Ni une, ni deux. Ni trois. Aucune.

Imprimer

Projets de nouvelles centrales nucléaires :
Ni une, ni deux. Ni trois. Aucune.


Les Forces motrices bernoises et Axpo, le 4 décembre, Atel en juin dernier, ont déposé des projets de nouvelles centrales nucléaires, pour remplacer en 2020 celles de Mühleberg, de Beznau et de Gösgen. Argument des promoteurs de cocotte-minutes (à sept milliards la cocotte-minute) : les anciennes centrales vont fermer, il faut compenser la production ainsi perdue, la fin des importations de courant nucléaire français, en 2018, et la hausse attendue (c'est-à-dire espérée) de la consommation. Arguments fallacieux, rétorquent les Verts, les socialistes et la gauche de la gauche, plus Ecologie libérale, le Parti chrétien-social, l'alliance " Non au nucléaire ", la Fondation suisse de l'énergie et Greenpeace : en conjuguant développement des énergies propres (éolienne, solaire, biomasse) et économies d'énergie, on peut se passer de nouvelles centrales. Et le Conseiller fédéral Leuenberger de tenter un compromis : trois nouvelles centrales, c'est trop, une seule suffit. Compromis inutile : trois c'est trop, deux c'est encore trop, et même une seule.

Fuite en avant, droit dans le mur

Les promoteurs de centrales nucléaires sont sortis du bois, on entre en campagne… D'ici une génération, il manquera un tiers de la future consommation d'électricité, argumente le patron du plus gros producteur d'électricité du pays, Axpo. Parce que non seulement il sait, le patron d'Axpo, ce que sera la consommation d'électricité dans vingt-cinq ans, mais surtout, il n'est pas question pour lui d'admettre que l'on puisse la réduire, cette consommation. Il en vend, de l'électricité, il ne va pas se battre pour en vendre moins, son boulot, c'est d'en vendre le plus possible, le plus cher possible. La " société à 2000 watts ", c'est pas son objectif, au patron d'Axpo. Pas plus que ça n'est l'objectif du patron des Forces motrices bernoises ou d'Atel. Ou d'EOS, pour rester dans notre coin de pays. Seulement voilà, la société à 2000 watts, c'est l'objectif affirmé des plus importantes collectivités publiques de Suisse -les cinq villes principales, et les principaux cantons, et même la Confédération. Et atteindre cet objectif suppose que l'on réduise par trois la consommation actuelle, et par quatre la consommation espérée par les fournisseurs d'électricité -lesquels tablent sur une hausse de la consommation de 0,5 à 2 % par an. Autant dire que leurs trois centrales, ceux-ci devraient se les garder à l'état de projets, ou de jolies maquettes : construire trois nouvelles centrales nucléaires pour assurer un niveau de consommation quatre fois supérieur à celui qu'on voudrait atteindre, ce serait à peu près aussi intelligent que de subventionner l'achat par des particuliers de bagnoles capables de rouler à 300 à l'heure dans des zones piétonnes.

Commentaires

  • Pour "compenser la production ainsi perdue" pourquoi ne pas dépenser 7 milliards (le coût d'une seule centrale nucléaire) en achat de panneaux solaires ?
    Ce ne sont pas les toits qui manquent, dans ce pays.

  • Il est certainement possible de se passer du nucléaire mais...Pour cela il faudrait que ceux qui le proclament depuis des années, adoptent quelques principes économiques de base. Le premier principe serait d'établir une liste des énergies renouvelables tenant compte à la fois de l'impact écologique et du rendement. Or manifestement en Suisse, en ce qui concerne l'électricité, les panneaux photovoltaïques seraient très mal placés. Chaque région du monde possède une ou plusieurs sources d'énergies renouvelables et en Suisse l'hydraulique reste la première et largement. Un exemple: les FMB ont installé 1200m2 de panneaux solaires sur le Stade suisse, production annuelle:1200kWh. Le financement se fait par des clients qui paient leur kWh 80ct. Une minicentrale hydraulique entre 100 et 200 kW produit tout autant à un prix 4 à 5 fois inférieur. Bon ça en jette moins que les 1200m2, ça travaille dans l'ombre au fin fond d'une vallée... Il n'en reste pas moins que je suis persuadé que le minihydraulique a encore un grand potentiel d'exploitation en Suisse, certainement plus les gros ouvrages hydrauliques. De même on devrait établir une comparaison entre éolienne et minicentrale hydraulique.
    Pour ce qui est du solaire il en est tout autre des panneaux thermiques dont le rendement est beaucoup plus élevé et là il est certain que le potentiel est énorme. Ne devrait-on pas d'ailleurs construire des toits entièrement capteurs de chaleur ? Une remarque encore: si l'on veut vraiment installer du solaire photovoltaïque alors choisissons plutôt les panneaux type amorphes qui s'intègrent mieux sur des parois ou sur les toits.
    Reste les économies et là il y a encore du boulot. Mais il est sûr que l'on peut consommer moins sans toucher à notre confort. Le niveau de la basse tension est très important à ce sujet et mériterait une sérieuse étude:
    http://www.ader.ch/energieaufutur/efficacite/basse.php

  • Un exemple: les FMB ont installé 1200m2 de panneaux solaires sur le Stade suisse...

    Erreur: il s'agit de 12'000m2

  • Si je comprends bien il s'agit seulement des projets. Oui, les protestations sont bien epliquees, il ne s'agit pas la-bas de bonnes intentions c'est comme toujours des interets, et c'est tout.

  • "Pour "compenser la production ainsi perdue" pourquoi ne pas dépenser 7 milliards (le coût d'une seule centrale nucléaire) en achat de panneaux solaires ?
    Ce ne sont pas les toits qui manquent, dans ce pays."

    Vous n'y pensez pas! Impossible! Blasphématoire! Révolutionnaire! Politique ultra-gauchiste! Anarchique!

    Produire de l'énergie de manière décentralisée????
    Plus de monopole énergétique????
    Des maisons, des immeubles, des villes énergétiquement autonomes????

    C'est un scandale!!!!
    Mais vous allez obligez les actionnaires à renoncer à leurs profits colossaux!!!
    Inimaginable!!!


    "Ne devrait-on pas d'ailleurs construire des toits entièrement capteurs de chaleur ?"

    Oui.


    "Une remarque encore: si l'on veut vraiment installer du solaire photovoltaïque alors choisissons plutôt les panneaux type amorphes qui s'intègrent mieux sur des parois ou sur les toits."

    Oui. Et l'un n'empêche pas l'autre.

    En outre les prix vont obligatoirement baisser dès que la production se généralisera. Maintenant les prix sont élevés parce que la production est confidentielle, et les installations expérimentales ou pionnières. En France il y a des crédits d'impôts pour ceux qui individuellement investissent dans les économies d'énergie et le renouvelable. Se chauffer au mazout est une aberration.

Les commentaires sont fermés.