fermés.