Le verdict des burnes

Imprimer

17,5 % de femmes à la Constituante, une seule élue socialiste, aucune élue de SolidaritéS ou des associations :
Le verdict des burnes

14 femmes, pas une de plus, ont été élues à la Constituante. Et cinq jeunes de moins de trente ans, pas un-e de plus. Une Constituante à plus de 80 % masculine, composée pour près de la moitié par des sexagénaires et des septuagénaires. L'âge moyen des futurs auteurs du projet de " Constitution genevoise pour le XXIe siècle " est de 56 ans. Pendant la campagne électorale, on nous avait jusqu'à plus soif asséné cette vérité première : on écrit une Constitution pour les générations futures. Version raccourcie : on écrit la Constitution de nos enfants. En fait, ça sera plutôt la Constitution des petits enfants ou des arrière-petits enfants de Constituants dont la majorité sera à la retraite (ou morts) quand la Constitution entrera en vigueur. Pour le renouvellement du personnel politique, c'est raté. Pour celui de la Constitution, on attend de voir.

Le Männerchor de Genf

Quatre des onze listes représentées à la Constituante, dont la liste associative et celle de SolidaritéS, ne comptent aucune élue (et la liste socialistes " pluraliste "n'en compte qu'une seule). La moyenne d'âge des élu-e-s elle est de plus de cinquante ans pour toutes les listes sauf celle des Verts, de plus de soixante ans pour celles de l'AVIVO et de SolidaritéS. Dans un communiqué, le PS exprime sa " grande déception " à propos de la " portion congrue réservée aux femmes ". Il a raison, le PS. D'autant qu'aimant se présenter comme à l'avant-garde du combat pour l'égalité des droits, il se retrouve dans la Constituante avec l'un des groupes faisant aux femmes la portion la plus " congrue ". Mais aussi, vu le grand nombre de candidates placées en tête des " viennent ensuite ", dans la meilleure position pour corriger cette situation lamentable et faire entrer quelques jeunes écrevisses dans ce panier de vieux crabes : il suffirait d'en faire renoncer trois ou quatre à leur élection. Et comme on ne fera ni au PS, ni à SolidaritéS, ni aux associations, l'injure du moindre soupçon d'hypocrisie, on attend avec une impatience non dénuée de scepticisme cette belle manifestation de cohérence et on félicite d'avance les vieux mâles dominants qui renonceront au bénéfice de la loi salique. Moins naïvement, on misera sur la mauvaise conscience de gauche pour espérer une éruption de féminisme compensatoire, et on attend donc ces propositions que le PS promet, pour forcer le Männerchor de Genf à devenir un chœur mixte. Il s'agit donc d'intégrer dans le projet de constitution des règles contraignant les institutions et les partis politiques à respecter concrètement l'égalité des droits, en changeant totalement de comportement pré-électoral. Mais on n'est pas vraiment sûrs qu'ils y soient prêts, ni qu'ils y aient intérêt.Le Männerchor de Genf
Quatre des onze listes représentées à la Constituante, dont la liste associative et celle de SolidaritéS, ne comptent aucune élue (et la liste socialistes " pluraliste "n'en compte qu'une seule). La moyenne d'âge des élu-e-s elle est de plus de cinquante ans pour toutes les listes sauf celle des Verts, de plus de soixante ans pour celles de l'AVIVO et de SolidaritéS. Dans un communiqué, le PS exprime sa " grande déception " à propos de la " portion congrue réservée aux femmes ". Il a raison, le PS. D'autant qu'aimant se présenter comme à l'avant-garde du combat pour l'égalité des droits, il se retrouve dans la Constituante avec l'un des groupes faisant aux femmes la portion la plus " congrue ". Mais aussi, vu le grand nombre de candidates placées en tête des " viennent ensuite ", dans la meilleure position pour corriger cette situation lamentable et faire entrer quelques jeunes écrevisses dans ce panier de vieux crabes : il suffirait d'en faire renoncer trois ou quatre à leur élection. Et comme on ne fera ni au PS, ni à SolidaritéS, ni aux associations, l'injure du moindre soupçon d'hypocrisie, on attend avec une impatience non dénuée de scepticisme cette belle manifestation de cohérence et on félicite d'avance les vieux mâles dominants qui renonceront au bénéfice de la loi salique. Moins naïvement, on misera sur la mauvaise conscience de gauche pour espérer une éruption de féminisme compensatoire, et on attend donc ces propositions que le PS promet, pour forcer le Männerchor de Genf à devenir un chœur mixte. Il s'agit donc d'intégrer dans le projet de constitution des règles contraignant les institutions et les partis politiques à respecter concrètement l'égalité des droits, en changeant totalement de comportement pré-électoral. Mais on n'est pas vraiment sûrs qu'ils y soient prêts, ni qu'ils y aient intérêt.

Lien permanent Catégories : Genève 7 commentaires

Commentaires

  • Et les petits de moins de 1m60 ou les grand de plus de 1m90. Et les blancs, les noirs, les asiatiques. Les banquiers, les plombiers etc...

    Est ce qu'on est sûr qu'ils sont representé dans la constituante conformement a leur proportion dans la population ?

    Vous voyez ce que je veux dire ? Il s'agit d'un panel élu, pas d'un echantillon scientifiquement representatif de toutes les caracteristique de la populations, (y compris le genre). D'ailleurs un élu male peut s'engager pour l'égualité des sexes tout autant qu'une élue.

  • @Alain Fernal,

    Effectivement, des elus ages pourraient aborder de front les problemes de logements de jeunes en favorisant la construction de nouveaux logements a Geneve, des elus ages pourraient se preoccuper activement des problemes de garde d'enfants, une liste telle qu'AVIVO pourrait se preoccuper du financement des retraites pour les generations futures. Des elus ages pourraient se preoccuper des consequences sur l'organisation politique de la disparition des frontiere dans le quotidien des jeunes generations. Ils pourraient organiser leurs rencontres et les commissions a des horaires qui permettent la participation des meres de famille.

    Force est de constater qu'ils ne le font pas. Force est de constater que des electeurs ages n'ont su accorder leur confiance a aucun des candidats qui n'etaient pas de leur generation.

    Cordialement,

    Antoine Vielliard

  • Pour le logement, on apprend (TDG aujourd'hui) que les prix des terrains flambent à Genève et que les villas et appartements sont hors de prix car la spéculation va bon train.
    A part un "gel" étatique des prix du mètre carré imposé par une loi restrictive et autoritaire qui va à l'encontre des lois libérales du libre-marché, je ne vois pas d'autres solutions.

    Déjà, le projet du PAV en cours fait certainement l'objet de convoitises. Le K de Genève est définitivement un K désespéré, d'ailleurs un grand de contribuables ont déjà fui le canton poussé par la pénurie de logements et le manque à gagner en termes d'impôts est à ne pas négliger dans ces temps incertains.

  • A mon sens la parité ça se prépare avant les urnes, après il faut accepter le choix du souverain et réfléchir sur les failles de la campagne. Que des constituants décident de céder leur siège serait certes noble, mais l'exiger révèle un refus profond des règles démocratiques.

    Ce vote est très conservateur, il montre simplement que les genevois ne souhaitaient pas forcément révolutionner la Constitution, et à mon sens ils l'ont fait savoir...

    Finalement quel a été la part du votre féminin? Quel était le quota de candidates de départ? Quel a été le pessage des partis en terme de parité? Ce sont là les vrais questions, qualifier les électeurs de burnes n'est pas très fin...

  • @Antoine,

    Oui, et alors ? pourquoi envoyer cette remarque a mon intention ?

    Chacun était libre de se presenter et chacun était libre de voter pour qui il voulait. Ca s'appel la democratie, a prendre ou a lecher.

    AF

  • Le peuple genevois a voté. Il est de bon ton de dire, dans certains milieux, que le peuple a toujours raison. Mais quelle est la proportion du peuple qui a voté ?
    Quant à l'âge des élus, il fallait s'y intéresser avant et regarder l'âge des candidats. Tous ces anciens politiciens qui rempilent, je trouve ça un peu bizarre, c'est comme s'ils regrettaient d'avoir dû renoncer à une énième réélection.
    Le Dr Rentschnick a écrit "Ces malades qui nous gouvernent". On pourra bientôt dire : "Ces vieux grigous qui nous gouvernent".
    Je me permets d'utiliser ce terme, car je pense qu'ils sont tous plus jeunes que moi. Ma devise à moi c'est "place aux jeunes", c'est à eux de bâtir leur avenir, avec quelques conseils des anciens s'ils le veulent.

  • La proportion du peuple qui a voté est de 15 %, si on veut admettre que "le peuple" est composé de tout le monde, et pas seulement de celles à ceux à qui on a consenti à accorder le droit de voter.
    Et Gamine a raison : ce sont les partis qui sont responsable de l'élection d'une Consituante gérontocratique, puisque ce sont eux qui ont défini leurs listes, et les ont généralement faites tellement pléthoriques que seuls pouvaient s'en extirper facilement pour être élus ceux (et quelques celles) disposant déjà d'un électorat. Et donc les "notables".

Les commentaires sont fermés.