A vue de nez, ils sont 4 %

Imprimer

Le Fonds national de la recherche scrute l'extrême-droite et enfonce des portes ouvertes

Or donc, selon une étude du Fonds national (1), un-e Suisse sur cinq est antisémite au sens traditionnel du terme (judéophobe, donc), un-e Suisse sur trois islamophobe, un-e Suisse sur deux xénophobe et un Suisse sur deux et demi franchement sexiste. L' " extrémisme de droite " serait la " niche " politique de 4 % de la population, soit en gros 300'000 personnes (le double de l' " extrémisme de gauche "), un niveau tout à fait dans la moyenne européenne... Les groupes d'extrême-droite compteraient environ 1200 membres (essentiellement des jeunes), auxquels une centaine d'incidents violents pourraient être attribués chaque année, sans pour autant qu'on puisse les considérer comme une " menace aiguë pour la Suisse ". Nous voilà rassurés : nos fachos sont trop cons pour être dangereux. Pour l'instant.

Les habits neufs de l'extrême-droite
" On a longtemps cru que les jeunes de l'extrême-droite étaient désorientés et fragilisés économiquement. C'est faux. L'extrême-droite séduit tout autant dans les classes moyennes "… ainsi s'exprime l'un des auteurs de l'étude du Fonds National, dont la culture historique semble avoir quelques lacunes : depuis toujours, l'extrême-droite " séduit tout autant dans les milieux privilégiés " que dans le sous-prolétariat ; l'Action Française était un mouvement de bourgeois et de hobereaux et on n'a attendu les chercheurs du FNRS ni pour savoir que nombre de fils de bonne famille font leurs premières armes politiques à la droite de la droite familiale, ni pour comprendre que " plus le populisme de droite gagne en importance, plus l'extrémisme de droite arrive à capter l'intention " -ce renforcement parallèle est dans la nature des évolutions du champ politique. Mais l'important n'est pas derrière ces portes ouvertes enfoncées : l'important est dans l'évolution des cibles et des obsessions de l'extrême-droite. L'antisémitisme traditionnel, c'est-à-dire l'antijudaïsme, sur fonds chrétien ou sur fonds " néo-païen ", cède la place à l'islamophobie. La cible et l'obsession changent, pas la structure du discours, ni la nature des propositions. Au vieil antijudaïsme que l'histoire a criminalisé, sans pour autant le faire disparaître mais en contraignant ses infectés à la prudence et à quelques contorsions sémantiques, succède, tout frais sorti du même bourbier, une islamophobie fonctionnant au même méthane. L'initiative crypto-UDC contre les minarets participe pleinement de cette reconversion Comme papier d'emballage, on avait le Protocole des Sages de Sion, on a désormais le Grand Complot Islamique.

(1) La recherche du Fonds national à laquelle je fait allusion a coûté 4 millions de francs et a mobilisé cinquante chercheurs, sur treize projets au total, dès 2003 Enfoncer des portes ouvertes est un sport de luxe. 4 millions de francs pour confirmer l'existence de 1200 fachos en Suisse, ça nous fait dans les 3333 francs 33 centimes par tête rasée. Même pas foutus de compter jusqu'à l'apocalypse, nos trépanés.

Commentaires

  • L'initiative contre les minarets est absurde par contre la lutte contre les infiltrations islamistes au sein des mosquées doit être combattue efficacement (cf. actualité à Bienne). L'extrême droite contre l'extrême gauche qui se réveille aujourd'hui (MUR, Solidarités) possèdent des éléments qui peuvent poser problème. La crise aidant, il faudra trouver des soupapes de sécurité pour canaliser que ces deux extrêmes. cette étude du Fonds national de recherche ne sert pas à grand chose mais c'est comme cela, on ne met l'argent là où c'est prioritaire.

  • L'antisémitisme a été nourri par l'affaire des fonds juifs en deshérence, semble-t-il. Je vois la chose sous un angle différent: L'affaire des fonds en deshérence a amené semble-t-il beaucoup de gens à regarder de plus près les mécanismes de récupération politique et financière du génocide perpétré par les nazis contre les Juifs. Et à ce titre, ce sont des publications de Juifs qui ont amené le plus de lumière sur ce sujet. Par ex. le livre du Juif américain, fils de rescapés d'Auschwitz, Norman Finkelstein "L'Industrie de l'Holocauste". Mais de plus Noam Chomsky, et aussi les publications de Neturei Karta, et beaucoup d'autres. Le site istraélien" Breaking the Silence". Les propos tenus par ces Juifs amèneraient immanquablement un non-Juif devant les tribunaux, avec des accusations de racisme
    Une différence doit être faite entre judaïsme et sionisme. Le judaïsme est une religion respectable, le sionisme est une organisation profondément et sincérement raciste et criminelle, tout à fait comparable au national-sicialisme. La grande réussite des sionistes a été de faire accepter que toute critique d'une personnalité ou organisation juive ou de l'Etat d'Israel était une démonstration d'anti sémitisme. Mais je pense que de plus en plus de gens commencent à voir clair.

  • « L'initiative contre les minarets est absurde... »

    Si au moins vous aviez raison. Hélas, la réalité est tout autre. Cette initiative est capitale et elle vient à son heure ! Deux chiffres pour se mettre en bouche : en 1965, la France comptait quatre lieux de culte musulmans, en 2006, chiffres du ministère de l'Intérieur, il y en avait 2147, soit 537 fois plus.

    Nous sommes donc bel et bien en présence d’une invasion qui se double d’une islamisation non seulement de la France, mais de tout l’ouest européen où les signaux d’alarme se multiplient.

    Dans ce contexte, l’initiative anti-minarets revêt une importance qui dépasse de très loin les limites de notre pays, j’y reviendrai. Pour la Suisse proprement dite, ce vote est providentiel et une occasion semblable ne se représentera sans doute plus jamais.

    Pour comprendre l’enjeu, il convient d’avoir une juste perception de l’Islam. Ce n’est pas une religion au même titre que le catholicisme, le bouddhisme ou le judaïsme, c’est une religion en même temps qu’une idéologie qui régente à la fois la vie au quotidien du fidèle, jusque dans ses aspects les plus triviaux, et les institutions qui président à la destinée des citoyens.

    Cette particularité fait que le musulman n’est jamais pleinement à son aise dans une société non musulmane. Il a sans cesse de nouvelles revendications à formuler pour adapter le cadre dans lequel il vit aux impératifs de sa croyance.

    En voici quelques exemples, création de carrés confessionnels dans les cimetières, autorisation de l’abattage rituel, port du voile, ouverture « sexuée » des piscines, réfectoires réservés dans les écoles, les usines, et les prisons, adaptation des horaires de travail à ceux de la prière, reconnaissance de facto de la polygamie, adaptation de l’école en fonction des interdits prohibant la mixité, création de tribunaux islamiques pour les causes civiles, introduction des appels du muezzin, etc., etc., etc.

    Face à cela, qui est loin d’être exhaustif, le vote anti-minarets est une occasion unique, j’insiste, de donner un coup de frein à toute revendication communautaire musulmane pour les dix ans à venir, au moins.

    Un OUI à l’initiative revient à adresser un message très clair aux musulmans qui sont déjà dans la place : - Nous vous tolérons, comme par le passé, mais à la condition que, comme par le passé, vous adoptiez le profil bas qui sied à une foi d’importation, totalement étrangère à nos mœurs et à nos traditions.


    Une acceptation de l'initiative serait également un signe très fort et particulièrement bienvenu pour tous les peuples d'Europe, pris dans un processus d'islamisation qui semble aussi irrésistible que l'expansion du VIIe siècle (ceux qui connaissent apprécieront).

    Quelques points de repère pour situer l’ampleur du phénomène :

    Il y a quelques semaines, "Der Spiegel" relevait l'existence de 1'000 projets de mosquées en Allemagne. Des projections démographiques font apparaître que Bruxelles devrait être à majorité musulmane en 2020.

    A Amsterdam, un maire d'arrondissement, Ahmed Marcouch, se sent suffisamment "costaud" pour demander qu'une partie du territoire de la ville soit transformée en enclave pour musulmans. Un peu partout, même en Suisse, l'hypothèse de la création de tribunaux civils islamiques fait son chemin.

    En Suisse toujours, où, nous dit-on, l'immense majorité des musulmans sont des « relativistes » originaires des Balkans, l'armée envisage de se doter d'un aumônier musulman.

    Accessoirement, des soldats français, mais musulmans, viennent de refuser de servir en Afghanistan pour n'avoir pas à combattre contre d'autres fidèles, ce qui en dit long sur la loyauté qu'un pays d'adoption peut attendre de ces gens.

    En Norvège, une polémique a éclaté au sujet de la question de savoir si les policières de confession musulmane doivent être autorisées à porter le hijab et si elles doivent être dispensées de serrer la main – une obligation là-bas - des personnes qu’elles rencontrent dans l’exercice de leur profession.

    A en croire Siv Jensens, présidente du Parti norvégien du Progrès (crédité de 30 % des voix dans les sondages), la situation est encore pire en Suède : Si les Norvégiens donnent suite aux revendications des musulmans « Oslo et les autres grandes villes norvégiennes connaîtraient les conditions qui règnent à Malmö, où les services d’incendie n’osent pas intervenir dans certaines parties de la ville, où la sharia a pris le relais tandis que la loi suédoise est mise de côté : voilà le quotidien dans certaines parties de la Suède. »

    Tel est donc le contexte européen dans lequel les Suisses seront appelés à interdire, ou autoriser, les minarets. Seuls les inconscients pourront faire comme si de rien n’était.

    J’ajouterai pour conclure qu’un rejet de l’initiative serait, de surcroît, un encouragement désastreux aux musulmans de Suisse qui, se sentant soutenus par une majorité électorale, multiplieraient alors les démarches et les requêtes dans toutes les directions.

    Et, à chaque fois, nous retrouverions des bonnes âmes qui, à l’instar du Conseil fédéral aujourd’hui, voleraient au secours des « barbus », au nom de la sauvegarde de la « paix religieuse ». Qui n'a pas fini d'avoir bon dos.

  • Mon cher Scipion, il n'y a rien dans votre sinistre description de la religion musulmane qui ne s'applique pas intégralement à la religion juive ou chrétienne ou hindoue ou bouddhiste, pour ne citer que les principales. Absolument rien:
    En 1951 dans la bonne ville de Soleure, les bains publics étaient soumis à la ségrégation: deux piscines, une pour les femmes et les filles, une pour les hommes et les garçons.
    La femme suisse a le droit de vote sur le plan fédéral depuis 1971. Avant, c'était KKK en allemand (nicht Klu-Klux-Klan, sondern Kinder Küche, Kirche).
    De nos jours encore, un homme qui aime les femmes est un grand séducteur. Une femme qui a chaud aux fesses est une petite pute.
    Je pourrais continuer encore longtemps sur ce ton, en vue de démontrer les similitudes absolument frappantes entre la Chrétienté et l'Islam. Et un très grand nombre de rabbins en Israel recommandent aux soldats détruisant Gaza de ne pas considérer les Arabes pris au piège là-bas comme des être humains, mais de les détruire comme autant de vermine. Exactement la doctrine nazie envers les Juifs et les Roms en Europe Orientale.
    Mais la question qui nous occupe est "l'islamisation de l'Europe". Danger effroyable à la vérité.
    la première question qui se pose est de savoir pourquoi, en somme, il se trouvent autant de Musulmans en Europe. Pourquoi ces gens sont-ils venus ?
    Cette présence musulmane en Europe n'est-elle pas la suite des guerres effroyables imposées tant par les Sionistes que par leurs larbins américains au Proche-Orient ? Un million de mort et 4 ou cinq millions de personnes déracinées en Irak seulement. J'ai vu de photos absolument effroyables de nouveau-nés irakiens conçus dans des territoires contaminés par de l'uranium appauvri utilisé par les Américains pour combattre le terrorisme et vaillament défendre la Chrétienté, la Justice, la Liberté et la Démocrtaie (tout en majuscules s.v.p.). Cette même Justice défendue à Bagram en Afghanistan, à Abu Ghraib, à Guantanamo ainsi que dans d'autres prisons secrètes tout à travers la géographie. Ces gens viennent ici pour la même raison exactement que les Latinos viennent au E.U.s, suite à l'exploitation brutale et éhontée de leurs pays respectifs par la plus morale et la plus sainte de toutes les nations, les Etats-Unis.
    Si l'on compare le nombre effroyable de morts causés par la Chrétienté aux cours des siècles et jusqu'à nos jours, les dégâts causés à l'environnement par notre société de gaspillage éhonté, la destruction sysmétatique de sociétés entières tout à travers le Globe, force est de constater que la présence des Musulmans en Europe est un simple détail. Laissons-les vivre en paix chez eux, ils viendront beaucoup moins ici...

  • Mon cher Johnny, Vous vous êtes trompé d’interlocuteur. Ceux de vos argument qui ne sont pas tombés juste à côté de la plaque, se sont écrasés très loin de la cible.

    Il n’y a rien, mais alors rien de chez rien, dans tout ce que vous me racontez, qui soit de nature à me convaincre des bienfaits de l’invasion musulmane et de l’islamisation de l’Europe.

    Par ailleurs, je suis au regret de vous avouer que vos histoires de Sionistes, de Palestiniens, d’Irakiens, d’Américains et autres, ne me captivent pas du tout – et c’est un euphémisme.

    Vous ne pouviez pas le savoir, mais il y a deux sujets majeurs pour lesquels je n’ai jamais réussi à éprouver le moindre intérêt, c’est Napoléon pour ce qui touche à l’histoire et le Proche-Orient, pour ce qui concerne l’actualité.

    Donc, c'est toujours oui à l'interdiction des minarets et pour les motifs éxposés dans ma précédente intervention. Désolé... Enfin, façon de parler...

  • Ainsi donc, et si je comprends bien, mon cher Scipion, vous n'en avez rigoureusement rien ä cirer de se qui se passe au Proche-Orient, vous ne cherchez en aucune façon ä vous informer de se qui se passe dans ce coin du Monde. Pour vous, les Musulmans sont des êtres sans passé, sans histoire et qui cherchent ä faire des histoires. A conquérir la Planète sans but, sans la moindre raison. L'Islam est donc une sorte de cancer qui se détruira lui-même, après avoir détruit son hôte.... Intéressant...
    Je suis peut-être d'un autre monde, mais pour moi, en face d'un danger potentiel, le premier devoir est de s'informer sur la nature et les causes de ce danger. D'apprendre les origines de ce danger, l'essence de sa dangerosité. Rencontrer des Musulmans, causer avec eux.
    J'ai tenu des établissements publics durant près de 30 ans et à ce titre, ai employé de nombreux Musulmans à la cuisine, dans le service. Au moment de les embaucher, je leur ai toujours posé la question: "Accepter-vous de manger du porc ?" Et la réponse était neuf fois sur dix: "On s'en fiche, on veut seulement travailler."
    Une jeune Kurde m'a dit une fois: "Me serai mariée à l'homme choisi par mes parents, mais mes enfants, à moi, ils se marieront comme ils voudront".
    Voyez-vous, mon cher Scipion, il faut trois générations pour faire un citoyen. La première génération s'adapte le mieux possible, mais nous sommes tous le produit d'une société. Un étranger de la première génération parle encore le language de ses ancêtres, mange comme dans sa patrie, raisonne comme dans sa patrie. La deuxème génération est tiraillée entre l'ancient monde et le nouveau. C'est dans cette génération qu'il y a le plus de délinquance et de problèmes psychiques. La troisième génération enfin est totalement intégrée, n'a plus rien à voir avec le Vieux Pays. C'est comme ça, même avec les Suisses à l'étranger.
    La prochaine génération de ces Musulmans venus s'installer en Europe sera aussi agnostique que nous. Pour la plupart des Européens, la religion ne joue plus aucun rôle. Heureusement, seuls les pays où la religion joue encore un rôle central, tels que les E.U.s ou Israel, sont un danger pour l'humanité.

  • Johnny, vous avez raté un épisode. Scipion est persuadé d'être Helvète depuis les guerres puniques. Et comme il raisonne encore comme 200 ans avant JC, il ne sera satisfait que lorsqu'il aura pu répandre du sel sur les ruines de la Kaaba...

  • « …si je comprends bien, mon cher Scipion, vous n'en avez rigoureusement rien ä cirer de se qui se passe au Proche-Orient… »

    Autrefois, cher Johnny, j’ai essayé de m’y intéresser et je n’ai pas pu. Exactement pareil qu’avec Napoléon…

    « …vous ne cherchez en aucune façon ä vous informer de se qui se passe dans ce coin du Monde. »

    Depuis que j’ai compris que la solution du problème résidait dans l’extinction d’un des deux protagonistes, j’ai plutôt carrément tendance à boycotter les informations en provenance de là-bas.

    « Pour vous, les Musulmans sont des êtres sans passé, sans histoire et qui cherchent ä faire des histoires. A conquérir la Planète sans but, sans la moindre raison. »

    Sans la moindre raison, non. Ils participent de ce mouvement général qui draine les populations des pays foireux en direction des pays efficients.

  • @Scipion.Le sacré, puis le religieux ont perdu du terrain en Europe au fur et à mesure, d'autres liens sociaux sont apparus. Ce n'est pas le cas de l'Islam qui cherche sa voie et qui est effectivement en Europe phagocyté dans les zones de non droit (banlieues) par les religieux issus de mouvements extrémistes qui prônent la charia, le port du voile, les lieux publics séparés (piscine), les mariages forcés, les tribunaux islamistes pour des questions privées (comme les Juifs ont des tribunaux hassidiques). L'islam à l'origine prônait la justice , l'humanité, la civilisation, l'art et la science. La religion musulmane au XXIème siècle ne s'attarde jamais sur les questions de justice, d'égalité et de liberté mais en revanche, se vante d'avoir réussi à mettre le voile à une femme. Comme si Dieu avait révélé l'Islam dans le seul but de couvrir les cheveux des femmes. Aujourd'hui, elle est aux mains de tartufes, de prédicateurs intolérants qui pousse la population musulmane à la passivité, à l'indifférence face à cette montée de la tyrannie et à la répression. D'ailleurs en grande majorité, ces populations ne sont pas encore mues par l'idée de la démocratie. L'islam ne respecte pas les "institutions" surtout si elles sont chrétiennes. Des coptes de la région d'Aïns Shams (banlieue du Caire) voulait achetée une usine abandonnée pour en faire un lieu de culte. Ces derniers ont été terrorisés et attaquées par leurs voisins musulmans qui ont été surpris par les prières des chrétiens à cet endroit. Les coptes qui sont officiellement 10 millions (officieusement plus nombreux) n'ont pas le droit d'occuper des emplois publics (enseignement, médias, etc.) à égalité avec les musulmans et dans des proportions qui correspondent à leur nombre effectif.

  • "Voyez-vous, mon cher Scipion, il faut trois générations pour faire un citoyen."

    Alors, je vous invite à lire ceci :

    http://www.spiegel.de/spiegel/0,1518,603321,00.html

    Il s'agit d'un article-enquête, relativement long, du "Spiegel" publié dans le numéro du 26 janvier 2008. Il est consacré à 50 ans d'immigration turque en Allemagne et il est intitulé "Für immer Fremd", en français "Etranger pour toujours".

    C'est dans un journal de gauche et, le titre l'indique, aux antipodes de votre angélisme. Votre façon de voir est complètement dépassée, la problème est quantitatif. Autrefois, des individus s'intégraient, maintenant nous sommes en face de communautés constituées qui ne souhaitent plus l'intégration.

    Un écrivain suisse, Paul Nizon, progressiste comme il se doit, publiant chez un éditeur de gauche, Actes Sud, a observé le même mouvement à Paris :

    « Ce qui a lieu à Paris en ce moment, je pense que c’est bel et bien un déferlement de la périphérie sur le centre. Ils ne sont pas les messagers d’un autre monde qui cherchent ici asile ; ce ne sont pas des hommes en grand nombre qui viennent faire l’apprentissage de Paris ou de l’Europe. Ce sont des pans entiers de l’Afrique, du tiers monde et du quart monde, qui se déversent chez nous, voulant à peine savoir où ils sont et nullement disposés à travailler à leur intégration ; ils installent leur Afrique ou autre en plein Paris, que cela nous convienne ou non. »

    "...voulant à peine savoir où ils sont...", "nullement disposés à travailler à leur intégration..." Tel est le visage de l'immigration "altercuturelle" de ce début de XXIe siècle, parce que les humains ont tendance à se regrouper en fonction de leurs affinités naturelles et pas autour des pseudo-valeurs universalo-humanistes de la République.

  • "Et comme il raisonne encore comme 200 ans avant JC..."

    C'est pas pire que de faire ça au milieu des vapes soulevées par Gandhi, Martin Luther King et Nelson Mandela.

  • "D'ailleurs en grande majorité, ces populations ne sont pas encore mues par l'idée de la démocratie. L'islam ne respecte pas les "institutions" surtout si elles sont chrétiennes."

    C'est que l'idée même de démocratie est totalement étrangère à l'Islam. Pour les musulmans, la légitimité du pouvoir politique vient d'Allah, et en aucun cas d'un peuple prétendument souverain.

  • Aujourd'hui, L'Islam est aux mains de tartufes, de prédicateurs intolérants qui ne respectent aucune réciprocité. L'islam ne respecte pas les "institutions" surtout si elles sont chrétiennes. Des coptes de la région d'Aïns Shams (banlieue du Caire) voulait achetée une usine abandonnée pour en faire un lieu de culte. Ces derniers ont été terrorisés et attaquées par leurs voisins musulmans qui ont été surpris par les prières des chrétiens à cet endroit. Les coptes qui sont officiellement 10 millions (officieusement plus nombreux) n'ont pas le droit d'occuper des emplois publics (enseignement, médias, etc.) à égalité avec les musulmans et dans des proportions qui correspondent à leur nombre effectif.

  • "Aujourd'hui, L'Islam est aux mains de tartufes, de prédicateurs intolérants qui ne respectent aucune réciprocité."

    Si Dieu est Un, la réciprocité signifie pactiser avec l'hérésie. Leur raisonnement est simple, voire simpliste, mais il a l'avantage et la force de la cohérence.

  • C'est un bon résumé de l'attitude de chacune des religions monothéistes. Et en particulier de celle de l'église catholique : il n'y a que ma religion qui vaille, et que mon église qui soit une église véritable, parole de Ratzinger, et écho d'Ecône. L'islam ne vaut pas mieux, ni moins, et un minaret pas mieux, ni moins qu'un clocher
    "Ecrasons l'infâme" -mais en commençant par le nôtre...

  • ""Ecrasons l'infâme" -mais en commençant par le nôtre..."

    On pourrait vous suivre sans réserve sur ce terrain, si les deux cents cinquante ans qui se sont écoulés depuis le cri de Voltaire, n'avaient démontré l'impuissance de la Raison et de l'athéisme à faire le bonheur de qui que ce soit, et a fortiori d'un peuple entier...

  • Pourquoi vouloir être contre les mosquées et minarets ? Ce serait une attitude profondément raciste

    Il faut les autoriser, en quantités égales au nombre d'églises construites en arabie saoudite.

  • ... Arabie Saoudite où j'imagine qu'éavec la même intelligence dialectique les imams promettent d'autoriser les églises en nombre égal à celui des mosquées autorisées au Vatican.
    Le concours de connerie continue.

  • "L'autre jour, à la nuit tombante, je suis allé me promener dans la forêt avec mon chien. Et là, brusquement, mon chien fonça en grondant dans un buisson, à la recherche de quelque animal. Et cette chose bougea, je pensais que c'était vraiment une sorte de bête, mais je remarquai qu'elle prenait une forme vaguement humaine. Et cet être sortit du buisson où il se tenait caché et se dressa devant moi et alors que vis que c'était mon frère..."
    Tous les grands et authentiques prophètes ont apporté le même message. Mais ils ont exprimé ce message en des termes différents, à des époques différentes, dans des pays différents et devant des auditoires différents. Mais le message est et demeure le même, à savoir que l'égoïsme, la vanité, la rapacité sont les plus grands fléaux de l'humanité, et que l'être humain ne peut avoir la paix intérieure que si il parvient à vaincre ces fléaux.
    Ainsi considéré, aucune des religions actuellement pratiquées ne mène à un tel salut. Tout au contraire, plus la religion joue un rôle important dans un pays, et plus ce pays et ses habitants seront prêts à tuer et à détruire au nom de leur soit-disant foi. Premiers exemples, les Etats-Unis et Israel.
    Tous les Etats qui mènenet une politique belliciste se fondent sur la religion: "In God we trust" sur les billets verts, "Gott mit Uns" de Guillaume ll, "Dieu et mon Droit" de l'Angleterre colonialiste, et Israel est un Etat JUIF, dont les Goyim sont en principe exclus.
    L'afflux de ressortissants du Tiers-Monde est la conséquence directe de la politique colonialiste et néo-colonialiste des Européens et des Américains. Sans si ni mais. Et maintenant, nous devons veiller à intégrer ces gens dans nos institutions, c'est à dire à en faire nos voisins et à lutter contre la formation de ghettos. Et tenir envers leurs pays d'origine une politique intelligente, de telle façon que ces gens, qui seraient tentés de venir ici, aient une chance de vivre chez eux.

  • @ demain
    Je vous invite à lire un livre espérant qui vous plaira bien, intitulé:
    "Islam et libre-arbitre" de Malek Chebel, cet anthropologue des religions et philosophe algérien citait dans un de ces ouvrages:
    « La plupart des musulmans sont pris en tenaille entre un groupuscule de musulmans violents, qui veulent islamiser le monde, et la grande MAJORITÉ des Occidentaux qui ne comprennent rien à l'islam ».
    Personnellement, l'opinion de l'auteur m'apparut une analyse exacte de ce qui se passe actuellement.

  • "Et maintenant, nous devons veiller à intégrer ces gens dans nos institutions, c'est à dire à en faire nos voisins et à lutter contre la formation de ghettos."

    Avant de vous y mettre, vous devriez quand même leur demander si c'est ce qu'ils veulent... Si on se fie à ce qu'on observe, vous risquez d'avoir pas mal de surprises !

  • Il est parfaitement certain que c'est à eux de choisir. Si ils ne veulent pas s'adapter à nos moeurs, personne ne les retient, moi non plus.
    Mais il y a une particularité que j'ai toujours remarquée au cours de mon activité professionnelle: J'ai eu affaire à beaucoup de réfugiés, travailleurs, discrets, honnêtes, et sympathiques et certainement désireux de faire leur vie ici. Et ces braves gens dans leur écrasante majorité ont été expulsés de ce pays. Mais les feignants, les cas sociaux, les délinquants, on les garde et on en prend bien soin.
    La raison de cet état de choses est sans doute que ces asociaux nourrissent en fait toute une faune de juristes, de docteurs, de "travailleurs" sociaux. Les autres par contre ont payé leurs impôts, leur AVS, leur 2. pilier. si on les vire, seule une part infime de cet argent leur sera versée. J'ai lu quelque part, il y a dix ans de cela, que ces sommes laissées pour compte se montaient à quelque 300 millions de francs. Un joli racket en somme. Je demande expressément à être contredit sur ce point...

  • "Mais il y a une particularité que j'ai toujours remarquée au cours de mon activité professionnelle"

    Laquelle ? Il semble par ailleurs que pour certains internautes, les forums sont une sorte de Second Life au sein duquel ils peuvent s'inventer l'identité de leur choix. On a vu ainsi un ancien juge fédéral à l'orthographe phonétique, un membre des commandos d'élite de la Légion délirant, un flic dont les inexactitudes démontraient qu'il l'était autant que vous et moi...

    "La raison de cet état de choses est sans doute que ces asociaux nourrissent en fait toute une faune de juristes, de docteurs, de "travailleurs" sociaux"

    Merci de démontrer factuellement cette allégation.

    "J'ai lu quelque part, il y a dix ans de cela, que ces sommes laissées pour compte se montaient à quelque 300 millions de francs"

    Vos sources, svp. C'est où précisément, ce "quelque part" ?

  • "Si ils ne veulent pas s'adapter à nos moeurs, personne ne les retient, moi non plus."

    Il vous faudra, cher Johnny, et c'est on ne peut plus naturel, un certain temps pour vous habituer à la nouvelle donne :

    "...voulant à peine savoir où ils sont et nullement disposés à travailler à leur intégration ; ils installent leur Afrique ou autre en plein Paris, que cela nous convienne ou non." (Paul Nizon, déjà cité)

    Ils ne tiennent donc absolument pas à s'adapter et ce sont eux qui ne vous retiennent pas !

  • "Ils ne tiennent DONC absolument pas à s'adapter et ce sont eux qui ne vous retiennent pas !"

    Depuis quand une citation, fût-elle de Paul Nizon, constitue-t-elle une preuve ? Je veux bien, moi, croire à la véracité de ce qu'il écrit, mais on trouverait sans nul doute des auteurs et citations affirmant le contraire.

  • "Accessoirement, des soldats français, mais musulmans, viennent de refuser de servir en Afghanistan pour n'avoir pas à combattre contre d'autres fidèles, ce qui en dit long sur la loyauté qu'un pays d'adoption peut attendre de ces gens."

    Combien ont refusé de servir sur combien de soldats musulmans ?

  • "Depuis quand une citation, fût-elle de Paul Nizon, constitue-t-elle une preuve ?"

    Ce n'est pas une citation, mais le témoignage de quelqu'un qui a longtemps vécu dans le XIXe arrondissement, et qui en parle. Avec la crainte, assez cocasse, d'être raciste à l'insu de son plein gré ! Vous trouverez le texte complet dans "Le Rassemblement de soi", éditions Actes Sud.

    "veux bien, moi, croire à la véracité de ce qu'il écrit, mais on trouverait sans nul doute des auteurs et citations affirmant le contraire."

    Je doute fort que vous trouviez quelqu'un ait écrit récemment : il n'existe aucun communautarisme parmi les immigrés "alterculturels" qui sont de plus en plus nombreux en France.

    Au témoignage de Paul Nizon, je vous suggère déjà d'ajouter ce qu'on observe dans les principales villes du pays, et en particulier à Paris bien sûr, avec le développement des "Chinatowns".

  • "Combien ont refusé de servir sur combien de soldats musulmans ?"

    La question ne se poserait pas ainsi, si elle se posait. Il faudrait demander combien, parmi ceux qui étaient en position de le faire ? Parce que tous les soldats musulmans n'appartiennent pas à une ou quelques unités pressenties pour aller casser de l'intégriste.

    Mais la question qui se pose n'est pas celle du nombre, c'est celle de la loyauté qu'on peut attendre de la part de gens appartenant à une culture profondément différente de celle du pays d'accueil. Et à plus forte raison lorsqu'il s'agit d'une culture antagoniste avec laquelle nous sommes en guerre depuis mille deux cent nonante-huit ans*, presque sans interruption.

    * Plus précisément, depuis avril 711, date de la traversée des "Colonnes d'Hercule" par six mille guerriers sous la conduite de Tariq ibn Ziyad.

  • Pas mal de questions et de remarques intéressantes:
    Mon "activité professionnelle" se résume à un apprentissage de cuisinier en 1951-53 à Soleure, la pratique de ce métier en Suisse, plus tard au Canada et aux E.U.s. Un cours de service à l'Ecole Hotelière de Lucerne, pratique du métier de serveur jusqu'à chef de service, la connaissance parlée et écrite de quatre langues et la tenue d'établissements publics durant trente ans, en Suisse alémanique essentiellement.
    J'ai écrit un livre relatant nos démélés avec la Justice et l'administration soleuroise et fédérale. Ce livre, rédigé en allemand, se trouve en trois exemplaires à la bibliothèque cantonale à Soleure. Suivant le conseil d'un fonctionnaire de la police cantonale soleuroise au courant de ce projet, ce livre contient un grand nombre de fac similés de correspondance, cela afin qu'il soit prouvé que je n'en rajoute pas... Le titre: "Lamm unter Wölfen", à vérifier à l'adresse: webmaster@zbsolothurn.ch.
    La somme de 300 millions rackettée auprès des réfugiés déboutés à été fournie par l'organisation "Solidarité sans Frontières", à Lausanne.

    "Accessoirement, des soldats français, mais musulmans, viennent de refuser de servir en Afghanistan pour n'avoir pas à combattre contre d'autres fidèles, ce qui en dit long sur la loyauté qu'un pays d'adoption peut attendre de ces gens."

    Je demande une fois de plus à être contredit lorsque j'affirme que quelque 70% des populations allemande, française, britannique, sont opposées à l'envoi de troupes en Afghanistan. La raison invoquée pour l'envoi de ces troupes est évidemment la Défense de la Démocratie et la Démocratie, n'est-ce pas, ce serait tellement formidable, s'il n'y avait pas tout le temps ces cons de citoyens.....

  • "Je demande une fois de plus à être contredit lorsque j'affirme que quelque 70% des populations allemande, française, britannique, sont opposées à l'envoi de troupes en Afghanistan."

    Et c'est censé donner le droit à des soldats, de surcroît volontaires, de choisir l'ennemi contre lequel ils sont d'accord de se battre ? C'est nouveau alors, ça vient de sortir...

  • Alors combien de musulmans y avait-il parmi les soldats du front, et combien parmi eux ont refusé de combattre ?

  • "La somme de 300 millions rackettée auprès des réfugiés déboutés à été fournie par l'organisation "Solidarité sans Frontières", à Lausanne."

    Ils ont simplement cité ce montant, ou ils ont précisé que celui-ci provient exclusivement de recalés honnêtes, travailleurs et cotisants jetés dehors tandis que les ordures restent ?
    Et 300 millions pour quel laps de temps ?

  • "Alors combien de musulmans y avait-il parmi les soldats du front, et combien parmi eux ont refusé de combattre ?"

    Il n'y a pas de front dans un truc pourri comme l'Afghanistan. Et personne n'a refusé de combattre : il y en a qui ont refusé de partir. Le Ministère des Armées n'en a pas communiqué le nombre...

    Mais, encore une fois, le problème est bien moins celui du refus que celui de la loyauté. Surtout à la guerre, où l'esprit de corps est un facteur supplémentaire d'efficience.

    Du moment qu'il existe un doute, si petit soit-il, à l'égard d'un soldat, il n'est même plus bon à être de garde à la porte du mitard.

  • Je me méfie depuis longtemps comme de la peste des arguments d'évidence et autres inductions abusives, D'OÙ QU'ILS VIENNENT, et qui ne sont la plupart du temps que l'expression des fantasmes et préférences personnelles à prétention scientifique de leur auteur.

  • "Le Ministère des Armées n'en a pas communiqué le nombre..."

    C'est ce que je voulais savoir, merci.

  • "C'est ce que je voulais savoir, merci."

    Vous connaissez les répugnances françaises, "universalité républicaine" oblige, par rapport à tout ce qui touche aux statistiques à caractère religieux, ethnique ou ethnico-religieux...

    Admettons que la proportion atteigne 90 % des engagés, je vous laisse imaginer le désastre auprès d'une opinion publique déjà peu encline à l'indulgence à l'égard des "racailles", comme disait le candidat Sarkozy et ne dit plus le président Sarkozy.

  • On peut certes admettre 90% des engagés. Mais on peut tout aussi bien admettre 5% de ces mêmes engagés, sans le moindre élément probant en faveur d'une hypothèse ou de l'autre.

  • Comme je l'ai déjà dit - et pour la dernière fois -, qu'ils soient 5 % ou qu'ils soient 90 %, la prudence conduit à se méfier des 100 %, puisque c'est la sécurité des autres membres de l'unité qui est en jeu...

    Donc, ce n'est pas une question de chiffres. On ne parle pas de manoeuvres ou d'exercices, mais de combats au cours desquels des gens se tirent dessus à balles réelles.

  • Non. Ces refus ont été enregistrés une fois. Rien - strictement rien - hormis des fantasmes ou préférences personnels ne démontre donc qu'il s'agit là d'un phénomène constant. Difficile dès lors d'en inférer une loi.

  • Il est vrai que vous nagez ici en plein fantasme, Scipion.

  • "la prudence conduit à se méfier des 100 %"

    Prudence basée sur quoi, concrètement ?

  • "Prudence basée sur quoi, concrètement ?"

    Le principe de précaution, comme avec les OGM.

  • "Il est vrai que vous nagez ici en plein fantasme, Scipion."

    Avant de dire n'importe quoi, vous seriez bien inspiré de vous renseigner sur ce qu'est la Oumma. Parce qu'avant de parler de fantasme, il serait bon de maîtriser le sujet dont il est question.

    Ils sont toujours amusants, les ignares, avec leurs grands pieds et leurs gros sabots.

  • "Le principe de précaution, comme avec les OGM"

    Ce n'est pas une réponse à la question, mais une échappatoire.

  • "Ce n'est pas une réponse à la question, mais une échappatoire."

    Je ne parviens pas à discerner ce que vous cherchez à me faire dire, et puisque je ne suis pas en mesure de vous donner satisfaction, je m'en tiendrai là.

  • C'est précisément parce que vous avez une vision fantasmatique et justement pas du tout maîtrisée de la Oumma que je dis que vous baignez dans le fantasme.

    Quant à votre "ils sont amusants...", c'est un des grands classiques de ceux qui trépignent intérieurement de rage, comme une sorte de tentative un peu désespérée de post-combustion pour se sortir de cette douloureuse situation.

    A part ça, un de mes amis psy me disait que la paranoïa est un mal extrêmement difficile, et même souvent impossible, à soigner.

  • "Je ne parviens pas à discerner ce que vous cherchez à me faire dire, et puisque je ne suis pas en mesure de vous donner satisfaction, je m'en tiendrai là"

    C'est donc bien ce que je disais : une échappatoire.
    A moins, hypothèse également plausible, que vous ne pigiez vraiment pas et atteigniez donc vos limites.

    Dans les deux cas, il est effectivement préférable de s'en tenir là.

  • "...un de mes amis psy me disait que la paranoïa est un mal extrêmement difficile, et même souvent impossible, à soigner."

    J'espère que quand ça se déroule comme ça, il vous fait un rabais sur la consultation. Parce que l'assurance maldie n'a pas vocation à sponsoriser des "discussions de bistrot" :o)

    "A moins, hypothèse également plausible, que vous ne pigiez vraiment pas..."

    Dans le fond, je ne cherche même pas, j'ai déjà perdu beaucoup trop de temps sur un point que je mentionnais "accessoirement" - c'était l'adverbe utilisé - dans un panorama plus général de l'islamisation du continent européen.

    Et les seuls interlocurteurs qui m'intéressent vraiment, ce sont ceux qui sont susceptibles de voter l'interdiction des minarets...

    P.S. - L'excellent site www.fdesouche.com nous apprend qu'aux Pays-Bas un sondage place le parti de Geert Wilder en tête des intentions de vote des Bataves. Avec la forte progression de l'UDC en Valais, le triomphe du BZOe en Carinthie et la poussée du FPOe à Salzbourg, il fait vraiment un sale temps pour les Islamistes et leurs copains.

  • "il fait vraiment un sale temps pour les Islamistes et leurs copains"

    C'est là un magistral exemple de la pauvreté de votre pensée que ce "et leurs copains" qui m'est entre autres destiné ainsi qu'à tous ceux qui n'ont pas l'heur d'accepter vos délires comme vérité révélée (à moins, bien sûr, que vous n'attribuiez cela à ma paranoïa :-)). En clair, ne pas se contenter de quelques slogans anencéphales, exiger la rigueur intellectuelle et non quelques divagations certes bien rédigées mais par ailleurs d'un vide abyssal puisque jamais factuellement étayées (on parle ici de faits répétés, nombreux et concordants et non de quelques anecdotes qui nous arrangent pêchées de ci de là), c'est être copain des islamistes. C'est du niveau de Ted Robert, en mieux écrit, toutefois.

    Vous vous pensez acerbe, vexant, ulcérant, peut-être même cela vous donne-t-il quelque part des sensations agréables, mais... non. Désolé.

    Pour le reste, votre post est parfaitement oubliable. La forme ne fait pas le fond.

    Sur ce, ce forum peut être quitté.

    PS : il est vrai qu'entre les Pays-Bas, le Valais, la Carinthie et Salzbourg, le Charles Martel des temps nouveaux est en marche.

  • "En clair, ne pas se contenter de quelques slogans anencéphales, exiger la rigueur intellectuelle et non quelques divagations certes bien rédigées mais par ailleurs d'un vide abyssal puisque jamais factuellement étayées..."

    Jamais factuellement étayées ?!?!?!?!

    En France, 4 lieux de prière musulmans en 1965, 2147 en 2006 !!!

    Si, pour vous, ce n'est qu'une anecdote qui m'arrange, je pense néanmoins qu'elle devrait ouvrir d'un grand nombre d'électeurs qui n'ont pas la plus petite idée de l'ampleur de l'invasion.

    Quant à vous qui donnez l'împression de vivre sur une planète oubliée d'Allah, je ne saurais trop vous conseiller la consultation quotidienne de :

    - www.fdesouche.com

    - www.islamisation.fr

    - www.pointdebasculecanada.ca

    - www.bivouac-id.com

    et si vous-même n'avez pas l'utilité de ces liens, je suis sûr qu'il se trouvera toujours quelqu'un pour en faire bon usage :o)

  • Ooooooops...

    ...qu'elle devrait ouvrir LES YEUX d'un...

  • L'empirisme scientifique commande de d'abord observer le réel, puis ensuite seulement d'en inférer des principes, lorsque cela est possible.
    La démarche scolastique, elle, pose d'abord les conclusions, puis part à la recherche des faits qui les démontrent, à l'exclusion de tous les autres.
    En clair, faut pas se laisser fourguer n'importe quelle connerie parce qu'elle nous arrange, nous fait peur, nous avantage, nous excite ou que sais-je encore.

    Cela dit, il est vrai qu'il est assez étrange de se voir quasiment taxé de pactiser avec l'ennemi pour avoir eu l'outrecuidance d'user de sa matière grise et non de sa moelle épinière, de sa raison et non de son système limbique, et de demander faits et preuves fondés avant de se déterminer.
    Comme si poser une question était le premier symptôme de l'hérésie. C'est par ailleurs un truc assez pratiqué dans les chapelles de l'extrême-gauche comme de l'extrême-droite. Hier ist kein warum.

    2147 lieux de culte. On appelle quoi un lieu de culte ? Un appartement avec 3 pelés inoffensifs ? Une mosquée de 300 fous furieux ? D'autre part, un lieu de culte est-il forcément intégriste et propagateur radical ?

    Il n'a pas de site web, Ted Robert ? :-)

  • Scipion vient de nous siter une belle brochette de sites ... aheuu, comment dire, fascho ?

    Manque encore eux http://www.jigeneve.com/ dans le genre crane rasé qui botte ratonne du gris.

    Scipion, comme Victor a l'époque, ton masque hideux est pour moi tombé définitivement.

  • "2147 lieux de culte. On appelle quoi un lieu de culte ? Un appartement avec 3 pelés inoffensifs ? Une mosquée de 300 fous furieux ? D'autre part, un lieu de culte est-il forcément intégriste et propagateur radical ?"

    Deux mille cent quarante-sept lieux de culte musulman, on appelle cela, indépendamment de leur taille et de leur contenu, le maillage d'un territoire envahi par une une foi, une culture et une civilisation totalement étrangères à nos moeurs, coutumes, us et traditions.

    L'argument devrait porter auprès des gens qui ne sodomisent pas le diptère au nom de l'empirisme scientifique ou de la démarche scolastique, et qui ne se la pètent pas plus sous l'égide d'Auguste Comte que sous la houlette de saint Augustin

  • "Scipion, comme Victor a l'époque, ton masque hideux est pour moi tombé définitivement."

    Je m'en voudrais de me baisser pour le ramasser ;o)

  • Il y a environ 6 millions de personnes nées musulmanes en France, de loin pas tous pratiquants, soit 10% de la population. Moins que des catholiques, et moins que des athées, mais plus que des protestants, des juifs ou des bouddhistes. Cela fait donc moins d'un lieu de culte pour 2000 personnes.
    Vu qu'il y a 35 000 communes, cela signifie qu'au moins 33 000 d'entre elles sont dépourvues de lieu de culte musulman (parce qu'il arrive qu'il y en ait 2 dans certaines communes). Vous parlez d'un maillage !
    C'est du filet pour la pêche au tout gros !

  • Six millions de musulmans en France, c'est tellement naturel, qu'on se demande pourquoi il y en a qui s'alarment.

    Et on commence à se préoccuper sérieusement à combien ? 20 % ? 25 % % ? 40 % ?
    51 % dans le 75 ? 70 % dans le 9-3 ?

    Tous les services spéciaux estiment que la proportion d'islamistes est de 10 à 12 % dans toute communauté musulmane...

    Ce qui nous fait entre 600'000 et 720'000 fanatiques, sans doute pas tous prêts à mourir mais assurément disposer à aider ceux qui sont prêts à mourir...

    Il s'en fout, Louverture, il est Haïtien... D'un pays qui ne peut pas tomber plus bas qu'il est déjà.

  • Je voudrais encore ajouter que 2147 lieux de prière, sur un territoire de 550'000 km2, ça fait un lieu de prière tous les 256 km2, ce qui correspond à un carré de 16 x 16 km. C'est quand même assez serré, qu'on le veuille ou non.

  • Assez serré ? c'est en gros la superficie de tout le canton de Genève, pour un seul lieu de culte...

  • "Deux mille cent quarante-sept lieux de culte musulman, on appelle cela, indépendamment de leur taille et de leur contenu, le maillage d'un territoire envahi par une une foi, une culture et une civilisation totalement étrangères à nos moeurs, coutumes, us et traditions"

    Comme quelqu'un le disait plus haut, il n'y a là une fois de plus aucune réponse à la question posée, seulement une échappatoire, une pirouette rhétorique. On demande des faits concrets, on n'obtient que de pures affabulations, divagations et interprétations personnelles tentant de se parer des habits de la rigueur intellectuelle. Du Ted Robert, justement.

    Sur la base de 2 chiffres (4 et 2147) dont la véracité n'est même pas démontrée, on infère tout un roman qui repose exclusivement sur les fantasmes interprétatifs de leur auteur et non sur des faits avérés, observés, similaires et observables.

    Et c'est là la méthodologie aussi malhonnête que perverse à l'oeuvre autant dans les sectes de l'extrême-gauche que de l'extrême-droite consistant à abolir toute intelligence au profit de la stricte passion aussi imbécile que grégaire.

    Les sites web ? Un peu comme si, pour démontrer la véracité de la thèse scientologique, on proposait en lien et guise de preuve : http://french.essentialdianetics.org/

    Quant à la tirade entomologique, elle est assez classique de celui qui, une fois découverte la vacuité de son "argumentaire", n'a plus guère le choix que de l'attaque ad personam. Au fond, elle en dit plus sur son auteur que sur celui qu'elle est censée atteindre.

    Pour le reste, cela se veut effectivement vexant et provocant (assez à la mode adolescente d'ailleurs) mais on est assez loin de la cible.

    C'est sans lendemain et ce forum peut être quitté l'esprit serein.

  • "Sur la base de 2 chiffres (4 et 2147) dont la véracité n'est même pas démontrée, on infère tout un roman qui repose exclusivement sur les fantasmes interprétatifs de leur auteur et non sur des faits avérés, observés, similaires et observables."

    Il ne s'agit pas de convaincre des physiciens et des astronomes, dont le poids électoral est pour ainsi dire nul...

    "Et c'est là la méthodologie aussi malhonnête que perverse à l'oeuvre autant dans les sectes de l'extrême-gauche que de l'extrême-droite consistant à abolir toute intelligence au profit de la stricte passion aussi imbécile que grégaire."

    Mais les passions mènent le monde, mon cher Monsieur, et si les raisonnants raisonneurs comme vous l'emportaient, il serait aussi terne que chiant.

  • "Assez serré ? c'est en gros la superficie de tout le canton de Genève, pour un seul lieu de culte..."

    D'accord, mais en 1965 c'était en gros pour la superficie cumulée de la Suisse, de l'Alsace, du Bade-Wurtemberg, de la Lombardie et du Piémont...

  • On ne déniera pas à Scipion un talent certain à se défiler.
    Pour le reste...

  • Je suis vraiment étonné de lire certains d'entre vous. A croire qu'il n'y aurait aucune minorité musulmanne en Europe!

    Pourant, cette minorité est bien visible et tant à grossir de plus en plus. Elle revendique sa place. Et ceci au détriment de certaines valeurs (égalité homme/femme, tolérence envers les homosexuels, abolition du patriarcat,....). La loi sur le port du voile dans les écoles française est à mon sens le premier grand choc, mais d'autres suivront. Le problème est que les musulmans "laïcs" ne se font pas entendre. Il n'y a pas de véritable représentant de l'Islam valable et donc la majorité des musulmans (faible niveau d'étude) se font manipulés par des associations douteuses financées par des pays peu tolérants en matière de religion (Arabie saoudite, Iran,...).

  • Il y a des "minorités" musulmanes en Europe depuis 1300 ans. Et ces "minorités" sont même majoritaires dans au moins deux pays européens (l'Albanie et la Bosnie). En Europe occidentale, les musulmans sont effectivement en nombre croissant (sans jeu de mot). Les bouddhistes aussi. Les athées aussi. Et le nombre des uns et des autres continuera de croître. Avec ou sans minarets, avec ou sans clochers. Et alors ?

  • Le problème n'est pas "avec ou sans minarets". Le problème est une accumulation de remise en question de certaines valeurs à travers des "faits divers" observés dans les pays ayant des minorités musulmannes fortes. Le voile à l'école, la mixité dans les piscines, les médecins hommes pour des patitentes femmes, les menus dans les cantines scolaires, la tolérance de l'homosexualité dans certains quartiers, tribunaux islamiques.... ce n'est que le début. Et comme d'habitude, nous sommes tentés de trouver des arrangements faisant de l'exception la règle.

  • "Et ces "minorités" sont même majoritaires dans au moins deux pays européens (l'Albanie et la Bosnie)."

    Et ce sont des phares du progrès en marche, comme chacun sait !

    "En Europe occidentale, les musulmans sont effectivement en nombre croissant (sans jeu de mot). Les bouddhistes aussi. Les athées aussi..."

    Mais les musulmans sont les seuls à revendiquer sans cesse de nouvelles adaptations de la société aux règles de leur religion. Ce sont les seuls aussi à avoir un statut particulier en fonction du pays dans lequel ils habitent et des concessions momentanées qu'ils sont autorisés à faire.

    Ce sont également les seuls qui, en démocratie, ne reconnaissent pas la légitimité du pouvoir du peuple. Ce sont encore les seuls qui, au nom de leur Dieu, égorgent de la Mauritanie aux Philippines.

    Alors, comme vous dites : "Et alors ?"

    Le "progressisme" au secours de l'obscurantisme est un spectacle dont on ne se lassera jamais... Et ça ose critiquer le Pape :o)

  • Scipion:
    Détendre un peu, il semble que vous souffrez de diarrhée causée par un germe appelé ISLAMOPHOBIE.

  • "...il semble que vous souffrez de diarrhée causée par un germe appelé ISLAMOPHOBIE."

    Absolument. Et non seulement je suis affecté, mais encore je fais tout ce que je peux pour propager la maladie, en espérant que la vague actuelle se transformera en pandémie.

    L'Islam est contraire à notre civilisation, à notre culture, à notre identité, à nos moeurs, à nos coutumes et à certaines de nos valeurs politiques. Sa place est donc dans les pays musulmans.

    Les seuls, au demeurant, où il peut s'épanouir pleinement en coupant les mains des voleurs, pendant les invertis, excisant les petites filles et lapidant les femmes adultères, au doux chant du muezzin.

  • "Voyez-vous, mon cher Scipion, il faut trois générations pour faire un citoyen."

    Alors, je vous invite à lire ceci :

    http://www.spiegel.de/spiegel/0,1518,603321,00.html

    Il s'agit d'un article-enquête, relativement long, du "Spiegel" publié dans le numéro du 26 janvier 2008. Il est consacré à 50 ans d'immigration turque en Allemagne et il est intitulé "Für immer Fremd", en français "Etranger pour toujours".

    C'est dans un journal de gauche et, le titre l'indique, aux antipodes de votre angélisme. Votre façon de voir est complètement dépassée, la problème est quantitatif. Autrefois, des individus s'intégraient, maintenant nous sommes en face de communautés constituées qui ne souhaitent plus l'intégration.

    Un écrivain suisse, Paul Nizon, progressiste comme il se doit, publiant chez un éditeur de gauche, Actes Sud, a observé le même mouvement à Paris :

    « Ce qui a lieu à Paris en ce moment, je pense que c’est bel et bien un déferlement de la périphérie sur le centre. Ils ne sont pas les messagers d’un autre monde qui cherchent ici asile ; ce ne sont pas des hommes en grand nombre qui viennent faire l’apprentissage de Paris ou de l’Europe. Ce sont des pans entiers de l’Afrique, du tiers monde et du quart monde, qui se déversent chez nous, voulant à peine savoir où ils sont et nullement disposés à travailler à leur intégration ; ils installent leur Afrique ou autre en plein Paris, que cela nous convienne ou non. »

    "...voulant à peine savoir où ils sont...", "nullement disposés à travailler à leur intégration..." Tel est le visage de l'immigration "altercuturelle" de ce début de XXIe siècle, parce que les humains ont tendance à se regrouper en fonction de leurs affinités naturelles et pas des pseudo-valeurs humanistes de la République.

  • Reprenons la phrase de Nizon, en n'n hangeant que quelques mots : vous aurez les textes pondus par les "Genevois de souche" au mitan du XIXe siècle à propos des Valaisans, des Fribourgeois et des Savoyards. Et vous pourez le conclure par un vibrant appel à interdire les clochers des églises catholiques... Appel d'aileurs bel et bien lancé -il faudra la révolution radicale pour que les catholiques puissent avoir leurs églises avec clochers et cloches, les fran-m açons leurs temples non clandestins et les juifs leurs synagogues. Nizon, donc, revisité :
    « Ce qui a lieu à Genève en ce moment, je pense que c’est bel et bien un déferlement de la montagne catholique sur la vile réformée. Ils ne sont pas les messagers d’un autre monde qui cherchent ici du travail ; ce ne sont pas des hommes en grand nombre qui viennent faire l’apprentissage de Genève ou de la ville moderne. Ce sont des pans entiers des Alpes et des Préalpes, qui se déversent chez nous, voulant à peine savoir où ils sont et nullement disposés à travailler à leur intégration ; ils installent leur vallée en plein Genève, que cela nous convienne ou non. »

  • @ Pascal

    Cela m'amuse de voir des pro laïc défendre des culs-bénis... pardon, des culs-voilés!
    ;)

  • "Reprenons la phrase de Nizon, en n'n hangeant que quelques mots : vous aurez les textes pondus par les "Genevois de souche" au mitan du XIXe siècle à propos des Valaisans, des Fribourgeois et des Savoyards."

    Alors, il faut les produire, ces textes. Parce que faire un pastiche qui ne correspond à aucune réalité du XIXe siècle ne constitue la démonstration de rien du tout. D'autant moins que vous faites complètement l'impasse sur deux aspects de la question.

    Premièrement, par rapport aux Français, ces Africains sont racialement, civilisationnellement, culturellement, mentalement et souvent religieusement, différents. A la différence des Valaisans, des Fribourgeois ou des Savoyards à Genève, ce sont des allogènes. Et, ne vous en déplaise, c'est un élément qui compte, puisqu'au premier coup d'oeil, ils sont identifiés comme des gens qui ne sont pas chez eux !

    Deuxièmement, avec Paul Nizon, nous n'avons pas un de souche qui se plaint d'une invasion, mais un "progressiste" qui non seulement dénonce un communautarisme galopant, mais encore critique - ça vous ne pouviez pas le savoir - virulemment les de souche qui se moquent complètement de l'afflux de gens qu'ils ne "voient" même pas et au sort desquels ils sont totalement indifférents.

    Mais vous ne bilez pas, vous ferez mieux la prochaine fois...

  • "Cela m'amuse de voir des pro laïc défendre des culs-bénis... pardon, des culs-voilés!"

    En plus, ce sont souvent des athées qui bien sont impitoyables avec le Pape, considéré, lui, comme réactionnaire et obscurantiste, pour des histoires de messe en latin et de préservatifs... :o)

  • Il serait tout de même intéressant de savoir qui a envahi qui et à quel degré, et qui a causé le plus de dommage à qui sur cette Terre.
    il existe une certane criminalité due aux étrangers en Europe et en Suisse. Voyons les choses en face: 70 ou 80% des détenus dans nos prisons sont des étrangers, le plus souvent des Balkans ou d'Afrique Noire.
    En comparaison de cela:
    Les Européens ont débarqueé au Nouveau Monde en 1492, et cela a causé la mort de quelque 80 millions d'indigènes en 400 ans, due aux épidémies importées, ainsi qu'aux génocides perpétrés par les Blancs.
    En Australie, en 200 ans, les indigènes ont été massacrés à tours de bras, en Tasmanie, le génocide a été de 100%.
    La traite des Nègres a coûté la vie a quelque 16 millions d'infortunés, en 200 ans environ.
    Dans les colonies, surtout en Afrique, les Européens se sont la plupart du temps comportés comme des monstres: au Congo belge, on coupait couramment les mains des ouvriers qui ne bossaient pas assez. En Algérie, les soldats français durant la dernière guerre empâlaient les petits enfants sur des pics en bois, et violaient les femmes et les filles en présence de leurs familles.
    Trois millions de morts en Corée, trois millions de morts en Indochine, un million de morts en Irak, des centaines de miliers en Afghanistan, des monuments millénaires détruits, cinq millions d'Irakiens sans abri. Un sol contaminé pour des dizaine des milliers d'année dû à l'usage de munition à uranium appauvri.
    La bande de Gaza n'est qu'un gigantesque camp de concentration à ciel ouvert. Ms Clinton n'y changera rien.
    Pourquoi tous ces Musulmans et ces Africains en Europe ? Parce qu'ils crèvent de faim chez eux. Pourquoi crèvent-ils de faim chez eux ? Parce que le colonialisme continue gaîment, juste sous une autre forme.
    Le Nigeria, par ex., est l'un des pays les plus riches du monde, avec du pétrole, des minéraux. Mis en coupe réglée par les grosses compagnies américaines et européennes, avec la complicité active d'une minuscule mafia indigène à la solde de ces compagnies. Un exemple parmi des douzaines d'autres.
    Ces étrangers ne se sentent pas bien chez nous. La plupart préférerait sans le moindre doute retourner. Ils pourront retourner le jour que nous cesserons de piller leurs pays

  • Il me semblait bien qu'il manquait un élément, un tic, une obsession dans l'intéressante mixture de xénophobie et d'islamophobie qu'on nous sert si généreusement (et que l'on souhaite ardemment nous voir resservie à même dose pendant la campagne sur l'initiative "antiminarets"). Il est heureux qu'on nous le remette en mémoire : c'était la race. "par rapport aux Français, ces Africains sont racialement, civilisationnellement, culturellement, mentalement et souvent religieusement, différents. A la différence des Valaisans, des Fribourgeois ou des Savoyards à Genève, ce sont des allogènes. Et, ne vous en déplaise, c'est un élément qui compte". Qui compte pour qui ? Pour ceux qui en sont encore adultes à avoir peur du noir ?
    Allons, il se trouvera bien une bonne âme pour signaler à "Scipion" que depuis la disparition du regretté cousin Neanderthal, il n'y a plus qu'une seule race humaine, qu'elle est de souche africaine, que nous sommes donc nous aussi de souche africaine, et incidemment que l'ombre du minaret du Petit Saconnex ne nous est pas plus étrangère que celle du clocher d'Ecône.

  • "Il serait tout de même intéressant de savoir qui a envahi qui et à quel degré, et qui a causé le plus de dommage à qui sur cette Terre."

    Ouais, ce serait sûrement intéressant, seulement moi, ce qui me préoccupe ce n'est pas un passé que je ne peux pas corriger, mais l'avenir que j'essaie d'influer en apportant ma petite pierre à l'édifice que bâtissent des millions de "résistants" européens...

    "La traite des Nègres a coûté la vie a quelque 16 millions d'infortunés, en 200 ans environ."

    Quantitativement, ce n’est pas si énorme, dans le fond. On pourrait même dire que c'était assez supportable, si on songe que la peste noire a tué 25 millions d’Européens entre 1347 et 1350. En quatre ans, la moitié de la population du continent. Et nous nous en sommes remis...

    "Ils pourront retourner le jour que nous cesserons de piller leurs pays..."

    C'est pour bientôt, les Chinois sont en train de leur faire non pas des fleurs, mais des bouquets, des gerbes et des corbeilles.

    Heureusement, parce que les Nigériens, par exemple, s'ils ne trouvaient pas de Blancs ou de Jaunes pour leur acheter leur pétrole, et bien, ils ne sauraient pas qu'en faire. La technologie pour le transformer en biftecks, c'est pas eux non plus. C'est con, hein ?

  • "Allons, il se trouvera bien une bonne âme pour signaler à "Scipion" que depuis la disparition du regretté cousin Neanderthal, il n'y a plus qu'une seule race humaine..."

    On dit ça, mais c'est loin d'être définitivement acquis et les travaux du Pr Cavalli-Sforza, à défaut de démontrer explicitement qu'il y a bel et bien des races humaines génétiquement reconnaissables, démontrent qu'il y a des "appartenances géographiques" dont les de souche respectifs présentent des similarités identifiables à partir d’un groupe de 120 allèves. Si cela vous intéresse, vous pouvez creuser.

    D'autres recherches allant dans le même sens ont été menées aux Etats-Unis, il en est question sous "http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/iqrace.html", un site qui, n'étant ni "raciste" ni d'"extrême-droite", ne risque pas de mettre vos cornées en péril.

    Par ailleurs, tous les chirurgiens spécialisés dans les greffes savent qu'il y a des incompatibilités liées à l'origine "raciale" des donneurs et des receveurs. En France, par exemple, il est beaucoup difficile de trouver des organes compatibles pour les receveurs appartenant à des "minorités visibles"...

    Il est possible aussi qu’on nous cache des « choses ». Je me permets de vous rappeler la question que posait Jacques Monod et que George Steiner mentionne ainsi dans « Dans le château de Barbe-Bleue », Seuil, Coll. Folio-essais, Paris 1986 :
    « Faut-il persévérer si la génétique doit divulguer, sur la différenciation des races, des secrets dont la portée morale, politique et psychologique nous déborde?»

    De là à penser qu’il y a des recherches qui ne se font pas par peur des résultats qu’elles pourraient révéler, on sort du domaine de la science pour entrer dans celui de l’obscurantisme. D’un obscurantisme qui ne vaut pas mieux que l’autre, au motif qu’il procède de louables intentions

    Mais tout cela, voyez-vous, n'a finalement aucune espèce d'importance. La couleur de la peau est l'arbre, spectaculaire, qui cache la forêt des divergences culturelles.

    Toute société est divisée en NOUS et en EUX. Par rapport à NOUS Blancs, les Africains seront toujours des EUX, des EUX maghrébins et des EUX subsahariens, et à cela tous les Albert Jacquard de la planète ne changeront jamais rien. Et eux aussi, les Maghrébins et les Suibsahariens, le ressentent de la même manière.

    C’est la base même du communautarisme qui est l’une des données constantes et fondamentales de la nature humaine : nous avons tendance à nous amalgamer à ceux que nous reconnaissons pour nôtres et à nous éloigner de ceux que nous ne reconnaissons pas pour nôtres.

    On commence à admettre officiellement en France que les ghettos sensibles ne se sont pas formés parce qu’on y a enfermé des allogènes, mais parce que les indigènes ont fui – et ce mouvement se poursuit actuellement encore – au fur et à mesure qu’ils le pouvaient pour échapper à toutes sortes de promiscuités.

    Ce n’est pas à cause de la couleur de peau des immigrés que les de souche sont partis, mais parce qu’ils ne supportaient pas leurs mœurs, croyances, habitudes, us, coutumes, bruits, odeurs et incivilités. En sept mots, « ils en avaient marre de leurs tronches » et l’incompatibilité n’était pas raciale, mais foncièrement culturelle.

    Cet abruti de Chirac a provoqué un tollé le jour où il a dit la seule chose intelligente de ses douze ans de présidence et, à l’autre extrême de l’éventail des intelligences, George Steiner, encore lui, l’un des plus brillants esprits de notre temps, a déclenché une tempête identique en déclarant, en août de l’an dernier :

    “Il est facile de s’asseoir ici, dans cette maison, et de dire : “Le racisme, c’est horrible, non ? ” Mais posez -moi même la même question si je devais vivre dans une maison voisine d’une famille jamaïquaine de six enfants qui écoute du reggae et du rock and roll toute la journée ! Posez-moi la même question si un expert immobilier venait m’apprendre que la valeur de ma maison s’était effondrée depuis qu’une famille jamaïquaine avait emménagé à côté ! Demandez-moi la même chose à ce moment-là ! “

    Alors voilà, face à ce vécu que certains expérimentent (subissent !) tous les jours, Jacquard peut remballer ses microscopes électroniques, ses théories, ses conférences et ses bouquins. Et vous, par la même occasion, votre catéchisme de bonne âme vouée à l’éclairage de la "race humaine". Dans le vrai monde, ça ne se passe pas comme chez les bisounours.

    "...et incidemment que l'ombre du minaret du Petit Saconnex ne nous est pas plus étrangère que celle du clocher d'Ecône."

    Ben si, parce que le minaret du Petit-Saconnex est de souche arabe. Et toc !

  • Scipion, d'abord les Nigériens n'ont pas de pétrole, mais de l'uranium. Ce sont les Nigérians qui ont du pétrole. La traite, c'est plutôt 300 ans, et l'estimation 16 millions est la plus basse, d'aucuns parlant de 100 millions. Auxquels on peut rajouter, une fois l'esclavage aboli officiellement, 50 années de "travail sous contrat" amenant d'Inde, de Chine, du Liban et d'Afrique des travailleurs dont la seule différence avec les esclaves étaient que leurs maîtres n'avaient pas le droit de vie et de mort sur eux.
    Là où je vous rejons, pour une fois, c'est que la saignée démographique n'explique en rien le sous-développement de l'Afrique, qui a d'autres causes. La saignée de la peste au Moyen-âge a d'ailleurs donné le départ d'un formidable renouvellement technologique et social. Et si les avancées agronomiques sont intiment liées à l'expansion démographique et au développement des empires depuis l'Antiquité, cela se passe passe chronologiquement dans le sens progrès technique => accroissement de la nourriture disponible => accroissement démographique => expansion territoriale. Jamais l'inverse, contrairement à ce que prétendent les anti-malthusiens.
    Parmi les causes du sous-développement et de la pauvreté, il y a effectivement le pillage des ressources par les occidentaux, utilisant sans vergogne la brutalité la plus absolue. Il y a aussi des causes climatiques et culturelles mais sur le fond, Johnny a 100% raison: Créer là-bas les conditions qui donneront aux jeunes l'envie d'y rester est de loin la meilleure réponse possible. La seule en vérité.

  • "Il y a aussi des causes climatiques et culturelles"

    Ben voilà on y arrive. Quand vous avez des gens qui viennent avec leur culture et que cette dernière possèdes des valeurs opposées aux notres, il faut leur faire comprendre que cela n'est pas tolérable.

  • Scipion, ne jouez pas sur les mots. Ou apprenez à lire. Si race veut dire qu'il existe des caractéristiques génétiques communes à certains groupes humains, comme la couleur de la peau, la taille ou l'apparence des cheveux, comme il y a des teckels à poils durs et des dogues allemands chez les chiens, alors oui, il y a des races.
    Mais toutes ces races sont sexuellement compatibles et fertiles entre elles et comme l'explique très bien Langaney, il y a davantage de différences génétiques entre un mélanésien noir et crêpu de l'Océan Indien et un Sénégalais qu'entre un Sénégalais et un Suédois blond. Des différences ou des ressemblances qui ne sont pas visibles, mais bien réelles. Et toutes ces "pseudo-races" ont un ancêtre commun, à environ 120 000 ans, localisé probablement au Proche Orient et dont les ancêtres arrivaient d'Afrique.
    Mettez une famille de Suédois blonds au soleil de l'Equateur, et dans 20 000 ans, ils auront la peau noire et le cheveu crêpu, même sans métissage, par simple sélection naturelle. Il n'y a aucune incompatibilité reproductive entre êtres humains, contrairement à un zébre et un cheval par exemple. En ce sens, ils sont de la même race, qui soit dit en passant, n'est pas un terme scientifique.
    Maintenant la vraie question sous-jacente à vos propos, je le sens depuis que je vous lis, c'est "les différences de couleur s'accompagnent-elles de différences de capacité intellectuelles?". Pour moi, qui côtoie des personnes de couleur différentes depuis plus de 40 ans, la réponse est non. Clairement.
    Cela va sans dire, mais cela va mieux en le disant. Il y a des habitudes culturelles opposées et parfois incompatibles, il y a des cons et des génies partout, il peut même y avoir localement, comme dans cette tribu du centre-Afrique mangeant le Manioc sans l'expurger de son venin, ou dans certaines zones reculées des Appalaches pratiquant volontiers la consanguinité si l'on en croit l'imagerie US, des groupes humains fermés sur eux-mêmes et quasi handicapés. Mais il y en a des noirs, des blancs et des jaunes.
    J'ai des amis noirs d'une intelligence remarquable. Les Arabes ont inventé l'algèbre et l'agnosticisme, si, si. Et je connais bien des blancs, notamment dans ces blogs, qui se prennent pour Stendhal, Georges Sand ou Scipion... Pourquoi pas Pline l'ancien tant qu'on y est ?

  • Riro, l'excision, la lapidation, la non-reconnaissance des droits égaux de la femme ou des homosexuels, l'interdiction de quitter sa religion sont des pratiques venues d'ailleurs qui ne sont pas tolérables chez nous. Parce qu'elles s'en prennent physiquement aux individus. Et nous ne les tolérons pas, parce que la loi l'interdit. Là est la limite.
    Le fait d'ériger un minaret dans les limites reconnues par la loi et les normes existant sur les bâtiments, ce n'est pas une valeur opposée aux miennes. Je suis athée, donc un minaret n'entre pas dans mes valeurs. Mais il ne me gêne pas ni ne me choque davantage qu'un clocher, en particulier un clocher d'Ecône, dont les officiants à nuque rasée sont à cent lieues de mes valeurs...

  • M. Souaille, je suis d'accord avec vous concernant les minarets. Mais des édifices religieux construits en Suisse avec des fonds d'Etats ne respectant pas la démocratie, cela ne m'est pas tolérable. Des parents obligeant leur adolescente à porter le voile, ce n'est pas tolérable non plus. Pourtant nous faisons de plus en plus de concession, en nous disant "et alors?". Les lois protègent encore certaines valeurs, mais le jour où les muslumans seront assez nombreux pour peser politiquement, ciao les libertés. Il suffit de voir une pays comme la Turquie, qui commence gentillement à s'islamiser.

  • "depuis la disparition du regretté cousin Neanderthal, il n'y a plus qu'une seule race humaine, qu'elle est de souche africaine"

    Nous y voilà. L'ignorance se mêle à la malhonnêteté absolue. Alors qu'il est prouvé que pendant 30'000 ans deux ESPECES humaines se sont côtoyées en Europe, les imbéciles prétendent qu'il n'y a qu'une race humaine, pour lutter contre le racisme ! Leur argument est que la limite entre race est très floue et indistincte, ce qui est vrai pour TOUTES les limites...

    Philippe souaille : les plagioclases sont des minéraux en solution solide du Na au Ca, dont le nom change tous les 20 %. Une albite à 19.9% de Na est-elle si différente d'un oligoclase à 20.1 % de Na ?????
    Va-t-on, pour lutter contre le sexisme, prétendre qu'il n'y a ni hommes ni femmes sous prétexte qu'il existe des individus fort mal déterminés ?
    L'idéologie de Langaney est d'une parfaite stupidité. Ce n'est tout de même pas par hasard qu'on signe Dédé la Science dans le torchon immonde qu'est devenu Charlie Hebdo. Et la meilleure preuve que Langaney est un débile, c'est qu'il ne tolère pas les commentaires sur son blog...

  • En lisant les commentaires de Scipion sur les différentes races humaines et leurs mérites respectifs, je commence à comprendre pourquoi, dans le Sainte-Croix Vd de mon enfance, un jeune homme qui se rendait à Bullet VD pour courtiser une jeune fille en tout bien tout honneur risquait de se faire tabasser par les Bullatons.
    Dans l'Angleterre de 1914, l'Eglise anglicane enseignait aux jeunes à quel point les Allemands étaient des êtres horribles et dégénérés, qui devaient être combattus et tués pour la Gloire de la Civilisation Chrétienne (majuscules s.v.p.). Pour les Français, les Allemands étaient tous des Boches, des Schleux. Pour les Allemands, les Polonais étaient des Pollacken, les Juifs des Saujuden.
    On pourrait continuer longtemps comme ça, entre Gooks, Ragheads, Bougnoules, Niggers. L'essentiel étant de ravaler "l'Autre" à un statut subhumain, qui rend légitime et même sacré le combat du Bien contre le Mal.
    Un minaret n'est pas essentiel à l'exercice de la religion musulmane. Ce qui importe davantage, ce sont des locaux appropriés pour se réunir et prier.
    En ce qui me concerne, je suis sorti d'un milieu protestant, mais n'ai strictement rien à voir avec la religion. Mais je pense que chacun doit prendre son plaisir oû il le trouve.

  • Johnny@ Vous étiez sûrement un excellent cuisinier. Pour la philosophie...

    Je me trouvais en Guinée lors des championnats du monde de foot en 98. Les ouvriers qui étaient avec moi sur le terrain pour des forages faisaient des kilomètres de mauvaises pistes pour voir les matchs, et leurs commentaires allaient toujours dans le sens que c'étaient eux les Africains qui avaient gagné ces championnats, pas les Français.
    Exactement ce que disait Le Pen, en quelque sorte. Si vous ne croyez pas qu'il existe des races différentes sur cette terre, les gens des autres races, eux, y croient durs comme fer. Et pour une fois que je suis d'accord avec Jean Ziegler, je ne vais pas m'en priver : ils ne nous aiment pas et ce sentiment est basé sur la race. Allez demander au survivant de Aleg quel mal lui ou ses fils avaient fait aux Mauritaniens pour mériter la mort...

  • Géo, il me semble que la limite que j'ai définie est assez claire, et c'est d'ailleurs la grande question qui agite les paléontologues en ce moment au sujet des néanderthaliens et des Crocs-Mignons... Pouvaient-ils se reproduire entre eux?
    N'ayant pas eu l'honneur d'être présentés à vos plagioclases, je ne m'aventurerai pas sur ce terrain aussi glissant qu'une marne humide. Mais les néanderthaliens aussi venaient d'Afrique, et pour la faire simple, avaient le même ancêtre pithécanthrope que nous. Ce qui je vous l'accorde, ne veux pas dire grand chose: nous devons tous avoir un ancêtre coelecanthe, mais nous ne sommes pas des poissons pour autant...
    Johnny (got'is gun ?): schleus, en français populaire dans le texte, ça prend un S au bout. Comme d'ailleurs la tribu berbère du Maroc du même nom. Cela a d'ailleurs aussi un sens en créole, que j'ignore, les super-schleus étant un excellent groupe de pré-zouk... Le créole étant truffé d'expressions de vieux français, de termes de marine, d'anglais et d'espagnol, si quelqu'un à l'étymologie, ça m'intéresse.
    Riro, la Turquie est un pays musulman, cela ne date pas d'aujourd'hui. Et comme me l'expliquait, dans un charmant restaurant des rives du Bosphore une splendide blonde ex-présentatrice du téléjournal turc et productrice de films pornos soft tout aussi turcs, si j'ai bien tout compris (ça ne s'invente pas - et c'était en présence de mon épouse, je précise) l'Anatolie est un peu à Istanbul ce que la Suisse primitive est aux Pâquis: une rupestre contrée lointaine où les moeurs n'en déplaisent à Atatürk, n'ont guère évolué depuis Tamerlan...
    Pascal, pouvez-vous svp m'envoyer votre adresse couriel en retours ?

  • Géo et Johnny. Dans le Béarn des mes grands-parents maternels, une béarnaise qui fautait avec un basque se faisait égorger. Et réciproquement. La frontière, c'était le ruisseau, au bas du terrain très pentu de mon grand-père, l'ancien des tranchées de 14, qui passait une bonne partie de nos vacances de mômes, à genoux, à refaire les escaliers en bois ravinés par les orages d'été.
    Les Béarnais descendants de Wisigoths, étaient souvent blonds aux yeux bleus, les basques, habitants du coin depuis avant les celtes, étaient toujours bruns et ténébreux. Ténébreux, ils le sont restés, et encore aujourd'hui, mes cousines se font snober à Biarritz parce qu'elles portent un nom béarnais, symbole d'un bled distant d'au moins 50 km...
    Scoop: les habitants de base de nos rupestres contrées ne sont pas plus malins que ceux des forêts guinéennes. Je pourrais aussi vous raconter les 150 ghanéens lynchés à mort dans les faubourgs d'Abidjan après un match victorieux des Ghanéens dans la capitale ivoirienne. Ou la haine quotidienne dans les balkans entre turcs et bulgares, serbes et bosniaques, slovènes et croates...
    Bien. Mais depuis Babel et les Guerres Puniques, on a un tout petit peu évolué. Ce serait bien de continuer à évoluer. Dans le bon sens. C'est à dire la paix et la concorde entre les peuples, l'accueil des étrangers et leur intégration. Ce que font très bien les ethnies africaines d'ailleurs, vous devez le savoir Géo, qui sont historiquement exogames pour la plupart d'entre elles.
    Mais comme dit plus haut, le mieux à faire, c'est d'améliorer les conditions là-bas pour que les gens aient envie d'y rester. Voire d'y retourner.

  • "Scipion, d'abord les Nigériens n'ont pas de pétrole, mais de l'uranium. Ce sont les Nigérians qui ont du pétrole..."

    Dont acte. La preuve est faite que tout le monde peut se tromper... Attendons donc les steaks à l’uranium.

    « Parmi les causes du sous-développement et de la pauvreté, il y a effectivement le pillage des ressources par les occidentaux, utilisant sans vergogne la brutalité la plus absolue. »

    Il faudrait replacer tout cela dans les différents contextes historiques successifs, mais sans jamais perdre de vue que les peuples pillés n’avaient pas l’usage des richesses qui leur ont été prises, et qui, pour eux, n’en étaient pas.

    Je ne sais plus qui a dit - ce n’était pas un personnage illustre - que la seule richesse qui vaille, c’est la capacité de se servir de ce que la nature met à notre disposition. Cette richesse-là, l’Europe l’a eue plus que n’importe quel autre continent.

    « Scipion, ne jouez pas sur les mots. Ou apprenez à lire. »

    J’ai juste répondu au sempiternel argument jacquardien selon lequel les races n’existeraient pas, mais en lui opposant d’autres arguments que ceux du simple bon sens, qui sont inopérants face à ce type de positions purement doctrinales.

    « Mettez une famille de Suédois blonds au soleil de l'Equateur, et dans 20 000 ans, ils auront la peau noire et le cheveu crêpu, même sans métissage, par simple sélection naturelle. »

    C’est une pure spéculation. La question des couleurs de peau est infiniment plus complexe qu’une question d'écart latitudinal. La même distance sépare le Pendjab des Sikhs du Tamil Nadu des Dravidiens, et la Finlande de la Grèce.

    Et puis, 20'000 ans, cela ne signifie rien pour l’esprit humain, si l’on songe déjà à la stupéfiante succession d’événements qui s’est produite au cours de mille dernières années.

    « Maintenant la vraie question sous-jacente à vos propos, je le sens depuis que je vous lis, c'est "les différences de couleur s'accompagnent-elles de différences de capacité intellectuelles?". Pour moi, qui côtoie des personnes de couleur différentes depuis plus de 40 ans, la réponse est non. »

    Nous avons déjà eu cette discussion, mais en d’autres termes. Vous commettez la même erreur que ceux qui déduisent qu’un peuple est criminel, parce que certains de ses représentants alimentent plus qu’il ne serait statistiquement justifié, la chronique des « faits divers ».

    Mais, je vous le répète, les individus ne sont représentatifs que d’eux-mêmes, et c’est valable aussi bien pour les défauts que pour les qualités. De ce point de vue donc, tous les peuples sont égaux.

    Mais ils cessent de l’être dès qu’on les soumet à un examen global. Et là, sauf à se crisper sur une posture intellectuelle totalement arbitraire, on est bien forcé de constater que les peuples, en tant que peuples, sont extrêmement inégaux en termes de capacités et d’aptitudes*.

    C’est ce que j’ai toujours pensé, et la première fois que je ne vous en ai parlé, je ne connaissais pas encore les travaux des Prs Richard Lynn et Tatu Vanhanen – moins connu que son fils au demeurant, puisque c’est le premier ministre de Finlande - sur les corrélations entre le Q.I moyen des peuples et PIB/hab.

    Leur ouvrage « IQ and the Wealth of Nations » confirme tout simplement, mais statistiques à l’appui et en 320 pages, ce qu’on peut constater tous les jours en regardant trente minutes de téléjournal.

    A partir de là, je ne doute pas qu’on trouve des Ethiopiens supérieurement intelligents, mais le Q.I. moyen du pays est de 63, contre 101 pour la Suisses et 107 pour Hong-Kong qui occupe la plus haute marche du podium.

    Alors, je sais bien que ce genre de considération ennuie considérablement les existentialistes, mais comme je tiens leur thèse pour une ânerie qu’il a fallu inventer pour remplacer une autre ânerie – le mythe du bon sauvage -, je ne m’en formalise pas plus que ça.

    « Les Arabes ont inventé l'algèbre et l'agnosticisme, si, si. »

    Que n’ont-ils poursuivi jusqu’à mettre le pied sur la Lune ? Et qu’ils aient été ne nous aide guère à comprendre ce qu’ils sont. La même réflexion pourrait s’appliquer aux Grecs, soit dit en passant.

    « Et je connais bien des blancs, notamment dans ces blogs, qui se prennent pour Stendhal, Georges Sand ou Scipion... Pourquoi pas Pline l'ancien tant qu'on y est ? »

    Parce qu’à ma connaissance, il n’a jamais bouté le « Maghrébin » hors d’« Italie ». Aaah, ces guerres toujours recommencées ! Gelone déjà..., tyran de Syracuse… Mais enfin, c’est une autre histoire. Qui ne nous rajeunit pas.

    * Entre parenthèse, croyez-vous déjà sérieusement que les Français, qui nous sont si proches par tant d'aspects, seraient aptes à la démocratie directe telle qu'elle est pratiquée en Suisse ?

  • "En lisant les commentaires de Scipion sur les différentes races humaines et leurs mérites respectifs, je commence à comprendre pourquoi, dans le Sainte-Croix Vd de mon enfance, un jeune homme qui se rendait à Bullet VD pour courtiser une jeune fille en tout bien tout honneur risquait de se faire tabasser par les Bullatons."

    Tant mieux, si vous commencez à comprendre... Vous comprenez tout faux, mais il y a un commencement à tout, et si un début est un mauvais début, ça reste mieux que pas de début du tout :o)

  • "C'est à dire la paix et la concorde entre les peuples, l'accueil des étrangers et leur intégration. Ce que font très bien les ethnies africaines d'ailleurs, vous devez le savoir Géo, qui sont historiquement exogames pour la plupart d'entre elles."

    C'est vrai, ça. C'est pas en Afrique qu'on verrait des gens d'ethnies différentes s'entretuer presque jusqu'au génocide. C'est une chose qui n'a jamais existé, pas plus avant la colonisation qu'après.

    "Mais comme dit plus haut, le mieux à faire, c'est d'améliorer les conditions là-bas pour que les gens aient envie d'y rester. Voire d'y retourner."

    Je n'y crois pas une seule seconde, parce que jamais, au grand jamais, pour mille raisons péremptoires, dont la raréfaction des matières premières et des ressources énergétiques, l'Afrique ne leur offrira la vie "occidentale" qu'ils voient à la télé.

    Peut-être que le meilleur service à leur rendre serait de les priver de téloche ! On sauverait déjà bien des vies au large des Canaries et de Lampedusa...

  • Scipion, pour commencer, comparer les QI de deux populations est la plus vaste fumisterie scientifique qui puisse exister. Le calcul d'un QI est farci d'éléments culturels, sans compter le nombre de grilles d'évaluation, plusieurs dizaines pour le Binet-Simon, le vieux Simon étant l'inventeur du concept, professeur de ma mère à l'Ecole Normale supérieure dans les années 40... Par exemple, faire un test de QI si vous ne connaissez pas l'angle droit, ce qui est le cas de certaines tribus d'Afrique - dont l'Ethiopie - vivant dans des cases rondes, c'est forcément un handicap pour remplir toutes les questions avec des carrés et des rectangles.
    Commes ces Canadiens qui comparaient l'intelligence des petits montréalais et des petits haïtiens sur la base de questionnaires portant sur leur représentation de l'au-delà, évidemment nettement plus olé olé chez des mômes dont toute la culture est empreinte de vaudou. Mais élevez un petit haïtien dans un milieu cartésien et vous le verrez penser cartésien.
    On ne peut pas juger l'intelligence d'une culture uniquement en fonction de nos propres critères et quoiqu'n en dise les QI ne sont jamais indépendant du niveau scolaire. Ou les Chinois sont toujours les premiers. parce qu'ils bossent davantage que les autres. mais c'est culturel. La pression familiale est terrible et cela s'estompe dès lors qu'ils atteignent un certain seuil de richesse. Comme chez nous.
    La seule richesse qui vaille vraiment le coup, pour moi, c'est celle du coeur. Il est vrai qu'elle ne nourrit pas son homme, mais s'en tenir à l'exploitation des ressources naturelles, c'est courir à notre perte. A pas de géants.
    Des ethnies différentes peuvent s'entretuer en Afrique, si fait, mais ces ethnies recouvrent davantage des critères culturels que des citères ethniques. Notamment parce que comme expliqué, les traditions sont souvent exogames. les femmes venant de la tribu d'à côté. En plus de l'esclavage, pratiqué à large échelle jusqu'à il y a peu dans quasiment toute l'Afrique. Hors les esclaves faisaient partie de l'ethnie, avaient des enfants qui en faisaient partie aussi.

    Sur l'évolution des couleurs de peau (les 20 000 ans sont le résultat de travaux sur la génétique) vous confirmez mes propos. Où que vous alliez sur la planète, plus vous vous approchez de l'Equateur et plus les peaux sont blanches. Cela se vérifie également chez des peuples de migration récente, comme les Amérindiens d'Amazonie, ceux de Patagonie, des Cheyennes ou des esquimaux, qui au départ sont tous d'origine mongole...
    Pour finir, oui, augmenter le niveau de vie du sud impliquera forcément de baisser celui du nord, si l'on veut que la Planète y survive. Mais il n'y a pas d'alternative. Sauf à supprimer les milliards d'habitants qui sont à notre sud, ce qui impliquerait le recours à des armes qui rendraient ces régions impraticables. Or nous ne pouvons pas nous passer de leurs ressources. Non seulement votre raisonnement est faux et égoïste, mais il est en plus stupide.

  • "ce qui impliquerait le recours à des armes qui rendraient ces régions impraticables. Or nous ne pouvons pas nous passer de leurs ressources. Non seulement vaotre raisonnement est faux et égoïste, mais il est en plus stupide."hri
    Tiens, vous n'avez donc pas lu "l'Empire et les nouveaux Barbares" de Jean-Christophe Rufin ? Vous m'en voyez très étonné. Souvenez-vous du pétrole de Cabinda exploité par les majors américaines, protègées par des soldats cubains et dont les royalties payées à Luanda servaient à payer des Migs pour lutter contre l'UNITA soutenue par la CIA...
    On peut toujours s'arranger, dans la vie...

    Et à part ça, vous êtes sûr de ce que vous affirmez : "plus vous vous approchez de l'Equateur et plus les peaux sont blanches." ?????

  • Qu'est-ce que c'est, l'expérience ? C'est le souvenir de toutes les conneries qu'on a faites, et peut-être des quelques rares succès qu'on a bien pu remporter.
    Qu'est-ce que c'est, l'intelligence ? C'est la capacité de ne pas comettre deux fois la même erreur.
    Qu'est-ce que c'est, une intelligence supérieure ? C'est la capacité de ne pas répéter non seulement ses propres erreurs, mais aussi celles commises par d'autres. Et de ne pas retourner les erreurs commises par d'autres contre eux pour les humilier ou les exploiter.
    Qu'est-ce que la Démocratie ? La Démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple (le terme "peuple" dans le sens de "population" et non pas "populace") Ainsi défini par Abe Lincoln
    Et si, en se basant sur de tels critères, on réféchit à l'évolution de l'histoire humaine de ces 12.000 dernières années, on est contraint de constater que l'intellect de l'être humain moderne est demeuré au niveau de notre ancêtre des cavernes, et qu'il y avait sans aucun dute plus de démocratie authentique dasn une tribu de Congolais ou de Navajos ou de Papous qu'il ne s'en trouve actuellement à Washington, Berlin, Paris ou même Berne.....

  • Evidemment Géo, c'est un lapsus. Les peaux sont plus noires sous les Tropiques. La question clé étant évidemment celle de l'ensoleillement.
    Pour ce qui concerne l'Angola, j'ai lu 3 autres Ruffin: Rouge Brésil et Sauver Ispahan, excellents, et le Parfum d'Adam, que j'ai moins aimé, parce que je suis malthusien et qu'il en donne une image terroriste et violente qui n'est pas ma réalité. Mais le fait que les situations géopolitiques soient parfois inextricables, surtout lorsque les services secrets s'en mêlent, ne change pas le problème de fond. Croire que l'on pourrait contenir la poussée naturelle des peuples du sud en les montant simplement les uns contre les autres, si c'est ce que vous voulez dire, me parait aussi déplacé et égoïste qu'illusoire.

  • "A partir de là, je ne doute pas qu’on trouve des Ethiopiens supérieurement intelligents, mais le Q.I. moyen du pays est de 63, contre 101 pour la Suisses et 107 pour Hong-Kong qui occupe la plus haute marche du podium."

    Peut-être que les Ethiopiens n'ont pas accès à l'éducation et aux études comme nous autres les Suisses.

    Il Paraîtrait que les surdoués doivent suivrent une éducation scolaire adapté à leurs aptitudes.Sans l'appuis cette dernière,il verait leurs QI régresser.Un peu comme un jeunes prodige du sport qui arrêterait l'entrainement.

    Si certaines personnes ethiopiennes doué,mais qui dans leurs vie n'ont pas les moyens de faire travailler leurs aptitudes,faut pas s'étonner des résultats.

    D.J

  • Hors joutes verbales steriles, Riro a bien resumé le problème dans son commentaire du 4 mars.

    D'un point de vue architecturale tout le monde s'en fout d'un minaret de plus ou de moins, mais tout est dans le signal a donner (ou ne pas donner) a ceux qui remettent inlassablement en question nos valeures democratiques et republicaines, et qui ne rate pas une occasion de tourner la tolerance en faiblesse.

    Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais au Paquis, sans faire de bruit ni s'en vanter, le DIP deplace certain élèves de primaire dans des classes a prof exclusivement masculin, parce que leurs parents leurs ont expliqué qu'il ne faut ni ecouter ni obeir a la pute blanche qui ne se voile pas. En sommes si on ne fixe pas de limite, ça ne va pas miraculeusement s'arranger par la politique de l'autruche "pour ne pas faire de vagues".

    Et ne me prenez surtout pas pour un islamophobe, il se trouve que j'ai pas mal d'amis musulmans (et musulmanes) dont la vie quotidienne n'est pas dictée par la religions et qui sont plutôt d'accord avec mes propos ci-dessus. Cette fameuse "majorité silencieuse" intergrée et cultivée qui en fin de compte est la première a patire des excès de quelques abrutis primaires toujours en mal de confrontations.

    Raisons pour laquelles il faut approuver cette initiative.

    CE

  • « Scipion, pour commencer, comparer les QI de deux populations est la plus vaste fumisterie scientifique qui puisse exister. »

    Je vous ai dit, ça gêne énormément les existentialistes. Votre réaction est donc normale. Pour ma part, et jusqu’à preuve du contraire, je refuse de considérer, a priori, comme fumistes, un professeur de Psychologie, spécialiste du Q.I., de l’université d’Ulster, à Coleraine, et un professeur de Science politique, des universités de Tampere et d’Helsinki.

    Et pourquoi cela ? Parce que si je vois quel est votre intérêt à traiter Lynn et Vanhanen de fumistes, je ne vois pas quel est l’intérêt de Lynn et de Vanhanen de passer pour des fumistes aux yeux de qui que ce soit. Ce n’est en tout cas pas l’espoir de faire sauter la liste des best-sellers du Guinness.

    Comme il était à prévoir dans nos pays de libertés à géométrie variable, il ne s’est trouvé aucun éditeur pour publier leur bouquin en français, en allemand, en italien et en espagnol, et si aucun éditeur n’en a pris le risque, c’est qu’ils savaient que le bouquin ne serait pas éreinté par la Pensée unique, mais tout simplement étouffé par le silence.

    « Des ethnies différentes peuvent s'entretuer en Afrique, si fait, mais ces ethnies recouvrent davantage des critères culturels que des critères ethniques. »

    Aux massacres près, c’est exactement ce que je vous dis des problèmes de cohabitation entre les « de souche » européens et les immigrés « alterculturels ». Vous confirmez donc qu’il y a des peuples qui, culturellement, bien plus que racialement, ne sont pas faits pour vivre ensemble. Mais je ne m’en réjouis pas, parce que c’était peut-être à l’insu de votre plein gré.

    « Pour finir, oui, augmenter le niveau de vie du sud impliquera forcément de baisser celui du nord, si l'on veut que la Planète y survive. »

    Ce que veut le « Sud », je veux dire le Koulibali moyen, pas les intellectuels que vous fréquentez évidemment, ce n’est pas augmenter son niveau de vie en faisant baisser le nôtre ou pas, mais avoir le même niveau de vie que nous, avec la bagnole, le frigo, la discothèque à deux pas, la télé à écran plat, le caméscope, le home cinéma, la console Playstation, le baladeur MP3 et le dernier modèle de portable.

    « Or nous ne pouvons pas nous passer de leurs ressources. »

    Parce que vous croyez qu’on aura le choix, quand elles seront épuisées ? C’est à cette échéance que l’Europe devrait d’ores et déjà se préparer ! Et qu’elle se préparerait si elle était gouvernée ! Au lieu de ça, elle s’apprête à transformer nos agriculteurs en jardiniers et à nous faire dépendre du « Sud » pour nos approvisionnements agro-alimentaires !

    Pour ce qui est de la surpopulation, je pense que la nature finira par y pourvoir, comme elle fait dans le monde animal, avec les épizooties…

  • "Peut-être que les Ethiopiens n'ont pas accès à l'éducation et aux études comme nous autres les Suisses."

    Peut-être, mais à Cuba où de très gros efforts sont consentis en faveur de l'éducation, la moyenne ne dépasse pas 85 et au Qatar, où l'on croule sous l'argent du pétrole, on en est à 78...

  • "...il se trouve que j'ai pas mal d'amis musulmans (et musulmanes) dont la vie quotidienne n'est pas dictée par la religions et qui sont plutôt d'accord avec mes propos ci-dessus. Cette fameuse "majorité silencieuse" intergrée et cultivée qui en fin de compte est la première a patire des excès de quelques abrutis primaires toujours en mal de confrontations."

    Et j'espère que vos amis sont conscients du fait que les barbus se servent, et se serviront d'eux, pour faire nombre à l'appui de leurs revendications. Mais je n'en attends pas plus. L'avantage avec les modérés, c'est qu'ils sont modérés, et l'inconvénient avec les mêmes modérés, c'est qu'ils sont modérés.

    Si les barbus ne peuvent pas compter sur eux, nous non plus... Je changerais d'avis si se créait un comité de musulmans laïcs pour l'interdiction de la construction des minarets.

  • Mais qui a eu la mauvaise idée de brancher Scipion sur les musulmans ?

    Dès qu`on aborde ce genre de sujet avec ce sinistre personnage, il s’excite tout raide et se lâche en nous pondant des tartines aussi haineuses que provocatrices et chiantes.

    L’erreur c’est donc d’embarquer dans son jeux, il aime trop ça et comme de toute façon il ne tient absolument pas compte des avis contraires si ce n’est pour les ridiculiser, aucun débat un tant soit peu serein et intelligent n’est possible.

    Il n’y a qu’a aller faire un tour sur les sites de tarés qu’il fréquente pour comprendre que même si il se fait fort d’étendre sa pseudo culture et ses références historiques, ses propos ne valent pas un kopeck...

  • "Scipion" s'est branché tout seul sur les musulmans. Comme il se serait branché tout seul sur les juifs. Faites le test, ça devrait marcher...

  • Faux, c'est "demain" qui a dérivé dès le premier commentaire sur l'initiative des minarets.

    Mais à part ça, et vu que le débat semble irrécupérable, je vais essayer de faire un lien: Hitler admirait l'islam, et parlant d'antisémitisme l'Egypte est l'un des pays où "Mein Kampf" se vend le mieux. Mais le PNOS n'a pas encore pigé ça, ils connaissent pas l'histoire du Grand mufti de Jérusalem. Alors même qu' une convergence entre certains milieux d'extrême-droite et les milieux "anti-sionistes" en général est à prévoir, tenez, prenez Dieudonné, "le nègre" de Jean-Marie le Pen.

    Pour les skins en général, outre leur débilité profonde, je me souviens d'un reportage en Espagne, et de comment une manif "pacifique" menées par 10 skinhead avait excité des jeunes d'extrême-gauche qui avit mis le centre de Madrid à feu, et avaient finalement fait peu de différence entre les skins et les flics. Mais faut avouer que les "alternatifs" d'extrême-droite ont tout piqué aux alternatifs d'extrême-gauche (des crânes rasés à la musique punk en passant par le culte immodéré des dictateurs "socialistes" - version classique ou ultra nationaliste - et même la négation des crimes de masse commis par les deux estrêmes).

  • Scipion, votre mauvaise foi étant décidément insondable je vous répond encore et après, personnellement, je coupe le fil, parce que vous ne répondez pas sur les faits et tordez la pensée.
    Le QI est un élément culturel, qui mesure des données culturelles. L'intelligence est quelque chose de beaucoup plus vaste et complexe qui fait appel à toutes sortes d'éléments et de valeurs et qui en plus n'est pas stable, mais évolue en fonction de l'existence et des circonstances environnantes. Le même individu, repu ou au contraire agressé sera différemment intelligent et exercera son intelligence de différentes manières.
    Vos chercheurs ne mesurent que l'aptitude de certaines populations à passer les tests qu'ils ont élaborés en fonction de leurs critères personnels de ce qu'est l'intelligence. Imaginons que des Massaï élaborent des tests sur la manière de chasser le lion et de survivre seul dans la brousse tanzanienne, ou des Huaorani sur la manière de pêcher dans le Rio Napo et de survivre seul dans la jungle équatorienne. La survivance dans de telles conditions extrêmes étant indéniablement une preuve d'intelligence et d'adaptabilité (la définition première de l'intelligence - en vertu de laquelle vos idées fixes vous rendent juste stupide). Vos deux éminents savants auraient très vraisemblablement de très mauvais résultats et se feraient bouffer par le premier lion ou jaguar venu...
    Par ailleurs, le fait qu'il y ait des cons fascistes et prétentieux fauteurs de guerre dans toutes les ethnies et nations et que cela dégénère parfois, si on les écoute, n'est pas un scoop. L'idée c'est de dépasser ce stade. Dominer la question économique en est un aspect essentiel.
    De toutes manières tôt ou tard, nous aussi allons devoir dire adieu à certains éléments de notre confort, trop énergivores, sauf progrès technologique de dernière minute. Ce que veulent les Africains - et je ne fréquente pas que des intellectuels, j'ai une famille au village, au Togo, pour qui mon fils à 3 ans n'avait plus besoin d'aller à l'école puisqu'il parlait déjà si bien le français - c'est vivre bien. Vivre mieux.
    Là-bas comme ici, il nous faut repenser la question de qu'est-ce que cela veut dire et de quoi avons nous besoin pour cela. Une remise à plat qui doit trouver un juste milieu agréable et durable entre le renoncement monacal d'un Sandro Minimo et la débauche consumériste dont il se pourrait bien que 2008 ait marqué l'apothéose...

  • « Dès qu`on aborde ce genre de sujet avec ce sinistre personnage, il s’excite tout raide et se lâche en nous pondant des tartines aussi haineuses que provocatrices et chiantes. »

    Haineuses si vous voulez, provocatrices à la rigueur, mais alors chiantes ?!?!?!?!

    Si ce que j’écris vous paraît chiant, il faut pas lire, mon gars. Autrement, c’est du masochisme qui, joint à votre ethnomasochisme, n’arrange rien du tout. Ce sont les timbrés qui se tapent la tête contre les murs, parce que ça fait du bien quand ça s’arrête* !

    « L’erreur c’est donc d’embarquer dans son jeux, il aime trop ça et comme de toute façon il ne tient absolument pas compte des avis contraires si ce n’est pour les ridiculiser… »

    C’est parce qu’ils sont ridiculisables et ça, ce n’est pas de ma faute.

    « …aucun débat un tant soit peu serein et intelligent n’est possible. »

    Si, par accident, vous avez quelqu’un d’intelligent dans votre entourage, essayez de l’adresser ici, qu’on voie ce que ça donne. Parce que le débat, c’est comme le football, le beau jeu appelle le beau jeu*…

    J’en profite pour vous rappeler – c’est une rediffusion - que l'Islam est contraire à notre civilisation, à notre culture, à notre identité, à nos moeurs, à nos coutumes et à certaines de nos valeurs politiques. Sa place est donc dans les pays musulmans.

    Les seuls, au demeurant, où il peut s'épanouir pleinement en coupant les mains des voleurs, pendant les invertis, excisant les petites filles et lapidant les femmes adultères, au doux chant du muezzin.

    * C’est ce qu’on appelle, en français, une métaphore.

  • "Croire que l'on pourrait contenir la poussée naturelle des peuples du sud en les montant simplement les uns contre les autres, si c'est ce que vous voulez dire, me parait aussi déplacé et égoïste qu'illusoire."
    Quand les choses vont devenir plus dures, quand il n'y aura plus les surplus de maïs américains à distribuer au Sahel, vous pensez que les humains vont partager "chrétiennement" ? Ne me dites pas que vous êtes si naïf. Vous voulez que je vous ressorte ma théorie des rats ?

  • "Comme il se serait branché tout seul sur les juifs. Faites le test, ça devrait marcher..."

    Vous vous trompez d'adresse, Holenweg, c'est du côté de chez vous, l'"antisionisme" - mon c..., aurait dit Zazie -, sous prétexte de Palestiniens.

    On rappelle souvent que dans national-socialisme, il y a socialisme, mais cela va beaucoup plus. Antisémite comme Marx, Bakounine et Toussenel, raciste comme Jules Ferry et Wells, eugéniste comme Galton et Julian Huxley, Hitler aurait été un homme de gauche au début du XIXe siècle.

    Si, si, si, si, Holenweg, un homme de gauche ! Hitler !!!

  • "Scipion, votre mauvaise foi étant décidément insondable je vous répond encore et après, personnellement, je coupe le fil, parce que vous ne répondez pas sur les faits et tordez la pensée."

    Les faits sont là. Ils sont dans la corrélation des Q.I. et des PIB/hab.Ils sont dans les corrélations un peu moindres, mais observables, entre le Q.I. des populations est leur croissance économique depuis la première moitié du XIXe siècle.

    Alors, on peut reprocher tout ce qu'on veut de la détermination du Q.I, il reste que les pays à bas Q.I. ont un PIB/hab faible, s'ils ne disposent pas de ressources naturelles. Il ne vous reste qu'à affirmer que c'est une coïncidence.

    Les auteurs de l'étude ont une attitude beaucoup plus réalistes. Eux, ils disent qu'il faudrait prendre ce facteur en compte, lorsqu'on élabore des politiques de développement... Et, tout fumistes qu'ils sont, je pense qu'ils ont raison.

    "La survivance dans de telles conditions extrêmes étant indéniablement une preuve d'intelligence et d'adaptabilité..."

    Vous, vous pensez que l'intelligence, c'est de s'adapter à son milieu, moi, je pense que l'intelligence, c'est de tenter de modifier, de corriger ou de rendre supportable ce que ce milieu a d'hostile ou de gênant.

    Concrètement, l'intelligence, c'est inventer le réfrigérateur et la climatisation, là où il fait chaud, ou le chauffage central et le vitrage isolant, là où il fait froid.

    C'est aussi dépiauter des cadavres pour savoir comment les organismes fonctionnent et trouver les moyens permettant de modifier le cours des maladies. Des trucs comme ça, qui sont à cent lieues d'une adaptation passive à des conditions extrêmes.

    Parce qu'après tout l'adaptation, c'est aussi quitter le tracé de la route pour contourner un nid-de-poule - vu à Nosy Bé (une petite île au nord de Madagascar) - tandis que l'intelligence, c'est de verser une brouette de caillasse et de sable dans le nid-de-poule.

  • "Ne me dites pas que vous êtes si naïf."

    Philippe Souaille est un de ces héritiers des Lumières qui, après avoir cru découvrir l'existence de la Raison, ont conclu qu'il suffisait de s'y soumettre pour édifier le paradis sur terre.

    Philippe Souaille est donc de ces gens qui refusent d'admettre que l'homme est fondamentalement "affectif", presque totalement dominé par ses passions, prompt à s'abandonner au ressentiment, né de frustrations qui n'ont nul besoin d'être fondées pour être dévorantes et vite meurtrières.

    Il croit que chaque génération est un peu plus "avancée" que la précédente, et il en voit la preuve dans l'affaiblissement progressif des siens qu'il encourage, en croyant qu'il affaiblira les autres.

    Sans savoir qu'en vertu d'une règle d'équilibre élémentaire, là où la résistance diminue, la pression s'accroît d'autant. Et c'est ce mouvement qui conduit les tolérants à tolérer l'intolérable par fidélité à leurs principes. Il n'y a décidément rien à attendre d'eux...

  • Cela ne vous viendrait pas à l'idée d'inverser l'équation ? Là où le PIB est plus élevé, donc avec de meilleures écoles, et une concentration de cerveaux particulièrement dynamiques dus à l'immigration, le QI moyen s'élève...
    L'adaptation n'est pas passive. Inventer un frigo, c'est s'adapter. Inventer une sarbacane aussi. Et selon le niveau de technologie précédemment atteint, je ne sais pas ce qui est le plus génial.
    Le fait est que lorsqu'une population humaine est soumise à un stress, elle va tenter de trouver les moyens d'y remédier. Puis si elle parvient à un équilibre avec son environnement, elle va cesser de faire des efforts. Et cela quelle que soit sa composition génétique,
    Une forêt tropicale humide est agréable à vivre lorsqu'on vit à poil. Par contre dans le Nord de l'Aslaska, mieux vaut inventer la fourrure et les igloos. Et à 4000 mètres, sur les hauts plateaux Andins, il faut inventer des techniques agricoles inédites - et particulièrement sophistiquées sans compter le recours à l'astronomie - pour parvenir à faire pousser sa nourriture. Mais tous ces peuples sont la même origine génétique à 12 000 ans... 500 générations seulement. Origine génétique d'ailleurs extrêmement proche de celle des Chinois qui caracolent en tête des tests de QI... Quant ils sont adaptés aux idéogrammes.
    Lorsque la peste anéantit le quart de la population en Europe, cela induit la disparition du servage, parce que le travailleur devient une denrée rare, donc très recherchée. L'existence d'artisans libres - et détachés de la nécessité de produire leurs propre nourriture - permet alors le développement des idées de la Renaissance, le tout sur fond de petit âge glaciaire roboratif. L'intelligence cela peut-être de s'abstenir de perdre son temps à jeter une brouette de gravats dans le nid-de-poule, lorsqu'on sait que la prochaine saison des pluies va de toute manière réduire vos efforts à néant et que de toute manière, personne ne va vous payer pour ça...
    C'est là précisément où cela devient intéressant, parce qu'on laisse le terrain d'une notion purement virtuelle, l'intelligence innée, pour entrer dans le culturel et l'acquis: la morale, les us et coutumes, la prise en compte de l'intérêt collectif et dans quelles limites ? Son seul intérêt perso, celui des membres de sa famille, de sa commune, de son pays ou de la planète ? Et dans quelle mesure mon intérêt perso peut-il rejoindre ou non l'intérêt collectif global ? J'ai personnellement la conviction que les deux sont liés. Nous sommes sur le même bateau et nous en sortirons ensemble, ou coulerons tous.
    Surtout si des excités comme vous déclenchent des bagarres à bord.

  • Scipion votre erreur est grandiose. Vous devriez lire mes livres, ce sera bientôt possible gratuitement sur Internet. J'y rappelle justement l'existence des passions et de l'instinct et de tout un tas d'autres éléments qui nous conditionnent. Toute politique oubliant d'en tenir compte est vouée à l'échec. Mais ce n'est pas une raison pour laisser nos plus bas instincts dominer. Il faut plutôt apprendre à mieux les contrôler.
    Oui, j'ai la prétention de penser que l'évolution et l'Histoire ont un sens et vont vers le mieux.
    Quant à ce que vous appelez "les miens" soyons clairs. Mes ancêtres identifiés remontent aux croisades et étaient de grands féodaux. En fait, des brigands de grand chemin rançonnant tout ce qui passait sous leur imposant donjon. Je descend d'eux, suis aussi nourri de cette culture, mais pas seulement. Les miens, ceux que je me suis choisi, les membres de ma famille, sont togolais, colombiens, espagnols, marocains, allemands et bien sûr suisses et français. Et si l'on élargit au cercle de mes amis proches, on englobe un bon bout de la planète. Une chose est certaine, Scipion, vous n'en faites pas partie.

  • "Cela ne vous viendrait pas à l'idée d'inverser l'équation ?"

    Non. Dans le même ordre d'idée, j'ai la conviction que l'éducation est un produit de la civilisation, et non l'inverse. On ne crée pas des écoles pour jeter les bases d'une civilisation, on ouvre des écoles, parce qu'on est civilisé.

    Ce qui fait quand on ouvre des écoles là où la civilisation n'existe pas, le résultat est mitigé. Sans aller dans le tiers monde, je vous renvoie au film "Entre les murs", qui nous parle de la France et de "Français".

    "L'intelligence cela peut-être de s'abstenir de perdre son temps à jeter une brouette de gravats dans le nid-de-poule, lorsqu'on sait que la prochaine saison des pluies va de toute manière réduire vos efforts à néant et que de toute manière, personne ne va vous payer pour ça..."

    J'ai toujours pensé qu'un des drames de l'Afrique, c'est l'absence totale, quasi génétique et dramatique, de civisme du plus bas au plus haut de l'échelle sociale... Vous confirmez dans une assez large mesure.

    "Surtout si des excités comme vous déclenchent des bagarres à bord."

    Que voulez-vous, nous ne sommes pas tous aptes à croire qu'en s'attachant les bras dans le dos, on s'épargne les bourre-pif ! Il faut néanmoins reconnaître que si on en prend plein la g..., on évite effectivement la bagarre... Et du moment que c'est le but.

  • « Il faut plutôt apprendre à mieux les contrôler. »

    Bien sûr, il faut… Il y a longtemps que j’ai compris que le verbe « falloir », le préféré des politiciens, se conjugue ainsi : il faut, il faudra, il faudrait, il aurait fallu…

    « Oui, j'ai la prétention de penser que l'évolution et l'Histoire ont un sens et vont vers le mieux. »

    Mais l’Histoire, ça n’existe pas, à l’échelle planétaire. Il y a des Histoires, des cycles aussi, des peuples forts et des peuples faibles, des peuples qui étaient forts et qui deviennent faibles, des peuples qui étaient faibles et qui deviennent forts, à proportion de l’affaiblissement des autres, dont ils profitent lucidement pour les uns, instinctivement pour les autres.

    Je pense, et je ne suis pas le seul, que les prêcheurs du jihad sont en train de prendre la tête de la croisade des pauvres et je sais qu’ils n’ont besoin que d’un quart d’heure de discours enflammé pour réduire à néant des années de vos lénifiantes plaidoiries humanistes.

    Quand Ziegler parle de « La haine de l’Occident », il a entièrement raison, mais croire que cette haine peut être désamorcée avec des cargos de blé, des trithérapies et un relèvement du prix du zinc, de la bauxite et du cuivre, est une chimère absolue.

    Si nous ne sommes pas aptes à repousser cette haine les armes à la main, l’avenir appartiendra à ceux qui l’exploiteront avec le plus d’agressivité et le moins de scrupules. On peut compter sur l’Islam pour fournir les cadres de cette quatrième guerre mondiale. Et il est certainement déjà né, le Mahdi qui prendra le commandement de tout cela.

    « Quant à ce que vous appelez "les miens" soyons clairs. »

    C’est à moi d’être clair, en disant les vôtres, je pensais à l’infime minorité de ceux qui partagent, à la fois, vos idéaux et vos illusions.

    « Et si l'on élargit au cercle de mes amis proches, on englobe un bon bout de la planète. Une chose est certaine, Scipion, vous n'en faites pas partie. »

    Si c’était le cas, ce serait aussi inquiétant pour vous que pour moi… :o)

  • Scipion :

    Vous m’en voyez désole mais je ne vois aucun intérêt a débattre sur le fond avec vous, vos thèses sont archi connues, vous êtes quelques uns malheureusement a les défendre et ma fois, il faut tout de tout pour faire un monde. Alors si ça peut vous faire du bien de propager la haine des autres et la supériorité de votre race et de votre culture, tant mieux pour vous...

    N.B. Ce n’est pas parce qu’un texte est chiant qu’il ne faut pas le lire, si non je n’aurais pas lu grand chose pendant mes études. Mais c'est vrai qu'elles sont hypra chiantes et sans surprise vos théories....

  • "si ça peut vous faire du bien de propager la haine des autres et la supériorité de votre race et de votre culture, tant mieux pour vous.."
    d'autant plus que ces combats contre des fantômes et pour des spectres ne changent rien à la lourde réalité : les peuples se mélangent, les ethnies se dispersent, les femmes et les hommes migrent, les couleurs se confondent et les humains se reproduisent par exogamie. Dans deux ou trois générations, on se penchera sur quelques-uns de nos échanges avec la même incrédulité que celle que l'on peut aujourd'hui ressentir à la lecture de Gobineau, n'était la qualité de son style.

  • "les peuples se mélangent, les ethnies se dispersent"

    Certes, et c'est mon cas également, cependant dans les faits ce "mélange" soit disant "harmonieux" à large échelle n'existe que dans la tête de certains milieux politques, chez les publiciatires et chez les artistes:

    1) Les africains de Genève, ils se regroupent pas ethnie! Alors pensez encore se mêler aux autochtones genevois!
    2) Les portugais, sans déranger personne je le conçois, ils vivent entre-eux et dans leur monde!
    3) Les arabo-musulmans? En France ils ne se marient qu'entre eux [si la fille est vierge et musulmane]..
    4) Les Kosovars? Même chose! [on va chercher le conjoint au bled].

    Et avant qu'on me fasse mon procès, je précise que ma belle-mère est tout à fait "noire", et ma femme métisse (comme celle de Souaille), cependant nous ne représentons qu'une minorité de mariages mixtes qui fonctionnent, parce que les idées de Scipion et son obsession de ne pas se mélanger (ce qui est son droit le plus légitime), vous la trouvez chez tous les peuples et aussi chez bon nombre de migrants!

    Alors à mon sens inutile de diaboliser Scipion si c'est pour idéaliser de l'autre côté, on nage en pleine zone grise.

    Pour son déterminisme racial, ma fois, il a au moins le mérite de défendre ses idées ouvertement même si elles ne corresponde pas aux miennes. Et encore une fois il a parfaitement le droit de refuser de se mélanger, tous comme les ethnies africaines de Genève...

    Et je ne vous dit pas le discours racial derrière toute cette façade de grande théories pan-africanistes et antioccidentale qui occulte complètement la capacité de tous les peuples et de toutes les races à engendrer leur propre malheur!

    Cessons d'être hypocrite: On ne peut pas condamner la crise identitaire "blanche" et occidentale toute en encensant celle de nos "voisins"... Parce qu'il est vrai qu'aujourd'hui l'Europe connaît un migration bien plus massives que les régions d'origines des migrants, ce qui provoque une crise identitaire large que l'on doit considérer, analyser, et comprendre. Et finalement cette immigration doit être contrôlée par les élites si ils veulent combattre efficacement les fractions les plus dangereuses del'extrême droite et éviter à terme des explosions de violence, que ma famille, elle aussi, subira...

    Et enfin, il faudra bien un jour réhabiliter le mot "assimilation" et le décolonialisant, mais en posant une certains nombre de règles à l'absorbtion et à l'intégration des masses migrantes, plutôt que de cesser aux mirages du multiculturalisme qui même chasun à appliquer ses propres règles et ne participe pas à l'ordre démocratique et juridique. A mon sens il faut savboir aimer son pays d'accueil et le comprendre, sinon on ne saisit pas bien le sens de cette grande ouvertre multiculturelle que vous prônez sans voir la réalité du communautraisme triomphant qui caractérise ce début de siècle en Occident.

  • Nous ne sommes pas toujours d'accord, Carlitos, mais là je vous suit et même vous précède. J'ai fait mon mémoire d'ethno, il y a... 33 ans, sur l'assimiliation de la minorité tamoule dans le melting-pot (culturel et ethnique) antillais.
    Je suis contre le communautarisme, mais la phase de regroupement ethnique que vous regroupez très justement n'est pas forcément négative. Je l'ai analysé de près à deux reprises, dans un film sur le bidonvile de Petit-Vry, dans la lagune d'Abidjan, qui regroupe 20 000 pêcheurs originaires de toute l'Afrique de l'Ouest dans un habitat informel mais en réalité très structuré par ethnies et même par villages d'origine, la collectivité dans son ensemble - informelle, donc je le répète - étant gérée par un conseil des sages représentant démocratiquement chacune des ethnies ou nationalités principales du village... Cela fonctionne, cela structure fortement l'ordre public et il s'est développé un fort sentiment d'appartenance à Vry, face aux autres quartiers de la métropole ivoirienne. Pouvant aller malheureusement jusqu'à la violence.
    Il y a donc du pour et du contre.
    De même, plus près de nous, j'ai observé de près plusieurs années la communauté togolaise d'Annemasse où je vivais avec mon épouse togolaise, donc. Une communauté d'une quinzaine de familles (nombreuses) de classe moyenne : les pères étaient grutiers, plombiers, informaticiens, les mamans aides-soignantes, infirmières ou femmes de ménage etc... Une communauté assez forte et soudée par le hasard et la présence d'un aumônier catholique (le défunt Père Charrière, qui avait officié quelques temps au Togo), pour structurer autour d'elle l'ensemble des familles originaire d'Afrique noire de l'agglomération, ainsi que les togolais de Genève, hauts fonctionnaires internationaux compris.
    L'existence de ce groupe, qui organisait des manifestations culturelles, disposait en son sein d'une troupe de danses folkloriques et surveillait collectivement l'avenir des enfants, a sans conteste eu des effets bénéfiques. Hormis un cas, je ne connais pas d'enfant qui ait "mal tourné". Sur plusieurs dizaines. Cette deuxième génération, qui a 30 ans et plus aujourd'hui, fait du ski, s'est marié généralement à l'extérieur de la communauté, se sent de plus en plus française ou suisse et leurs enfants, dans un dégradé de ton touchant, sont incontestablement des mômes d'ici, pour qui le Togo n'est plus qu'un lointain pays où il est sympa d'aller en vacances, mais pas trop souvent.
    Lors de mon mémoire déjà, j'avais noté qu'en Guadeloupe, l'intégration/assimilation était moins aboutie qu'en Martinique, tout simplement parce qu'en Martinique, une grande partie des Tamouls de l'Ile étaient regroupés à Saint-Pierre au moment de l'éruption de la Montagne Pelée, qu'ils en avaient constitué le gros des victimes et que leur communauté était numériquement plus faible.
    Il est évident que le comportement sur deux générations de la centaine de Togolais d'Annemasse ne sera pas le même que celui des 100 000 Maliens de Montreuil, en région parisienne. Le facteur nombre me parait même plus important que le facteur "différence visible". Mais dans les mines de Lorraine et du Nord, il y a eu aussi des dizaines de milliers de Polonais, par exemple, regroupés localement au départ, qui sont peu à peu devenus de vrais Chtis...
    En résumé, je dirais - et c'est l'un des thèmes de ma trilogie (patience, on est en train de monter le site, ce n'est plus qu'une question de jours), qu'il faut utiliser le communautarisme comme outil structurant et d'ordre public, mais sans jamais oublier que le but est l'assimilation à nos valeurs républicaines... et sans jamais laisser le communautarisme prendre le dessus seul et sans contrôle. Bref l'utiliser, mais pas déléguer. Evidemment, ça coûte de l'argent.

  • Ouille, la flemme du dimanche matin, j'ai envoyé sans relire... et c'est bourré de fautes...

  • Version corrigée: Nous ne sommes pas toujours d'accord, Carlitos, mais là je vous suis et même vous précède. J'ai fait mon mémoire d'ethno, il y a... 33 ans, sur l'assimilation de la minorité tamoule dans le melting-pot (culturel et ethnique) antillais.
    Je suis contre le communautarisme, mais la phase de regroupement ethnique que vous décrivez très justement n'est pas forcément négative. Je l'ai analysé de près à deux reprises, dans un film sur le bidonvile de Petit-Vry, dans la lagune d'Abidjan, qui regroupe 20 000 pêcheurs originaires de toute l'Afrique de l'Ouest dans un habitat informel mais en réalité très structuré par ethnies et même par villages d'origine. La collectivité dans son ensemble - informelle, donc je le répète - était gérée par un conseil des sages représentant démocratiquement chacune des ethnies ou nationalités principales du village... Cela fonctionne, cela structure fortement l'ordre public et il s'est développé un fort sentiment d'appartenance à Vry, face aux autres quartiers de la métropole ivoirienne. Pouvant aller malheureusement jusqu'à la violence.
    Il y a donc du pour et du contre.
    De même, plus près de nous, j'ai observé de près plusieurs années la communauté togolaise d'Annemasse où je vivais avec mon épouse togolaise. Une communauté d'une quinzaine de familles (nombreuses) de classe moyenne : les pères étaient grutiers, plombiers, informaticiens, les mamans aides-soignantes, infirmières ou femmes de ménage etc... Une communauté assez forte et soudée par le hasard et la présence d'un aumônier catholique (le défunt Père Charrière, qui avait officié quelques temps au Togo), pour structurer autour d'elle l'ensemble des familles originaire d'Afrique noire de l'agglomération, ainsi que les togolais de Genève, hauts fonctionnaires internationaux compris.
    L'existence de ce groupe, qui organisait des manifestations culturelles, disposait en son sein d'une troupe de danses folkloriques et surveillait collectivement l'avenir des enfants, a sans conteste eu des effets bénéfiques. Hormis un cas, je ne connais pas d'enfant qui ait "mal tourné". Sur plusieurs dizaines. Cette deuxième génération, qui a 30 ans et plus aujourd'hui, fait du ski, s'est marié généralement à l'extérieur de la communauté, se sent de plus en plus française ou suisse et leurs enfants, dans un dégradé de ton touchant, sont incontestablement des mômes d'ici, pour qui le Togo n'est plus qu'un lointain pays où il est sympa d'aller en vacances, mais pas trop souvent.
    Lors de mon mémoire déjà, j'avais noté qu'en Guadeloupe, l'intégration/assimilation était moins aboutie qu'en Martinique, tout simplement parce qu'en Martinique, une grande partie des Tamouls de l'Ile étaient regroupés à Saint-Pierre au moment de l'éruption de la Montagne Pelée, qu'ils en avaient constitué le gros des victimes et que leur communauté était numériquement plus faible.
    Il est évident que le comportement sur deux générations de la centaine de Togolais d'Annemasse ne sera pas le même que celui des 100 000 Maliens de Montreuil, en région parisienne. Le facteur nombre me parait même plus important que le facteur "différence visible". Mais dans les mines de Lorraine et du Nord, il y a eu aussi des dizaines de milliers de Polonais, regroupés localement au départ, qui sont peu à peu devenus de vrais Chtis...
    En résumé, je dirais - et c'est l'un des thèmes de ma trilogie (patience, on est en train de monter le site, ce n'est plus qu'une question de jours), qu'il faut utiliser le communautarisme comme outil structurant et d'ordre public, mais sans jamais oublier que le but est l'assimilation à nos valeurs républicaines... et sans jamais laisser le communautarisme prendre le dessus seul et sans contrôle. Bref l'utiliser, mais pas déléguer. Evidemment, ça coûte de l'argent.

  • "Pour son déterminisme racial, ma fois, il a au moins le mérite de défendre ses idées ouvertement même si elles ne corresponde pas aux miennes."

    Il n'y a pas de déterminisme racial. La valeur des peuples est indépendante de la couleur de la peau de ceux qui les composent. Et rien n’indique que les peuples médiocres ne soient pas condamnés à le rester. Au contraire.

    Philippe Souaille ne se rend pas compte qu’il apporte de l’eau à mon moulin, lorsqu’il écrit qu’en Anatolie, malgré Atatürk, les mœurs n’ont pratiquement pas évolué depuis Tamerlan. Or, ici, il ne s’agit pas de gens « de couleur ». Avec les Afghans non plus

    Pour différentes raisons, qu’il serait trop long de développer ici, il m’apparaît que les peuples qui avaient vocation à s'en sortir l'ont fait pendant la période 1950-1980, qui a réuni les conditions non renouvelables d’une "explosion keynésienne" des niveaux de vie comme l’histoire n’en avait jamais connue.

    A partir de là, la question qui ne se pose plus en termes d’intégration, déjà impossible quantitativement, mais de peuplement de nos pays, de qualité de peuplement.

    On ne voit pas par quel miracle des peuples que l’état même de leurs pays d’origine, révèle amorphes, fatalistes et futiles, pourraient se révéler, sous nos latitudes, dynamiques, inventifs, ingénieux et entreprenants.

    A l’opposé, les Extrême-orientaux, tout en étant strictement repliés sur eux-mêmes, déploient toutes leurs proverbiales capacités, comme on le constate, par exemple et de façon particulièrement spectaculaire, dans le XIIIe arrondissement de Paris.

    Quand vous dites : « il faudra bien un jour réhabiliter le mot "assimilation" et le décolonialisant, mais en posant une certains nombre de règles à l'absorbtion et à l'intégration des masses migrantes… », je pense qu’il est trop tard.

    Et pour deux raisons. La première, c’est que les immigrés, notamment allogènes, sont désormais beaucoup trop nombreux et trop engagés dans leur communautarisme ; la seconde, c’est qu’ils ne souhaitent absolument pas une telle assimilation, même « décolonisée ».

    Vous dites encore : « A mon sens il faut savboir aimer son pays d'accueil et le comprendre… », mais en quoi voulez-vous que ces masses nord-africaines, africaines et asiatiques, sans préjudice des latinos-américains et même des Antillais, se sentent parties prenantes de la culture de Villon, de Couperin, de Georges de Latour, de Claude-Nicolas Ledoux, de Balzac, de Rodin et de Braudel ?*

    Le communautarisme est la tendance naturelle des gens à s’assembler avec ceux qui leur ressemblent. Il est donc inhérent à toute immigration « alterculturelle », a fortiori quand elle est massive, et les valeurs républicaines chères à nos universalistes sont à cent lieues des préoccupations de ces gens, voire de leurs structures mentales.

    * La question vaut aussi pour les « mômes d’ici » de Philippe Souaille. Qui, je n’en doute pas, nous trouvera un trompettiste malgache qui interprète Saint-Saëns, Debussy et Berlioz mieux que Maurice André… :o)

  • Scipion, juste au passage, je vous signale que Balzac était métis, avec des origines antillaises (comme Alexandre Dumas, d'ailleurs, père et fils). Du sang noir coulait dans ses veines, de même que coulait dans ses racines une partie de cette cuture là.
    Comme vous le dite pour une fois très justement "la valeur des peuples est indépendante de la couleur de la peau de ceux qui les composent". Elle est aussi indépendante des autres caractéristiques génétiques, la notion même de valeur des peuples tombant par ailleurs, à juste titre, sous le coup de la loi.
    Ce sont les circonstances qui déterminent l'habileté des individus composant les peuples dans tel ou tel domaine. La valeur en soi (dans quel domaine précis et selon quels critères ?) est une notion purement subjective. Accessoirement, les seldjoukides anatoliens restés crochés à l'époque de Tamerlan sont les descendants de ceux qui ont conquis les deux tiers du pourtour de la Méditerrannée, menacé Vienne à plusieurs reprises et constitué l'un des empires les plus durables de l'Histoiree, pendant plus de six siècles...

  • "juste au passage, je vous signale que Balzac était métis, avec des origines antillaises..."

    C'est possible, mais je n'en ai pas trouvé confirmation, et je n'ai pas pour habitude de croire tout ce que j'entends raconter ici ou là...

    "Ce sont les circonstances qui déterminent l'habileté des individus composant les peuples dans tel ou tel domaine."

    Et bien ce sont les circonstances qui nous dictent ceux que nous pouvons, respectivement ceux que nous de devons pas, accueillir chez nous.

    " Accessoirement, les seldjoukides anatoliens restés crochés à l'époque de Tamerlan sont les descendants de ceux qui ont conquis les deux tiers du pourtour de la Méditerrannée, menacé Vienne à plusieurs reprises et constitué l'un des empires les plus durables de l'Histoiree, pendant plus de six siècles..."

    Ce qui démontre que ce qu'ont été les peuples il y a longtemps, ne constitue pas une gage de ce qu'ils sont aujourd'hui. Encore une fois, regardez les Grecs.

    Et pas plus tard qu'hier soir, j'entendais dire sur la chaîne "Histoire", que le Pérou d'aujourd'hui arrive à peine aux rendements agricoles que connaissaient les Incas. Comme quoi le métissage !

  • scippione rien qu'à voire le metissage ce que ça a donné chez toi, un pur métissage d'europeen et voilà que ça a donné comme resultat un vrai con de ta race ...

  • Je persiste, évidemment : "es peuples se mélangent, les ethnies se dispersent, les femmes et les hommes migrent, les couleurs se confondent et les humains se reproduisent par exogamie". Et j'ajoute que les cultures se conjuguent. Je n'ai jamais dit que cela se faisait dans l'harmonie, ni sans difficulté. Je me contente de dire que cela se fait, que cela ne peut que se faire et que rien ne pourra jamais empêcher que cela se fasse, y compris dans le conflit, et contre ce qu'il nous reste de bons vieux instincts tribaux. Toutes les "communautés" immigrées dans nos sociétés ont suivi et suivent le même chemin : la première génération, celle qui arrive, s'organise précisément en communauté -et quand les conditions sociales l'y poussent, en ghetto. La deuxième génération sort de la communauté et du ghetto. Et la troisième épouse un-e "indigène". Les Suisses et Suissesses petits-fils et petites-filles de Suisses et de Suissesses sont minoritaires à Genève (sans parler des "Genevois de souche à deux générations"). Nous sommes métis, ou ne sommes pas. ça n'est ni bon, ni mauvais : c'est. Il n'est ni bon, ni mauvais de respirer : si on ne respire pas, on crève. Il n'est ni bon, ni mauvais que le terre tourne autour du soleil et la lune autour de la terre : Eppur si muove. Et les arrières-petits enfants de "Scipion" seront basanés et s'appelleront Mohammed, Sekou, Aboubakar, Fatima ou Fleur de Lotus.

  • Je persiste, évidemment : "es peuples se mélangent, les ethnies se dispersent, les femmes et les hommes migrent, les couleurs se confondent et les humains se reproduisent par exogamie".

    C’est pas comme ça. Actuellement, il y a toutes sortes de ressortissants non qualifiés de pays foireux qui se lancent à l’assaut des pays efficients, pour tenter d’émarger à la richesse qu’ils créent. Ils ne se mélangent pas du tout comme en témoigne le taux relativement bas des mariages et il est déconseillé de le faire si l’on considère la taux effroyablement élevé des divorces consécutifs.

    Pour l’Italie, j’ai entendu articuler le chiffre de 90 %, ce qui n’est pas encore le plus grave, par rapport au fait que dans 90 % des divorces avec enfant(s), le conjoint exotique emmène sa progéniture dans son pays d’origine, au moment de la séparation… Les ambassades et consulats d’Italie ne savent plus où donner de la tête…

    Pour ce qui est de la reproduction par exogamie, j’attire votre attention sur le cas de l’Islande et de ses trois cent mille habitants, mais où un cinéaste serait bien en peine de tourner un film de type « Entre les murs ».

    « …contre ce qu'il nous reste de bons vieux instincts tribaux. »

    Comme ces instincts tribaux nous viennent de centaines de milliers d’années et que vous luttez à partir d’une posture intellectuelle qui n’a pas cinquante ans, vous êtes battu d’avance. Vous connaissez le dicton : Chassez le naturel, il revient au galop.

    En outre, je vous signale que la partie adverse, qui n’est pas précisément composée d’intellectuels de gauche, et même pas d’intellectuels tout court, a toujours tendance à donner libre cours à ses vieux instincts tribaux à elle, qui n’ont vraiment rien de bon. L'actualité quoitidienne en témoigne.

    « Toutes les "communautés" immigrées dans nos sociétés ont suivi et suivent le même chemin... »

    C’est le vieux schéma, il est caduc. On a vu, ci-dessus, qu’en Allemagne les Turcs – des Blancs pourtant, et qui se prétendent Européens (bon, d’accord, c'est dans l’optique des « fonds structurels ») - de troisième génération ne s’intègrent pas.

    Mais voyez aussi la France. Non sans frottements, elle a absorbé des Polonais, des Italiens, des Espagnols, des Portugais, mais elle les a absorbés sans mesures politiques d'aucune sorte sans qu’il soit nécessaire de manifester une volonté d'intégration.

    Aujourd'hui, pour tenter des forcer les Maghrébins et les Subsahariens dans la société française, il faut des lois scélérates, des SOS Racisme, des LICRA, des MRAP, des HALDE, des Yazid Sabeg, du politiquement correct poisseux plein les médias, des quotas, de la discrimination positive, du testing, des sanctions, des amendes, demain, des peines de prison...

    Et malgré ces matraquages à l’artillerie lourde – ô combien - ça coince de tous les côtés. Alors, il faut arrêter de croire que les Maliens sont des Espagnols à la peau foncée et les Marocains, des Polonais de confession musulmane.

    A cela s’ajoute la création permanente de nouveaux ghettos, non par le parcage des nouveaux venus dans des zones délimitées, mais par la fuite massive des « de souche » dès que la proportion d’allogènes « alterculturels » atteint un certain niveau.

    Les choses sont tellement différentes de ce que vous imaginez qu’un site comme AgoraVox peut organiser un débat sur le thème « La Diversité ? Une chance pour la France ou la guerre civile ? » sans que personne ne s’insurge de l’hypothèse « guerre civile ». Je m'attendais à des protestations véhémentes, ua lieu de cela, rien. On est loin du monde des bisounours dans lequel vous évoluez. Mentalement.

    « Et les arrières-petits enfants de "Scipion" seront basanés et s'appelleront Mohammed, Sekou, Aboubakar, Fatima ou Fleur de Lotus. »

    Votre vision de l’avenir est pour le moins symptômatique de l’islamisation des esprits et de la résignation qui l'accompagne. Dans trois générations, la Confédération islamique helvétique sera donc peuplée à 80 % par des musulmans et la dhimmitude sera le triste apanage d'un cinquième d'Eurasien(ne)s.

    Alors, permettez qu’on se batte pour cela ne se produise pas. Si on ne veut pas que le château de Chillon, après avoir échappé à la destruction, soit vendu pierre par pierre à des pétroliers texans, pour payer le pélerinage de La Mecque à des nécessiteux de Bremblens, de Corserey, du Châble et des Ponts-de-Martel !

  • Je n'ai ni à permettre ni à interdire quoi que ce soit à qui que ce soit. Pourquoi diable tenterait-on de vous interdire, de vous empêcher ou de vous dissuader de combattre vos fantômes (ou d'interdire au PNOS de manifester sur la Place fédérale pour dénoncer l'élection d'une "Miss Suisse" métisse) ? Les tribus aboient, le metissage passe, comme il passe depuis 500'000 ans...

  • "Les tribus aboient, le metissage passe..."

    Et les civilisations meurent :

    - Encore cinquante ans, monsieur le bourreau...

    "PNOS de manifester sur la Place fédérale pour dénoncer l'élection d'une "Miss Suisse" métisse..."

    Quand dans un pays, c'est un groupuscule vaguement néo-nazi qui devient l'unique dépositaire du bon sens, c'est que la société, ou ce qu'il en reste, est vraiment au plus mal.

    A quand un végétarien président de Union Professionnelle Suisse de la Viande ?

  • "Les tribus aboient, le metissage passe..."

    Et les civilisations meurent :

    - Encore cinquante ans, monsieur le bourreau...

    "PNOS de manifester sur la Place fédérale pour dénoncer l'élection d'une "Miss Suisse" métisse..."

    Quand dans un pays, c'est un groupuscule vaguement néo-nazi qui devient l'unique dépositaire du bon sens, c'est que la société, ou ce qu'il en reste, est vraiment au plus mal.

    A quand un végétarien président de l'Union Professionnelle Suisse de la Viande ?

  • Allons, allons, moi je trouve quand même Miss Suisse plus agréable à regarder que les queues-de-rats hommasses et décolorées qui accompagnent les chauves du PNOS.

    Quand au bon sens du même PNOS, disons que je n'en vois guère, ne serais-ce dans leur volonté de voir les camps nazis comme des clubs Meds pour juifs déportés.

    Encore que vous me disiez qu'il existe chez l'UDC un peu de bon sens ( que le socialiste Hollenweg doit admettre aussi dans son propre monde, vu l'alliance actuelle entre UDC et Socialistes sur le dossiers de banques), soit, mais le PNOS... Reprenez-vous...

    Parce que franchement voter des lois pour une politique d'immigration plus restrictive, c'est jouable et ça se justifie, mais par contre prôner l'expulsion des juifs qui sont en Europe depuis sa fondation... No comment...

    Bref... Scipion, si je comprends vos angoisses identitaires, et que je les partage au moins en partie, en matière de femmes, par contre, je crains que nous n'ayons tout à fait les mêmes goûts...

    Mais c'est pas grâve, ké?..

  • "...moi je trouve quand même Miss Suisse plus agréable à regarder..."

    Ce n'est pas le problème. Ce qui la fout mal, c'est la fille qui débarque à l'aéroport de Petaouchnok et qui déclare au douanier :

    - Moi, ch'us Miss Suisse !

    ...et le gabelou qui rétorque :

    - C'est ça, et moi, ch'us le Pape !

    Et bien, j'estime qu'un tel cas de figure est ridicule ! Et les seuls qui manifestent véhémentement contre ce genre d'imbécilité sont les seuls à faire preuve de bon sens.

    Quand les Valaisans vont au Salon de l'Agriculture, à la porte de Versailles, ils emmènent des vaches de la race d'Hérens, pas des yaks !

Les commentaires sont fermés.