jeudi, 09 octobre 2008

L'UDC débordée sur sa droite

La votation fédérale sur le " paquet " réunissant la reconduction de l'accord sur la libre circulation et son extension à la Bulgarie et à la Roumanie a été fixée par le Conseil fédéral au 8 février 2009. Le référendum lancé par les " Démocrates Suisses " (l'ex-Action Nationale), la Lega et les jeunes UDC a en effet abouti, alors que les référendaires avaient été lâchés par l'UDC (sur pression des milieux économiques) et, dans la foulée, par sa succursale, l'Action pour une Suisse indépendante et neutre, qui a poussé le souci de l'alignement sur l'UDC jusqu'à refuser de consulter sa base (47'000 membres), probablement majoritairement partisane du soutien au référendum.

Quelle " libre circulation ? "

L'UDC avait renoncé à lancer le référendum contre l'accord sur la " libre circulation " au prétexte que " le paquet approuvé par le parlement (...) empêche l'expression sûre et fidèle de la volonté populaire ". En réalité, l'UDC avait surtout eu peur de fâcher ses sponsors patronaux, qui ont besoin de la " libre-circulation ". Et quand le parti blochérien expliquait qu'il renonçait à un " faux semblant " de référendum, il renonçait surtout à un " faux semblant " d'opposition à ceux qui le financent. Résultat : l'UDC se retrouve aujourd'hui contrainte de se prononcer sur une " libre-circulation " dont elle ne veut pas, mais qu'elle ne peut combattre ouvertement. Quant à la gauche, elle est dans une situation rigoureusement inverse : favorable en principe -sauf à se renier- à la libre-circulation, elle ne l'est pas forcément à celle qui est proposée. Et pas non plus aux conditions dans lesquelles elle sera appliquée. Et on ne peut pas dire que les institutions européennes contribuent beaucoup à calmer les inquiétudes de celles et ceux qui craignent que la " libre-circulation " ne soit finalement que le moyen de la sous-enchère salariale et sociale. A chaque fois qu'elle s'est prononcée sur une contradiction entre une réglementation nationale et une réglementation européenne, la Cour européenne de justice a tenu le même raisonnement : on ne doit pas aller au-delà des protections sociales offertes par les dispositions communautaires, si en allant au-delà on contrevient à la libéralisation. La Suisse n'est pas membre de l'Union européenne mais marche dans le même sens qu'elle. Cela étant rappelé, on rappellera aussi que la social-xénophobie ne vaut pas mieux que la xénophobie tout court., et que notre tâche n'est pas d'ériger des barrières à l'abri desquelles on devrait se livrer au nom de la défense des salaires à la chasse au faciès des travailleurs d'ailleurs.

03:56 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : udc, politique, immigration | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le parti ... agrarien, ceux dont personne ne s'occupent, les paysans, occupés à défendre les fonctionnaires, marché pour les socialistes et les radicaux.
Le seul parti véritablement écologiste, défenseur des valeurs traditionelles, représentées par les paysans.

Eric Leyvraz, UDC, vigneron bio avant l'heure, deviendras président du Grand Conseil 2009, premier citoyen du canton, après dame Dolorès.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

Coucou,

La lutte n'est pas contre la libre circulation des travailleurs mais contre la libre concurrence que les patrons ont instauré entre les travailleurs et qui péjore les conditions de travail de tous. A cet égard les syndicats ont négocier comme des patates et n'ont pas profité du moment ou ils tenaient le couteau par le manche pour imposer le point de vue des travailleurs. Résultat : dénonciation des conventions dans le bâtiment, dumping général, etc... Je ne sais pas quelle est leur position aujourd'hui mais pour en rencontrer de temps à autre je sais qu'ils sont un peu empruntés car les travailleurs leur demandent des comptes et pour le moment tout cela fait le lit de l'UDC et autre "ni droite ni gauche"...

Écrit par : Rita Cadillac | jeudi, 09 octobre 2008

"Le seul parti véritablement écologiste"

heuu, tu parles de l'UDC là ... attends ... j'essaye ... ah ... BOUAHAHAHAHA ! Trop fort, j'arrive pas me retenir !

Écrit par : Djinius | jeudi, 09 octobre 2008

L'Union démocratique du centre est née le 22 septembre 1971 suite à la fusion du Parti des paysans, artisans et bourgeois (PAB) — fondé à Zurich en 1917 sous le nom de Parti des paysans et renommé en 1937 lors de la constitution d'un parti suisse à partir des sections de Zurich et de Berne — et de deux partis de Suisse alémanique (basés à Glaris et aux Grisons).

Du fait de cette filiation, l'UDC est toujours appelée « parti agrarien ».
En Suisse romande, le parti s'appelait Parti des paysans, artisans et indépendants (PAI).

Qui mieux que les paysans s'occupent de la nature ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

"Qui mieux que les paysans s'occupent de la nature ?"

C'est vrai, qui mieux que le paysan qui répand son lisiere, pratique l'agriculture intensivo-extensive, déverse des tonnes de pesticides s'occupe mieux de la nature ? (*)

Bref, la fibre écologique de l'UDC ne se mesure pas au fait qu'on lui attribue le qualificatif d'agrarien, mais à ses prises de positions, qui en matière d'écologie sont absolument catastrophique.

Tiens, un exemple au hasard et d'actualité: qui est contre le droit de recours des organisations écologiques ? Les Verts ou l'UDC ? (Celui qui répond juste gagne un sugus)

Bref, Victor, ta rhétorique UDCeste s'effondre comme un chateau de sable devant un début d'analyse.

(*) Je force volontairement le trait, je sais que foule de paysans sont vraiment écolos !

Écrit par : Djinius | jeudi, 09 octobre 2008

Heureusement il y a la ... fin.
Merci pour nos paysans, fermiers, agriculteurs, vignerons ...etc.

""(*) Je force volontairement le trait, je sais que foule de paysans sont vraiment écolos !""

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

"Heureusement il y a la ... fin."

Oui, d'ailleur, je trouverais intéressant que tu te prononces sur la partie de mon intervention qui contient l'information pertinente :

"Bref, la fibre écologique de l'UDC ne se mesure pas au fait qu'on lui attribue le qualificatif d'agrarien, mais à ses prises de positions, qui en matière d'écologie sont absolument catastrophique. Tiens, un exemple au hasard et d'actualité: qui est contre le droit de recours des organisations écologiques ? Les Verts ou l'UDC ? [...]"

Écrit par : Djinius | jeudi, 09 octobre 2008

Faudrait lire le blog de Philippe Nantermod, pour se rendre compte que ce sont les ... radicaux, qui en veulent au droit de recours.
Qui dit radicaux, dit fusion avec les libéraux ...

;o)

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

Dji, vous avez lu mon article sur la forêt d'Onex, ville de progrès, dont le maire est le président du parti socialiste, René Longet ?

De-vas-tée !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

Magnifique titre, qui signifie qu'à droite, il y a encore plus extrême que l'UDC, ce qui me réjouit.
Enfin !
Les adversaires de l'UDC comprennent que cela ne fonctionne pas.

"L'UDC débordée sur sa droite"

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

"Dji, vous avez lu mon article sur la forêt d'Onex, ville de progrès, dont le maire est le président du parti socialiste, René Longet ?"

Ne noie pas le poisson, il est certe possible qu'un élu vert prenne ponctuellement des décisions non optimum au niveau écologique. Mais nous parlions de l'UDC, parti dont tu prétends qui est le plus à même de défendre l'environement de part son qualitificatif agrarien. Par contre, ses prises de décisions sont lamentables ... vas-y, cites moi des prises de décisions UDC qui sont "écologiques".

Écrit par : Djinius | jeudi, 09 octobre 2008

Dji, je le reconnais, (lorsque c'est le cas et là, il se pourrait bien que ce le soit), quand j'ai tort.
L'UDC devrait s'en soucier encore plus de sa base, les paysans, qu'il ne doit surtout pas décevoir.

Là, maintenant, je ne pense pas avoir tout faux ... mais qui sait ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

je me cite :

" il est certe possible qu'un élu vert prenne ponctuellement des décisions non optimum au niveau écologique."

Je fais erreur, car René Longet est socialiste et non Vert. D'ailleur dans le cas du "massacre" de la forêt d'Onex, je doute que cet élu ait pris une telle décision tout seul, il se base probablement sur l'avis d'un expert en gestion forestière dont il serait intéressant d'avoir le rapport avant de crier au loup.

Until next time ...

Écrit par : Djinius | jeudi, 09 octobre 2008

Mais non Dji, il s'agit d'Andrès Moncada, élu Vert.

La démission de M. Andrès Moncada a été lue lors de la séance du 20 juin 2002.
Mme. Carla Melvyn Aghib, Les Verts, née en 1924, accepte le mandat de Conseillère municipale de la commune, suite à la démission de M. Andrès Moncada.

C'est lui qui a constitué le dossier contre René Longet.
Cela me prouve que vous n'avez pas lu mon article.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | jeudi, 09 octobre 2008

Les paysans "seuls vrais écologistes"... comme les proxénètes sont les seuls vrais féministes ?

Écrit par : Pascal Holenweg | vendredi, 10 octobre 2008

Merci pour la paysannerie monsieur Holenweg. Ils s'en souviendront, le jour venu.
Des votations, en Suisse, il y en a un peu tout le temps ... votre commentaire, à lui seul, justifie mon premier commentaire.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | vendredi, 10 octobre 2008

Visiblement vous ne lisez pas les articles des autres.

http://victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/10/09/eric-leyvraz.html

Écrit par : Victor DUMITRESCU | vendredi, 10 octobre 2008

Renseignements pris, vous ne faites pas vos 56 ans, sur la mini photo de votre blog.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | vendredi, 10 octobre 2008

Est-il utile de préciser que de nombreux paysans ont l'intelligence de ne pas apporter leurs suffrages à ce parti intolérant, réactionnaire et néo-libéral qu'est l'UDC? Ce n'est pas parce qu'on lui attribue encore l'adjectif "agrarien" qu'il représente la paysannerie, tout comme il n'est pas au centre, contrairement à ce que son nom indique. Je me sens obligé de devoir préciser ce détail qui semble évident après qu'un hitlérien ait téléphoné chez moi pour me convaincre que l'UDC est un parti centriste.

Écrit par : Sébastien Chazaud | vendredi, 10 octobre 2008

Le parti des paysans.... ouais, c'était jusque dans les années 80's. Blocher a beau avoir fair un stage dans une ferme en Romandie, c'est devenu un industriel et rien d'autre, à l'image de son parti. Les sections UDC des cantons ville ne sont pas remplies de paysans. Tiens prenons un certains Victor D., c'est un vrai citadin rien à voir avec un bon vieux paysan d'Appenzel. Pourtant ce sont ces sections qui tiennent les rennes à l'UDC. UDC=paysans, c'est juste du marketing!

Écrit par : Riro | vendredi, 10 octobre 2008

André Bugnon, premier citoyen du pays, président du Conseil National, Eric Leyvraz, futur premier citoyen de Genève, président du Grand Conseil et combien d'autres, sont des paysans ?
John Dupraz, fameux radical ...

Avant de critiquer, j'aimerais que les auteurs de commentaires et d'articles, prennent le temps de savoir qui est qui, qui fait quoi.

Je critique Beer, Moutinot et Longet, mais en prenant bien soin de me renseigner auparavant.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | vendredi, 10 octobre 2008

@ Sébastien Chazaud.
Hitler et Musolini était de gauche, comme Staline, Mao, Pol Pot, Ceausescu.
Les seuls dictateurs de droite, du XXème siècle, sont Franco et Pinochet.

Finalement refaire l'histoire, s'avère pas du tout payant, hein ?

Dire qu'il y a encore des ignorants qui confondent UDC, FN, Jorg Haider, Blocher et Le Pen.

Volonté de nuire ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | vendredi, 10 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.