dimanche, 31 août 2008

L'armée suisse après l' " Affaire Nef " : L'armée de crocodile

L'armée suisse a donc perdu sa tête cet été; on avait appris qu'elle en avait une à la faveur de la vraie-fausse démission de Roland Nef, généralissime des Helvètes tout fraîchement nommé, qui se définissait lui-même comme " conservateur en ce qui concerne les valeurs " morales, et qui a été promptement débarqué lorsque son comportement privé l'avait révélé comme un individu narcissique, à la capacité de discernement diminuée, au profil psychologique instable, au comportement déviant et au sommeil perturbé. L'homme idéal pour être la tête d'une survivance reptilienne : l'armée suisse.

Gaietés de l'escadron

L'épisode bouffon du passage de Roland Nef à la tête de notre glorieuse armée a certes de quoi faire ricaner. Mais il devrait aussi inciter à s'interroger non sur les procédures de nomination d'un chef, mais à l'utilité même de ce qu'il devait diriger -en l'occurrence, l'armée suisse. Un rapport interne du Département de la Défense, à la suite d'un exercice organisé en novembre 2007 pour tester Armée XXI, décrit une organisation inefficace des états-majors, des cadres mal formés, des systèmes informatiques incompatibles, des doctrines d'engagement confuses, des planifications illusoires... L'exercice Stabilo était fondé sur une hypothèse intéressante : un conflit ethnique extérieur menace la sécurité de la Suisse orientale, et le Conseil fédéral décidait, avec l'accord du parlement, de déployer 25'000 hommes pour y faire face. Pour faire face à quoi, au juste ? Une guerre tribale entre Tyroliens et Carinthiens ? L'armée suisse se cherche des utilités, s'invente des ennemis. Et s'offre des victimes : ses propres soldats (et quelques civils au passage, pour faire bon poids), qu'elle bousille régulièrement, soldats noyés dans une rivière, emportés dans une avalanche, occupants d'avions ou d'hélicoptères militaires tués dans des crash… L'armée suisse tue ses hommes, mais elle est toujours vivante, survivance inepte et inapte, avide autant qu'inutile, réclamant matériels et crédits, soutiens et respect, et ne méritant plus que l'attention qu'il convient de porter, pour peu que l'on se soucie de la diversité des espèces, aux derniers descendants des dinosaures.

02:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : armée, nef, suisse | |  Facebook | | | |

Commentaires

Facile oui de critiquer l'armée, mais une fois de plus les antimilitaristes de votre espèce n'ont comme arguemnts que les mêmes railleries qui perdurent depuis 100 ans ! Mais rien de concrêt, aucune analyse systématique de sécurité ni de géopolitique militaire ! je ne parle même pas de conception de"haute et basse intensité de conflit" ni même de combat symétrique et asymétrique ! Bref rien ! Dire que l'armée "s'offre des victimes" et non seulement outrancier mais démontre votre vulgarisme ! Comme si vous même est vos congénères se préoccupaient du de la vie des citoyens de ce pays, car si vraiment la vie de ceux-ci vous intéressaient pour seriez alors scandalisé par le fait que les erreurs medicales tues 3000 personnes en Suisse chaque année ! Les Gens comme VOUS par leurs ignorances et futilités ont permis la seconde guerre mondiale, et pire bon nombres de conflit depuis en Europe et ailleurs !
IL Y AURA TOUJOURS UNE ARMEE EN SUISSE, LA QUESTION EST DE SAVOIR SI ELLE DOIT ETRE SUISSE OU ETRANGERE !

Écrit par : Steeve | dimanche, 31 août 2008

Ce qui frappe en ce début de 21ème siècle c'est le nombre incroyable de dirigeants incompétents, illuminés ou tout simplement fous. Comme le nain dans la République d'à côté. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est JF Kahn dans une interview de Rochebin à la tv suisse en 2005 déjà. La Suisse et Genève ne font pas exceptions en tout cas en ce qui concerne l'incompétence.

Quant à l'armée suisse, elle est là pour envahir Genève quand la ville voudra déclarer son indépendance. Dommage, nous ne pourrons pas compter sur la France pour nous soutenir comme les Ossètes et les Abkhazes ont pu compter sur la Russie.

Écrit par : Johann | dimanche, 31 août 2008

L'armée vous dérange ? vous donne des boutons ? Eh bien démménager à l'étranger ! Sauf que pour trouver un pays ou l'armée dépense aussi peu que la notre, tout en garantissant le même niveau de sécurité cela va être difficile, sans parler du fait que ce sera probablement des professionels qui "eux" n'hésiterons pas si le pouvoir l'éxige à réprimer toutes manifestation !

Écrit par : Max | dimanche, 31 août 2008

Oooooooooooooooooooh le bel index !
Voilà un jeune homme qui sait souligner des vérités premières.
Le crocodile Lacoste (que vous portez sûrement avec vos habits du dimanche) vous est notamment assuré par les crocodiles de l'armée, jeune Monsieur.

:o)

Écrit par : Blondesen | dimanche, 31 août 2008

"Voilà un jeune homme qui sait souligner des vérités premières.
Le crocodile Lacoste (que vous portez sûrement avec vos habits du dimanche) vous est notamment assuré par les crocodiles de l'armée, jeune Monsieur."

Merci pour le jeune homme, vu mon kilométrage, ça fait remonter ma cote à l'argus. Mais pour les pulls Lacoste et les habits du dimanche, comme dit un industriel de la rillette dans sa pub : on n'a pas les même valeurs.
Et on ne vit pas dans le même monde.

Écrit par : Pascal Holenweg | lundi, 01 septembre 2008

Que vous arboriez un crocodile Lacoste, le logo de la Migros ou un portait poussiéreux du CHE n'a en soi pas d'importance.
L'important est que vous puissiez défendre les valeurs (ou non-valeurs) auxquelles vous croyez.
Tout l'honneur des militaires dans un pays comme le nôtre (mais pas partout dans le monde, je vous le concède volontiers) est de défendre la liberté en général et donc aussi votre liberté de clamer votre amour pour les rillettes de votre choix.
C'est pour cela que les Suisses, pour une grande part, sont citoyens et soldats.

:o)

Écrit par : Blondesen | lundi, 01 septembre 2008

"L'honneur des militaires" eest à l'honneur ce que la vertu des putes est à la vertu : une amusante hypothèse de travail

Écrit par : Pascal Holenweg | lundi, 01 septembre 2008

Votre phrasologie, quant à elle, me semble parfaitement à la hauteur de votre attitude théâtrale: intensément vide.
Vous êtes un de ces gentils révolutionnaires de bistro.
"... ce que la vertu des putes est à la vertu..."
Du mauvais Brel récupéré et datant sans doute de l'époque où le Jacques tremblait de trouille à la pensée de perdre sa précieuse petite fleur avec une dame n'appréciant pas les bonbons...
Entre cet index ridicule et ces phrases navrantes, vous voudriez qu'on vous prenne au sérieux, vraiment ?

:o)

Écrit par : Blondesen | lundi, 01 septembre 2008

"honneur des militaires" "est de défendre la liberté en général"

Heureusement que les militaires suisses ont toujours su défendre notre liberté de citoyens suisse ... tiens, je vais aller redire cette phrase sans rigoler devant le monument qui se trouve à une extrémité de la plaine de Plainpalais...

Bref, "honneur militaire", dans la française, pas celle des gris-vert, c'est simplement un oxymore et rien d'autre !

Écrit par : Dji | mardi, 02 septembre 2008

Je faisais évidemment référence à http://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_du_9_novembre_1932

Mais bon, comme dirais Charles Pasqua concernant Mallik Oussekim, ces manifestants n'avait qu'a pas se trouver là !

Écrit par : Dji | mardi, 02 septembre 2008

Et que je vous ressors les victimes du 9 novembre 1932 du placard... On ne pouvait attendre mieux d'un djinius.
Un minimum d'objectivité a depuis longtemps fait comprendre que les vrais responsables de cette tragique affaire étaient les politiques de l'époque et non pas cette affreuse "Armée" (avec un grand "A", monstre froid et joyeusement homicide de travailleurs méritants manifestant à bon droit pour faire respectement ultra-pacifiquement leurs droits fondamentaux).
Les pious-pious engagés dans cette lamentable affaire étaient des recrues non-formées au service d'ordre, dirigées par un premier jus aussi inexpérimenté que sa troupe, et tous ont paniqué devant l'attitude menaçante des manifestants.
Personne ne peut ni ne veut nier le drame: il est déplorable qu'il y ait eu des victimes, mais si vous voulez joliment pointer vos magnifiques index en choeur, pointez-les là où il faut: sur les politiques imbéciles de l'époque, pas sur de pauvres jeunes types ayant eu le malheur d'être en gris-vert au mauvais moment.

Écrit par : Blondesen | mardi, 02 septembre 2008

(comme resituer ma réaction, je réagissais l'apposition malheureuse du mot "honneur" à proximité du mot "militaire")

Loin de nier la responsabilité des dirigeants de l'époque, êre en gris vert et appuyer sur une gachette est une question de choix à l'époque comme maintenant, dans la plupart des pays comme ici.

Accepter d'accomplir son service militaire et ainsi d'apprendre l'art d'occire son prochain est déjà pour moi une forme de trahison à la morale.

Donc, à mon avis, il y a bien plus d'honneur dans les yeux d'un déserteur ou d'un objecteur de conscience que dans un régiment de piou-piou.

Écrit par : Dji | mardi, 02 septembre 2008

20 millions de morts à cause du communisme soviétique, 70 millions de morts à cause du communisme chinois et personne ne dit rien, particulièrement au PS qui a toujours soutenu Ceaucescu et Honecker ! Belle mentalité. Le PSS préfère supprimer notre armée comme cela une armée étrangère pourra facilement s'installer chez nous ! Il n'est pas difficile de trouver les traitres à la Patrie ! Face aux relations de Cruella, c'est l'armée de son ami privilégié avec qui elle rève de discuter en Burka, le terroriste Ben Laden qui arrivera ici !

Écrit par : Octave Vairgebel | mardi, 02 septembre 2008

Une armée étrangère est déjà installée chez nous : l'armée suisse.
Quand à Ben Laden, il n'a pas besoin de venir en personne, ni de nous envoyer ses commandos : nous gardons déjà son fric.

Écrit par : Pascal Holenweg | mercredi, 03 septembre 2008

Bizarrement, le citoyen n'a qu'un seul et unique mot à la bouche...droit, des droits, rien que des droits...ooooo, il en a encore d'autres, comme solidarité, par exemple...droit au logement, droit à un salaire décent, droit et liberté d'expression, solidarité des riches envers les pauvres, à travers les impôts...ooooo, le citoyen élargi son vocabulaire quand il est question de devoirs...objection de conscience...

Il veut bien que les autres soient solidaires avec lui, mais sans aucun échange, sans contrepartie...
Individualisme, égoïsme...rien que des mots, que le citoyen sort, pour taxer les autres...il ne voit que la paille dans l'œil de son prochain, mais jamais, au grand jamais, la poutre dans le sien...

Le citoyen se dit, qu'en sa qualité de citoyen, tout lui est du, sans que rien ne puisse être exigé de lui...il est citoyen...lui...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mercredi, 03 septembre 2008

Si vous pensez que l'armée suisse est une armée étrangère c'est que les citoyens suisses ne sont plus chez eux à cause des partis de gauche qui encouragent l'arrivée des "touristes" tel que les roms, les africains dealers, les kosovars qui font le même "métier", etc. Vous avez réussi a faire comprendre que les citoyens suisses ne sont pas les bienvenus dans leur pays ! Le fric de Ben Laden sera rendu aussi vite que celui de Kadhafi après le retrait de la plainte de ses esclaves. Cruella ira certainement lui faire une petite gâterie en signe de remerciement !

Écrit par : Octave Vairgebel | mercredi, 03 septembre 2008

Notre armée n'est bonne qu'à gagner des concours de cantine!
Pas besoin d'être une expert ou stratège pour voir l'armée suisse dépense beaucoupe pour pas grand chose. Cet argent serait bien plus utile pour le renseignement ou pour créer une police intercantonale.
Pensez également aux victimes (nos propres soldats) tuées chaque année dans des manoeuvres dangereuses et inutiles dirigées par des incompétents!

Écrit par : Riro | mercredi, 03 septembre 2008

"Une armée étrangère est déjà installée chez nous : l'armée suisse."
Je suppose que vous voulez dire que cette république de coquins qu'est Genève n'a rien à faire en Suisse ? comme je suis d'accord avec vous ! Qu'attendons-nous pour lancer une initiative pour virer de la Confédération ce canton de banquiers véreux et de gauchistes archi-débiles ?

Écrit par : Géo | mercredi, 03 septembre 2008

Geo, vous avez raison ! Genève est une verrue dans notre pays ! Et, avec les politicards gauchos actuels, cela ne va pas s'améliorer !

Écrit par : Octave Vairgebel | mercredi, 03 septembre 2008

"Géo" et "Octave Vairgebel" ont parfaitement raison : Genève n'a rien à faire en Suisse. Et il n'y a aucune raison qu'elle y reste, sinon la raison de l'haboitude et la déraison de la résignation. Libérons-nous donc les uns des autres... et commençons par inscrire dans notre future Constitution toute neuve une référence explicite au droit à l'autodétermination.
Après tous, nous valons bien les Ossètes et les Abkhazes...

Écrit par : Pascal Holenweg | jeudi, 04 septembre 2008

Je suis étonné de ne pas vous avoir rencontré lors de la création, il y a quelques années, du mouvement Genève-Libre ! Il est facile de dire n'importe quoi sur un blog mais de ne pas s'investir réellement. Le mouvement Genève-Libre demandait simplement la sortie du canton de la confédération et de vivre totalement indépendant. Ce mouvement s'est éteint car certains membres désiraient entrer en politique avec des représentants au Grand Conseil. Il fallait se détourner complètement de cette politique et créer un nouvel Etat comme Monaco, St Marin, le Liechtenstein, etc.

Écrit par : Octave Vairgebel | jeudi, 04 septembre 2008

Les exemples donnés illustrent bien la vacuité politique de feu le mouvement "Genève Libre"... Trois protectorats (le Lichtenstein, protectorat suisse; Monaco, protectorat français; Saint-Marin, protectorat italien)... Genève a la taille d'une demie-.douzaine d'Etats européens réellement indépendants, membres de l'ONU et parfois de l'Union Européenne... ça n'est pas pour réduire Genève à la taille du bordel monégasque, de la blanchisseuse lienchtensteinoise ou du folklore st-marinois que la Répulique devrait être indépendante...

Écrit par : Pascal Holenweg | vendredi, 05 septembre 2008

Si l'on suit vos idées, Genève deviendrait un protectorat socialo !! Belle mentalité !

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, 05 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.