mercredi, 05 novembre 2008

Toxicomanies : La Suisse se (re)fait une ligne

Le 30 novembre prochain, deux des objets à l'ordre du jour de la votation fédérale concernent, et proposent de (re)définir, la ligne politique de la Suisse face aux toxicomanies -en l'occurrence, celles qui correspondent à l'usage de substances dont le commerce est illégal. Ni l'initiative populaire pour la décriminalisation de l'usage, de la production et de la commercialisation du cannabis, ni la révision de la loi fédérale sur les stupéfiante ne remettent en cause une politique dite des " quatre piliers " (prévention, réduction des risques, thérapie et répression), impliquant la distribution médicale d'héroïne, qui a permis de réduire la criminalité liée à la toxicomanie, le nombre de morts par overdose, sida ou hépatite C, d'accroître le nombre de toxicomanes suivant un traitement et de rétablir le lien social avec eux.

Prohiber la prohibition

La révision de la loi fédérale sur les stupéfiants n'est combattue que par la droite la plus extrême, et la plus bornée. Qui combat évidemment aussi, et à plus forte déraison, l'initiative pour une politique " raisonnable " à l'égard du cannabis, et s'en tient à la prohibition des drogues -et encore, pas de toutes : les mêmes forces politiques et sociales qui ne veulent pas entendre parler de distribution contrôlée de l'héroïne et de dépénalisation du cannabis défendent mordicus la distribution incontrôlée d'alcool et ne voient aucune objection à ce que l'industrie pharmaceutique encaisse les produits faramineux du libre (ou presque) commerce de médicament psychotropes. Ces forces combattent une politique qui a sauvé, et sauve encore des vies, qui a réintégré, et réintègre encore, des toxicomanes dans des réseaux sociaux normaux. Cette politiques, elles la combattent par dogmatisme purificateur : il faut " éradiquer la toxicomanie ". Et peu importe que partout où cette éradication a été tentée, elle a renforcé les réseaux de trafiquants, encouragé le deal criminel et enrichi les mafias. Dans les années vingt, la prohibition de l'alcool n'a désintoxiqué aucun alcoolique, en a tué des milliers en les abreuvant de saloperies frelatées, et a enrichi Al Capone.

02:52 Publié dans Société - People | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : toxicomanie, drogue, cannabis, votation | |  Facebook | | | |

Commentaires

Desolé de vous decevoir, mais je connais aussi des gens de gauche qui juge absurde de quasi 'criminaliser' le tabac, de jeter en prison un automobiliste qui a bu deux bières, et a côté de légaliser le cannabis.

D'ailleurs la plus grande farce de cette initiative est l'aspect "protection de la jeunesse": Si dans le meme collège les 'grands' de 18 ans n'ont qu'a aller au kiosque pour s'acheter quelques joints, qui serait assez STUPIDE pour ne pas croire qu'il y aura automatiquement un gigantesque trafic entre élève pour en revendre au plus jeune.

Pour une nation de camé, accepter la revision de la loi sur les stupefiants et la liberalisation du cannabis ! C'est aussi simple que ça.

Écrit par : Alain Fernal | mercredi, 05 novembre 2008

Quand on lit une phrase, conclusive de surcroît, comme celle-ci : "partout où cette éradication a été tentée, elle a renforcé les réseaux de trafiquants, encouragé le deal criminel et enrichi les mafias. Dans les années vingt, la prohibition de l'alcool n'a désintoxiqué aucun alcoolique, en a tué des milliers en les abreuvant de saloperies frelatées, et a enrichi Al Capone."

...on comprend que ces arguments-à-tout-faire préparent le terrain "pour la décriminalisation de l'usage, de la production et de la commercialisation" de la cocaïne, de l'héroïne, du crack, de l'extasy et je ne sais quelles autres saloperies "pas frelatées".

S'il n'y avait qu'une seule raison de voter NON, ce serait celle-ci !!!

Écrit par : Scipion | mercredi, 05 novembre 2008

"...qui serait assez STUPIDE pour ne pas croire qu'il y aura automatiquement un gigantesque trafic entre élève pour en revendre au plus jeune" ?

Qui ? Des angéliques de gauche (pléonasme) :o)

P.S. - Il y a quand même des jours où on se demande s'ils sont sincères où s'ils travaillent sciemment à la corruption d'une société qui, massivement, ne veut pas de leur "révolution"...

Écrit par : Scipion | mercredi, 05 novembre 2008

Et oser prétendre que la dépénalisation de la consommation va permettre de lutter contre la criminalité est une affirmation digne de Moutinot et compagnie.C'est totalement à côté de la plaque.

Déjà que la Suisse et Genève en particulier devient le point de chute de toute la racaille européenne à la recherche d'un ilôt de "tolérance" et de peines symboliques, que les toxicos français et autres viennent faire leurs courses dans les coffee shops ou auprés des dealers qui pourrissent nos parcs et quartiers si maintenant on ajoute une once de permissivité cela va créer un appel d'air qui fera passer l'afflux des roms pour une anecdote.

Que tous ceux qui soutiennent cette initiative fassent un petit voyage d'une semaine aux Pays-Bas pour qu'ils se fassent un idée concréte et objective de ce qu'ils proposent.

Écrit par : Papageno | mercredi, 05 novembre 2008

J'espère que les commentaires ci-dessus ne sont pas représentatif des citoyens, car la loi et l'initiative seraient refusées à 90%.

Mais il me semble avoir compris que les commentaires de blogs attirent une population "particulière" : aigrie, égocentrique, réactionnaire, simple ... bref, les vieux cons viennent se défouler sur les blogs TDG! Normal, ils ont du temps à perdre et comme ils sont seuls, n'ont pas grand chose d'autre à faire.

Allez, en ce qui me concerne, j'ai voté depuis deja quelques jours!

Écrit par : Djinius | mercredi, 05 novembre 2008

Tiens le simplet DJI ramène encore sa fraise.

Moi j'ai aussi voté et surement pas comme toi (heureusement que je ne serai pas le seul dans ce cas).

En parlant de ceux qui n'ont pas grand chose à faire et de "vieux cons" tu n'apportes strictement rien au sujet de la discussion. Tu viens juste critiquer et insulter ceux qui ne partagent pas ton avis.

Est-ce que tu as quelque chose de constructif a dire sur le sujet? Tu veux partager ton expérience personnelle avec les lecteurs de ce blog?

L'initiative sera surement balayée, peut-être pas à 90% mais il faut comprendre une fois pour toutes que le laxisme et les utopies des soixantes-huitards qui ne sont pas encore descendus de leurs nuages ont démontrés leur échec.La population en a marre de ces politiques qui entretiennent les problèmes au lieu de les résoudre.

Tu prones la tolérance zéro pour les fumeurs de cigarettes et tu souhaites de la tolérance pour les toxico fumeurs de cannabis? Tu trouves ça logique?
Les toxico qui consomment des substances interdites ont droit à leur local mais pas les fumeurs légaux?

Tu peux stp donner ton avis de personne non-aigrie,non-égocentrique, non-réactionnaire et non-simple bref de jeune intelligent?Merci.

Écrit par : Papageno | mercredi, 05 novembre 2008

Franchement, cette votation apparemment très émotionnelle donne à penser que le choix est extrêmement difficile. Notre société n'est plus porteuse de projets qui animeraient nos jeunes et moins jeunes. Certains pourraient trouver refuge quotidiennement dans le cannabis ce qui a long terme pose le problème de santé publique. On doit déjà dealer avec l'alcool, les médicaments comme source d'échappatoire à cette vie stressante... je ne crois pas que le débat soit un clivage gauche/droite. C'est avant tout un problème de conscience car si nous acceptons ce projet, nous ne pourrons pas faire marche arrière...

Écrit par : sirène | mercredi, 05 novembre 2008

"Tiens le simplet DJI ramène encore sa fraise."

C'est bien de commencer ton intervention par une insulte ! Aller, je tente une réponse du même niveau : "C'est celui qui dit qui y'est !". (Paf, imparable non?)

Plus sérieusement si je prend une de tes phrases : "Tu prones la tolérance zéro pour les fumeurs de cigarettes".

Rien que ça montre ta mauvaise fois : Je ne prone pas la tolérance zéro envers les fumeurs, mais je défends le droit des non-fumeurs à pouvoir aller dans les lieux publics sans être incomodé ni intoxiqué. Que cela concerne de la fumée de tabac, de pétard ou de pot d'échapement.

Bref, je ne dispose pas d'asser d'énergie pour contrer chaque argument du même acabis que toi et ta brochette de réac' crache régulièrement sur ces blogs ... aller, je te laisse, c'est l'heure de l'apéro pour toi non ?

Écrit par : Djinius | mercredi, 05 novembre 2008

D'ailleur ces arguments simplistes, du type :

"Vous êtes contre la cigarette, mais pour les initiatives pour les drogues douce, ce n'est pas cohérent, donc votre prise de position n'est pas défendable"

me font penser à celle qui sont émise, par exemple contre Jean Ziegler :

"Ce genre de personne critique le capitalisme, mais de part ses multiples mandats gagne certaines fort bien sa vie. Donc, il n'est pas crédible".

Comme si pour pouvoir critiquer le capitalisme il fallait s'exclure du système et vivre en reclu, pour avoir une quelquonque crédibilité, de même, si on est pour une certaines dépénalisation de la consomation de drogue, il ne faudrait avoir aucune position négative à l'égard de tout ce qui concerne toute drogue.

Bref, sophismes habituels...

Écrit par : Djinius | mercredi, 05 novembre 2008

Lorsque l'on découvre les signataires qui défendent la dépénalisation de la drogue, nous constatons que nous avons élu une belle bande de camés !

Écrit par : Octave Vairgebel | mercredi, 05 novembre 2008

"Lorsque l'on découvre les signataires qui défendent la dépénalisation de la drogue, nous constatons que nous avons élu une belle bande de camés !"

Affirmation gratuite.
Vas-y Octave, DEMONTRE-la :
- Définit la notion de "camé"
- Enonce la liste des signataires.
- Prouve qu'une majorité correspond à la définition ci-dessus.

Écrit par : Djinius | mercredi, 05 novembre 2008

Sacré Djinius qui n'insulte personne en les traitants juste de " aigrie, égocentrique, réactionnaire, simple ... bref, les vieux cons ". C'est le cannabis qui rend aussi brillant ?

Faut le laisser, c'est juste un troll sans argument, et surtout qui aimerait bien acheter son bigniou dans le kiosque du coin plutôt que chez son dealer habituel.

Mais c'est pas très social ton attitude Djinius, quoique il yauraka augumenter les impôts pour filer le rmcas a tous ces pauvres dealers desoeuvrés... enfin ceux qui le touche pas deja.

CE

Écrit par : Eastwood | mercredi, 05 novembre 2008

Gjinius, tu assez grand pour te rendre sur le blog de Victor. Tu y trouveras la liste complète des élus (presque tous khmers verts et gauchos) qui espèrent pouvoir acheter leur merde en toute tranquilité. Le H pour commencer, puis tout le reste ! Bonne fumette !

Écrit par : Octave Vairgebel | mercredi, 05 novembre 2008

"C'est bien de commencer ton intervention par une insulte ! Aller, je tente une réponse du même niveau : "C'est celui qui dit qui y'est !". (Paf, imparable non?)"

Ce n'est pas un insulte. Juste un fait. Sur l'autre blog tu as réagi lorsque je critiquais les réactions d'internautes que l'on peut qualifier de "simplets" je trouvais donc logique d'utiliser ce qualificatif en citant ton nom vu que tu t'es inclu tout seul dans ce groupe. Faut assumer.

Ton blabla sur ziegler et les sophismes est comme toutes tes interventions: hors-sujet.

Alors on attend tous avec impatience ton intervention intelligente et constructive sur le sujet de la dépénalisation du cannabis?

Écrit par : Papageno | mercredi, 05 novembre 2008

Ah que je suis content d'avoir enfin un index magistral pointé sur l'étiquette de ma modeste (ou immodeste, c'est selon) personne.
"(La révision de la loi fédérale sur les stupéfiants n'est combattue que par) la droite la plus extrême, et la plus bornée".

Désormais, grâce à l'esprit hyperclairvoyant de M. Holenweg et à son index magistral, je sais où je me situe politiquement.
Ouf ! Merci, m'sieur, un instant j'ai eu peur d'être à gauche.

:o)

Écrit par : Blondesen | mercredi, 05 novembre 2008

C'est assez lassant de lire les commentaires de Djinius et de certains de ses contradicteurs! C'est du blabla inutile dans le débat.
Jusqu'ici, je n'ai strictement rien lu de valable en faveur de la dépénalisation du cannabis et je le regrette. Fumer quoique ce soi détruit la santé et si des petits c..., pardon, malin pensent que c'est indispensable à leur vie, on peut se demander où en est leur santé mentale: Faut'il absolument se foutre en l'air avec l'alcool (Gravement présent dans la vie des tout jeune), de la nicotine, du cannabis etc. pour être heureux, ne serait-ce qu'un bref moment? Si on en est là, il y a des questions fondamentales à se poser sur le mal-être de ceux qui veulent à tout prix légaliser une drogue. Que cherchent-ils, pourquoi ne sont-ils pas en harmonie avec eux-même? Pourquoi ne respecte-t-il pas leur corps? etc. etc.?
Finalement, en quoi la dépénalisation d'une drogue améliorera-t-elle leur vie?
Vaste question Non?

Écrit par : Vastkestion | mercredi, 05 novembre 2008

Petit rappel : l'initiative pour "une politique raisonnable en matière de chanvre" (en français fédéral dans le texte) ne préconise pas la libéralisation du commerce du cannabis mais sa dépénalisation (et encore : partielle). Autrement dit, elle propose de traiter légalement l'usage et le commerce du cannabis à l'instar de ceux de l'alcool. Et il ne s'agit que du cannabis, pas des opiacés, ni des drogues de synthèse.
L'argumentation des initiants est de deux ordres : d'une part, le constat que la pénalisation de l'usage et du commerce du cannabis ne sert qu'à en repousser le commerce dans l'illégalité, et à le remettre à des réseaux de deal liés aux réseaux de deal des drogues les plus dangereuses. D'autre part, on ne voit pas au nom de quelle logique on traiterait différemment des substances (le cannabis et l'alcool) dont l'usage est d'un danger équivalent.
Enfin, les mesures prises contre la fumée dans les lieux publics ne pénalisent pas l'usage et le commerce du tabac, mais visent à permettre aux non fumeurs de ne pas fumer la fumée des autres. La comparaison avec la prohibition du cannabis est donc parfaitement absurde.
Cela écrit, la lecture de certains commentaires de mon papier est roborative : il est doux d'entendre le son du con le soir au fond des blogs.

Écrit par : Pascal Holenweg | jeudi, 06 novembre 2008

"il est doux d'entendre le son du con le soir au fond des blogs."
Si l'insulte est la finalité de ceux qui veulent à tout prix qu'on autorise une drogue DE PLUS, cela prouve qu'ils ont très peu d'arguments pour parler des dégâts que font TOUTES LES DROGUES. J'ai été, en tant que motard, victime d'un accident dont le responsable était indubitablement sous l'influence d'une drogue.
fort heureusement, je m'en suis sorti qu'avec 7 fractures...
Je persiste comme un soit disant con de dire qu'il ne faut pas ouvrir la porte à d'autres drogues, qu'il faut intensifier tout l'arsenal préventif, et si la drogue est un palliatif au mal vivre, se poser les vraies questions concernant notre société.

Écrit par : Vastkestion | jeudi, 06 novembre 2008

"D'autre part, on ne voit pas au nom de quelle logique on traiterait différemment des substances (le cannabis et l'alcool) dont l'usage est d'un danger équivalent."

SI ON LE VOIT: Au nom de notre culture occidentale !

On fête nouvel an ou un anniversaire a coup de champagne, on boit un verre de vin a l'occasion d'un apero proffesionel ou d'un repas d'affaire, on boit une bière avec l'equipe après un entrainement sportif etc... On a des pubs et des bistrots dans toutes les villes mais pas des fumeries de shit. C'est en soit une raison largement suffisante pour traiter differament l'alcool du cannabis. Etrange qu'il faille le rappeler.

Par ailleurs la consommation d'alcool connait une regulation sociale bien ancrée dans les moeurs, tous le monde convient qu'un alcolo est un pauvre type qui devrait se soigner, qu'on ne vient pas ivre a son travail ou a l'ecole. Avec le cannabis, il y en a toujours, surtout parmis les plus jeunes, pour trouver ça 'cool', sans danger, qu'un petit joint a la pause aide a se detendre etc...

AF

Écrit par : Alain Fernal | jeudi, 06 novembre 2008

Je vis depuis 5 ans sans alcool et sans fumée (J'ai fait le ménage au nom de ma santé!Je trouvais que mon corps mérite des égards...)

C'est vrai, le premier problème, c'est l'environnement et la socialisation de l'alcool: Et il faut une bonne dose de volonté pour faire comprendre à nos amis qu'on ne devient pas un pisse-froid si on ne boit pas d'alcool et surtout qu'on est pas forcément un alcoolique si on prend cette décision... Ceux qui le pense devraient s'interroger sur leur propre consommation!!

On peut tout aussi bien fêter quoique ce soit en buvant des boissons non alcoolisées. Ce n'est pas faire injure à qui que ce soit de le fêter autrement qu'en se cuitant, même légèrement. J'en reviens à mon expérience de motard et je me sentirais beaucoup plus en sécurité si on pouvait faire comprendre que les fêtes sans alcool sont possible. Mais non, bon nombre de personnes organisent des fêtes de la bière à tour de bras, des réunions où l'on se cuite consciencieusement, les buvettes sont pauvres en boissons alternatives, etc.
Conclusion? Doit-on ouvrir la porte à des fumeries de shit, à une nouvelle manière de faire la fête en toute légalité mais avec les mêmes problèmes de santé et de sécurité générale sur les routes et ailleurs?
Doit-on pousser les gens à ne plus être eux-même à se mettre dans une situation où l'image qu'ils donnent d'eux-même est gravement négative? C'est ça que l'on souhaite?
C'est là que se situe le vrai problème: il ne faut pas légaliser de nouvelles drogues (D'autres demandes suivront en utilisant les mêmes comparaisons...) au nom du fait qu'il y en a une ou deux qui sont admises en oblitérant le cout social et médical que cela engendre.
Il faut au contraire agir dans le sens de la prévention en utilisant l'argent qui devrait être dépensé pour soigner les dégâts que ferait une légalisation... Certains jeunes que je côtoie ont compris ça, heureusement. Et qu'est-ce qu'on se marre quand on est ensemble!!!

Écrit par : Vastkestion | jeudi, 06 novembre 2008

"Petit rappel : l'initiative pour "une politique raisonnable en matière de chanvre" (en français fédéral dans le texte) ne préconise pas la libéralisation du commerce du cannabis mais sa dépénalisation (et encore : partielle). Autrement dit, elle propose de traiter légalement l'usage et le commerce du cannabis à l'instar de ceux de l'alcool."

Ce serait comme aux Pays-Bas? Le commerce serait autorisé mais pas la production?

C'est aussi illogique que d'autoriser la vente du tabac mais d'empécher sa consommation (il suffit de voir les pays où l'on arrive à interdire de fumer en plein air ou chez soi).

Écrit par : Papageno | jeudi, 06 novembre 2008

Un point important qui a l'air d'être laissé de côté par les initiants est celui du caractère illégal de la consommation. Les jeunes sont attirés par ce qui enfreint la loi (prise de risque, rébellion juvenile etc.)c'est normal et ça a été et sera toujours le cas.

Donc si les moins de 18 ans ne peuvent pas consommer légalement du cannabis ils seront toujours attiré par l'aspect illégal et pourront se fournir très facilement au près des consommateurs autorisés. Le pire sera dans les établissements comme les coléges où des mineurs cotoient des jeunes majeurs.Je vous laisse imaginer le désastre.

Et encore pire pour les majeurs, le cannabis deviendrait quelque chose de "normal" donc ceux qui veulent s'échapper du "carcan" de la société passeront à autre chose.. par exemple la cocaine (qui supplante de plus en plus le cannabis, les initiants ne comprennent d'ailleurs pas pourquoi la consommation du cannabis ne croit plus autant chez les jeunes... ils vont réaliser d'ici 10 ou 20 ans, comme le reste.)

Écrit par : Papageno | jeudi, 06 novembre 2008

C'est vrai que les jeunes sont attirés par ce qui est interdit... L'alcool leur est interdit et malheureusement l'alcoolisme des très jeunes augmente gravement. Légaliser la consommation d'alcool depuis la naissance ne changerait rien au fait que si une certaine frange de la jeunesse ne se sent pas bien dans sa peau, il faut aller chercher ailleurs!
L'Etat se voile la face, nos élus mettent un emplâtre sur une jambe de bois, ne veulent pas admettre qu'il faut revoir fondamentalement la politique ciblée principalement sur les jeunes en leur offrant ou en favorisant une qualité de vie valable. Ceci veut dire qu'il faut, entre autre, de l'argent pour soutenir toutes les associations sportives et culturelles qui offrent des alternatives sortant des discothèques et autres tire-sous...
La légalisation de la consommation du cannabis va à l'encontre de cette démarche puisqu'on peut en être sûr, on trouvera des distributeurs de cannabis à l'entrée des lieux où vont les jeunes... Bonjour les dégâts!

Écrit par : Vastkestion | jeudi, 06 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.