vendredi, 24 octobre 2008

La prison ? Brisons-la !

" La privation de liberté (est) le plus sûr moyen d'insulter à l'être, de l'abaisser pour l'atteindre dans son âme, dans ce qu'il a d'unique et de singulier "
(Julien Green)

Dans un discours de 1847 à propos de la loi sur les prisons, Victor Hugo adjurait les parlementaires : " Dans le temps où nous sommes, on flatte beaucoup le peuple. Messieurs, ne le flattons pas, aimons-le "... Du temps où l'on " flatte le peuple ", pour mieux l'abêtir, nous ne sommes pas sortis : c'est au nom du " peuple " qu'on réclame l'agrandissement des prisons existantes, la construction de prisons nouvelles, d'établissements spécialisés pour les jeunes prisonniers, les prisonnières, les prisonniers souffrant de troubles psychiatriques, les prisonniers en instance d'expulsion vers des prisons pires que les nôtres -celles des pays qu'ils ont fui. C'est au nom du " peuple " qu'on réclame l'imprescriptibilité de certains crimes, l'enfermement à vie de certains criminels, quand ce n'est pas purement et simplement le rétablissement de la peine de mort, faute sans doute de pouvoir réclamer celui de la torture.

Le vol du temps
Là où le monde dont nous sommes, et voulons changer se révèle le plus clairement à nous, c'est là où il croit nous priver le plus sûrement de toute possibilité d'agir sur lui -et à plus forte déraison, contre lui. Sommes nous si sûrs de ce que nous faisons habituellement, qu'il nous faille en prendre le deuil lorsque nous ne pouvons plus le faire ? si efficaces " dehors " que nous serions impuissants " dedans " ? si libres dans la rue, au travail, en famille, dans nos organisations, que la prison serait l'ombre de cette lumière ? De quoi la prison nous ampute-t-elle ? De temps. Lorsque vous aurez dépouillé la prison de tout ce qu'elle a de stupidement, d'inutilement, de sadiquement vexatoire, et que vous serez débarrassés du fatras de prétextes politiques la recouvrant pour mieux en celer la réalité, vous la rendrez visible pour ce qu'elle est : la plus efficace et la plus formidable machine à voler le temps des hommes et des femmes qu'on y enferme. Pour le reste, la prison n'est pas un monde hors du monde : elle est la caricature du monde qui la produit, et ses tares sont celles de la société qui l'a instituée comme un lieu de mise à l'écart, un lieu de surveillance et un lieu de punition, et qui prétend encore contre toute évidence en faire un lieu de rééducation, de resocialisation et d'amendement -prétentions que la simple observation des faits suffit à rendre risible. Instrument de l'Etat de Droit, elle laisse les droits derrière sa porte, et le droit du plus fort et du plus riche régner en ses murs, en y produisant plus de violence encore que celle dont elle prétend préserver la société. La prison est une survivance d'âges obscurs dont nous peinons à nous défaire. Post tenebras lux ou Post tenebras semper tenebrae ?


02:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (51) | Tags : prison, justice, champ-dollon | |  Facebook | | | |

Commentaires

Votre article n'est pas sérieux.

Quant au temps volés de ceux qui ont volé les biens ou la vie des autres, franchement, c'est bien souvent mérité. L'impunité de certains criminels face à leurs victime me paraît bien plus grave que la condition des prisonniers!

Vous voulez quoi: Laisser tous les assassins, violeurs et autres cambrioleurs bâtifoler dans la nature et faire ce qui leur chante?...

C'est encore une fois une dérive philosophique absurde. A moins que vous ne préconisiez de rétablir la peine de mort, perso comme Obama, Mc Cain, Angelina Jolie: je suis pour quand il s'agit de tueurs d'enfants, et de tueurs plus généralement.

Le sadique de Romon a passé 20 ans en tôle et on va le libérer? Pour moi on aurait du le pendre haut et court pour protéger définitivement la société.

Mais la peine de mort ne reviendra jamais en Europe, et vous voulez supprimer la prison, il reste quoi comme option à part de lâcher dans la nature les pire criminels?

Vous avez une recette pour supprimer le crime?

Écrit par : Carlitos de Unamuno | vendredi, 24 octobre 2008

Bonjour !
Votre constat est exact: la prison ampute une quantité de temps mesurable X à une vie qui en apporte une quantité non-mesurable Y.
Si elle ne constitue pas, à vos yeux, la bonne solution pour d'une part "punir" (caractère dissuasif) et d'autre part réinsérer (caractère éducatif) les personnes qui se sont rendues coupables de délits ou de crimes, quelle autre solution socialement idéale proposez-vous ?

:o)

Écrit par : Blondesen | vendredi, 24 octobre 2008

Bonjour,

Vote réflexion est intéressante. Si la prison est un milieu privatif de liberté, il existe aussi des services qui s'occupent de réinsertion après la détention pour limiter le risque de récidive, pour permettre aussi à une personne de retrouver une vie normale avec une occupation peut-être à la clé, un toit, des soins médicaux. Mais que faire aussi des personnes qui ont commis des délits graves comme le sadique de Romont et d'autres.
Bien à vous,

Béatrice FUCHS

Écrit par : beatriice fuchs | vendredi, 24 octobre 2008

@Béatrice -

Les soigner ! Derrière les crimes ce sont souvent de grands malades qui ont besoin de soins et qui doivent être traités.

Pour le reste, dès le premier jour d'emprisonnement, il nous faut réfléchir à leur réintégration dans la vie active de ces personnes incarcérées. Si, la société les a condamnés pour une période donnée et qu'ils doivent payer leur peine, au-delà de cette période les gens devraient être blanchis et repartir à zéro. Sinon à quoi sert la justice, à quoi sert la durée de peine, à la fin de celle-ci tout doit être fait pour la réinsertion : logement, activité professionnelle, formation.
Nous attendons trop longtemps de nous activer pour leur réintégration dans une société qui continue inlassablement à les juger et leur exclusion est si vraie qu'ils repartent directement dans la délinquance.

Écrit par : duda | vendredi, 24 octobre 2008

"Les soigner ! Derrière les crimes ce sont souvent de grands malades qui ont besoin de soins et qui doivent être traités."

Concernant les sadiques cette méthode a montré ses limites: Combien de cas de récidive après libération?

Ne soyons pas angéliques, les grands malades dont vous parlez sont pour la plupart tout simplement incurables et devraient être internés à vie. Le sadique de Romon ne devrait jamais être relaché! Les bonnes intentions sont inutiles: il faut protéger la population, c'est là la priorité.

Écrit par : Carlitos de Unmauno | vendredi, 24 octobre 2008

Le sadique de Romont a été arrêté pendant un cours de répetition et je peux affirmer que, si ces camarades avaient sus que ce type avait causé de telles horreurs, il n'y aurait pas eu de procès mais un enterrement ! Pour ce qui est de soigner ce genre d'individus, il me semble qu'il y a une grande quantité de récidives ! D'où la preuve de l'efficacité des soins ! Heureusement que le Peuple (contre l'avis du Conseil Fédéral) a voté pour l'enfermenent à vie de ces salopards.

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, 24 octobre 2008

Carlitos, le sadique de Romont devait être relâché il y a plusieurs années mais la justice, sur sa propre demande, a refusé de le libérer. Il avait trop la trouille de se retrouver dans le plumier rapidement !

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, 24 octobre 2008

"" La privation de liberté (est) le plus sûr moyen d'insulter à l'être, de l'abaisser pour l'atteindre dans son âme, dans ce qu'il a d'unique et de singulier " - (Julien Green)

Ca ne doit pas être si terrible que ça, mon Juju. Il y en a qui, à peine sorti, font tout ce qu'il faut pour y retourner. Et par forcément sous la pression de crampes d’estomac.

Un exemple : le sympathique Patrick Henry, fils de bonne famille. Il a étranglé un bambin de 7 ans, Patrick Bertrand, pour supprimer le témoin du rapt qu'il avait commis, AVANT de demander des sous à ses parents. Un million de francs français 1976...

L'ineffable Badinter lui ayant éviter a bascule à charlot, il a fait vingt-cinq ans de placard, a appris un tas de choses (licence en mathématique, DUT en informatique), a co-rédigé ses mémoires d’assassin qu’un éditeur sordide (Calmann-Lévy, on ne fait pas lui faire la fleur de ne pas le nommer) a assorti d’une très confortable avance sur droits d’étrangleur, s’est vu proposer un bon boulot par une truffe qui croyait à la rédemption, a été arrêté, treize mois plus tard, pour vol à l’étalage et quatre mois plus tard encore pour trafic de drogue, ayant été trouvé en possession de dix kilos de résine de cannabis…

Pour autant qu’on le sache, cet aimable garçon est encore au chtar. A moins, bien sûr, que le droit de l’hommisme ambiant ne l’ait subrepticement remis en liberté.

Mais quoi qu’il en soit, il est établi que la taule, en dépit de tout le mal qu’en dit M. Holenweg, ne fait pas peur à ceux qui la connaissent le mieux. Le côté quatre étoiles, sûrement. Alors les alarmes de Juju et la provoc’ à un balle cinquante de M. Holenweg ne sont pas fondées, pas fondées du tout.

Écrit par : Scipion | vendredi, 24 octobre 2008

Se référer à Michel Foucault dans son ouvrage Surveiller et Punir
La prison constitue l’institution disciplinaire de redressement par excellence : c’est un lieu clos, quadrillé selon un emploi du temps strict, une surveillance ininterrompue et la mise en place de processus d’exercices qui imposent une transformation de l’individu, de son corps et de son esprit. Les instruments utilisés sont des schémas de contraintes répétés. La prison devient un système disciplinaire totalitaire exhaustif en essayant de recouvrir touts les aspects de l’homme et en imposant une contrainte de rééducation totale et continue. L’existence du détenu est recodée autour de trois principes isolation, travail, finalisation du temps.
Mais la prison, analyse enfin Michel FOUCAULT est également un système qui produit son objet. La prison, explique-t-il, lie les individus les uns aux autres et en contraignant les individus dans une vie artificielle, devient le refuge de l’arbitraire et de l’abus du pouvoir. La prison produit le crime et incite à sa reproduction. Par conséquent, le but de la prison, en réalité, ne serait pas de redresser les délinquants, mais de rendre légitime le pouvoir de punir et de rendre la prison nécessaire. Michel FOUCAULT décrit la prison comme un système totalitaire plus inhumain encore que le supplice.
Conclusion. L’analyse de la prison comme un système totalitaire rejoint l’analyse de l’hôpital psychiatrique Les hôpitaux psychiatriques sont des lieux de contrôle de tous les aspects de l’existence. Les principes qui régissent la vie des internés ressemblent à ceux des détenus. Plus qu’une analyse de la prison, Surveiller et Punir décrit l’avènement d’une société de surveillance, où tout est placé sous le regard constant d’un contrôle hiérarchique (le panopticon).

Écrit par : duda | vendredi, 24 octobre 2008

La prison est le lieu du pouvoir qui applique son autorité omnisciente. Alors qu'en réalité, la prison devrait engager autant de penseurs, de philisophes, de sociologues qui ont leur mot à dire dans comment réintégrer l'être déviant dans son environnement social. Le pouvoir n'invite pas à la réflexion mais à la mise en pratique de son abus. A quand une vraie réflexion autour de l'intégration réelle des personnes incarcérées ? même en prison, elles appartiennent encore à la société, ce temps est là est une parenthèse qui va s'ouvrir et force est de penser à la suite. On ne peut pas et on ne doit pas associer le milieu carcéral à un no man's land dont seul l'autorité aurait la main mise dessus.

Écrit par : duda | vendredi, 24 octobre 2008

J'aime bien Foucault, je sais bien que les prisons sont des lieux de corruption, aussi, cependant, encore une fois, Foucault n'a rien de concret à proposer comme alternative, ni aucune solution pour lutter contre la criminalité...

C'était un philosophe, position confortable s'il en est, pour le politique qui doit concrètement lutter contre l'insécurité, ces paroles peuvent servir à améliorer l'encadrement des cas récupérables et éviter qu'ils ne deviennent effectivement irrécupérables.

Pour les autres, les malades, les sadiques, les meurtriers incurables, je leur souhaite toutes les souffrances du monde, ils ne méritent que ça... Je pense d'abord à leurs victimes avent de penser à leur bien être personnel. Et une victime ou la famille d'un être assassiné se soigne d'autant mieux qu'elle sait l' agresseur sous les barreaux, souffrant plutôt qu'épanouit et prêt à recommencer.

Je proposerait à tous les sadiques de Romont d'avoir le droit de recourir aux services d'Exit et de se suicider pour le bien être collectif.

Quant aux asiles, oui, encore une fois, que faire des fous?...

C'est bien joli la posture philosophique et critique, moi ce qui m'intéresse c'est le pratique et le concret...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | vendredi, 24 octobre 2008

Cher préopinants, ne brisez pas un des derniers où l'on puisse fumer librement! Il faut pour exercer ce droit, être malade agonisant ou détenu ou condamné à mort (sauf en Amérique)!!

A bon entendeur!

Écrit par : Micheline Pace | vendredi, 24 octobre 2008

Alors ? Cette solution ?

:o)

Écrit par : Blondesen | vendredi, 24 octobre 2008

La solution pour pouvoir fumer? Et bien. c'est simple : être en PRISON (ou sur un lit d'hôpital, à l'article de la mort) !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Micheline Pace | vendredi, 24 octobre 2008

Il faut supprimer la prison : excellente idée ! Mais pendons haut et court le premier voleur de sugus, comme les Africains : le collier de feu pour un voleur de pain, de mes yeux vu à Bobo Dioulasso en 94, à Huambo en 89.
La question vraiment importante : les jeunes deviennent de plus en plus incultes, ou déculturés, crédules et acritiques : dans quelques années, les élucubrations de Holenweg seront-elles l'idéologie dominante ? je ne le pense pas du tout, mais ce genre de bêtises aura ouvert grand les portes aux idées fascistes...

Écrit par : Géo | vendredi, 24 octobre 2008

La solution est demandée au monsieur qui pointe son bel index, belle enfant.

;o)

Écrit par : Blondesen | vendredi, 24 octobre 2008

Excusez-moi de relever un peu le niveau mais selon Primo Levi celui qui a commis une atrocité est à considérer autant que sa victime il est consciemment ou pas dans un état de délabrement psychique total. Trop longtemps, on a pris en compte que la victime alors qu'il est nécessaire de prendre immédiatement les deux protagonistes en charge. Il est simpliste de placer d'un côté la victime, de l'autre le bourreau. Le second est aussi horrifié de ses actes que le premier qui l'a subit.

Écrit par : duda | vendredi, 24 octobre 2008

"Il est simpliste de placer d'un côté la victime, de l'autre le bourreau. Le second est aussi horrifié de ses actes que le premier qui l'a subit."
Mieux vaut lire ça qu'être sourd...
On se doutait que ces gens étaient à côté de leurs pompes, maintenant ils l'écrivent noir sur blanc. Et pour simplifier, ce qu'ils oublient, c'est que le bourreau ADORE être horrifié de ce qu'il a fait...
C'est curieux tout de même, avec cette obsession étasunienne de parler sans arrêt des serial killers, cela devrait se savoir...

Écrit par : Géo | vendredi, 24 octobre 2008

"Le second est aussi horrifié de ses actes que le premier qui l'a subit."

Je n'y crois pas une seconde. Regardez les anciens membres d'actions directe ayant assassiné plusieures personnalités avant d'aller en tôle: Aucun regret!

Regardez le cannibal qui a récemment tué et mangé son partenaire: Aucun regret!

Les violeurs récidivistes et pédophiles: Aucun regret (Tellement pas qu'ils remettent ça)!

Les nazis à Nuremberg? Aucun regret!

Les auteurs de 9/11? Aucun regret!

Primo Lévi a t'il donc vu un quelconque regret dans les yeux de ses bourreau nazis? (Il a été dans les camps)

Franchement, c'est de la littérature. Ca me fait penser à l'écrivain urugayen Juan Carlos Onetti, qui a pondu une nouvelle dans laquelle un ancien tortionnaire bourré de remords ne peut plus écouter Mozart car il est hanté par ses victimes. J'ai vu des interviews de tortionnaires argentins, et là encore: Aucun regret!

Je crois l'homme assez impitoyable pour commettre des crimes sans autre remords, er placer la souffrance de la victime sur le même plan que celle du bourreau est à mon avis très post-moderniste et clairement relativiste dans le mauvais sens du terme...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | vendredi, 24 octobre 2008

Sur ma remarque par rapport au post-modernisme et à cette vision épurée des assassins, je pensais à une pièce de théâtre vue il y a quelque années sur Gil de Ray vu comme un être tourmenté et profondément romantique en quête de salut.

Franchement, j'ai le sentiment que cette vision angélique de l'assassin, et le culte moderne des Serial-Killers est juste le reflet d'une peur primale et d'une envie de se rassurer en voyant de l'humanité partout même là où manifestement elle a cessé d'exister.

Il y a tellement de cas retentissants de procès d'assassins qui n'ont jamais émis le moindre remord et qui contredisent fondamentalement cette vision artistique et littéraire que je ne peux accorder à Primo Lévi le moindre crédit, et ce malgré tout le mérite de sa notoriété et de son talent littéraire...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | vendredi, 24 octobre 2008

"Excusez-moi de relever un peu le niveau"

Et cette phrase est vraiment bien prétentieuse...

Vous sombrez dans le relativisme, vous n'élevez rien du tout...

Nous avons déjà mentionné avant les cas bien trop nombreux de malades relâchés sur expertise psychiatrique qui font de nouvelles victimes. Les thérapies ont échoué et ont été incapable de "soigner" de manière fiable les grands sadiques. Il faut les enfermer à vie, ou les envoyer se faire liquider aux USA vu qu'en europe la peine de mort n'existera plus jamais (Et j'avoue que des fois je le déplore).

Écrit par : Carlitos de Unmauno | vendredi, 24 octobre 2008

"Excusez-moi de relever un peu le niveau"

Et cette phrase est vraiment bien prétentieuse... "

C'est vrai qu'il y a beaucoup à dire sur cette phrase. Les gifles perdues dans l'enfance donnent à peu près cela : le sentiment d'avoir forcèment raison sans avoir à argumenter. Les enfants gâtés de parents eux-mêmes enfants gâtés : c'est cela la Suisse.

Écrit par : Géo | vendredi, 24 octobre 2008

"...longtemps, on a pris en compte que la victime alors qu'il est nécessaire de prendre immédiatement les deux protagonistes en charge."

Donc la prise en charge du protagoniste "victime", c'est uniquement quand ça ne n'a pas été fait par le croque-mort ou par le service des soins intensifs, j'imagine ?

"...selon Primo Levi..."

Je ne veux pas être méchant avec un mort, mais on peut quand même se demander si ce n'est pas le jour où il a fini de croire à de telles âneries qu'il n'a plus supporté de vivre et qu'il s'est jeté dans la cage d'escalier de son immeuble, à Turin...

Pour ma part, il y a toute une brochette d'homicides monstrueux dont les auteurs s'affichent tellement anéantis par le douleur, que je ne croirai que le jour où ils se seront condamnés à mort et exécutés dans la foulée !

Écrit par : Scipion | vendredi, 24 octobre 2008

L'atrophie de l'empathie est déjà du ressort de la pathologie, à savoir le bourreau qui n'éprouve rien à l'encontre de sa victime est lui-même sacrément atteint. Pour exemple, Boris Cyrulnik citait le cas d'un jeune qui arrache le sac d'une vieille dame, elle s'accroche à son sac, finit par tomber, sa tête heurte le trottoir et elle meurt. Le jeune ne montre aucun signe d'empathie et va jusqu'à dire qu'elle aurait mieux fait de lâcher son sac. Cyrulnik analyse ce cas et constate que le jeune a été battu depuis toujours. Destructeur, auto-destructeur, empathie atrophiée, le travail du médecin psychiatre consistera à réactiver une empathie totalement absente. En montrant différents exemples de jeunes enfants maltraités, il a pu constater que l'empathie diminue fortement, voire disparaît totalement. Ce qui souligne le travail de prévention sur les personnes victimes de violence et s'assurer qu'elles ne reproduiront pas cette violence sur autrui. Eh oui ! rien n'est simple.

Écrit par : duda | vendredi, 24 octobre 2008

Quelques remarques, au vol :

1.A Genève, puisque nous y sommes, la prison (pour ne retenir que celle de Champ-Dollon) n'"accueille" qu'une vingtaine de condamnés sur plus de 450 détenus. Quasiment tous les autres sont des prévenus -pas encore jugés, pas encore condamnés, et présumés innocents.

2. La prison de Champ Dollon a trente ans. Entre son inauguration et aujourd'hui, sa population a été multipliée par quatre. Est-ce que la criminalité et la délinquance ont quadruplé pendant ces trente ans ? évidemment non. Si tel avait été le cas, on aurait instauré l'état d'urgence. Le plus *"chaud" des quartiers genevois est un hâvre de paix si on le compare à un quartier normal d'une grande ville d'Amérique du nord (pour ne rien dire des grandes villes d'Amérique du sud, d'Asie ou d'Afrique). On ne remplit donc pas les prisons en fonction de la criminalité et de la délinquance, on la remplit parce qu'elle est là est qu'il est commode d'y envoyer ce qu'on s'apprête à juger, quoi qu'ils aient commis.

3. La population carcérale a été multipliée par quatre en trente ans, et s'il n'y a pas quatre fois plus de criminalité et de délinquance qu'il y a trente ans, il n'y en a pas moins non plus. La prison n'est donc pas une "solution" à la criminalité et à la délinquance, puisque celles-ci ne diminuent pas uand on emprisonne plus...

4. La prison n'est pas plus une "solution" au crime que la peine de mort ou la torture. Parce qu'il n'y a tout simplement pas de spolution au crime. La "possibilité du crime", c'est-à-dire le libre arbitre, est constitutif de la nature humaine. Et il n'y a pas moins de crime dans les pays où l'on pratique la peine de mort, où on incarcère en masse, où on torture, que dans les pays où la peine de mort et la torture ont été abolies.

5. La prison, comme la peine de mort, pourraient cependant être des pratiques acceptables, faute de mieux, mais à une condition : qu'elles soient appliquées à ceux qui y condamnent des innocents. La peine de mort ne sera admissible que lorsqu'elle sera prononcée aussi contre les auteurs d'erreurs judiciaires (les policiers, les juges, les procureurs, les jurés) qui auront conduit à l'exécution d'un innocent. Et la prison ne sera légitime que lorsqu'on y conduira aussi les policiers, les juges, les procureurs et les jurés qui y auront envoyé des innocents.

6. Enfin, à propos de Primo Levi et de deux crétineries pondues à son propos :
- "je ne peux accorder à Primo Lévi le moindre crédit, et ce malgré tout le mérite de sa notoriété et de son talent littéraire..." Le "crédit" de Primo Levi ne tient ni à sa notoriété ni à son talent littéraire : elle tient à son expérience des camps d'extermination et à la force du témoignage qu'il en a donné.
- "on peut quand même se demander si ce n'est pas le jour où il a fini de croire à de telles âneries qu'il n'a plus supporté de vivre et qu'il s'est jeté dans la cage d'escalier de son immeuble, à Turin...". Primo Levi s'est suicidé parce qu'il ne supportait plus le poids de son expérience contrationnaire, et celui de l'indifférence de ses contemporains au témoignage de cette expérience. Il s'est donné la mort parce qu'il l'avait vécue dans les camps.

Écrit par : Pascal Holenweg | samedi, 25 octobre 2008

Ah ?
C'est "ça" votre solution ?
Eh bééé...

"Ah! non! c'est un peu court, jeune homme!"

Mais pour les bobos de gauche c'est bien assez, j'en conviens.

:o)

Écrit par : Blondesen | samedi, 25 octobre 2008

Réactions haineuses, vos oeillères vous empêchent de voir une chose très simple. La plupart des gens en prison ne sont ni des violeurs, ni des meurtriers, et il s'y trouve aussi un grand nombre de malades mentaux qui ne sont absolument pas soignés et qui n'ont rien à faire là.

Parlant des gens violents ou rebelles, que je sache jamais la prison ne les à "améliorés", quant on sait comment ils sont traités, pire que des animaux par certains matons et certains codétenus, pas de surprise si dès qu'ils ressortent ils recommencent, en pire. L'effet dissuasif est largement compensé par la violence intra-muros, tu y vas la première fois naif jeune voleur d'autoradio, tu en ressors braqueur patenté, habitué à la baston, ça renforce le côté du crime pas le côté de la loi.

Pour lutter contre le récidivisme en matière d'actes sexuels pervers (par ex. les pédophiles mais c'est pas les seuls) certains autres pays que le nôtre, là ou il existe un vrai suivi ont démontré que c'est tout-à-fait jouable. La réduction importante des récidives en est la preuve patente.

Bien sûr il y aura toujours des irréductibles, mais on tolère bien que chaque jour on aie des morts sur les routes dans ce pays, il y a moins de morts par agression avec un flingue que par accidents de la route, autres poids autres mesures, vous voulez tuer votre voisin? shootez le avec votre bagnole et prétendez à une inattention, c'est "moins cher" qu'un homicide par arme.

Mais dans ce pays, et vos réactions un peu arriérées le montrent largement, on en est encore à punir à perpétuité quelqu'un qui à "fauté" (pourtant ni meurtrier ni violeur) ceci même lorsqu'il a purgé sa peine. Si tant de voleurs (sans "i") recommencent, c'est tout simplement que sorti de prison, sans travail ni logement, t'as rapidement pas d'autre choix... c'est idem pour les dealers de drogue.


Mais la "société" est vindicative, pour toujours tu resteras un ex-taulard.
(Cette phrase est "empruntée" au groupe français Trust).


Supprimer les prisons surement pas, mais d'urgence réformer tout ça, avant que ça nous pète à la gueule comme une marmite à vapeur trop pleine. Pour éviter que "d'ex-taulards" ne se retrouvent pleins de haine envers "Mossieu Toulemondde" et la société en général et leur permettre de recommencer leur vie une fois la peine purgée.

La situation existante n'est rien d'autre qu'une condamnation à perpette des "jamais-ex" taulards à vie, c'est la peine de mort des peuples sans couilles, comme ici, on ose pas les tuer, on les met en taule puis quand ils sortent on les fait crever à petit feu l'air de rien, sous les applaudissements d'un troupeau de faux-culs qui se prétendent humains et sociables, tout en jouant les vierges effarouchées.

Pour la plupart vous êtes juste à gerber...

M. Holenweg je suis pas d'accord avec tout ce que vous dites, mais en effet il faudrait qu'on essaye d'évoluer un peu, plus haut que les commentaires des bofs moyennageux (je reste poli) que j'ai lu en-dessous votre "lettre".

La prison à largement démontré son inefficacité (sauf à faire peur aux bofs sus-commentateurs tapis au chaud dans leurs salon, bofs qui n'auraient de toute manière pas les tripes pour faire un braquage).

En fait, je crois que c'est ça qui doit les emmerder le plus, c'est qu'ils vont bosser comme des veaux pour un salaire de misère, ils passent leur vie à se plaindre en attendant la retraite et vont canner d'ennui une fois celle-ci arrivée, ignorés dans leurs EMS après une vie médiocre...
Alors quand ils voient qu'en 5 minutes un roublard peut braquer ce qu'ils vont mettre une vie entière à économiser sans jamais en profiter, forcément ils se font dans le pantalon.

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

"M. Holenweg je suis pas d'accord avec tout ce que vous dites, mais en effet il faudrait qu'on essaye d'évoluer un peu, plus haut que les commentaires des bofs moyennageux (je reste poli) que j'ai lu en-dessous votre "lettre"."

Dis Rapetou, tu serais pas un ex taulard des fois? Quand au "beauf" (Pas "Bof") il t'emmerde.

"La prison à largement démontré son inefficacité (sauf à faire peur aux bofs sus-commentateurs tapis au chaud dans leurs salon, bofs qui n'auraient de toute manière pas les tripes pour faire un braquage)."

Bof...bof...bof... Et je vois que vous admirez le courage de braqueurs, bravo, vous êtes sûr de ne pas être un ex-taulard?

"En fait, je crois que c'est ça qui doit les emmerder le plus, c'est qu'ils vont bosser comme des veaux pour un salaire de misère, ils passent leur vie à se plaindre en attendant la retraite et vont canner d'ennui une fois celle-ci arrivée, ignorés dans leurs EMS après une vie médiocre..."

Vous préparez un braquage pour rendre votre vie plus palpitante que la nôtre?... J'espère que vous irez en Taule... Après vous pourrez étaler votre biographie écrite derrière les barreaux.

"Alors quand ils voient qu'en 5 minutes un roublard peut braquer ce qu'ils vont mettre une vie entière à économiser sans jamais en profiter, forcément ils se font dans le pantalon."

Vous n'avez rien compris: L'honnêteté est le fondement de notre existence, et nous ne sommes pas tous des petits brigands de votre trempe. Vous en avez pris pour combien?

Écrit par : Carlitos de Unamuno | samedi, 25 octobre 2008

Bof, moi je met "Bof", le beauf(rère) lui il y est pour rien.

"Après vous pourrez étaler votre biographie écrite derrière les barreaux"

Même ça ça vous ferait suer, et sans voler en plus (ni bosser), ça se vend
bien les bio de racailles de nos jours, en tout cas bien mieux que la vie
du bloggeur moyen ou de l'employé de banque modèle d'honnêteté, (celui qui passe sa vie à additionner les totaux des comptes de divers dictateurs et autres affairistes, qui est le plus voleur ?).

"L'honnêteté est le fondement de notre existence"

Demandez a vos banquiers, vos patrons et vos curés ou vos assureurs...
Si tu y crois vraiment t'es un vrai ange ou complètement lobotomisé.
Bonne chance.

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

"Même ça ça vous ferait suer, et sans voler en plus (ni bosser)"

Eh mec, j'ai un bon boulot et en plus je l'aime, moi s'qui m'intéresse c'est pas de gagner des pépètes faciles, c'est de monter des projets, les réaliser, rencontrer des gens, faire avancer l'organization... Tu vois? L'entreprise est une aventure formidable, et franchement, braquer une banque pour finir en tôle, même avec l'occasion d'écrire ma biographie, non merci... Déjà des bios yen a à profusion, chacun se racontant son propre nombril... c'est bon... En plus quand j'sors de mon boulot je vais m'éclater sur ma batterie, donc, vraiment, je suis pas jaloux de qui que ce soit. Je supporte pas la violence, ni l'agression, et encore moins le meurtre.

"(celui qui passe sa vie à additionner les totaux des comptes de divers dictateurs et autres affairistes, qui est le plus voleur ?)"

Euh, vous savez, en Suisse on bosse pas tous dans les banques... Vous êtes fran4ais par hasard? ça frise l'essentialisme anti-helvète, le bof s'insurge! @;-)

"mieux que la vie
du bloggeur moyen"

Bloguer c'est fun, rien de plus, et des blogeurs moyens yen a des millions comme il y a des millions de bons musicien sur myspace. Je suis archéologue et biologiste de formation (Et musicien dilettante à mes heures), j'ai eu le temps de méditer sur le sens de la vie mon ami, donc ça fait longtemps que je me sais tout, mais alors tout petit de rien du tout... Et on vis très bien quand on a compris ça...

Pas besoin de se défrustrer en braquant une pauvre vieille parce qu'on a la flemme de bosser et qu'on veut être riche, tout de suite, ou alors jamais rien et qu'on adore s'envoyer des montée d'adrénaline... @:-)

En fait: Plus qu'un bof je suis un saj... Impitoyable envers les assassins et les voleurs... @;-)


Hey Hollenweg, j'ai vu vos fiches! Je suis surpris que les socialos vous aient accepté, ça prouve la nature profondément crypto-communiste de la gauche genevoise!

Sieg Lenine! Moi je n'ai jamais cédé ni à l'extrême-droite ni à l'extrême gauche, je suis à l'extrême-centre, et j'ai bien raison, Mr. le Politologue sans profession connue (Ancien braqueur?...). @;-)

Écrit par : Carlitos de Unamuno | samedi, 25 octobre 2008

@ Camarade Hollenweg

Au fait, pas de soucis, je suis entouré de crypro-communistes (et je ne suis pas sûr de ne pas en porter quelques séquelles). Mais heureusement, mon père, ancien chef d'entreprise et lui-même socialiste (Il est né sous la dictature de Franco), m'a inculqué quelques valeurs fondamentales. Lui aussi fréquentait volontiers des milieux alternatifs-arstictico-degauche&caviar, mais lui comme moi avons toujours été considéré là comme des petits bourgeois.

Pourtant mon père n'était parti de rien, et aujourd'hui il n'a plus rien (ou presque), mais peu importe, là plupart des communistes en Suisse vivent bourgeoisement, mais vous savez bien: "Les Bourgeois ce sont toujours les autres". Mon parrain, crétois stalinien, est l'un des homme que j'apprécie le plus au monde, mais sur le sujet du Communisme et des crimes commis en son nom il est vrai qu'un distance nous sépare.. douloureusement...

A bas la "Revolución", Vive la "Evolución"!

Je reviens au débat.

"La prison, comme la peine de mort, pourraient cependant être des pratiques acceptables, faute de mieux, mais à une condition : qu'elles soient appliquées à ceux qui y condamnent des innocents."

Vous ête sûr que vous tirez pas cette maxime d'un fameuse planche des "idées noires" de Franquin? @;-)

Et ensuite alors le chirurgien qui se trompe de jambe sera équitablement amputé?... @;-)

Vous êtes vous déjà projeté théatrâlement (je perçois ce talent chez vous) dans la peau d'un juge réunissant des preuves? On doit étendre la Loi aux chirurgiens?

Moi je dis plutôt que si la peine de mort est admise pour les crimes de sang, elle ne devrait être appliquée que dans les cas où la qualité des preuves et des témoignages condordent de telle manière qu'aucun doute ne puisse être émis. Et la peine devrait être accompagnée d'un délai de prescription de 5 ans (ou plus), avec possibilité de recours.

Mais je ne réintroduirais pas la peine de mort. Pour les assassins sadiques (j'entend bien, ni les cas passionnels ni les cas accidentels), je prononcerais une condamnation à la prison à vie incompressible, assortie d'un droit pour le condamné à recourir au suicide (via Exit). Je laisserais le cas au soin des chercheurs qui auraient tout loisir d'étudier l'animal dans le but de pouvoir mieux comprendre et controller ses pulsions (Mais je ne le relâcherais sous aucun prétexte, peine incompressible). Et je lui donnerais le choix d'un prêtre, d'un rabin, d'un imam, ou d'un bonze. Tous les livres, la musique, les films, etc. La Culture et le Sport à disposition. Il ne regrettera certainement rien (vos camarades d'Action Directe en ont donné récemment la preuve: bien des assassins ont un justificatif infaible pour expliquer leur crime), mais qu'importe pourvu qu'il ne nuise et ne torture plus jamais personne.

Parce que dans votre logique on devrait maintenant commencer à exécuter tous les psychiâtres qui, au nom de la même philosophie que la vôtre, ont ralâché des assassins qui ont fait de nouvelles victimes...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | samedi, 25 octobre 2008

Ah, je me devais encore de mettre en dernier une ptite maxime évolutionnaire:

Viva el Liberalismo! Viva el Indivíduo! Viva la Responsabilidad! Viva la Libertad!

Et bien sûr celà vaut aussi pour la crise actuelle: Les Libéraux authentiques ne peuvent que déplorer le manque de responsabilité des acteurs du marché qui a mené au désastre.

Et je vous suis en ce qu'il faut essayer de prévenir la récidive en prison, et moi je dis que c'est en y promouvant la Culture de la responsabilité, et la Culture tout court qu'on peut éviter de transformer des taulards en crypto-révolutionnaires... Mais vous au fond ça vous arrange, parce que du coup il viennent grossir le camps des camarades, ils déstabilisent l'Etat, font des pieds de nez aux entreprises, mettent à sac les bourgeois et tous les moutons de la Démocratie Bourgeoise que vous percevez avec, etc... Non? Il mettent à sac la propriété et ça ça vous excite. Du coup, en bon camarade, vous militez pour leur remise en liberté immédiate.

Le crime et la récidive de toute manière ça se prévient à l'école, quand un type atterit en tôle c'est trop tard: la graine de criminel est déjà semée.

Mais je suis prêt à défendre politiquement un projet de réforme des prisons genevoises dirigée par Cyrulink... Il connait trop bien les Primates, et est capable de nous pondre une prison modèle pour les génération future... Pourquoi pas? Mais il faut que la notion de punition reste au centre du débat, le voleur ou le criminel ne doit pas y échapper...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | samedi, 25 octobre 2008

Tu préfères le tutoiement, c'est ok. Comme tu devrais l'avoir constaté vu ton haut niveau d'éducation, je n'ai pas répondu aux questions privées. Mais toi archéologue et biologiste et projets, et çi et ça, tu serais pas Laurent Flutsch par hasard ? ;))))

Je me raconte pas le nombril, bon la balle est dans mon camp, tu viens de résumer ta vie. Si tu veux le savoir...

Tu vois avoir volé une moto il y a longtemps, à 16 ans, à fait que j'ai ni formation ni études, même après avoir payé "ton dû" on te met de côté systématiquement. 10 ans après si il y a un vol dans le quartier c'est chez toi qu'on vient sonner et pourtant t'as rien volé ce coup-là. Alors à 16 ans une vie est déjà foutue, quand il reste que la zone, certains se suicident, d'autres se shoutent, ou partent à la picole... certains deviennent violents, haineux genre serial-killer, ou même intégristes, d'autres enfin volent car ils ne seront jamais considérés, alors quand on t'accuse de vol à répétition, finalement tu t'y mets, pour pas rester sur le pavé, parce que t'as pas de boulot non plus, tu parles, ni formation, ni études et voleur en plus... sans parler du "délit de sale gueule" (je suis typé du sud).

T'es pas au courant des réalités, braquer une vieille c'est les drogués qui font ça, tu braque ma Grand-Mère je te brule. En plus y'a rien a piquer, je vole pas pour cent balles. désolé, quitte a risquer faut que ça paie, sinon je joue pas.
Le mieux c'est l'arnaque à l'esbrouffe de riches pigeons, bon pour ma conscience si j'en ai une, ils vont pas crever de faim, contrairement aux exploités qui travaillent dans le tiers monde pour assurer le niveau de vie de l'Europe.
T'aimes le café ? t'as vu la vie d'un petit planteur de café ? moi oui
JackWabre & Nescaprout c'est des pourris, des voleurs.

Et j'ai pas le rêve de "devenir riche" c'est un truc de mec qui bosse ça. Y'a trop d'emmerdes à devenir "riche". Trop de paperasses, trop d'Etat, trop de faux-cultage, de parano, et finalement plus de liberté du tout. En plus tu risque de te faire voler !!! :) Je me contente d'un niveau de vie simple, mais disons supérieur à la moyenne, et surtout d'une liberté énorme comparée à un travailleur, même si un archéo-blogeur comme toi doit avoir plus d'occasions que la moyenne.

Arsène Lupin il existe pas, mais ça m'a pas empêché de visiter des ruines romaines de presque tout le tour de la Méditerranée. Je suis juste un archéo-touriste, car pour tuer le temps ou je ne travaille pas, j'aime bien voyager. Je suis peut-être incultivé, mais pas inculte. C'est le seul truc à retenir dans certaines taules (mais pas toutes hein) tu peux apprendre un métier ou faire des études, qui serviront la plupart du temps à rien ensuite car c'est toujours marqué "taulard" dans ta marge.

D'ou je suis ? Franco-suisse, mon père était français d'origine croate, il s'est tiré en Amérique du sud sans jamais donner de nouvelles, je sais qu'il est mort c'est tout. Et d'origine arabe/suisse par ma mère mais de culture européenne, je suis né pas très loin, et sans religion (j'aime pas les intégristes et j'obéis à aucun dieu ou supposé tel), je parlais de délit de sale gueule plus haut, mais ça fonctionne aussi avec le nom dans ce pays (je porte le nom de ma mère), des études l'ont démontré, si tu as un nom qui termine en -ski en -vic ou en -hammad (entre autres) t'es moins égaux que les autres par ici.

Tu vois, je te fais un cadeau gratuit, et en exclusivité universelle en plus, le résu de ma bio pour pas un euro. C'est pas du Dickens, ni du Victor Hugo c'est même loin, mais tout ça s'est passé au XXème siècle ici, la vie de certains (ceux qui n'ont pas assez) sous les yeux souvent aveugles d'autres (ceux qui ont de quoi faire), tout les deux le cynisme des "dirigeants" (ceux qui ont de trop)
. Remarque je me plains pas, ça pourrait être pire, car loin tout en bas dans la pénombre, il y a ceux qui n'ont rien.

P.S.1 :Ah ouais, tu dis que tu supportes pas la violence, pourtant la batterie c'est bruyant, on cogne dessus c'est violent, j'espère que tu joues pas dans un groupe de hard-rock?

P.S.2 :"j'ai eu le temps de méditer sur le sens de la vie mon ami" tu te la joue pas un peu vieux con moralisateur là ? T'es un marrant Socrate. :))

Je me répète, mais je te souhaite bonne chance.

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

Errata

"car pour tuer le temps ou je ne travaille pas, j'aime bien voyager"

Tu vois comme on se fait prendre, les gens intelligents auront compris

"car pour tuer le temps ou je ne vole pas, j'aime bien voyager"


Erratum erratic ist (en bas latin anglo-allemand, bien sûr).

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

Mhh... Je réponds juste à ça pour l'instant... Après je vais sortir...
Juste sur l'histoire de la violence.

"Ah ouais, tu dis que tu supportes pas la violence, pourtant la batterie c'est bruyant, on cogne dessus c'est violent, j'espère que tu joues pas dans un groupe de hard-rock?"

La Batterie c'est avant tout un toucher, et ce toucher peut avoir autant de nuances qu'il y a de batteurs... La batteries c'est comme les arts martiaux: tu peux te la jouer full-contact, karaté, aikido, judo ou capoeira... @:-) Moi je joue plutôt capoeira...

J'aime bien les arts martiaux, mais pas la boxe improvisée, les nez qui pètent, les lames qui se plantent, les gars qui se retrouvenet paraplégiques pour une leçon d'honneur, etc... Pas pour moi. Avec ma batterie je n'ai jamais pêté un nez, ni infligé le moindre hématome ni la moindre humiliation.... @;-) On ne parle donc pas exactement de la même violence...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | samedi, 25 octobre 2008

Je le crois ça, toute la musique est affaire de toucher c'est sûr, mais certains batteurs, excuse, c'est des boulledozeurs, bim bam boum bam tout carré et je te lance la locomotive dans les dents.

Oué, sauf que je vois pas trop de différence entre tout ces sports, à la fin y'en à un qui casse la gueule à l'autre non ?

Bin je reviendrai plus tard itou, je dois mettre à charger l'accu.
A++ Socrate :)

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

Mais Carlitos pourquoi traiter avec tant de dédain éventuellement un taulard ou ex-taulard qui s'exprimerait. C'est justement eux qui doivent intervenir dans ce "cause toujours", leur avis nous intéresse en tout premier lieu car ce sont eux qui sont concernés par leur enfermement.
Taulards et ex-taulards, participez au débat, vos avis nous intéresse et même si vous n'êtes pas sûrs de votre plume "on s'en tamponne le coquillard" !

Écrit par : duda | samedi, 25 octobre 2008

Bon, je vais pas lire toute cette merde, mais tout cela prouve qu'on a bien raison d'avoir un Sig Sauer P220 avec deux chargeurs et une balle engagée sous l'oreiller pour découper en rondelles les Rapetou et les Holenweg s'ils pointent le bout de leur nez chez soi la nuit.
J'ai eu une fois un type à 1 heure du mat dans ma chambre à coucher, et c'est mon ex qui l'a entendu. Je n'étais pas armé en ces temps heureux, mais aujourd'hui, je ne lui laisserai aucune chance, quitte à l'achever parce que sinon, il reviendra se venger, Cyrulnik ou pas.
Comme ça, plus besoin de prison, pas vrai Holenweg ? (ça veut dire quoi ? chemin de l'Enfer, du Trou, non ?)

Écrit par : Géo | samedi, 25 octobre 2008

Géo tu lis pas mais tu te permets de commenter... tu réfléchis pas mais tu te permet de critiquer... explique-moi comment tu découpe un mec en rondelles avec un SIG ? t'as dû te tromper de marque mon pauvre, pour toi c'est SIGG, vous savez les outils de cuisine.

Géo tu ronfles la nuit ? si tu dors avec une balle dans le canon ronfle doucement ou tu vas pas te réveiller un de ces matins ! Et si tu mets la sécurité, le temps de te réveiller et de la faire sauter c'est trop tard.
Soit tu connais rien aux armes, soit tu es un peu idiot (oui les deux peuvent aller de pair).

Géo, c'est ton ex-copine qui à fait le boulot, on voit le courage du héros !
Tu te promènes aussi avec une arme quand tu sors de chez toi ? parce que finalement si il y a du danger pour toi c'est plus dans la rue que dans ton lit.
J'espère que tu as pas d'enfants en plus, c'est pas que je m'inquiète d'éventuelles tares transmises génétiquement, mais une arme chargée n'a pas sa place dans une famille.

Géo "...mais aujourd'hui, je ne lui laisserai aucune chance, quitte à l'achever parce que sinon, il reviendra se venger..." tu devrais consulter un bon psychanalyste, essaie Cyrulnik si tu veux, peu imoprte mais apparemment il y a urgence.

Géo, quand on n'a rien d'intéressant à dire... on ferme sa gueule.

Géo ça veut dire quoi ?
Gros égocentrique onaniste ?

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

En Suisse, les gens tués par arme à feu, c'est d'abord tout ces bon citoyens au dessus de tout soupçons, avec leur arme de guerre à la maison, ceux qui tuent leur femme et leur enfants parce qu'elle a voulu les quitter, ceux qui pète le plomb et qui se mettent à tirer dans le tas depuis leur fenêtre, ceux qui abattent leur voisin pour une cloture, ceux qui butent des jeunes parce qu'ils faisaient trop de bruit, ceux qui s'en servent sur eux pour abréger leur calvaire (tu devrais y penser mon Géo) ou encore ceux qui sont débiles au point de stocker des armes chargées ou armes et munitions dans le même placard, ou laisser des enfants jouer avec.

Ensuite c'est les chasseurs, les "accidents militaires" (comme si utiliser des armes à feu était comparable a "un accident", le feu c'est chaud donc ça peu bruler...

Je sais pas ou trouver des statictic avec les chiffres, mais les victimes (décédées) de braquage ou de cambrioleurs s'est beaucoup moins nombreux que tout ça. T'a plus de risques de crever sur une autoroute que dans un rimeke de OKcoral. Tu vois Socrate quand je disait "les bofs", ça doit être comme les loups, il suffisait d'en parler...

Finalement, je suis bien dans ma peau d'escrot. Moi j'ai tué personne, et je dors pas avec un calibre (Géo t'es sur que c'est bien sous l'oreiller que tu te le glisses et pas ailleurs ?). Moi si je finirais mes jours en taule ce sera pas comme meurtrier en tout cas.

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

La réaction de Géo est primaire voire basic instinct, si j'ai bien retenu ce qu'il a dit il avait une femme qui est devenue une ex et maintenant il ne reste plus que le flingue. comme dit Rapetou faites attention à ne pas tirer sur des jeunes pour délit de faciès ou parce qu'ils feraient trop de bruit sous vos fenêtres. Géo moins de haine, s'il vous plaît quand je vous pense que vous avez menacé Holenweg et Rapetou apprenez donc à communiquer avec moins d'agressivité. On aura peur de vous laisser un flingue, vous pourriez nous tirer dessus parce que vous ne seriez pas d'accord avec nos arguments. OUh !!! ça me fait froid dans le dos.

Écrit par : duda | samedi, 25 octobre 2008

Ouais duda, tu vois si j'avais encore un doute à essayer d'être honnette, c'est ce genre de gens qui me réconfortent pour continuer sur mon propre chemin. Va le savoir si ce Géo battait peut-être sa compagne? ou la menacer aussi avec sa pétoire ? Peut-être qu'il vit seul planqué dans un bunker atomique maintenant avec sa collection de flingots et ses rotwailers ?

Enfin bon, je vais sortir là, je suis sur Genève pour quelques jours (suis venu voir ma mère et je pensais pas raconter une partie de ma vie ici, mais bon c'est fait... la je pars en virée avec le pote qui m'éberge (je peux pas rester chez ma mère son nouveau mec est trop con, j'ai mangé avec eux ces jours derniers, il arrête pas de se plaindre, mais il fait rien pour changer son quotidien... et je me paie plus l'hotel ici, même pour un voleur c'est trop cher pour rien, j'en aurait assez les moyens, mais ils peuvent se gratter pour avoir mon fric).

Prends garde Géo, baricades-toi bien on sait jamais, tout le monde te veux du mal tu sais... J'espère de pas te croiser en ville avec ton flingue mon Géo, tu risquerais de te faire du mal et ce serait con de blesser des inossents non ?
Je reviendrai jeter un coup d'oeil sur ce blog demain avant de repartir, prochain arrêt chez mes cousins en Algérie, il fait déjà trop froid par ici.

Écrit par : Rapetou | samedi, 25 octobre 2008

Bon alors pas de réponse de M. Holenweg de CauseToujours, peut-être qu'il poste au vent et qu'il s'en fout ? :) ou alors les commentaires coincés de certains suscommentateurs lui à fait préférer aller prendre l'air là ou ça sent moins le renfermé :)) Courage, poste tes nebrasses... on verra bien, mais je crois que Calvin est pas encore mort tellement son esprit a l'air présent.


Et bon, ni Socrate de Unamuno le savant, ni Duda de je sais pas ou et son esprit ouvert, ni Géo de nulle part la lopette ne sont revenus par ici...


Socrate Unamono, j'ai bien aimé tchatché avec toi, dommage que tu n'es pas repassé, mais avoir tes multiples occupations t'as surement mieux à faire que de passer la moitié du week-end sur internet. Va savoir, peut-être qu'on se croisera sans se reconnaitre sur une ruine romaine (si c'est ton domaine dans l'archéo) ou l'année prochaine quand je reviendrais ici, car moi je vais pas repasser sur le net pendant quelques temps, la ou je vais il ya pas encore ce genre de trucs, c'est pas le moyenage mais la vie y est bien différente, et surement pas moins intéressante qu'ici.

C'est un peu plus humain contrairement à ici ou souvent même les voisins ne se parlent à peine entre eux. J'ai passé 40 ans et j'ai habité mes 26 premières années ici, mais on dirait que c'était au temps des dinosores tellement je trouve que ça à changé et pas du bon côté, si jy'avait pas ma mère et quelques très bons amis je crois que j'y reviendrais plus.

Comment on dit?, autres lieux autres meurs. Le seul truc dont je peux pas m'en passer, ça oui, c'est ma bagnole, elle est déjà la-bas par bateau. J'ai pas trop d'imagination là alors je te souhaite encore bonne chance, joue bien de la batterie, je crois que tu es un gars bien, avé Socrate, prends garde à toi.


Duda, prends garde à toi aussi, les gens intelligents et sensibles sont pas nombreux on dirait, je trouve que Genève est de plus en plus comme Paris, tu peux crever sur le trottoir et le seul geste que feront les gens c'est un pas de côté pour pas se salir les chaussures, ça me fait un peu mal au coeur. Et ne te formalise pas sur la basic instint de certains, c'est peut-être même pas leur faute si ils ont une pierre dans le coeur et de l'eau dans la tête, le film est très cool, basic instinct, surtout si tu met des Géos sous le pic à glace :)


Pour l'autre géomancien si il m'entend dans le fond de son bunker, essaie de tuer personne avec tes outils, en plus maladroit comme tu est tu vas encore t'en mettre une dans le pied... Je t'avoue que je t'aurais bien mis une paire de coups de boule, mais je suis pas un violent sauf quand on m'attaque, (alors la oui je deviens un peu pitboule comme tu l'a vu). Une autre fois tu apprendras à la coincer avant de dire n'importe quoi quant tu connais pas, pauvre gars, tiens je te plains... Ta punition ce sera de devoir regarder ta sale face dans le miroir chaque jour. Et je te souhaite même une longue vie tiens, bien remplie de vinaigre.

====
P.S. je sais ya plein de fautes, mais contrairement a hier j'ai plus le temps de corriger maintenant, escusez moi encore, au revoir.

Écrit par : Rapetou | dimanche, 26 octobre 2008

Et voilà, on s'absente deux jours et on retrouve son blog envahis de commentaires plus ou moins pertinents auxquels on n'a pas forcément envie de répondre. Sinon par quelques petites petites remarques en passant :
- au lobotomisé qui roupille avec son SIG chargé : c'est une bonne idée, une balle perdue ne l'est pas toujours pour tout le monde. Mais le SIG, c'est vraiment un flingue de merde...
- sur la peine de mort : tant qu'on n'aura pas réussi à fonder une justice infaillible -et on n'y réussira jamais- la condition de la légitimité de la peine de mort est qu'elle s'applique aussi à ceux qui auront fait exécuter des innocents -comme la condition de la légitimité e la prison est qu'on y envoie ceux qui y auront envoyé des innocents.
- n peuvent parler de la prison avec quelque crédibilité que ceux qui y sont allés. A quelque titre que ce soit.

Écrit par : Pascal Holenweg | lundi, 27 octobre 2008

Bon vent Rapetou ! voilà mon adresse mail si jamais vous avez envie d'écrire sans que l'on soit menacés par le flingue de Géo appelé SIG - flingue pour Singe Inculte et Grimaçant !
duda@infomaniak.ch

Écrit par : duda | lundi, 27 octobre 2008

@duda

"Bon vent Rapetou ! voilà mon adresse mail si jamais vous avez envie d'écrire sans que l'on soit menacés par le flingue de Géo appelé SIG - flingue pour Singe Inculte et Grimaçant !"

Vous avez plus de chance de vous faire braquer votre bagnole par Rapetou que de subir le moindre assaut de Géo. Car malgré tout, Rapetou, s'il a été honnête dans ses réponses, est bien un escroc et il s'en vante, ce que je ne saurais en aucun cas cautionner... Vous si visiblement...

@Rapetou

"Le mieux c'est l'arnaque à l'esbrouffe de riches pigeons, bon pour ma conscience si j'en ai une, ils vont pas crever de faim, contrairement aux exploités qui travaillent dans le tiers monde pour assurer le niveau de vie de l'Europe.
T'aimes le café ? t'as vu la vie d'un petit planteur de café ? moi oui"

Ben, arrête de boire du café...

Ma belle mère vit dans la région la plus pauvre du Brésil, il ne lui est cependant jamais venu à l'idée de braquer qui que ce soit et elle tire sa fierté de son revenu gagné honnêtement: Environ 150 CHF par mois...

Donc les gars qui se la jouent victime pour justifier les arnaques en Europe, chez moi désolé mais ça prend pas. Avant les "-ic" et autre noms blakaniques, yavais de "-ez" et des "-es", d'honnêtes travailleurs comme mon grand père et mon père qui ont vécu un racisme beaucoup plus frontal, mais ont gagné leur vie honnêtement. Et des "-ic" yen a plein qui bossent honnêtement, comme les espagnols et les portugais avant eux (Même que la première vague yougoslave est arrivée en même temps...).

Toi t'arnaques ptet que les très riches (et moi je suis pas absolument obligé de te croire, après tout ton truc c'est l'arnaque, pas la morale et l'honnêteté), mais dans tes activités, que tu le veuilles ou non, tu as forcément des liens avec des maffieux qui sévissent en ce monde en trafiquant des dopes et des filles, des bagnoles volées, etc. Et la Maffia c'est un des pires trucs qui minent nos démocraties.

Et je peux pas cautionner ça.

Tu ne contribues pas à la société dans laquelle tu vis car tes revenus ne sont pas déclarés, tu ne paies pas d'impôts et tu roules sûrement dans une très belle bagnole (que je n'aurai jamais les moyens de me payer, mais l'argent n'est pas mon "moteur" principal), donc tu ne contribues en rien positivement ni à l'acceptation des ressortissants des Balkans (au contraire, tu confirmes l'idée que de nombreux ressortissants de ces régions viennent en Suisse pour y mener des activités maffieuses), ni à ta société d'accueil par le versement d'une contribution à laquelle tous sont soumis.

Pas que tu sois pas sympa, et que j'ai pas envie d'être pote avec toi, mais joue encore un peu les flambeurs: t'as de grande chance de finir par te faire queuter, et crois-moi, je ne te plaindrai pas (Mais on pourra toujours chatter si ils te laissent une connection web)... Des flambeurs, petits trafiquants et voleurs j'en ai connu plus d'un: ils ont tous finit au trou.

J'ai qu'un conseil à te donner: Dépêche-toi de te trouver un plan honnête et de réinvestir ton pognon sale dans une bonne affaire avant qu'il ne soit trop tard....

Et finalement la prison pour des gens de ta trempe, c'est sûr que ça sert pas à grand chose, parce que dès la sortie tout le pognon planqué est là à ta dsposition, et tu recommenceras simplement parce que ça te fous trop les boules de gagner ta vie honnêtement: trop d'efforts, pas assez de revenus.

Moi je ne te trouve aucune circonstance atténuante là-dedans, ton attitude est simplement irresponsable... et intéressée...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | lundi, 27 octobre 2008

Ah parce que le nom de Rapetou finit en -ic ?
C'est pour ces gens-là que je suis obligé d'avoir un flingue. 4 cas de homejacking en 6 mois entre Sion et Lausanne, un octogénaire torturé toute la nuit par une bande de malfrats en -ic...
Le couple de Remaufens battu par des tarés ex Moldavie...

Holenweg@ le Sig effectivement n'est pas une arme très efficace. C'est pour cela que la police vaudoise, depuis l'affaire de Bex, où le jeune flic Cédric X a été tué par un fou, son confrère Crettenand grièvement blessé alors que le tireur en face avait reçu 4 balles..., la police vaudoise a demandé de disposer d'une munition plus efficace.
Mais cela n'a rien à voir avec les conditions chez moi : je ne suis pas un flic, je ne tire pas dans les jambes mais directement dans la cervelle des Rapetous et consorts, et je quadruple les tirs. Avec moi et dans ces conditions, le SIG devient très efficace. (et dans l'autre main, je dispose d'un Arminius 22 avec 8 balles dans le barillet. Au cas où le rapetou bougerait encore...)
Bonne soirée, chers amis de la violence anti-bourgeoise...
Un bon bourgeois, qui vous emmerde.

Écrit par : Géo | mercredi, 29 octobre 2008

Après une bonne petite promenade nocturne sous les pluies de novembre, il me vient quelques bonnes idées, chers amis Duda et Rapetou. Que diriez-vous de venir faire une petite virée au Château,de nuit bien sûr...

Cela aurait des avantages aussi bien pour vous que pour moi : vous haïssez le bourgeois que je suis, je ne rêve que de vous découper en rondelles, mais après vous avoir chassé : je me sens un peu Zaroff dans l'âme, si vous voyez ce que je veux dire, et me sentirais très frustré de finir ma vie sans avoir éliminé une ordure de cette planète. Rôle qui me semble vous seoir à merveille, non ?

Rien ne nous empêcherait de contacter votre bonne vieille maman dans la casbah d'Alger pour obtenir une autorisation bien spéciale. Vous savez, le Château est bien éloigné du vulgaire, et je pourrais vous découper au canon de 20mm que personne ne réagirait. En conséquence de quoi, vous le cadavre et moi, nous ne serions pas obligé de faire part de ces facéties à la police. Vous suivez ? Je pourrais ainsi faire plastifier votre corps découpé en rondelles (au 9mm !) par un mien ami allemand et chirurgien et vous exposer dans les foires européennes ou pas, sous l'appellation contrôlée " personne d'origine maghrébine tuée par son agresseur en Europe" en légèrement pire, pas besoin de vous faire un dessin ni un dessein.
Et on reverserait quelques royalties à votre vieille maman de la Casbah ! Vous lui seriez enfin un peu utile !
Cool, non ?
Venez me trouver au Château, vous êtes attendu...

Écrit par : Géo | mercredi, 29 octobre 2008

Pascal dixit:

>

FAUX ARCHI FAUX ! Depuis combien de temps n'avez vous pas été vous baladez dans les villes 'tolerence zero' des USA ? ou en Asie du sud-est (Singapore, Bangkok ou ils appliquent la peine de mort aux dealers et camés) ?

Aujourd'hui c'est eux les detenteurs de la propreté et de la securité en ville, la Suisse ne vit plus que sur une vague reputation totalement depassée.

Par contre vous avez surement raison pour ce qui est de l'Amerique du Sud et de l'Afrique. D'ailleurs on dirait que Genève en devient une annexe.

CE

Écrit par : Eastwood | mercredi, 05 novembre 2008

Pascal dixit:

*** Le plus *"chaud" des quartiers genevois est un hâvre de paix si on le compare à un quartier normal d'une grande ville d'Amérique du nord (pour ne rien dire des grandes villes d'Amérique du sud, d'Asie ou d'Afrique) ***

FAUX ARCHI FAUX ! Depuis combien de temps n'avez vous pas été vous baladez dans les villes 'tolerence zero' des USA ? ou en Asie du sud-est (Singapore, Bangkok ou ils appliquent la peine de mort aux dealers et camés) ?

Aujourd'hui c'est eux les detenteurs de la propreté et de la securité en ville, la Suisse ne vit plus que sur une vague reputation totalement depassée.

Par contre vous avez surement raison pour ce qui est de l'Amerique du Sud et de l'Afrique. D'ailleurs on dirait que Genève en devient une annexe.

CE

Écrit par : Eastwood | mercredi, 05 novembre 2008

Les opinions ont divisees comme toujours... mais en tout cas je voudrais dire mon grand merci pour l'information presente. c'est ce que je chereche, elle a de grande importance puor moi. Merci

Écrit par : Luke - London Reservation | lundi, 09 mars 2009

Les commentaires sont fermés.