jeudi, 28 août 2008

Retour sur l'Eurofoot : MAIN BASSE SUR LA VILLE PRIVATISEE



Les matches de l'Eurofoot se sont joués dans des villes " hôtes " de Suisse et d'Autriche que leurs autorités, les autorités de leurs cantons et provinces et les autorités de leurs deux pays ont littéralement " louées ", à défaut sans doute de pouvoir les vendre, à l'UEFA, à ses sponsors, et aux " mandataires " plus ou moins prébendiers choisis pour les " animer " (et animer toutes les autres villes du pays, grâce par exemple aux " UBS Arena " ayant métastasé un peu partout). Mais cette privatisation de l'espace public est particulière : alors qu'habituellement, on privatise pour en retirer de l'argent, pour l'Eurofoot ce sont les collectivités publiques qui ont payé pour brader leur propre espace public. Et payé cher. Le brave comte de Sacher-Masoch n'a pas fait à Genève des émules que chez les banquiers privés : chez les responsables politiques aussi. Mais eux survivront.

Ville-hôte-toi de là que j'y mette mon sponsor
Ce que rendit visible l'Eurofoot à Genève (puisque nous y sommes), c'est la perfection d'un processus à l'œuvre depuis l'avènement du " sport-pognon " : ce règne du marketing, du petit et du gros commerce de tout ce qui peut se commercer (légalement ou non), aboutit logiquement à la privatisation de tous les espaces publics disponibles jusqu'à la ville elle-même, devenue marchandise. Dans les espaces publics gardés par des polices privées après avoir été vendus aux organisateurs des jeux du cirque et à leurs sponsors, on ne choisit pas la bière que l'on boit, on ne porte pas un vêtement à l'effigie d'une marque concurrente de celle du sponsor. Et pour que cette privatisation se fasse, se maintienne et puisse se répéter, pour que la ville puisse être vendue, il faut lui donner l'image que l'acheteur souhaite : on la purgera donc de ses mendiants, de ses marginaux, de ses dealers, de ses lieux culturels alternatifs. Ainsi se dessine des modèles de villes, d'habitants, d'activités. Le modèle de la ville, c'est Disneyland. Le modèle d'habitant, c'est le consommateur ne cherchant pas à consommer autre chose que ce qu'on lui offre. Le modèle d'activité, c'est le centre commercial. Et tout cela se fait avec au minimum l'accord, et souvent la participation active et revendicatrice, des autorités élues. " L'ambition souvent fait accepter les fonctions les plus basses : c'est ainsi qu'on grimpe dans la même posture que l'on rampe" disait Jonathan Swift. Rien n'a changé -sinon que l'on ne grimpe plus que dans les loges VIP, dans la même posture que l'on rampe devant l'UEFA.

04:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : eurofoot, football, politique | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous omettez de préciser que pour que tout ce cirque fonctionne, on entoure tout les moutons de securitas et gendarmes de la républiques ... on sait jamais, s'ils leur prendrait l'idée d'amener leur sandwitch maison dans la fanzone à la place d'acheter celui à 12.-

Écrit par : Dji | jeudi, 28 août 2008

Merci pour cette transmission des infos sur le sport. J'aime le footbol est je suis hereuse que vous ecrivez sur ce theme)

Écrit par : Aaron - Audio Converter | mercredi, 19 novembre 2008

C'est vraiment un scandale !

Écrit par : chat rencontres | dimanche, 07 décembre 2008

savez-vous dans quelques jours il y a une anniversaire de mon frere qui etudie le journalisme, et je veux le offrir comme un cadeau un ensemble des sites avec des articles scandaleux et qui peuvent etre utils pour lui. j'ai parcouru quelques pages de votre blog et je les aime plus que les autres sites prevu!!!))) merci

Écrit par : Luke - Online Advertising | vendredi, 19 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.