vendredi, 05 septembre 2008

Procès de Marc Roger : Le Bouc-émissaire en son enclos

Or donc, le procès du bouc-émissaire de la faillite du Servette, de celle de la société d'exploitation du stade, de la sous-occupation endémique dudit stade et de la relégation du Servette en ligue folklorique, s'est ouvert le 1er septembre devant le Correctionnelle. Outre le Parquet, pas moins de quinze avocats veulent la tête de Roro (et de Roro tout seul), au nom d'une vingtaine de joueurs qui, comme quelques notables locaux (Luscher, Carrard), jouent les andouilles et plaident la connerie : " on savait pas ", " on a été trompés ", " on n'a rien compris ".. Crédible ? Peu importe : quand on a un bouc-émissaire, on ne cherche plus de responsables..

Roro et les cloches

Selon ses accusateurs, Marc Roger aurait donc, tout seul avec ses petites mains, sa petite pelle et son petit seau, creusé dans le FC Servette un trou de 17 millions entre l'été 2004 et le début 2005. Il aurait fait preuve d'une " ambition démesurée et hasardeuse sur l'avenir du club " (il n'était pas le seul), se serait montré beaucoup trop optimiste sur le sponsoring et sur le nombre de spectateurs attirables dans le stade (est-ce qu'on pourrait nous rappeler le nom de tous les vendeurs de savonnettes qui nous assuraient qu'un stade de 30'000 places, c'était ce dont Genève avait besoin ?). Roro risque sept ans de gnouf (il en a déjà fait presque deux en préventive). Ceux qui lui ont refilé Servette, et ceux qui ont imposé à Genève un stade inutile et bouffeur de millions, ne risquent en revanche rien du tout. Sauf le ridicule, qui ne tue plus personne depuis longtemps. Surtout politiquement. Ce sont eux, pourtant, qui ont creusé l'essentiel du trou et laissé à Roger, pour un franc symbolique, un club en état de faillite. Mais ceux-là, les Luscher et les Carrard affirment hautement leur incompétence : " on s'est fait avoir par le Marseillais, putaing cong ! ". Une fois le procès terminé, et Roro condamné d'avance (on ne va jusqu'en Espagne rechercher un bouc-émissaire pour le relâcher ensuite dans la nature), il se passera quoi ? Rien que de très rituel. On ne prend pas forcément les mêmes, mais on recommence les mêmes conneries : main dans la main pour " sauver le Servette et le stade ", alors que c'est au Servette de se sauver tout seul et que le stade n'est pas sauvable, Manu et Mediamark sonnent le branle-bas. Mais quitte à donner dans la sonnerie, c'est le glas qui devrait s'imposer.

00:13 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : servette, football, praille, stade, roger | |  Facebook | | | |

Commentaires

Luscher: Marc Roger m'a séduit!!!!! Ah, ces amours déçues!

Écrit par : Azrael | vendredi, 05 septembre 2008

Cher Holenweg,

Je vous cite "le stade n'est pas sauvable". Vous n'y êtes pas du tout! Rappelez-vous les manifestations spontanées des masses populaires et laborieuses du temps du grand Joseph Dougachvili, le Petit Père des Peuples... Et celles, toutes aussi joyeuses organisées du temps du grand timonnier, de Kroutchev, de Brejnev, de Pol Pot...

Le stade est bien entendu sauvable. Car après tout, dans l'hypothèse où vous prendriez le pouvoir, où diable allez-vous parquer les opposants si vous ne l'avez plus? Rappelez-vous Pinochet, ou les talibans! Sans les stades, pas de répression, pas d'exécutions publiques!

Ne venez pas dire, comme vous l'avez fait une fois, que j'assimile socialisme à stalinisme... La réalité est que j'assimile socialisme à la genevoise à manque d'idées, de créativité, en plus d'immobilisme et d'obscurantisme.

Les socialos sont d'impénitents donneurs de leçons. Vous êtes comme les autres. Vous pointez du doigt (lequel est-ce le majeur ou l'index déjà?) mais n'apportez rien de nouveau.

Écrit par : cndavid53 | vendredi, 05 septembre 2008

Même (ou surtout ?) exprimée par un casque à boulons, l'hypothèse que je puisse prendre le pouvoir est amusante... surréaliste, mais amusante...
Quant à l'usage des stades, on rappellera celui des dictatures et totalitarismes de droite : l'usage du stade de Santiago du Chili pour parquer, torturer et exécuter les opposants de gauche, ou l'usage du stade olympique de Berlin par les nazis pour leur autoglorification. Les staliniens, eux, faisaient défiler les foules sur les places publiques et parquaient (et parquent d'ailleurs toujours, en Chine et en Corée) les opposants dans des camps...

Écrit par : Pascal Holenweg | samedi, 06 septembre 2008

J'apprécie particulièrement l'étroitesse des gauchos... Si l'on ne pense pas comme eux, on ne peut être qu'un "casque à boulons"...

Pour ma part, je pense qu'à l'instar de la bêtise qui est la chose la mieux partagée du monde, la dictature l'est aussi.

Il est donc vain de parler de dictatures de droite ou de gauche. Il n'y a que des dictateurs assoiffés de pouvoir, souvent de violence, toujours d'un aveuglement crasse, destructeur et homicide.

La petite leçon d'Holenweg, qui semble particulièrement bien connaître l'histoire des dictatures en dit long. Que l'on fasse de la dialectique en mettant en exergue la prétendue différence, que ce soit au niveau de l'idéologie ou des lieus de parcage, c'est tout simplement saisissant.

Les masse laborieuses et abruties par les discours bien-pensants des gauchos de toutes sortes apprécieront.

Écrit par : cndavid53 | samedi, 06 septembre 2008

On progresse : je suis passé du stalinisme au gauchisme. On peut enlever les boulons. Pour le casque, encore un effort...

Écrit par : Pascal Holenweg | dimanche, 07 septembre 2008

bravo! Vous avez inventé un article tres philosophique. . j'ai appris beaucoup de nouvelles idees pour reflichir. J'espère beaucoup que vous continuez à écrire de cette facon, j'attendrai de nouveaux notes.

Écrit par : Ethan | jeudi, 20 novembre 2008

J'ai jamais bien compris pourquoi les petits soldats de la droite décomplexées ne pouvaient que manier l'insulte et non faire l'effort de trouver des arguments un brin construit ou même simplement humoristique !

Écrit par : Djinius | jeudi, 20 novembre 2008

c'est une histiore tres triste pour la commenter(( et c'est toujours la politique

Écrit par : Lauren - Photostock Expert | jeudi, 27 novembre 2008

oui, Lauren! c'est la vie de politique! et dans cette vie il y a seulement l'argent, les balançoires, duperies et l'injustice...

Écrit par : Luca - Cyprus Properties For Sale | mercredi, 10 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.