architecture

  • Aux Genevoises et Genevois qui ont sauvé Le Plaza : Merci !

    Imprimer

    Affiche Plaza 38.jpgApprendre au saut du lit qu'un combat mené depuis près de cinq ans pour sauver la plus belle salle de cinéma romande de ceux qui voulaient la démolir (et de ceux qui ne faisaient rien pour les en empêcher), c'est commencer sa journée dans une sorte de douce euphorie... Ce combat  a abouti à l’heureuse issue du rachat par la Fondation Wilsdorf du bâtiment dans lequel est située la salle de cinéma, et de l’intention de la Fondation d’en faire ce que nous proposions d’en faire : autour de la salle, un centre culturel voué au cinéma et pouvant accueillir toutes manifestations publiques liées à ce rôle. Et le grand perdant, symboliquement, dans ce combat,  outre évidemment les porte-voix, les porte-plumes, les porte-serviette des propriétaires, c'est la collectivité publique. Parce que si la Fondation Wilsdorf a fait le travail de sauvetage patrimonial de l'Etat (et de la Ville) à la place de l'Etat (et de la Ville), si la fondation rachète un bâtiment que l'Etat ou la Ville auraient dû et pu racheter (c'est ce que demandait notre initiative), ce n'est pas parce que l'Etat (et la Ville) étaient incapables de le faire, c'est que l'Etat (et la Ville) ont, délibérément, renoncé à le faire... Finalement, on va peut-être condescendre à s'en acheter une, de Rolex...

    Lire la suite

  • Faux-derches

    Imprimer


    marionnette.jpgQuand un Conseil d'Etat dévalué dévalue le patrimoine architectural

    Malgré un appel des architectes genevois et des défenseurs du patrimoine, le parvulissime gouvernement de la parvulissime république n'entend rien faire pour sauver la salle de cinéma "Le Plaza", construite en 1952 sur les plans de l'architecte Saugey, et que le propriétaire de l'ensemble (classé) dans lequel elle est insérée veut démolir pour construire à sa place un centre commercial de plus dans un quartier qui n'en manque pas, avec un parking de plus dans un quartier qui n'en manque pas plus. L'ensemble "Mont-Blanc Centre" qui abrite la salle a beau être classé, lui-même court désormais le risque d'être sérieusement affecté par des travaux qui ne pourront pas l'épargner. La salle avait été classée avec l'ensemble, mais ensuite déclassée pour de pure, et assez sordides, raisons financières : elle n'était pas assez rentable.. Qu'en pense le Conseil d'Etat ? Il n'en pense rien. Il pourrait suspendre l'autorisation de construire (c'est-à-dire de détruire) accordée au propriétaire, il ne le fait pas. Il pourrait rouvrir une procédure de classement, qui aurait cet effet suspensif, il ne le fait pas non plus. "Le Conseil d'Etat est très sensible à cette salle", fait-il dire à la secrétaire générale adjointe du département du Territoire. Vous avez dit "faux-derches" ?

    Lire la suite