• Vivants indignes, honorables morts ?

    Imprimer

    Réhabilitation des Suisses engagés dans les Brigades Internationales pendant la Guerre d'Espagne :
    Enfin !


    Le Conseil fédéral recommande, enfin, d'accepter la dernière en date (celle du socialiste Saint-Gallois Paul Rechsteiner) des initiatives demandant la réhabilitation, septante ans après la fin de la Guerre d'Espagne des combattants et combattantes suisses du camp républicain entre 1936 et 1939 (du moins de ceux s'étant engagés dans les Brigades Internationales et l'armée de la République). 420 des 500 brigadistes suisses (sur 800 Suisses ayant combattu en Espagne -des deux côtés, dont 650 dans les rangs républicains ou révolutionnaires, un quart d'entre eux ayant été tués au combat) ont été condamnés à leur retour d'Espagne à des peines allant de quinze jours à quatre ans de prison, avec privation des droits civiques à la clef, pour avoir violé le principe de " non-engagement dans une armée étrangère " (sauf dans celle du Vatican...), principe que le Conseil fédéral a d'ailleurs rappelé. S'il recommande, avec l'appui de la Commission des affaires judiciaires (sauf ses membres UDC) la réhabilitation des " brigadistes ", c'est, reconnaît-il enfin, parce qu'ils avaient mené le " combat pour la démocratie ", contre le fascisme, que " l'Histoire nous a appris depuis lors " qu'ils étaient dans ce combat du bon côté et que " le combat pour l'idéal démocratique doit primer sur l'applicatiuon aveugle des lois ".  Les Suisses et Suissesses condamnés pour avoir aidé les victimes du nazisme ont déjà été réhabilités. En revanche, ceux (et celles) engagés dans la Résistance française devront, eux, attendre : leur combat était pourtant le même, et au moins 300 d'entre elles et eux ont été condamnés par la Suisse pour l'avoir mené, ce " combat pour la démocratie " .... Mais ils sont peut être trop nombreux à être encore vivants ? Seuls une dizaine de " brigadistes" " d'Espagne sont encore en vie. Pour tous les autres, la réhabilitation vient bien tard.

    LES VOLONTAIRES SUISSES* DE LA GUERRE D'ESPAGNE
    * et étrangers résidant ou réfugiés en Suisse avant de partir en Espagne
    (cette liste n'est pas exhaustive : elle comprend probablement tous les " brigadistes ", mais pas tous les volontaires engagés dans les milices anarchistes, trotskistes ou nationalistes catalanes et basques)
    (entre parenthèses, les dates et lieux de naissance / et de mort, quand ont les connaît)


    Abrulker Lucien, Aebi Roland (5.6.1916 / Jarama E 15.2.1937, Aeppli Jakob (22.8.191 / Espagne décembre 1937), Affolter Hans (Soleure 14.5.1916 / Espagne), Alber, Albertoni Antonio (Ponte Capriasca 12.10.1908 / Zürich 23.5.1990), Albisetti Luigi (Chiasso 1.2.1912 / Lugano 5.6.1960),Albrecht Heinrich (Zürich 24.3.1913 / ?), Allenspach Maximilian (Jonschwil 20.2.1911 / Bagnes 16.6.1952), Alt Hermann (Füllinsdorf 15.12.1910 / Zürich 5.11.2000), Altherr, Ambrosi Emilio (Verone I 12.8.1898 / ?) Ambrosini Giovanni Battista (Borgomanero I 16.6.1900 / ?), Andersohn Martin (Widnau 20.7.1900 / ?), Andreoli Edoardo (Lucerne 14.1.1904 / Schaffhouse 27.9.1981) Anselmini Giovanni (Milano I 21.3.1901 / ?), Arendt Erich (1903 / ?), Arn Alfred (Ascona 7.6.1912 / Lugano 9.1.1970), Aschwanden Walter (Berlin 22.3.1913 / ?), Aubry Remy (24.10.1899 / ?), Augsburger Raoul (10.4.1905 / ?), Baebler Alexis (? / 1981), Bagnoud Pierre (Icogne 1907 / ?), Bannwart Emil (15.4.1897 / ?), Barthesagi Gerolamo (Stabio 27.11.1911 / France 30.10.1947), Base Christina, Baudet Frédéric (Valeyres-sous-Rances 28.11.1902 / 26.6.1969), Beau Camille (Genève 2.3.1911 / ?), Beck Hans (Lucerne 28.5.1909 / Pompaples 22.3.1986), Begert Gottfried (Ersigen 26.1.1899 / Genève 16.7.1976), Belotti Diego (Mosogno 13.9.1914 / Zalamer Serena E 16.1.1938), Benjamin Jules, Berche Charles (Annemasse F 23.10.1891 / Genève 3.9.1969), Berger Gustave (1911 / 1999), Bergmann Rudolf (28.2.1908 / ?), Berlez Marcel (5.12.1896 / ?), Bernacchini Ettore (Gattico I  16.4.1904 / ?), Bernauer Theodor, "Matterhorn" (Zell i.W. D 13.12.1903 / Bâle 25.2.1968),  Berroth Werner (Coire 31.3.1916 / Männedorf 22.4.1981), Berta Graziella (Lugano 21.2.1900 / Giubiasco 21.11.1990), Bertholet Jules (Leysin 15.1.1912 / Lausanne 17.11.1980), Bertini Tito (Velletri I 30.3.1916 / Lugano 22.5.1962), Bertola Ernesto (Cossonay 13.7.1888 / ?), Bertoni Vittorio, Bettini Bruno, Bianconi Giuseppe (Muralto 12.2.1903 / Espagne 1938), Bickel Berta (10.1915 / 1941), Bickel Ernst (Zürich 5.9.1908 / Espagne 1938), Biedermann Hermann (Schaffhouse 10.12.1916 / Guadalajara E 12.6.1937), Bietenharder Alfred (Berne 13.9.1897 / Lausanne 30.10.1965), Birri, Bizzozzero Francesco (Porza 17.10.1907 / Lerida E 16.6.1937), Blaser Emil (7.12.1889 / ?), Blaser Willi (Lützelflüh 16.8.1911 / Bâle 15.1.1992), Blesio Francesco (Bologne I 29.4.1903 / ?), Bleuler Friedrich (8.8.1904 / Teruel E 2.1937), Blumer Bruno, Blumer Gottlieb (Bâle 15.10.1914 / Neudorf 16.4.1970), Bobilioff Gregor (Lucerne 24.9.1915/ Huesca E 6.1.1937), Bohler Albert (11.1.1897 / ?), Börner Willi, Boillat Charles (Les Breuleux 28.1.1902 / Berne 19.3.1963), Boillat Paul (Porrentruy 2.11.1912 / E 1938), Boldini Antonio (Arzo 8.8.1911 / Arzo 7.1.1987)

    Bollinger Albert (Bâle 21.12.1889 / Basel 27.5.1968), Bommer Erwin (Rorschach 12.9.1912 / Zürich 29.10.1988), Bonato Giovanni (Piovene Rocchette I 7.2.1890 / ?), Bonazzi Alberto, Bonfanti Enrico (Varese I 24.1.1901 / ?), Bordini Rizieri, Borga Giovanni (1895 / Morate E 12.2.1937), Borgeat Léon (Montana 2.6.1904 / 9.5.1986), Borloz Marcel (Roche 26.9.1909 / Chêne-Bourg 24.12.2003), Boso Emmerico (Castello Tesino I 22.8.1904 / ?), Boss Carl (Derendingen 27.12.1891 / 31.12.1942),  Bosshard Jakob (Zürich 11.5.1917 / ?), Bosshard Walter, Bosshart Oscar (Münchwilen 25.7.1909 / Zürich 6.6.2006), Bourqui Albert (Murist 22.4.1895 / Couvet 4.4.1953), Bovay Marcel (Genf 7.1.1913 / Genève 10.5.1985),  Bovey Albert (Lausanne 3.1.1913 / Campredo/Tarragona E 24.7.1938), Brähm Rosa (23.3.1892 / ?), Bräm Frida (27.9.1915 / ?), Bräm Hans (9.8.1912 / ?), Bräm Heinrich (Altstetten 14.10.1885 / ?), Bräm Heinrich jr. (Altstetten 4.12.1907 / ?), Bräm Konrad (Zürich 28.2.1911 / Madrid E 31.11.1936), Brämer Hermann, Brand Walter (5.10.1909 / Espagne 1938), Braun Walter (Selzach 2.6.1909 / Bâle), Brendt Edy (Eduard Claudius) (1911 / Potsdam 13.12.1976), Bressaud Raymond (Pas-de-l'Echelle F / Madrid E 1936), Bressoud Max (Vionnaz 1.1.1912 / Espagne 1938), Briol Victor (Aigle 3.2.1910 / Lausanne 27.2.1980), Bruderer Robert (Henau 14.11.1913 / Belchite E 1.9.1937), Brun Albert (Bümpliz 7.11.1908 / ?), Brunner-Thoma Anny (Altstätten 21.11.1914 / Pfäfers 2001), Brunner Fritz (Bäretswil 3.6.1912 / Zürich 15.3.1988), Brunner Otto (Rieden 21.10.1896 / Zürich 16.2.1973), Brunner Philomena "Milly" (11.1.1901 / ?), Bucher Joseph, Buchter Willi, Buit Nicolas (7.10.1907 / ?), Bulzamini Attilio (? / Barcelona E 1.6.1938), Burdet Hermann (Chatelard-sur-Montreux 25.3.1911 / Genève 12.4.1943), Burdet James (Carouge 26.5.1915 / Espagne Mai 1938), Burgat Roger (Péry 26.7.1912 / Nyon 18.2.1987), Burger Paul, Burkart Fritz (Aarau 18.2.1911 / Camorino 18.11.1988), Burkhardt Joseph (20.9.1915 / ?), Burkhart Edgar, Burkholz Anton (8.4.1908 / ?), Burki Marc (Carouge / Arganda E 11.2.1937),  Burlet Edwin (Winterthur 27.10.1911 / Zürich 3.4.1975), Burnand Jacques (Vulliens 20.10.1906 / Vevey 2.12.1956), Burri Felice (2.9.1908 / Espagne 1937),

    Calame Eugène (La Chaux-de-Fonds 20.8.1913 / Teruel E 1.1937), Camenisch Paul (23.8.1905 / Morata de Tajuña E 14.1.1937), Campi Attilio (Boniswil 9.6.1908 / ?), Canevascini Elio (Lugano 11.1.1913), Canonica Antonio (Corticiasca 4.8.1906 / Pregassona 19.2.1986), Cantes Maurice (29.9.1911 / Jarama E 11.2.1937), Carmine Edoardo (Bellinzone 9.10.1888 / Maggia 2.2.1953), Caronni Bononi Ida (1905 / ?), Careggi Louis (Sonvilier 15.9.1910 / La Chaux-de-Fonds 29.3.1994), Carti Aldo, Caspani Francesco (Castel S. Pietro I 27.6.1908 / ?), Castelli Emile (Lausanne 17.3.1915 / Genève 4.2.1978), Castiglioni, Cauderay André (1914 / Lerida E 17.12.1936), Cavin Marcel (Concise 20.11.1904 / 1938), Cecchin Costanzo (Bergame I 5.5.1906 / Cabidone I 18.8.1944), Cereghetti Luigi (Chiasso 22.5.1912 / Lugano 11.12.1984), Ceriani Giovanni (Saint-Gall 15.12.1912 / Ascona 24.5.1977), Cerman Lorenz (? / Jarama E 14.2.1937), Cerny Alexander, Cetti Andrea (Barbengo I 11.8.1911 / Ebre E 9.9.1938), Chambordon Raymond (Collonges 2.6.1911 / Genève 10.7.1970), Chapuis Charles (Epalinges, 1897 / ?), Chatelain Lucien (Neuchâtel 30.3.1917 / Biaufond 27.6.1942), Chauvet René (Assens 15.5.1904 / Lausanne 2.6.1979), Chervet Georg (1902 / ?), Chevalier Fernand (Delémont 3.11.1915 / Genève 3.1943), Chevallay Albert (Montreux 21.6.1916 / Epagne 23.9.1938), Chicchia Pasquale (Turin I 7.4.1901 / ?), Clemens Mario (? / Espagne), Clerc Jules Fernand (Rueyres-Saint Laurent 31.3.1902 / Billens 14.4.1969), Collaud Renée, Colombo Paul (22.4.1912 / Tortosa E 25.7.1938), Comtesse Camille (Bienne 19.2.1918 / ?), Corminboeuf, Cornez Guimart Marie, Corrent, Costeti Renato alias "Pietro Belvenetti" et "Abd-el-Krim" (Lugano 29.12.1898 / Ferrara I 12.9.1967), Coudray Charles (Vétroz 2.4.1909 / Fribourg 24.11.1984), Crespi Roberto alias "Primo Fratelli" (Milan 1903 / ?), Crivelli Mario (Novazzano 14.10.1885 / Lugano 7.10.1962), Croci Adolfo (Mendrisio 4.10.1912 / Mendrisio 15.8.1976), Crusca Mario (Intra I 13.5.1909 / Stresa I), Curchod André (21.9.1918 / ?),

    Dahinden Karl (Bischofszell 12.10.1898 / Bâle 13.1.1969), Damay Emmanuel (Martigny-Combe 24.6.1903 / ?), Damond Albert (Genève 8.5.1906 / Thônex 5.12.1961), De Carli Bruno (Minusio 10.5.1918 / Bellinzone 20.4.1992), De Carlis Giacomo (? / Espagne 16.6.1937), Delavy Maurice (Lausanne 2.3.1893 / ?), Dell'Amore Stefano, Dellagiovanna Domenico (Melide 18.6.1914 / Lausanne 24.12.1996), Della Santa Alberto (Bienne 10.2.1913 / Ebre E 6.1938), Derivaz Benjamin (Saint Maurice 13.2.1908 ( Espagne 1937?), Descombaz Raoul (Lavigny 16.5.1911 / Genève 17.1.1986), Dickenstein Siegfried (Berne 1.10.1915 / ?), Diebold Carlos (Zürich 9.3.1907 / ?), Diener Edith (Zürich 5.1.1913 / ?), Dietrich Jakob (Zürich 13.9.1899 / ?), Dietrich Karl, Dill Adolf (Bâle 4.4.1918 / Espagne 1.4.1938), Dill Walburga (Münich 5.2.1910 / ?), Dobler Paula (Zürich 21.4.1910 / Genève 1990), Dobrew Rudolf (Zürich 25.7.1915 / ?), Donizetti Ugo (Lugano 20.3.1906 / Schaffhouse 12.2.1959), Doppler Max (Baden 15.11.1905 / Teruel E 21.1.1938), Dörig Paul (Ludwigshafen D 1907 / Schwyz 20.7.1986), Dreier Gottfried (25.3.1895 / ?), Dreyer Robert (Delémont 8.11.1905 / Espagne 12.6.1937), Droz Paul Numa (Saint-Aubin 22.12.1917 / ?), Dubach Hans (Basel 5.12.1903 / Murcie E 25.7.1937), Dubuis Max (Sion 4.5.1914 / ?), Duchesne Raymond, Ducommun Charles (Auvernier 31.5.1901 / 20.10.1937 Cuesta de la Reina E), Duesmann Charles,

    Eberhard Ernst (? / Espagne), Eberhard Hans (Bienne 1.8.1911 / Lausanne 27.10.1990), Ebiner Paul (Sion 26.9.1911 / Cortébert 2.6.1985), Ebner Karl , Eble Hermann (Vevey 21.7.1909 / Madrid E 1937?), Eggli Marguerite (Altstätten 18.11.1895 / ?), Ehret Georg (Münich 6.2.1913 / Bâle 29.8.1993), Ehrlicher Paul, Eichholzer Ernst (1916 / Brunete E 7.7.1937), Eichin Willi (? / Espagne), Eichmann Heinrich (Flühli 14.7.1915 / Zürich 22.10.1970), Ender (née Guth) Mina (l27.5.1910 / ?), Enderli Hedwig (Zürich 1912 / ?), Enderli Martin (Oberhallau 2.1.1906 / Zürich 15.11.1961), Eppner Erich (Rodolstadt D 28.12.1910 / ?), Ersler Gabriel, Estivalis Calvo José Maria alias "Armand Guerra" (Chambérsy F / ?)

    Fabi Guiseppe (Gubbio 30.1.1908 / ?), Faes Johann (Herzogenbuchsee 20.7.1907 / Bâle 6.1.1989), Fankhauser Walter (Tavannes 30.5.1917 / Espagne), Faravelli Rolando (Lugano 20.4.1912 / ?), Fass Gustav (Zürich 1901 / ?), Fatutti Italo, Faust Edouard (Noes-sur-Granges 8.3.1913 / ?), Feidl Gustav (17.9.1898 / Epagne), Feller Friedrich (21.11.1914 / Espagne 25.9.1938), Fibbi Jole (Florence I 11.6.1905 / ?), Firl Herbert (Dresde 23.1899 / Mexico 13.12.1941), Fischer Charles (Nancy F 3.2.1910 / Jarama 12.2.1937), Fischer Friedrich, Fischer Karl (Tägerschen 31.8.1910 / Villanueva de la Cañada E 6.7.1937), Fischler Friedrich (Möhlin 12.1.1904 / Rheinfelden 6.6.1938), Fonti Vincenzina (Lugano 30.10.1906 / ?), Forster Eugène, Forster Jules (Bulle 27.12.1910 / Alger 6.1.1949), Förtsch Trudy (22.11.1910 / Barcelone 27.11.1937), Frei Josef (Säckingen D 13.4.1908 / Losone 7.1986), Frei Rudolf (Birsfelden 7.5.1904 / Morges 20.12.1984), Fricker Marcel (Mulhouse F 3.2.1908 / Bâle 4.8.1986), Friedli Arthur (Burgdorf 5.5.1913 / Genève 13.3.2001), Frischknecht Emil (Urnäsch 22.10.1900 / Brunete E 25.8.1937), Fritsch Marcel, Fritschler Peter (3.4.1898 / ?), Fritz Antonio (24.6.1914 / ?), Fritz Mario (6.6.1911 / Aragón E 1938), Frutiger Emmanuel (Bönigen 30.10.1907 / LeLocle 9.7.1997), Frutiger Albert (30.10.1907 / Tardienta E 13.4.1937), Füllemann Ernst (19.5.1907 / Madrid E 20.12.1936),

    Gacond William (Neuchâtel 28.5.1911 / ?), Gaffuri Edoardo (Besazio 21.11.1910 / Ebre E 9.1938), Gaillard Albert (Lausanne 7.9.1912 / Neuchâtel 14.5.1973), Galimberti Angelo (Camerlata di Como I 18.8.1917 / ?), Galland Félix (Boudry 14.8.1908 / ?), Garmaise Antoine (10.11.1907 / ?), Gasser Alfons (Schaffhouse 22.4.1914; Schaffhouse 25.1.1973), Gassner Emil (1.5.1916 / Espagne), Gauthey Roger (Couvet 21.8.1910 / Lausanne 25.10.1962), Gehrig August (Berikon 5.4.1886 / Zürich 17.3.1966), Geiser Marius (Genève 14.4.1891 / Thônex 13.9.1971), Genton Luis (1918 / Espagne), Gerber Jean (Combe-Garot 24.6.1907 / ?), Gerber Rudolf (Aarwangen 30.10.1915 / ?), Gerla Luigi (Locarno 1.4.1914 / Caspe E 28.3.1938), Gerlacher Max (4.9.1904 / ?), Gertsch Albert (Bienne 3.9.1898 / Cordoba E 21.4.1937), Giacomelli Aldo (Lugano 10.2.1908 / ?), Gilliand Georges (Villeneuve 10.5.1903 / Romorantin F 9.3.1962), Girtanner Walter (Lucerne 13.2.1906 / Lérida E Juli 1938), Glarner Bernhard (Winterthur 8.4.1900 / Espagne), Glauser Martha, Gmür Edwin (Weesen 6.5.1907 / Zürich 21.4.1956), Goebeli Max (Woltingen 1912 / ?), Gössling Walter, Götz Otto (Bâle 29.12.1901 / ?), Gorbach Max (Munich D 4.9.1904 / ?), Gorgorian Megurdich (Tokat Türkei 1911 / ?), Graber Walter (Winterthur 8.11.1914 / Winterthur 3.12.2004), Graf Walter (Menziken 10.1.1909 / Menziken 6.9.1968), Graf Walter alias "Moritz" (Thal 2.7.1916 / Zürich 20.11.1978), Greppi Félix (Montreux 15.11.1913 / Lausanne 7.10.1964), Greter Hermann (Brunnen 2.9.1889 / Espagne), Grob Friedrich (1.5.1911 / ?), Groer Adolf, Grohmann Adolf (Uetikon 18.7.1903 / Munich D 4.3.1987), Guenin René (17.5.1902 / Genève 13.1.1983), Guggiari Battista (Magliaso 24.3.1909 / Magliaso 5.8.1962), Gute Ludwig, Gysel Hans (Thal 31.5.1908 / Bâle 26.10.1978),

    Haas Emil (Zürich 2.5.1912 / ?), Hächler Emil (Buchs AG 18.5.1915 / ?), Haenni Alcide (Delémont 4.12.1905 / Bâle 30.4.1972), Hafner Otto (Eichberg 18.5.1910 / Bâle 10.9.2002), Halperin Ernst (Zürich 5.7.1916 / ?), Hammer Cherubin (Uster 20.4.1909 / Soleure 14.12.1974), Härri Hans (14.9.1908 / Guijorna E 7.7.1937), Hartje Otto (Bâle 21.1.1907 / ?), Hartmann Alfred (Bellmund 22.12.1909 / Teruel E 19.1.1938), Hartmann Felix (Genève 3.3.1913 / Saint-Martin 11.5.1992), Hausammann Konrad (Arbon 16.12.1909 / Zürich 17.11.1992), Hauser Alfred, Häusler Alexander (Rüschegg 6.3.1905 / Zürich 14.8.1969), Heimgartner Theodor (Oberwil 20.8.1905 / Perpignan F 29.9.1993), Heinburger Clemens (? / Espagne), Heinrich Ernst (4.9.1908 / Brunete E 7.1937), Held Cyprian (Coire 9.9.1921 / Bâle 12.5.1974), Heller Ernst (2.9.1900 / Espagne), Helm, Hempel Käthe ((Waldheim D 31.12.1911 / Leipzig 15.1.1966), Hepp Heinrich (Zürich 4.7.1912 / ?), Herold Albert (? / Espagne), Herold Merk Kurt, Herzig Ernst alias "Ernie Hearting" (Langenthal 31.7.1914 / Bâle 29.12.1992), Herzog Albert (Märstetten 1.3.1913 / Guadalajara E 13.3.1937), Himmel Ernst (Andelfingen / ?), Hirzel Wily (Francfort D 11.7.1910 / Zürich 16.6.1985), Hofmaier Wilhelm (Birsfelden 1915 / Teruel E Januar 1937), Hofstetter Hans (Saint Gall 29.1.1917 / Brunete E 27.4.1937), Höhn Arnold (Horgen 2.5.1899 / Berlingen 30.11.1972), Honnecker Rudolf (31.1.1911 / ?), Howald Paul (Soleure 28.12.1916 / Berne 22.10.1976), Huber Ernst (Zürich 28.5.1917 / Frauenfeld 10.12.1986), Huber Felix (1899 / ?), Huber Hans (Kappel am Albis 16.12.1915 / Saint Gall 13.3.1981), Huber Walter (Strengelbach 14.7.1917 / ?), Hubmayer (1903 / ?), Huchin Walter, Huguenin Léon (Les Brenets 20.2.1919 / ?), Hummel Otto (30.8.1890 / ?), Hungerbühler Emil Otto (Romanshorn 2.2.1900 / ?), Hunziker Adolf (1883 / ?), Hunziker Albert (Urdorf 1.5.1907 / Adliswil 1.2.1988), Hunziker Paul (Aarau 24.12.1913 / Espagne 4.1938), Hutmacher Samuel (Teruel E 31.12.1936), Hutter Hans (Winterthur 5.6.1913 / Winterthur 9.12.2006), Hutter Max (Winterthur 2.5.1909 / Brunete 27.7.1937)

    Inauen Josef (Recklinghausen D 9.8.1908 / Berne 24.8.1993), Ippen Felix (Czernowitz 1911 / Brunete   23.7.1937) Irniger Adolf (Donaueschingen D 11.4.1909 / Buchs 5.6.1974), Iseli Benjamin Juan (Valencia 19.10.1908 / Valencia E 1988), Iseli Gottlieb (Valencia 2.2.1913 / ?), Isler, Ismael Walter,

    Jacquat Pierre (Lausanne 18.4.1913 / Lausanne 10.5.1947), Jäger Paul (Zürich 25.6.1908 / ?), Jäggi Werner (Aarau 12.5.1901 / Aarau 30.4.1981), Jaggie Bernard (1902 / ?), Jäggin Paul (Hölstein 19.7.1913 / Berne 5.4.1996), Jaseph Eduard (9.7.1899 / ?), Jaton Robert (Rueyres 20.1.1908 / Lausanne 19.3.1982), Jeckelmann Martin (Fribourg 30.11.1915 / ?), Jeker Ernst (Sennheim F 31.12.1910 / Bâle 23.12.1992), Jenni Rolf (Bâle 1910 / ?), Jonzier Henri (Genève 22.4.1915 / Genève 25.12.1990), Jopiti Carlo (Carona 6.12.1896 / Gandesa E 15.9.1938), Jordan Charles (Saxon 26.12.1918 / ?), Jossevel Fernand (Yverdon 1.3.1901 / Genève 11.4.1991), Joung Albert (14.11.1909; ?)

    Kahlin Hans, Kälin Eduard (Wald ZH 7.5.1900 / Rüschlikon 31.5.1977), Kamber Hans (Mannheim D 19.8.1916 / Zürich 16.12.2006), Kamerzin Alois (Icogne 8.8.1912 / ?), Kamerzin Raymond (Icogne 3.6.1916 / Espagne 1939), Kätz Karl , Kaufmann Alois (Horw 18.3.1912 / Lucerne 17.2.1947), Kaufmann Carlo (1897 / ?), Kaupp Wilhelm (Bâle 9.7.1904 / Zürich 27.5.1984), Kawa Joseph (Lodz PL 9.9.1914 / ?), Keck Max (Bâle 18.2.1900 / Genève 8.12.1939), Kellenberger Ernst (Rorschach 30.1.1913 / Madrid E 7.1.1937), Keller Emil (5.3.1908 / Espagne 1937), Keller Georg (Saint Gall 24.9.1913 / ?), Keller Max (5.3.1908 / Madrid E 19.12.1936), Kempf Adolf, Kennet Theodor, Ketter Hans, Keuch Theodor, Kienberger Wilhelm (Zürich 27.11.1912 / Espagne 1937?), Kille Albert (Saint Gall 31.12.1896 / ?), Kinzl Otto (18.12.1905 / Brunete E 15.7.1937), Knab Walter (Selzach 9.3.1911 / ?), Knecht Theodor (Wald ZH 1.6.1892 / Zürich 5.8.1942), Koch Werner (Zürich 8.7.1909 / Bâle10.8.1982), Kohler Albert (? / Espagne), Kohler Fritz (1920 / Espagne), Kohler Walter Rudolf (Bümpliz 25.3.1914 / Rüeggisberg 14.1.1986), Koller Hans (31.10.1914 / Belchite E 1.9.1937), Kormos Karl (Jarama 14.2.1937), Kramer Hermann (1907 / ?), Krebs Pietro (Bignasco 6.2.1915 / Winterthur 17.4.1988), Krieg Willy (16.11.1914 / Madrid Casa de Campo E 19.11.1936), Kropf Walter (Oberlangenegg 30.3.1918 / Delémont 20.7.1981), Krupinski Friedrich, Kummer Emil (Zürich 9.7.1911 / ?) Kurc Dworja (Grodno / ?) Kuritskes Georges (Zürich 1912 / ?), Kurzen Hans (Zürich 10.10.1910 / Unterseen 7.5.1977) Kürzi Alfred (Mulhouse F 7.2.1895 / ?) Kuster Paul (Zürich 12.1.1912 / ?)

    Lack Arnold (Olten 7.12.1903 / ?), Läubli Oskar (Zürich 26.6.1917 / ?), Landolf Georg (Saint Gall 8.6.1904 / 31.8.1954), Lang Ernst (Berne 26.8.1910 / Cordoba E 5.1937), Lanzini Riccardo (Arona I 4.11.1904 / Frankreich 1944), Lattmann Karl (Zürich 26.7.1912 / Guadalajara E 1.9.1937), Ledermann Hans (Berne 21.1.1914 / ?), Lehmann Hans (Grindelwald 17.7.1911 / Berne 23.4.1982), Lehmann Walter (Winterthur 16.3.1908 / ?), Lehr Paul (Rorschach 1.5.1901 / ?), Leonard Eduard (Linares E 16.11.1916 / ?), Leonhard Jakob (Zürich 11.2.1897 / Zürich 28.11.1973), Leuba Jean (Neuchâtel 5.7.1896 / ?), Leuenberger Robert (4.8.1910 / Villanueva de la Cañada E 7.1937), Livschitz Paul , Linggi Ernst alias "Johnny" (Kaiserstuhl 6.11.1915 / Zürich 17.12.1984), Livoni Bruno, Locatelli Paolo, Löffler Walter (16.8.1907 / ?), Löhrer Ulrich (Gossau 11.8.1916 / Zürich 24.2.1979), Lonati Aldo (Muzzano 5.12.1912 / Lugano 10.1.1988), Longchamp Pierre, Lösser Wilhelm (Tobel 25.5.1903 / ?), Ludovici Domenico (1884 / Genève 14.4.1950), Lüscher Hugo (Staffelbach 20.1.1911 / ?), Lusetti Enrico (Bellinzona 27.6.1913 / ?), Lussi Alois (21.4.1895 / ?), Lüthi Heinrich (Burgdorf 21.5.1912 / ?)

    Maag Ernst (Zürich 31.3.1905 / Zürich 28.8.1952), Maag Heinrich (Seebach 9.4.1900 / Zürich 22.12.1963), Maag Hermann (28.11.1907 / Zürich 30.3.1976), Maag Walter (Affoltern b. Zürich 30.6.1906 / Zürich 4.2.1996), Maestrini Francesco (Pregassona 14.3.1889 / Mendrisio), Maestrini Francesco jr. (14.5.1910 / ?), Maggi Pietro (Lopagno 11.6.1890 / Lugano 17.11.1976), Mahler Oskar (20.6.1911 / Espagne), Mangili Ulderico (Montagnola 4.7.1913 / Korsika), Mantovani Angelo (Pavie I 17.11.1902 / ?), Marbacher Joseph (Genève 5.7.1913 / ?), Marchetti Giuseppe (Varmo I 8.7.1906; ?), Marci Stefano (Landarenca 2.4.1910 / Olivone 25.5.1984), Maréchal Charles (Nyon 1.7.1916 / ?), Margadant-Richener, Klara Albertina (Coire 5.4.1906 / Coire 24.5.1992), Marthaler Hans (Zürich 4.1.1902 / ?), Martin August (Basel 21.12.1895 / ?), Martinoni Bruno (Orselina 30.10.1909 / Lucerne 8.3.1980), Maspoli Aldo (Mendrisio 11.10.1915 / Mendrisio 23.1.1986), Maspoli Luigi (Coldrerio 19.9.190 /; Teruel E 28.12.1936), Maspoli Stefano (? / Madrid E 7.1937), Masson Guy (Carouge 3.7.1892 / 13.10.1950), Mathyer Hans (Brienz 28.2.1913 / Genève 28.12.1959), Mathys Emil (Chandossel 2.2.1908 / Espagne), Matthey Liselotte (Graz Oe 30.5.1911 / Zürich 25.4.1997), Matthys Edwin (Soleure 1915 / Brunete E 7.1937), Mattson Ernst (1905 / ?), Maurer Karl (Ingenbohl 9.1.1906 / Teruel 1.1938), Mauser Karl (1901 / ?), Medici Enrico (Mendrisio 27.12.1910 / Ebre E 7.1938), Meier Ernst (14.9.1908 / Espagne 5.1938), Meier Ulrich (Zürich 7.4.1914 / ?), Meraldi Florindo (Ascona 5.9.1913 / ?), Merz Anton (Teschen Tschechei 23.2.1910 / Ssenosero Fin 25.8.1944), Messmer Jakob (Feuerthalen 20.8.1906 / Zürich 10.4.1988), Mettler Alois (Coire 7.8.1914 / Saint Gall 26.2.1987), Mettler Wilfried (Coire 22.4.1918 / Saint Gall 26.4.1974), Meuwly Wilhelm (Bösingen-Tuftera 16.9.1914 / ?), Meyer Henri (Belfaux 16.1.1917 / ?), Meyer Walter (Langenthal 2.12.1901 / Zürich 15.1.1983), Meyer-Mändly Marie-Léonie  alias "Lily" (Payerne 26.11.1896 / ?), Michel Eduard (Unterseen 27.10.1915 / ?), Michel Hans (Ringgenberg 16.8.1912 / Berne 14.4.1958), Mignani Arturo (20.8.1905 / ?), Minnig Albert (Yverdon 10.7.1911 / Yverdon 15.6.1968), Mischler Ernst (Küttigen 20.7.1909 / Zollikon 4.7.1972), Moll Herbert (Saint Gall 29.6.1915 / Chermignon 15.2.1971), Mombelli Giuseppe (Stabio 21.9.1913 / Gandesa E 16.9.1938), Monachon Robert (Lausanne 29.4.1913 / Morrens 28.4.1990), Monighetti Charles (Lausanne 12.8.1907 / Thônex 12.3.1994), Monnet René (Neuchâtel 10.5.1907 / ?), Monnier Jean-Marie (Corsier 12.12.1900 / ?), Moor Karl (Ludwigshafen D 16.5.1906 / Espagne), Mordasini Luigi (Crana / ?), Mordasini Vittore (Tenero 1.4.1917 / ?), Morenzoni Eolo (Lugano 12.11.1920), Moser Wilfried (Zürich 10.6.1914 / Zürich 19.12.1997), Motta Adamastore (Montichiari I 19.8.1900 / ?), Muggli Otto, Muggli Richard (Zürich 3.7.1915; Tardienta E 13.4.1937), Müller Alice (Basel 18.7.1913), Müller Anton (Näfels 25.8.1910 / Lachen 6.11.1940), Müller Ernst Rudolf (Bern 1903 / ?), Müller Hans (3.2.1905 / Espagne 1938 ?), Müller Hans Ulrich (Berlin D 1.7.1908 / Zürich 18.10.1972), Müller Karl (15.4.1905 / Espagne), Müller Max (Rickenbach bei Winterthur 1.8.1911 / ?), Müller Paul (Bâle11.6.1908 / Bâle 30.1.1984), Müller Wilhelm, Mullinger Erich (? / Espagne), Münger Edgar (Ostermundigen 23.10.1912 / Caspe E 1.4.1938), Mussard Charles (Genève 1.2.1915 / Londres 1992),

    Naimark Heinrich (Zürich 18.1.1914 / ?), Nebel René (Aesch 4.1.1913 / Zollikon 20.8.1994), Nef Werner (Lindau D 6.4.1902 / Roda de Barà E 25.8.1980), Nesa Giovanni alias "Romeo" (Lugaggia 12.6.1912 / Lugaggia 31.12.1990), Neuenschwander Alois (Bienne 31.7.1913 / La Chaux-de-Fonds 6.5.1975), Niemann Luis (Barcelone 1912 / ?), Nier Wilhelm (? / Espagne), Nobs Pierre (Neuchâtel 18.9.1898 / Paris 3.6.1957), Nordheim Günther (? / Espagne), Nullmeyer Erich (19.1.1901/ ?), Nüssler Hans (Bonaduz 14.1.1912 / Berne 24.12.1982),

    Oberson Jules (Estévenens 16.1.1916 / ?), Obolo Giacomo "Mancini" (Fermo I 25.9.1891 / ?), Ossola Carlo (Audun-le-Roman F 8.9.1908 / ?)

    Page Marcel (Stuttgart 1.10.1912 / ?), Pansera Antonio (Brigue 1903 / ?), Paroni Emilio (Piazzogna 18.11.1910 / Ginestar E 15.9.1938), Pasche Louis (Vernex-Dessus 7.10.1900 / ?), Pasini Giulio (Mercato Saraceno I 1.10.1900 / Madrid 18.10.1936), Passerini Eduard (Sion 29.3.1916 / Lausanne 10.1.1996), Paul Walter (2.10.1908 / ?), Penati Alfredo (Bienne 13.7.1908 / ?), Perdrisat Gustave (Onnens 30.7.1909 / Genève 27.12.1977), Perin Fausto (Wädenswil 5.7.1916 / ?), Perrot Max (Berne 8.9.1906 / Berne 3.12.1983), Peter Albert (Esslingen am Neckar D 7.4.1905 / Riehen 4.11.1971), Petit Henri (Crissier 26.2.1913 / Lausanne 28.4.1992), Petrie Othon (Genève 1.1.1902; ?), Pfeiffer Hans (Winterthur / Espagne 1938), Pfister Otto (Küsnacht 14.8.1905 / Bâle 28.11.1968), Pflüger Eduard (Bâle 14.3.1915 / Bâle 9.2.1994), Piazzini Angelo (9.6.1893 / Espagne), Pierrehumbert Ernest (Fleurier 5.6.1912 / ?), Pierrehumbert René (Neuchâtel 14.4.1910 / ?), Pini Primo (S. Nazzaro 25.7.1913 / Caspe E 6.3.1938), Pochon Pierre (Saint-Blaise 3.4.1919 / Fribourg 3.4.1974), Pohomy Erwin (? / Espagne), Poletti Pietro (Lamone I 11.12.1900 / Guadalajara E 11.3.1937), Polo Guido (4.11.1910 / Zürich 25.7.1979), Pomeranz Samuel (Bâle 11.3.1910 / Rio de Janeiro 29.10.1954), Porchet Adrien (Genève 14.10.1907 / ?), Porlezza Giuseppe (Torricella-Taverne 15.7.1910 / Riva S. Vitale 18.1.1976), Pottiez Gérard (2.11.1909 / ?), Probst Eduard (Basel 3.12.1909 / Allschwil 10.10.1983), Pulfer Alfred (Burgistein 29.8.1892 / Wallisellen 29.10.1969), Pulver Albert (Wattenwil 3.10.1912 / ?), Pulver Arnold (Wattenwil 18.7.1908 / Stabio 7.1.1997), Pulver Werner (Berne 6.6.1901 / Zürich 21.1.1981),

    Rähmi Ernst (Affoltern b. Zürich 4.9.1910 / Bâle 9.4.1967), Ranft Eugen (Bâle 9.10.1901 / ?), Räss Jean (Vitry-le-François F 20.9.1913 / ?), Rast Emil (Zürich 8.12.1912 / Arth 28.6.1983), Rauss Louis (Fribourg 4.5.1908 / Fribourg 2.5.1968), Renard Marcel (Bienne 23.1.1912 / ?), Reymond Lucien (Burtigny 9.4.1912 / ?), Reymond Pierre (Basel 1907 / ?), Reynaud Otto (Neuchâtel 14.3.1907 / Yverdon 26.9.1963), Rhein Karl (Birsfelden 6.1.1917 / Bâle 10.9.2006), Richiger Willy (10.1.1913 / Espagne 1938), Rieffly Paul (Zürich 15.7.1903 / ?), Risler Margrit (1919 / ?), Risler Robert (Zürich 22.2.1912 / Zürich 13.4.2005), Ritter Franz (Flums 30.5.1914 / Zürich 12.4.1984), Rizzi Gaspare (Omegna I 19.3.1898 / Madrid E 23.11.1936), Robert-Nicoud John-Albert (LeLocle 24.7.1913 / Espagne 1937 ?), Robert-Nicoud Oscar Ali (Les Brenets 18.1.1916 / Spanien 9.1937), Roch Emile (Yverdon 4.4.1914 / ?), Rod Marguerite (1896 / ?), Rodi W. (1909 / ?), Rodoni Miro (Biasca 22.4.1909 / Albacete E 16.5.1937), Rohner Adolf (Emmishofen am Rhein 18.3.1907 / Zürich 30.4.1990), Roland Louis (? / Espagne), Romagnoli Primo (Cesena I 22.11.1911 / Ebre E 7.12.1938), Romoser Karl (1905 / Barcelona 28.4.1938), Röschli Karl (Zürich 21.1.1905 / ?), Roschi Louis (L'Auberson 26.12.1910 / 7.2.1976), Rossi Numa (Biasca 26.11.1907 / Madrid E 26.11.1936), Roth Hans (Worb 14.11.1911 / Espagne 5.1938), Roth Johann (Saint Gall 9.8.1902 / Rheinau 28.10.1971), Roth Otto (Worb 24.7.1908 / Ebre E 7. oder 8.1938), Rothenbühler Oscar (Berne 26.11.1911 / ?), Roubaty Benjamin (22.7.1907 / ?), Roulin Edouard (Lausanne 6.8.1910 / Lausanne 12.11.1963), Ruchti Eduard (Steffisburg 30.6.1913 / Meilen 27.7.2001), Rüegg Friedrich (Wald ZH 10.3.1915 / Wald ZH 30.4.1976), Ryf Charles (Tramelan-Dessus 2.2.1890 / Zürich 20.6.1968),

    Sabatini Antonio (Narni I 27.9.1902 / Zürich 31.10.1988), Salamin Raymond (Veyras-sur-Sierre 26.4.1912 / Thônex 19.6.1955), Salati Vinicio (Paradiso 1908 / Lugano 27.10.1994), Salvetti Lorenzo (24.10.1908 / Bâle 27.12.1980), Saner Ernst (Lohn 20.4.1911 / Tardienta E 29.4.1937), Sangiorgio Mario (Sesto S. Giovanni I 30.5.1897 / Bresso I 14.11.1976), Santi Luigi (17.11.1906 / Ebre 8.1938), Sassi Adelcisio (Arogno 29.12.1907 / Viganello 11.5.1983), Savio Giovanni (Turin 15.6.1901 / ?), Schacht Ernst (Bâle 14.4.1904 / URSS 23.2.1942), Schadegg Max (Zürich 4.4.1908 / ?), Schadegg Walter (12.12.1916 / Jarama E 19.2.1937), Schäfer Franz (Hochwald 18.2.1917 / ?), Schäfer Karl (? / Guadalajara E 3.1937), Schäfer Otto (Bâle 7.10.1916 / ?), Schäfer Wilhelm (Basel 2.2.1911 / Morata de Tajuña E 12.2.1937), Schärer Ernst (12.7.1899 / Espagne 3.1938), Schärrer Robert (Le Locle 14.8.1917 / ?), Schaub Oskar (Zürich 22.2.1903 / ?), Schaufelberger Otto (Wald 12.12.1896 / Boudry 15.11.1948), Scheidegger Albert (Berne 26.7.1914 / Belchite E 3 ou 4.1938), Scherrer August (Rorschach 4.2.1903 / Grabs 27.4.1989), Schibli Gottfried (Zürich 6.9.1907 / Murcie E 24.6.1937), Schief Albert (Zürich 14.7.1906 / ?),  Schira Emile (Vernier 17.3.1912 / Locarno 18.11.1981), Schira Giovanni (Bordeaux F 17.8.1900 / ?), Schläfli Leonardo (30.7.1910 / Guadalajara E 3.1937), Schlaginhaufen Hugo (Kesswil 22.3.1912 / Zürich 3.7.1991), Schleicher Otto (Happerswil 7.3.1893 / ?), Schluchter Jean (Zweisimmen 22.2.1918 / ?), Schmid August (2.8.1910 / Brunete E 7.1937), Schmid Konrad (Rickenbach TG 16.2.1911 / ?), Schmid Wilhelm (Winterthur 24.11.1915 / ?), Schmidli Emil (Saint Gall 14.11.1914 / St. Gallen 12.7.1992), Schmidt Konrad (Bâle 16.5.1917 / Calpe ?), Schmitt Heinrich (Zürich / ?), Schneeberger Johann (Berne 30.3.1897 / ?), Schneider Franz (Steckborn 13.1.1911 / Baden D 3.6.1943), Schneider Hermann (24.6.1897 / ?), Schneider Matthes, Schnitzler Josef (Liestal 7.2.1912 / ?), Schoder Joseph (Walenstadt 3.6.1916 / Barcelone E 4.1938), Scholl Philipp (1897 / ?), Schori Hermann (Zimmersrode D 23.9.1911 / Zürich 20.2.1979), Schrämli Jakob (Henau 10.2.1889 / ?), Schreyer Gottfried (Gals 25.3.1895 / ?), Schroeter Henry (Estavayer-le-Gibloux, 5.11.1897 / Arganda/Jarama E 11.2.1937), Schuler Friedrich (Giessen D 24.9.1916 / Espagne 1.4.1938), Schultheiss Arthur (Zürich 27.5.1916 / ?), Schulz-Gmür Zita (Zürich 27.5.1917 / Zürich 20.11.2007), Schumacher Martin (Lucerne 2.2.1899 ( Espagne 4.1938), Schweizer Alfred (Bâle 30.5.1911 / Bâle 19.1.1974), Schwetz Karl (Ramlinsburg 15.9.1894 / ?), Schwitzguebel René (8.2.1898 / ?), Scola Attilio (Affi I 14.1.1914 / ?), Segalla Domenico (Rovini (Croatie) 24.2.1902 / ?), Senn Adolf (Zürich 18.6.1896 / Küssnacht 20.9.1942), Sennhauser Edouard (Zürich 31.1.1899 / Uster 1.12.1950), Sevestre Jules (Annemasse F 24.2.1896 / ?), Seyfried Richard (Winterthur 10.3.1909 / Morata de Tajuña E 14.2.1937), Siebel Karl , Siegrist Georg (Belp 24.9.1914 / Espagne), Sigg Hermann (Zürich 22.4.1905 / Castellón E 26.1.1978), Signorell Mario (Pazzallo 16.9.1914 / Madrid E 17.12.1936), Simmen Hans (Madrid 19.2.1903 / Lausanne 12.8.1941), Slether Leo (Lugano / Teruel E Décembre 1937 ou janvier 1938), Soguel "Piquard" Henri (Les Hauts Geneveys 6.11.1909 / Leysin 24.3.1958), Solgado Edoardo (1907 / ?), Sonderegger René (Heiden 1899 / Espagne), Sonner Robert (Zürich 24.5.1896 / ?), Souchon Marius ( /; Madrid 16.1.1937), Spirig Karl (Basel 19.12.1911 / Ebre août 1938), Stäheli Hans (1904 / Teruel E 2.1937), Staub Arnold, Staub Fritz (Bauma 8.12.1899 / ?), Stauffer Ernst (Nidau 13.12.1914; ?), Stauffer Hermann (Nidau 13.12.1915 / Ebre 29.9.1938), Steffel Walter (24.11.1893 / ?), Steiner Hans, Stern Leopold (Saint Gall 3.4.1915 / Zürich 6.9.2006), Stocker Emmy, Stoll Joseph , Storz Georg (Coire 17.10.1906 / Uster 20.11.1981), Strauch Robert (Genève 29.4.1907 / ?), Straumann Ernst (Hüningen F 15.4.1905 / Riehen 4.2.1982), Strauss Hermann (Zürich 29.3.1903 / Madrid E 7.1.1937), Stuber Viktor (Schaffhouse 11.10.1906 / Espagne 1938), Stücheli Albert (Gossau SG 19.3.1906 / Zollikon 1.2.1973), Studer August (Bâle 15.8.1914 / Teruel E 3 ou 13 janvier 1937), Studer Walter (Bâle 25.8.1912 / ?), Stüssi Fritz (Hombrechtikon 10.4.1901 / Espagne 1938 ?), Suter Erwin (Saint Gall 19.7.1899 / Zürich 28.8.1955), Suter Wilhelm (Zürich 4.12.1908 / ?), Syz Heinrich (Horgen 30.1.1892 / Spreitenbach 8.9.1953),  Tanner Arnold (Lausanne 20.1.1913 / Balsa E 1.4.1938), Tanner Eugen (Zürich 30.9.1901 / ?), Tansk Heinz , Tedaldi Guido (Tenero 25.7.1909 / 3.7.1990), Tellenbach Ulrich (Zürich 12.2.1906 / ?), Terrol Sam , Terzi Enrico (Lugano 8.3.1914 / ?), Teubner Hans , Thalmann née Ensner Klara (Basel 24.9.1908 / ?), Thalmann Paul (30.9.1901 / ?), Thiel Reinhold (Neuchâtel 10.5.1910 / Dürrenäsch 4.9.1963), Thoma Hans (St. Gallen 12.4.1910 / Zürich 15.9.1962), Tinti Giuseppe (Imola I 23.10.1899 / ?), Troiani Alfredo (Grisons 16.9.1901 / France), Tross Paul (Saint-Prex 9.2.1913 / Zürich 3.12.2002), Tschäppeler Ernest, Tschopp Emil (Bâle 6.10.1913; Bâle 26.6.1947),

    Übrig Louis (Saint Gall 22.4.1907 / Dachau D 11.2.1939), Urech Karl (Bâle 2.6.1904 / Bâle 9.2.1972), Urich August (1.6.1910 / ?)

    Vallin Georges (Genève 3.11.1912 / ?), Vantin Victor (Kilchberg / ?), Vella Giovanni Battista (Vacallo 22.12.1912 / 1937), Viggiani Rocco (Tito di Potenza I 1915; Morata de Tajuña février 1937), Vigizzi Giovanni Battista (Locarno 14.8.1916 / Zürich 1.8.1976), Vignatelli Libero (Bâle 29.11.1911 / ?), Vogt Joseph (La Chaux-de-Fonds 18.6.1907 / Mai 1938), Volkart Walter (Zürich 24.1.1907 / Zollikon 20.5.1985), Von Arx Willi (Bienne 23.8.1915 / Valls/Tarragona E 17.11.1937), Von Känel Charles (Nyon 13.2.1916 / 24.10.1942), Vuillemin Albert (Vernier 1907 / Arganda/Jarama E 11.2.1937)

    Wagner Friedrich (Arbon 26.1.1912 / Los Angeles 2.4.1971), Wagner Fritz (Liestal 26.1.1901 / ?), Wagner Walter (Flawil 20.2.1913 / Burgdorf 19.6.2006), Walder Paul (Gossau 23.12.1897 / Zürich novembre 1980), Waldmeier-Kummerer Martha (Bâle 16.9.1912 / Bâle 26.5.2002), Walker Emil (Altdorf / Teruel E Januar 1937), Waller Anton (Büron 27.12.1902 / Zürich 16.4.1941), Walter Armin (Stässlingen 12.5.1910 / Zürich 29.10.1979), Walther Ernst (Wetzikon 25.7.1913 / Opfikon 19.5.1982), Walther Louis (Yverdon 30.5.1914 / Grandson 14.4.1988), Weber Alfred (Porrentruy 10.10.1911 / Lisbonne 7.12.1991), Weber Charles (Genève 13.9.1913 / Genève 29.7.1983), Weber Ernst (Oberrieden 1889 / ?), Weber Karl (19.6.1905 / Jarama E 14.2.1937), Weber Wilhelm (Basel 21.8.1910 / ?), Wegmann Johann (Winterthur 25.2.1916 / Espagne), Wei Jin (Sichuan 1904 / ?), Werner Fritz (Schaffhouse 13.4.1912 / Schaffhouse 1944), Werren Alfred (26.5.1905 / ?), Werz Johann (Winterthur 21.7.1909 / Espagne 11.6.1937), Widmann Willy, Widunic (Widonig) Karl (Thusis 5.6.1910 / 1994), Wiederkehr, Wieland Hans (1867 / ?), Wiener Albert (Zürich 19.1.1911 / Winterthur 16.10.1973), William Isaak (1904 / ?), Winkler Franz (Zürich 6.2.1912 / Las Rosas E 7.2.1937), Wintergerst Gisela (? / Espagne 1937), Wohlrath Gerhard , Wolf Heinrich (Bern 1914 / Locarno 23.7.1994), Wolf Josef , Wortmann Jakob , Wunderli Hans (Zürich-Seebach 29.7.1912 / ?), Wyss Ernst (Bâle 23.1.1909 / ?), Wyss Wilhelm (Coire 28.3.1920 / Küsnacht ),

    Zajadorf Dora (11.7.1913 / ?), Zanini Paul (Ibach 2.8.1900 / Adliswil 20.5.1986), Zanoli Guido (Piazzogna 22.2.1912 / France), Zazza Armando (Genazzano I 15.2.1915 / ?), Zbinden Friedrich (Herzogenbuchsee 17.10.1914 / Berne 13.9.1972), Zeller, Zemp Josef, Zenfert Carlos (Moutier 2.11.1916 / ?), Zimmermann Anton (4.7.1907 / ?) Zimmermann Oskar , Zipser Jacques, Zosso Meinrad (Fribourg 14.4.1908 / ?), Zufferey Hilaire (Chippis 8.10.1908 / Espagne), Zünd Ernst (Horw 11.7.1915 / Bâle 12.4.1973), Zurbrügg René (La Brévine 16.3.1898 / Genève 2.6.1985), Zweifel Vincenz (Zürich 1.4.1908 / Mendrisio 2.2.1982)

    Lien permanent Catégories : Histoire 8 commentaires
  • Guerre des cheffes ou débat politique, il faut choisir

    Imprimer

    D'abord " Pourquoi ", ensuite " avec qui "…

    La guerre des cheffes au PS français a titillé la " Julie ", qui s'est demandé si, par hasard ou par bonheur, elle ne pouvait pas avoir quelques effets, ou produire quelques dommages collatéraux au PS genevois, qui va devoir déterminer sa liste pou l'élection du Conseil d'Etat l'année prochaine, c'est-à-dire, très précisément, quelle femme pour accompagner Charles Beer. Question légitime, sans doute. Mais surtout, question secondaire. Parce que ce qui importe avant de savoir qui on présente, c'est de savoir pourquoi on la présente. " Pourquoi ", c'est-à-dire pour faire quoi ?. Pour quelle politique ? Seule la droite peut avoir besoin de ministres socialistes, de quelque genre qu'il ou elle soit, si c'est pour mener une politique de droite.


    De l'influence des querelles gauloises sur les choix allobroges

    On peut comprendre que les media les moins attentifs au contenu des débats politiques s'attachent à les réduire à des concurrences, des querelles ou des affrontements de personnes. On comprendrait moins bien, et on n'admettrait pas du tout, que les militants d'un parti de gauche cèdent à leur tour à ce tropisme. La pipolisation de la politique, c'est la dissolution du choix politique, comme l'illustrent les psychodrames du PS français, passé du combat pour l'égalité des droits au mimétisme des genres dans la guerre pour le pouvoir -ou son apparence. Comme dirait Gramsci, dans l'interrègne entre ce qui est mort (le PS créé par Mitterrand à Epinay) et ce qui peine à voir le jour (une nouvelle force de gauche), tout est possible -même le pire, ou le plus ridicule. On a beau remplacer les éléphants par des éléphantes, on reste chez les pachydermes. Il convient donc de rappeler aux socialistes (d'ailleurs, et d'ici) que la majorité politique qui doit nous importer le plus n'est ni parlementaire, ni gouvernementale, mais populaire, particulièrement dans un système de démocratie " semi-directe " (mais aussi dans toute autre forme de démocratie). Et qu'il ne sert à rien (ou à pas grand chose) d'être majoritaire au gouvernement si on ne l'est pas au parlement, et à pas grand chose (ou à rien) d'être majoritaire au parlement si on ne l'est pas dans l' " opinion publique ". Or nous ne le sommes pas. Ou plus. Il nous faut donc le devenir (ou le redevenir). Grâce à nos camarades français, on sait déjà comment se priver de toute possibilité d'y arriver. Les querelles de Gaulois peuvent éduquer les Helvètes. Et les Allobroges.

    Lien permanent Catégories : France 0 commentaire
  • Recours toujours…

    Imprimer

    Les radicaux zurichois veulent museler les organisations de défense de l'environnement ?

    Le retour des "Maquereaux des cimes blanches"


    L'un des objets fédéraux soumis au vote le 30 novembre est une initiative des radicaux zurichois, mollement soutenue par les radicaux suisses, visant à restreindre le droit de recours des associations et organisations de défense de l'environnement en matière de projets de construction. Le parlement a refusé de soutenir cette initiative et le Conseil fédéral, après une valse hésitation, a dû se rallier à cette position. L'initiative anti-écolos est, sans surprise, soutenue par les syndicats patronaux genevois, et par la droite de la droite, mais pas par tous les radicaux : lancée par les radicaux zurichois et soutenue par leurs copains valaisans, arrimés aux " maquereaux des cimes blanches " (propriétaires de remontées mécaniques et promoteurs de stations de ski) que dénonçait Chappaz, l'initiative a certes été avalisée par le parti suisse, mais elle est combattue par des " figures " du parti (Thierry Béguin, Gilles Petitpierre, René Rhinow, Christine Egerszegi, Dick Marty) et plusieurs sections cantonales, d'autres refusant de prendre position

    Silence, on bétonne !

    Le droit de recours contre des projets de construction et d'aménagement, ce droit que l'initiative radicale veut restreindre, n'est pas tombé du ciel : il est le produit de la lutte des organisations de défense de l'environnement, mais aussi de quelques somptueuses conneries des promoteurs et bétonneurs. Ce droit n'est d'ailleurs pas utilisé aveuglément : le Tribunal fédéral donne le plus souvent raison aux recourants. Les " recours abusifs " brandis par les initiants pour justifier leur volonté de restreindre le droit de recours sont exceptionnels. Devant le Tribunal fédéral, la grande majorité (61,2 %) des recours déposés entre 1996 et 2007 par des organisations de défense de l'environnement ont été gagnants lorsqu'ils sont allés jusqu'au bout de la procédure, d'autres étant retirés après accord entre les recourants et les promoteurs de projets contestés. Les organisations de protection de l'environnement ne se lancent pas au hasard, tête baissée et par pur esprit de sabotage, dans des recours hasardeux : lorsqu'elles recourent, c'est qu'elles ont de bonnes raisons de le faire et de bonnes raisons d'attendre une victoire juridique -autrement dit lorsque les projets qu'elles combattent sont illégaux. Et le plus souvent nuisibles.

    Lien permanent Catégories : Environnement, climat 4 commentaires
  • Objection de croissance

    Imprimer

    Samedi 29 novembre : " Journée sans achat "

    C'est le moment : la crise financière, la récession qu'elle pourrait provoquer, et même les milliers de milliards balancés dans les banques privées pour les sauver du naufrage, et sauver avec elles l'ensemble du système parasitaire (mais qu'on se refuse à réformer réellement, et donc profondément) pourraient, et devraient, susciter un changement des comportements individuels et collectifs de consommation. " Pourraient ", en réduisant les ressources consacrées à la consommation; " devraient ", en modifiant les modes et les critères de celle-ci. La " Journée sans achat " du 29 novembre est l'occasion, à quelques semaines des frénésies mercantiles de la fin d'année grégorienne, de s'interroger non seulement sur le sens de ces rites, mais aussi sur nos comportements le reste de l'année. Et sur ce qui provoque ces comportements : ni des besoins, ni même des désirs -mais des réflexes. De toute façon, rien ne ressemble plus à un chien de Pavlov que le consommateur occidental moyen.

    Cresco quia absurdum…

    Il faudrait aujourd'hui, déjà, trois planètes supplémentaires pour produire les ressources naturelles et stocker les déchets de la généralisation du niveau et du mode de vie moyens des Suisses à l'ensemble de la population du globe. Et si c'était le niveau et le mode de vie moyens des habitants des USA que l'on généralisait, ce seraient six planètes supplémentaires qu'il nous faudrait. Il se trouve en effet que si la " croissance " se voudrait continue à l'infini, le monde, lui, est contenu et fini. Or toute l'organisation économique et sociale de ce monde tourne autour du mythe de la croissance continue, et de l'objectif d'une croissance quantitative du produit intérieur brut, c'est-à-dire de la production, de la consommation et du gaspillage. Or, qu'est-ce que la " croissance " telle que la mesure le produit intérieur brut ? C'est, au sens littéral de l'expression, " n'importe quoi " : une amélioration du niveau de vie provoquant une dégradation de la qualité de vie; une augmentation des dépenses utiles autant que le coût d'une catastrophe naturelle ou humaine (une bonne guerre, ça peut vous relancer le PIB). Comme le rappelait Spinoza, on ne peut concevoir quoi que ce soit d'illimité (la " croissance ", par exemple…) dans un monde limité. Et notre monde est limité. Limité, et inégalitaire : un cinquième de la population mondiale consomme et gaspille plus des quatre cinquièmes des ressources du monde. Nous sommes de ce cinquième du monde, gras à lard érigeant autour de nos sociétés transformées en centres commerciaux de dérisoires barrières contre les quatre autres cinquièmes en priant qu'elles les retiendront, alors qu'elles ne font que nous y enfermer. Mais avec le Père Noël.

    Lien permanent Catégories : Economie 17 commentaires
  • Vaguelettes dans le marigot

    Imprimer

    Or donc, le vote sur l'initiative pour un " Cycle qui oriente ", lancée par le " Réseau école et laïcité " (REEL), et concurremment sur le contre-projet du gouvernement et du parlement, a été annulé (alors qu'il avait déjà commencé) par le Tribunal administratif, sur recours des initiants, fâchés de la présentation de leur initiative par le Conseil d'Etat dans la brochure détaillant les objets mis en votation cantonale. Et le marigot politique se met à clapoter, tous les batraciens du biotope (à quelques originaux près) coassant à la violation des droits populaires et au déni de démocratie, pas moins, les plus bruyants d'entre eux (comme l'UDC qui voit carrément la " démocratie en péril " et " la dictature à nos portes ") exigeant la démission collective du Conseil d'Etat. Dans cette histoire, tout le monde prend le citoyen pour un crétin décérébré : les initiants, en le supposant au garde-à-vous devant la parole du gouvernement; le gouvernement, en jouant désormais l'air de " on l'a pas fait exprès "; et les juges du TA, en annulant un vote déjà engagé parce qu'un texte ne se trouvait pas à la bonne page d'une brochure que pas grand monde ne lit. " Le Conseil d'Etat a gravement failli à son devoir d'information objective ", estiment les juges. Qui accusent le Conseil d'Etat d'avoir été partisan. Ce que tout gouvernement est par définition.

    De Clochemerle à Picrochole

    Heureuse République que celle, parvulissime et quérulente, qui devrait s'embraser pour un texte que presque personne n'a lu, et dont presque personne n'a ou n'aurait tenu compte pour prononcer son vote. Selon que l'on préférera le XVIe ou le XXe siècle, Rabelais ou Chevallier, on situera la querelle à Picrochole ou Clochemerle. Parce qu'à Genève, ça doit bien faire quelques décennies que les citoyens se contrefoutent des avis de leurs gouvernants lorsqu'un projet leur est soumis. Et qu'on espère bien n'en pas revenir à la situation monégasque 0ù vaticane, celle d'une microcratie où l'avis des gouvernés se doit d'être à l'unisson de celui des gouvernants. " Le Conseil d'Etat a voulu influencer les électeurs " en usant de termes " polémiques ", écrit le Tribunal administratif... La belle affaire ! vouloir " influencer les électeurs ", c'est ce que font les gouvernements depuis qu'il y a des gouvernements et des électeurs. Et user de termes " polémiques ", c'est ce que font les acteurs du débat politique depuis que débat politique il y a. Et c'est d'ailleurs ce qu'ont fait sitôt la décision du Tribunal administratif connue les initiants de REEL, l'UDC, le MCG... et le président du parti radical, tout frétillant d'envie de voir son Conseiller d'Etat préféré reprendre le département de l'Instruction publique. Et surtout quitter celui de l'action sociale. Parce qu'en période de crises financière, économique et sociale, être chargé de l'action sociale, c'est pas très porteur politiquement et électoralement. Surtout pour un parti à la limite du quorum et en passe de se faire bouffer par son grand frère libéral.

    Lien permanent Catégories : Genève 5 commentaires
  • A propos de la " libre circulation "

    Imprimer

    A propos de la " libre circulation "

    On votera donc l'année prochaine, une fois de plus, et avec grosso modo la même configuration politique que la fois précédente, sur la " libre circulation " et son extension. La même configuration politique, c'est-à-dire la droite radicale et libérale, le centre-démocrate chrétien, la gauche socialiste, alternative et verte, les organisations patronales et les syndicats pour le " oui ", contre l'UDC, les petites organisations d'extrême-droite, l'ASIN et quelques groupes d'extrême-gauche, appelant à voter " non ". Les arguments n'ont changé dans aucun des deux camps, et dans aucune de leurs composantes (quoique l'UDC se soit livré à un exercice assez périlleux de retournement de veste, changeant trois fois de position en quelques mois, pour finalement retrouver sa position initiale, celle du refus). Au delà de la question posée par le vote de 2009, c'est bien celle de la réponse à donner à la mondialisation capitaliste : une réponse par la protection nationale, ou une réponse par la lutte internationale.

    " Les frontières, on s'en fout ! "

    Il n'y a pas de réponse nationale à la mondialisation capitaliste, pas plus qu'il n'y avait de réponse féodale à la révolution industrielle : le repli à l'intérieur des frontières, le retour au cloisonnement national, l'usage purement défensif, quand il n'est pas fétichiste, des instruments de l'Etat-nation, sont non seulement inefficaces, mais également, et au sens propre du terme, réactionnaires. A la globalisation et à la mondialisation capitalistes, nous n'avons pas à opposer l'enfermement national, pas plus que les socialistes du XIXème siècle n'opposaient à la révolution industrielle le retour aux institutions féodales, mais l'internationalisme, la solidarité internationale, l'élargissement du processus de décision à l'ensemble des nations, et la généralisation à l'ensemble des personnes et des peuples des droits fondamentaux conquis (fût-ce partiellement et précairement) dans notre partie du monde -droits qu'il convient en outre de renforcer et d'élargir ici-même. C'est en tant qu'elle est négatrice de ces droits que nous combattons la globalisation capitaliste, et c'est pour élargir ces droits que nous y opposons notre propre internationalisme. Mais si le mouvement socialiste est fondé sur l'internationalisme, et sur l'exigence de la solidarité internationale, son pluralisme a permis l'expression en son sein ou à ses marges de conceptions fort éloignées de ces exigences. Ces conceptions défensives, nationalistes, isolationnistes, conservatrices, perdurent. La mondialisation capitaliste leur a même redonné, en même temps qu'un vernis de " résistance ", des forces et une audience nouvelles -sans leur donner plus de pertinence qu'elles n'en eurent jamais. Nous avons à nous en défaire, et à les combattre.

    Lien permanent Catégories : Immigration 29 commentaires
  • Imprescriptibilité des actes de pornographie enfantine : Une promesse impossible à tenir

    Imprimer

    Au moins 340 enfants sont abusés chaque année en Suisse. Au moins, car il ne s'agit-là que des cas dénoncés. S'y ajoutent tous les actes celés dans le secret des familles, la honte des victimes, l'impunité des coupables. Jusqu'à ce que, des années plus tard, la vérité -ou ce que l'on croit l'être- se fraie un chemin dans l'opacité des amnésies volontaires. L'initiative pour l'imprescriptibilité des actes de pornographie enfantine naît de ce constat : il faut du temps pour trouver les mots, et les prononcer à voix haute. Combien de temps ? Toute la question est là : autant de temps qu'il faudra, jusqu'à la mort du coupable présumé, dit l'initiative. trente-trois ans, dit le contre-projet. Si légitime que soient les motivations de ses auteurs, l'initiative a bien des défauts. Notamment celui de définir le délai de prescription non en fonction de l'âge de la victime, mais du moment de sa puberté ; celle-ci survenant à des âges variant selon les personnes, et plus tôt chez les filles que chez les garçons, deux enfants de même âge victimes du même genre d'actes seraient traités inégalement si le premier était impubère et le second pubère. Et des actes sexuels commis sur une fille réglée de douze ans pourraient être prescrits, alors que ceux commis sur un garçon du même âge seraient imprescriptibles. Violenter une fille, serait-ce un crime moins grave que celui de violenter un garçon ?

    UN crime ou LE crime ?

    Comment faire droit à l'exigence de justice des décennies après qu'un crime ait été commis ? Les juges sont déjà confrontés dans l'état actuel du droit (la victime peut déposer plainte jusqu'à l'âge de 25 ans) à d'innombrables obstacles : absence de preuves matérielles, témoignages indirects sollicités, actes difficiles à situer dans le temps et l'espace, victimes fragilisées, contexte familiaux conflictuels avec règlements de compte à la clef... plus l'affaire est ancienne, moins elle a de chance d'aboutir : la victime ne peut pas obtenir la condamnation du coupable, et si la personne accusée est innocente, l'accusation, même levée, l'aura salie durablement. Il faut certes donner aux victimes la possibilité de saisir la justice lorsqu'elles s'en sentent capables, mais il faut aussi que la justice (si on y croit) puisse passer -et elle ne peut passer dans l'impossibilité de prouver la véracité (ou la fausseté) des accusations. La proposition de l'imprescriptibilité fait aux victimes une promesse qui ne peut être tenue : celle de pouvoir être reconnues comme victimes par un jugement qui dans le même temps reconnaîtrait le coupable comme tel, même des décennies après les actes commis. Cette promesse est rendue illusoire par le passage du temps, et la dilution des preuves. Et la procédure s'achèvera le plus souvent par un non-lieu faute de preuves, c'est-à-dire, pour les victimes, un déni de justice. Et puis, l'imprescriptibilité des crimes de " pornographie enfantine " introduit une confusion inacceptable. Le seul crime imprescriptible en droit est, et doit rester, celui de génocide. Le crime des crimes, LE crime majuscule, irréductible à tout autre. Si odieux soit-il, un acte pédophile n'est pas un génocide. C'est un crime, pas LE crime.

    Lien permanent Catégories : Justice 2 commentaires
  • Le PS, combien de divisions ?

    Imprimer

    La Conjuration des egos

    Le Congrès de Reims du PS français s'est achevé dans la confusion et le ridicule : le parti n'a réussi ni à se doter d'une direction, ni à adopter une ligne politique claire, ni à donner de lui-même l'image d'une force détentrice d'une alternative politique et d'un projet économique. Sur ce bilan, au moins, les porte-paroles plus ou moins autorisés de chacun des clans (on n'est même plus dans une confrontation de tendances politiques, pas grand chose ne séparant sur le fond les protagonistes du conflit interne) tombent d'accord : c'est " le plus mauvais congrès depuis vingt ans " pour le " delanoïste " Pierre Moscovici, et ce devrait être le " des der " des congrès de ce genre, pour le " royaliste " Gaëtan Gorce... Depuis 1971, les statuts du PS, adoptés pour constituer un grand parti de gauche en additionnant des composantes historiquement et idéologiquement contradictoires font fonctionner le PS selon un mode byzantin totalement déconnecté des réalités sociales et politiques du pays. Résultat : en 2008, le PS n'est plus un parti politique mais une addition d' " écuries " présidentielles et gouvernementales putatives, un office de placement et de recrutement de dirigeants obnubilés par leurs carrières personnelles, une mosaïque de clans d'autant plus opposés les uns aux autres que pas grand chose ne les distingue programmatiquement.

    Autodissolution

    Pour prendre le PS français, Ségolène Royal (qui a fait l'impasse sur le congrès et s'adresse à la base en contournant les structures) avait lancé une " consultation " auprès des adhérents du parti, en leur posant dix questions. De bonnes questions parfois (pas toujours), quelles que puissent être les réponses qu'on leur donne, réponses d'ailleurs souvent induites par les questions elles-mêmes :
    - Comment " sortir du fossé entre un discours pseudo-révolutionnaire dans l'opposition et un conformisme économique au pouvoir "?
    - " comment produire et répartir autrement la richesse ? "
    - " Que reprendre des modèles progressistes des autres pays, et que rejeter ? "
    - Comment " pousser l'agilité des entreprises, le goût du risque et l'esprit d'entreprendre, tout en améliorant la situation des salariés et leurs sécurités sociales " ?
    - " Quels contre-pouvoirs dans l'entreprise ? "
    - " Comment rompre avec la redistribution passive et bureaucratique comme principal moyen de s'attaquer aux injustice sociales ? "
    - " Comment améliorer le projet européen pour ne pas oublier les intérêts des peuples et des pays ? "
    - Comment " protéger les peuples du Nord de la concurrence internationale sans que les peuples du Sud ne soient victimes du protectionnisme "?
    - " Quel nouveau modèle de développement pour assurer la sauvegarde écologique de la planète " ?
    - Comment " intégrer toutes les nouvelles formes de militantisme et d'engagement citoyen " ?
    Bon, on ne vas pas ici cultiver d'excessives illusions sur les réponses que la majorité des socialistes (français ou suisses ou genevois) pourraient donner à de telles questions - On est dans des partis social-démocrates, pas à la CNT-FAI. Et à ces questions le PS français n'a donné à Reims aucune réponse. Il a seulement répondu à une question posée par Jean-François Kahn : faut-il dissoudre le PS ? On s'en charge, ont répondu chefs et cheffes de clans.

    Lien permanent Catégories : Politique 11 commentaires
  • Une usine à gaz en crise

    Imprimer

    FASe ultime ?

    La FASe (fondation pour l'animation socioculturelle, qui regroupe les maisons de quartiers, centres de loisirs, jardins Robinson etc...) est en crise financière : la subvention qu'elle reçoit du canton pour 2008 (et qui n'a pas bougé depuis 2007) ne couvre pas le coût des mécanismes salariaux qu'elle doit honorer, par référence à ceux de la fonction publique. Or la Fondation n'a pratiquement pas d'autre source de financement que les subventions publiques -et si celles-ci sont insuffisantes, le budget est déficitaire. Pour couvrir ce déficit (417'000 francs pour 2008) et assumer ses obligations d'employeur, la FASE espérait pouvoir obtenir du Fonds d'équipement communal (FEC) un coup de pouce, mais le canton s'y est opposé (alors qu'il avait imposé une ponction de plusieurs millions sur le même FEC pour payer les dettes de la fondation (privée) du stade de la Praille -on a les priorités qu'on mérite). On vous passe les péripéties suivantes, pour en arriver à la situation actuelle : le canton est d'accord de renflouer la FASe, à condition que les collectivités publiques détiennent désormais la majorité au sein du Conseil de fondation. La FASe n'était pas un modèle d'efficacité, sa conception même, et son histoire, la faisait furieusement ressembler à une usine à gaz -mais autogérée. L'usine à gaz est en voie de nationalisation. Reste à savoir à quoi elle va servir.

    Repenser la FASe

    Plus profondément qu'à une crise financière, c'est à une crise et à la contradiction de ses objectifs qu'est confrontée la FASe. Comme son nom l'indique, la fondation a été créée pour assurer l'animation socioculturelle. Sa charte de 1993, signée par le canton les communes, les associations et le personnel, fixe deux axes " indissociables " à son travail : l'action associative et socioculturelle et l'action éducative. Jusque là, tout est possible. Mais le temps passant, et les sensibilités sociales et politiques évoluant, on a ajouté à ces missions initiales des objectifs sécuritaires (de prévention de la délinquance) qui peuvent difficilement être considérés comme " indissociables " de l'action socioculturelle (autant confier la responsabilité de l'école et de la police au même département ministériel). L'animation socioculturelle n'a pas pour finalité la prévention de la délinquance, la réinsertion des délinquants, et moins encore leur " rééducation ". Attribuer à la même institution (la FASe) des missions aussi contradictoires que l'animation et la réinsertion, c'est la condamner à n'en remplir aucune. Et faire de la FASe l'employeur d'animateurs socio-culturels, de moniteurs de jardins Robinson ou de centre aérés en même temps que de travailleurs sociaux hors-murs, c'est la charger de responsabilités qu'elle n'a pas les moyens d'assumer. Ou la contraindre à choisir d'entre les deux missions contradictoires qu'on lui assigne, celle à laquelle elle va devoir renoncer pour pouvoir assumer l'autre. Autant dire que la crise que traverse la FASe ne devrait pas seulement aboutir à une décision prise dans l'urgence, parce qu'indispensable, de la renflouer financièrement, quitte à y " prendre le pouvoir ", mais aussi à une redéfinition de ses missions.

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • I'm a poor lonesome agrarian…

    Imprimer

    Démission de Samuel Schmid :
    I'm a poor lonesome agrarian…


    Samuel Schmid, que plus grand monde ne soutenait (fût-ce pour emmerder l'UDC), mais que tout le monde (même l'UDC) fait semblant de pleurer, a donc démissionné de son poste de Conseiller fédéral. Une démission qui ne va pas changer grand chose au paysage politique suisse, sinon qu'un Conseiller fédéral ex-UDC sera, selon toute vraisemblance, remplacé par un Conseiller fédéral UDC, nul à l'exception des Verts (et le PS pas plus que la droite) ne faisant semblant de remettre en cause une " concordance " gouvernementale sans autre programme que celui d'additionner au Conseil fédéral des représentants des principaux partis politiques (sauf, encore, les Verts). Le PDC annonce d'un côté (Schwaller) qu'il votera, le cas échéant, pour le second couteau de Blocher, Ueli Maurer, et de l'autre côté (Darbellay) qu'il ne votera que pour un candidat qui défendra " pleinement " les bilatérales, alors que tel n'est pas précisément le cas de Maurer. Les radicaux font observer que le parlement est " libre d'élire qui il veut ". Les Verts envisagent certes de présenter une candidature, mais leurs chances sont à peu près nulles, et le PDC ne menace de présenter un candidat que si l'UDC ne présente que Blocher seul. Quant au président du PS, Christian Levrat, il déclare que " le candidat doit se reconnaître dans l'Etat de droit, respecter scrupuleusement la séparation des pouvoirs, les engagements internationaux et les règles du jeu ". De quel jeu ?  Celui d'une " concordance " dont on n'avait pas perçu qu'elle soit si avantageuse pour le PS qu'il lui faille s'y accrocher et y accrocher ses adversaires.

    Parricide mou

    Tout le monde (ou presque, les Verts faisant tache) est d'accord : l'UDC a le " droit arithmétique de briguer la succession de Samuel Schmid ", comme dit Christian Levrat. Qu'est-ce qu'un " droit arithmétique " vient faire dans ce qui devrait relever d'un choix politique ? Le " droit arithmétique ", c'est ce dans quoi on se réfugie quand on est incapable de faire un choix. Un seul homme peut donc apparemment éviter le retour de l'UDC au Conseil fédéral : Christoph Blocher. En présentant sa candidature, et en la faisant accepter comme candidature unique par un parti à sa botte, il manifesterait clairement la volonté de l'UDC de camper dans la forteresse " oppositionnelle " dans laquelle elle s'est réfugiée. Ou son incapacité d'en sortir D'ailleurs, le groupe parlementaire UDC l'a si bien compris qu'il a refusé en septembre dernier de faire du Pithécanthrope son unique candidat à la succession de Schmid. N'est pas le chaînon manquant qui veut. De toutes façon, un (ou une ?) UDC sera élu(e), ne serait-ce que pour féliciter l'UDC d'avoir enfin réussi à résoudre son complexe d'Oedipe. En " tuant le père ". Dans un parricide mou, bien helvétique, qui fera plaisir à tout le monde en ne changeant rien à rien, ni à la politique du gouvernement, ni à celle de l'UDC.

    Lien permanent Catégories : Politique 24 commentaires
  • L'école de Pépé ou l'école de Papa ?

    Imprimer

    Votation cantonale sur le Cycle d'Orientation :
    L'école de Pépé ou l'école de Papa ?


    On votera le 30 novembre prochain sur le Cycle d'Orientation. On aura le choix entre une initiative réactionnaire et un contre-projet centriste, le Grand Conseil ayant adopté à l'unanimité un contre-projet, proposé par le Conseil d'Etat, aux deux initiatives contradictoires (une de gauche, une de droite) sur le Cycle d'Orientation, les deux initiatives étant donc condamnées soit à se mesurer l'une après l'autre au contre-projet gouvernemental (si celui passe le vote du 30 novembre), soit à se mesurer l'une à l'autre l'année prochaine (si l'initiative réac est acceptée). Et c'est d'ailleurs là que se trouve la principale qualité du contre-projet : être le moyen de se débarrasser d'une initiative (celle de REEL) qui ressemble furieusement à une machine à remonter le temps. Choisir entre l'initiative de REEL et le contre-projet, c'est un peu choisir entre le Cycle d'Orientation d'il y a plus de quarante ans, celui des débuts, et le Cycle d'Orientation d'aujourd'hui, un peu (pas trop) rénové. En soutenant le contre-projet dans dix jours, on évacue le risque d'un retour en arrière. Pour aller de l'avant, on attendra 2009, et le vote sur l'initiative de la Coordination enseignement.

    Cycle d'Orientation ou de sélection ?

    A ma gauche, une initiative proposant l' " hétérogénéité " de l'école moyenne; à ma droite, une initiative qui en revient à une sélection précoce et rigide, réintroduit les notes de " comportement " et ressuscite une filière ghetto pour les élèves en difficulté. Au centre, un contre-projet gouvernemental qui refuse à la fois l' " hétérogénéité " prônée par la gauche et la sélection exclusive prônée par l'initiative réac. Dire que le choix du 30 novembre nous enthousiasme serait excessif. Mais enfin : ce choix est d'abord un choix tactique : vaut-il mieux que l'initiative de gauche soit opposée en 2009 à celle de REEL ou au contre-projet du Conseil d'Etat et du parlement ? Nous en tenons pour le contre-projet parce qu'à le comparer à l'initiative, il dessine une " école moyenne " acceptable. Sans plus. Mais avec un peu plus de moyens. Le contre-projet " rénove " prudemment le Cycle d'Orientation, sans en changer grand chose. Le changement, c'est l'initiative " de gauche " qui le propose. Coût de la réforme proposée par le Conseil d'Etat et le Grand Conseil : une paille, 32 millions, pour engager 244 professeurs et ouvrir 80 classes supplémentaires. Devoir choisir entre l'école de pépé prônée par REEL et l'école de Papa rénovée par le contre-projet ne nous fait pas bondir d'admiration devant la qualité du choix proposé, mais quand on sera débarrassé des propositions les plus réactionnaires (celles de REEL), on pourra commencer à débattre sérieusement des nôtres. Et commencer à se battre pour qu'elles soient acceptées l'année prochaine. En clair : le contre-projet fait le ménage en balayant une grosse poussière. Au pays de la putze, on peut se résigner, temporairement, à ce retour aux traditions.

    Lien permanent Catégories : Genève 17 commentaires
  • L'Exode des uns, les jérémiades des autres

    Imprimer

    Panique en Suisse : depuis juillet, le nombre de requérants d'asile en provenance d'Afrique sub-saharienne, vie l'Italie, augmente, alors que les places d'accueil ont été réduites sur consigne de l'Office des migrations (ODM). Lors du troisième trimestre 2008, les demandes d'asile ont été supérieures de 40 % à ce qu'elles étaient au début de l'année. A Genève, pour les dix premiers mois de l'année, l'augmentation est de 48 % -mais on a diminué de 30 % le personnel d'encadrement Certains cantons, comme Vaud, ont lancé un appel à l'aide auprès des gérances immobilières et des communes. Des locaux militaires devaient être mis à disposition, mais le " partenariat " avec l'armée a été abandonné car elle ne pouvait " honorer ses engagements ". Pour une fois qu'elle aurait servi à quelque chose d'utile... Pendant ce temps, en Méditerranée, en Mer Rouge et dans le Golfe d'Aden, les émigrants se noient par centaines, dans l'indifférence générale.

    Harragas

    Le nombre de Harragas, ces migrants qui s'embarquent au péril de leur vie pour fuir la guerre ou de la misère, est en hausse dans le golfe d'Aden, dans la mer Rouge et en Méditerranée, confirme le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés Dans les dix premiers mois de cette année, près de 30.000 harragas sont arrivés sur les côtes italiennes, soit 11'000 de plus en dix mois que pendant toute l'année précédente. En dix mois, 509 personnes sont mortes ou portées disparues, soit déjà plus que pendant toute l'année 2007. Les arrivées en Espagne continentale, dans les îles Canaries et à Malte à la fin du mois d'octobre 2008 sont également plus élevées dans les dix premiers mois de 2008 que pendant toute l'année 2007. Au cours des premiers 10 mois de l'année 2008, plus de 38 000 personnes ont effectué le voyage d'exil en bateau depuis la Somalie vers le Yémen. C'est dix mille de plus que pendant toute l'année 2007. Plus de 600 personnes sont mortes ou portées disparues dans le golfe d'Aden en dix mois. Le 9 novembre, plus de 40 personnes ont été contraintes de sauter par dessus bord en pleine mer au large des côtes du Yémen. Des centaines de milliers de personnes sont prêtes à tout risquer, y compris leur vie, pour atteindre l'Europe. Des milliers mourront. Des dizaines de milliers traverseront Et nous atteindront. Que les portes de la " forteresse " européenne (et du donjon suisse) soient ouvertes ou non. Combien de temps, et de morts, nous faudra-t-il pour admettre qu'aucun rétrécissement de nos politiques d'asile et d'immigration ne retiendra jamais aucun harraga de tenter le tout pour le tout, et qu'à nier la réalité des migrations et l'inéluctabilité de l'immigration, on ne produit que de la migration suicidaire et de l'immigration clandestine ?

    Lien permanent Catégories : Monde 38 commentaires
  • Le retour des clapiers

    Imprimer

    Logement social :
    Le retour des clapiers


    Le nombre de logements sociaux est en chute libre à Genève depuis dix ans : il y en avait 10'000 en 1998, il en reste la moitié aujourd'hui. Des 3000 logements sociaux votés par le Grand Conseil en 1991, aucun n'a vu le jour. Et si l'accord sur le logement signé fin 2006 prévoit de constituer 15 % du parc locatif en " logements d'utilité publique ", on commence à comprendre qu'en fait son utilité publique consiste à en revenir aux clapiers pour nécessiteux. Mark Muller a donné le ton : " les riches et les pauvres ne s'achètent pas les mêmes voitures ", il n'y a donc aucune raison pour que les logements des une respectent les mêmes normes que ceux des autres. Pour économiser (l'Etat ayant réduit de moitié son apport de fonds propres aux fondations HLM), on va " offrir un standing inférieur " aux logements dont les loyers sont plus bas. Se poser la question des coûts de construction n'est pas illégitime; en revanche, se la poser comme Muller  la pose, ça sent puissamment le projet de ghetto social.

    Logements asociaux

    On va donc " offrir un standing inférieur " aux habitants des logements sociaux. Ça veut dire quoi, un " standing inférieur " ? concrètement, ça veut dire des plafonds plus bas (les pauvres sont petits), des chiottes dans la salle de bain (les pauvres n'ont qu'à couvrir les odeurs de merde par celle des bains moussant M-budget), pas de balcons (de toutes façons, les pauvres, ça manque pas d'air), et pas de parkings en sous-sol (les pauvres n'ont qu'à garer leurs bagnoles de pauvres devant leurs immeubles de pauvres dans leurs quartiers de pauvres). Et, signale la Tribune, on envisage de considérer les couloirs comme des pièces. Un trois pièces vaudois, c'est trois pièces plus une cuisine. Dans un trois pièces genevois, la cuisine compte pour une pièce. Demain, c'est le couloir entre la cuisine et la pièce unique qu'on comptera pour une pièce. Et pour un quatre pièces, on comptera le placard à balais. Aujourd'hui, il est difficile à Genève de faire de visu la différence entre un logement social et un logement " libre " récents. Il était temps de mettre fin à cette confusion, qu'on sache enfin, rien qu'en regardant la gueule d'un immeuble, qui habite dedans : la plèbe, les petits bourges ou la Genève friquée.

    Lien permanent Catégories : Genève 11 commentaires
  • Banquiers malins, parlement croupion

    Imprimer

    Sauvetage de l'UBS :
    Banquiers malins, parlement croupion


    Le Parlement fédéral doit avaliser le plan de sauvetage de l'UBS lors de sa prochaine session, en décembre. Et quand on dit " doit " avaliser, c'est vraiment " doit " : il n'a pas le choix, le parlement : les six milliards que la Confédération a décidé d'injecter directement dans la banque (en plus des soixante milliards de rachat des titres pourris), la banque les aura déjà reçus lorsque le parlement se prononcera. Les socialistes avaient demandé une session urgente du parlement après l'annonce du " plan de sauvetage " de l'UBS, pour pouvoir réellement en débattre, et valablement se prononcer : seuls les Verts les ont soutenus. Le contrat conclu entre la Confédération et la banque contient l'obligation de verser ces six milliards. Que le parlement, et le peuple, soient d'accord ou non. Même si le parlement refusait la proposition du Conseil fédéral, l'UBS pourrait tout de même garder le pognon -ou intenter une action en justice à l'encontre de la Confédération. Le parlement ne pourra même pas modifier le plan de sauvetage de l'UBS (alors qu'aux USA, le Congrès a pu modifier le " plan Paulson ", et même en refuser la première mouture) : adopté par le Conseil fédéral tout seul, sous forme d'arrêté urgent, le plan ne peut plus être modifié. En clair : les collectivités publiques et les citoyens se sont fait rouler dans la farine par les banquiers et leurs porte-valises politiques.

    Au Casino, la banque gagne à tous les coups

    L'ex directeur général de l'UBS, et président des amis du parti radical, Peter Wuffli, peut bien " rendre son bonus " de 12 millions à la banque (il ne s'agit que du dernier des bonis qu'il a touchés), Blocher peut bien appeler son copain Marcel Ospel à rendre lui aussi, depuis le paradis fiscal schwytzois où il s'est planqué, les bonis qu'il a engrangés, et le président actuel de l'UBS annoncer que les bonis 2008 ne seront pas versés, ce n'est que poudre de perlimpinpin aux yeux du bon peuple :  les banquiers et les banques ont gagné et le parlement, pas plus que le peuple, n'aura rien à dire sur les milliards que la Confédération a décidé de déverser dans le trou creusé par les Wüffli, Ospel et autres brillants managers. La Suisse est bien une démocratie semi-directe. Ce qui y est " direct ", c'est le racket. Ce qui y est " semi ", c'est le contrôle démocratique. Les banques en difficulté peuvent puiser directement dans les caisses publiques, le parlement (et à plus forte raison le peuple) ne peuvent s'exprimer, pour rien, qu'après, une fois les caisses publiques vidées dans les trous bancaires. On est bien dans une économie de casino, où les joueurs finissent toujours par perdre, et où seule la banque est gagnante.

    Lien permanent Catégories : Suisse 4 commentaires
  • Eloge du tyrannicide ou retour de mémoire ?

    Imprimer

    Réhabilitation de Maurice Bavaud
    Eloge du tyrannicide ou retour de mémoire ?


    Septante ans après son geste, Maurice Bavaud vient d'être politiquement, sinon encore juridiquement, réhabilité par le président de la Confédération, Pascal Couchepin. Maurice Bavaud est ce jeune Neuchâtelois, qui se vouait à la prêtrise plutôt qu'au tyrannicide, et qui tenta, en novembre 1938, d'assassiner Hitler, en qui il percevait un danger pour l'humanité, pour l'indépendance de la Suisse et pour les églises chreétiennes allemandes. Maurice Bavaud a, hélas, échoué dans sa tentative. Et le 14 mai 1941, un mois avant le déclenchement de l'invasion allemande de l'Union Soviétique il était guillotiné dans sa prison berlinoise, sans que la Suisse officielle ait tenté quoi que ce soit pour le sauver.


    " Meurtriers délicats "

    En réhabilitant Maurice Bavaud, répondant par cette réhabilitation à une motion du Conseiller national (PS) Peul Rechsteiner, Pascal Couchepin n'a certes pas fait l'éloge du tyrannicide -d'autant que Bavaud avait échoué dans sa tentative de débarrasser le monde d'Hitler. Il serait d'ailleurs assez paradoxal qu'un chef d'Etat, même le chef aussi démocrate que Couchepin, d'un Etat aussi démocratique que le nôtre, fasse l'éloge d'un acte politique consistant à mettre à mort un autre chef d'Etat -même s'il s'agit un tyran, les Etats tenant aux formes, et ne tenant même parfois qu'à cela. Il n'empêche : en rappelant que Bavaud avait joué sa propre vie, en toute connaissance de cause, en rappelant aussi qu'après son arrestation, la Suisse l'avait piteusement laissé tomber, ne lui accordant aucune assistance et même s'aplaventrissant en excuses devant le régime nazi, Couchepin a fait oeuvre utile. " On ne règne pas innocemment ", disait Saint-Just (qui finira lui aussi sous la lame de la guillotine). De Bavaud ou de sa cible, le criminel n'était pas le tyrannicide malheureux. Ce n'est pas de l'éloge du tyrannicide dont il s'agit, mais de celui de la résistance. Celle qu'en leur temps Charlotte Corday, Sofia Perovskaïa, Véra Zassoulitch, Brutus ou les etarras qui abattirent l'amiral Carrero Blanco incarnèrent. Et qu'après tout, le mythe de Guilleume Tell signifie. Opposés à la peine de mort, ces " meurtriers délicats " s'arrogèrent le droit, que nul n'a, de la prononcer et de l'exécuter. La fin ne justifie pas les moyens -mais elle les explique. Et il reste à la Suisse quelques réhabilitations à prononcer : celle, par exemple, de David Frankfurter, ce jeune juif yougoslave qui abattit à Davos le chef des nazis allemands en Suisse, Wilhelm Gustloff.

    Lien permanent Catégories : Histoire 27 commentaires
  • Une armée fédérale de guerre civile

    Imprimer

    A propos du 9 novembre…

    On commémorera dimanche (à 17 heures 30, à la " Pierre ", sur la Plaine de Plainpalais, face à la rue Dancet) le massacre du 9 novembre 1932 -cette soirée où l'armée fédérale, appelée à l'aide par un Conseil d'Etat paniqué et se persuadant de l'imminence d'une révolution fomentée par les " rouges ", a tiré " dans le tas " d'une manifestation antifasciste, rassemblant toute la gauche genevoise, des anarchistes aux socialistes, protestant contre une parodie de procès organisée par l'extrême-droite locale contre les chefs du Parti socialiste, Léon Nicole et Jacques Dicker. On commémorera. Sans oublier que le massacre du 9 novembre 1932 se commet sur fond de crise économique et financière, à quelque temps de l'élection d'un nouveau président américain, un démocrate, triomphant de son concurrent républicain en mobilisant derrière lui les victimes de la crise…

    " Plus jamais ça ", vraiment ?

    L'armée suisse a beaucoup prêté à rire, ces derniers mois, entre les pitreries conjugales de son ancien chef, les trous de mémoire de son ministre de tutelle, les cafouillages de ses officiers et les pannes de son matériel. Historiquement, cependant, notre glorieux ost a de quoi susciter plus de méfiance que de ricanements : depuis sa création, l'armée fédérale a surtout été utilisée contre des Suisses et pour des opérations de répression des mouvements politiques et sociaux d'opposition : grévistes de 1918, manifestants antifascistes de 1932, autonomistes jurassiens de 1964… Crée, célébrée, engraissée en tant qu'instrument de la " défense nationale " (mais d'une défense nationale réduite à la défense d'un territoire, et délibérément rendue incapable d'être celle de la population qui y vit, et des droits de celles et ceux qui la composent), l'armée suisse n'a finalement jamais été pour l'essentiel qu'un instrument de la défense sociale -de la défense d'un ordre social, contre les forces qui le contestaient. Le 9 novembre 1932 n'est pas une dérive mais un révélateur. Et le 9 novembre 2008 ne devrait pas être qu'une commémoration, mais aussi une mise en garde.

    Lien permanent Catégories : Histoire 30 commentaires
  • Une bonne claque aux mauvaises odeurs

    Imprimer

    L'élection d'Obama ne change pas l'ordre du monde -mais le monde a quand même nettement moins sale gueule

    On ne boudera pas notre plaisir : l'élection d'Obama est à saluer pour au moins deux raisons -et il importe peu aujourd'hui qu'elles soient plus affectives  que rationnelles : d'abord, la défaite du ticket McCain-Palin. MacCain ne la méritait peut-être pas. Palin la méritait amplement. Ensuite, la défaite du " critère racial ", auquel d'aucuns, et pas seulement  aux USA, persistent à trouver une quelconque base empirique alors qu'il n'y a plus, depuis la disparition du cousin Neanderthal, qu'une et une seule race humaine. Le temps viendra assez vite de redescendre sur terre, lorsque Barack Hussein Obama sera réellement en charge de la raison d'Etat américaine. En attendant, sauf à aimer haïr, on se sent déjà mieux avec Obama qu'avec Bush.

    American Dream

    En un vote, au terme d'une mobilisation électorale inédite, les Etats-Unis ont restauré leur image, à défaut, encore, d'avoir restauré leur puissance. Et du coup, les commentateurs n'ont plus à la plume que ce retour d'un " rêve américain " dissout dans l'insondable connerie bushienne. Un rêve que semble incarner Obama, comme l'incarna un Kennedy (mais Kennedy, ce fut aussi l'engagement américain dans le bourbier vietnamien...). Les images jubilatoires des foules saluant aux USA l'élection du candidat démocrate, et la défaite des Républicains, sont contagieuses. Mais ça n'est pas le sous-commandant Marcos, ni Jesse Jackson, ni Noam Chomsky, que les Américains ont élu à leur présidence : Obama est partisan de la peine de mort. Il est partisan du renforcement de la présence militaire américaine en Afghanistan. Il sera en charge de la première puissance militaire du monde, et il entend bien en user plus efficacement et plus intelligemment que son prédécesseur (il est vrai que le défi n'est pas insurmontable). Quant à sa couleur de peau, si elle n'a pas été un obstacle à son élection, les Etats-Unis n'ont pas pour autant " tiré un trait sur la " question raciale " (nous non plus, d'ailleurs), s'ils se sont donné les moyen de la poser un peu plus rationnellement,  en la posant en termes sociaux, que jusqu'alors. Cette puissance construite sur un génocide et une déportation a élu le fils d'un Africain à la présidence. Elle aura assumé son passé lorsqu'elle considérera comme possible, et normale, l'élection d'un Navajo au gouvernorat du Nouveau Mexique. En attendant, on peut mesurer la charge symbolique de l'élection d'Obama par une question : à quand l'élection du fils d'un Algérien à la présidence française ou de la fille d'un Kosovar au Conseil fédéral ?

    Lien permanent Catégories : Monde 7 commentaires
  • One FM ? Buzz FM ? Boum-boum FM ? Bla-bla FM ?

    Imprimer

    L'autorité fédérale qui attribue les concessions radio a donc décidé d'en attribuer une au projet de Stéphane Barbier-Mueller, " Buzz FM ", au détriment d'une radio existante, " One FM ". Une radio chasse l'autre, et alors ? C'est le jeu des " concessions " : il n'y a qu'au cimetière des Rois qu'elles sont éternelles. Et encore. Et nous voilà avec un ordre de marche : on nous somme de nous mobiliser pour la défense de One FM. Pourquoi devrait-on le faire ? Avec un choix musical tout à fait convenu et le minimum syndical en matière d'information (une quinzaine de flash par jour), One FM mérite-elle la mobilisation de toute la République ? Quant à la défendre au prétexte qu'elle serait la radio privée " la plus écoutée ", on s'autorisera à considérer comme bien piètre l'argument de l'audimat : ceux qui écoutent cette radio (ou qui l'entendent en arrière fond, mais que les statistiques d'audience comptabilisent comme des " auditeurs ") en écouteraient toute autre du même genre -et que cette autre soit genevoise, vaudoise ou française nous importe peu : leurs soupes se valent.

    Beaucoup de bruit pour rien

    Le seul motif que nous pourrions avoir de nous mobiliser pour One FM serait le maintien des quarante emplois de cette radio commerciale. Pour le reste, le " scandale " dénoncé dans la fin de la concession accordée à la radio n'en est pas un, et le tintouin organisé autour de cette péripétie n'est que beaucoup de bruit pour pas grand chose, ce qui est moins assez cohérent avec les programme de ladite radio*. On se permettra donc de ricaner en entendant Michel Chevrolet dénoncer un " diktat stalinien ", Viviane Jutheau de Witt évoquer un " massacre " (le génocide était hors de portée ?) et Daniel Zappelli soutenir One FM au nom de la " justice "... Un peu de sérieux ne nuirait pas au débat qui doit s'engager sur les critères de sélection des concessions radio et TV, pas seulement à Genève (puisque des décisions du même genre ont été prises à Zurich) On n'est pas dans un combat pour la liberté d'expression, ou le pluralisme des media , ou la lutte contre l'arbitraire bureaucratique de Mutti Helvetia : One FM aurait-elle été choisie plutôt que Buzz FM, ce choix n'aurait pas été moins arbitraire que celui qui est dénoncé aujourd'hui, la liberté d'expression et le pluralisme des media n'y auraient rien gagné, ni perdu. Ce qui est en cause, ce sont les critères de la loi fédérale, que le département fédéral a appliqué, et les contenus des appels d'offre auxquels il s'est tenu. Si l'on veut contester quelque chose, ce sont ces critères et ce contenu, ou le numerus clausus médiatique qui n'accorde à Genève qu'un nombre insuffisant de concessions (dont une est d'ailleurs accordée à une radio lausannoise, Radio-Lac). pas le choix qui en découle...
    * écoutez plutôt Radio Zones (FM 93.8)

    Lien permanent Catégories : Médias 19 commentaires
  • Toxicomanies : La Suisse se (re)fait une ligne

    Imprimer

    Le 30 novembre prochain, deux des objets à l'ordre du jour de la votation fédérale concernent, et proposent de (re)définir, la ligne politique de la Suisse face aux toxicomanies -en l'occurrence, celles qui correspondent à l'usage de substances dont le commerce est illégal. Ni l'initiative populaire pour la décriminalisation de l'usage, de la production et de la commercialisation du cannabis, ni la révision de la loi fédérale sur les stupéfiante ne remettent en cause une politique dite des " quatre piliers " (prévention, réduction des risques, thérapie et répression), impliquant la distribution médicale d'héroïne, qui a permis de réduire la criminalité liée à la toxicomanie, le nombre de morts par overdose, sida ou hépatite C, d'accroître le nombre de toxicomanes suivant un traitement et de rétablir le lien social avec eux.

    Prohiber la prohibition

    La révision de la loi fédérale sur les stupéfiants n'est combattue que par la droite la plus extrême, et la plus bornée. Qui combat évidemment aussi, et à plus forte déraison, l'initiative pour une politique " raisonnable " à l'égard du cannabis, et s'en tient à la prohibition des drogues -et encore, pas de toutes : les mêmes forces politiques et sociales qui ne veulent pas entendre parler de distribution contrôlée de l'héroïne et de dépénalisation du cannabis défendent mordicus la distribution incontrôlée d'alcool et ne voient aucune objection à ce que l'industrie pharmaceutique encaisse les produits faramineux du libre (ou presque) commerce de médicament psychotropes. Ces forces combattent une politique qui a sauvé, et sauve encore des vies, qui a réintégré, et réintègre encore, des toxicomanes dans des réseaux sociaux normaux. Cette politiques, elles la combattent par dogmatisme purificateur : il faut " éradiquer la toxicomanie ". Et peu importe que partout où cette éradication a été tentée, elle a renforcé les réseaux de trafiquants, encouragé le deal criminel et enrichi les mafias. Dans les années vingt, la prohibition de l'alcool n'a désintoxiqué aucun alcoolique, en a tué des milliers en les abreuvant de saloperies frelatées, et a enrichi Al Capone.

  • Obama président ? Tout changer pour tout restaurer

    Imprimer

    Difficile d'y échapper : l'Obamania s'est emparée de l'Europe et d'une bonne partie du monde (celle qui peut se permettre d'être requise par autre chose que sa survie immédiate). Si le président des Etats-Unis était élu par les peuples du monde, le successeur de Dobleyou s'appellerait Barack Hussein Obama. Manque de pot, le président des Etats-Unis est élu aux Etats-Unis. Et pas par le peuple, mais selon un système archaïque qui permet à un candidat battu dans les urnes d'être élu tout de même. Reste que l'élection d'Obama tournerait une page : celle des  " années Bush " et de la prédation néo-conservatrice. Cette élection serait donc un vrai changement. Mais pas un changement de société, ni, fondamentalement, un changement de politique; un changement pour une restauration : celle de la puissance économique, militaire et culturelle des Etats-Unis, mise à mal par l'irresponsabilité et l'incompétence des  gouvernants actuels des USA et de leurs conseillers.

    Renaissance ou hara-kiri ?

    Les deux candidats à la présidence américaine s'opposent par leur âge, leur milieu, leur parcours personnel, par quelques points importants de leur programme (sans d'ailleurs qu'il faille se faire d'illusions sur leur capacité à les concrétiser), mais ils ont en partage la même culture politique et la même conception du rôle des Etats-Unis. Pour l'un et l'autre, l'enjeu est le même : restaurer la puissance, intérieure et extérieure, américaine. Pas par les mêmes moyens, pas en lui donnant le même visage, pas en tenant le même discours, mais pour les mêmes raisons. Elu, Obama deviendrait certainement, pour quelques mois, le politicien le plus aimé de la planète. Jusqu'à ce que la réalité des intérêts et des rapports de force s'imposent et le rattrapent. Il n'empêche : une élection de McCain et de Palin serait une formidable victoire pour ce que les USA comptent de forces les plus caricaturalement réactionnaires. Et donc une formidable régression politique. Non que McCain soit pire que Bush -mais parce que son élection, après huit ans de la présidence la plus calamiteuse de l'histoire américaine, serait le signe d'une incapacité de l'électorat américain à tirer les leçons des désastres politiques, sociaux, économiques et militaires du néo-conservatisme. L'élection du ticket MacCain-Palin serait une victoire d'Oussama Ben Laden : quand vos ennemis vont plein pot, tout seuls, comme des grands, droit dans le mur, on peut faire l'économie de kamikazes. On n'a pas besoin d'envoyer des assassins contre des suicidaires.

    Lien permanent Catégories : Monde 11 commentaires