Cause toujours

  • Elections britanniques : une majorité pour Johnson ?

    Imprimer

    Boris Johnson.jpgUn seul programme : rester au pouvoir


    Qui sera Premier ministre de Grande-Bretagne après les élections d'aujourdhui ? Boris Johnson ou Jeremy Corbyn ? Et avec quelle majorité ? Et quel programme ? Celui de Corbyn est résolument à gauche, à l'image de celui qui lui avait permis de presque gagner les élections de 2017, et en tout cas de priver les Conservateurs de la majorité absolue aux Communes en les contraignant à une alliance toxique avec les unionistes nord-irlandais. Mais pour les élections présentes, son indécision sur le Brexit l'affaiblit : il ne s'est que tardivement prononcé en faveur d'un nouveau référendum, pour ratifier un nouvel accord qu'il promet de conclure avec l'Union européenne. Résultat : dans les sondages pré-électoraux (à prendre avec des pincettes, le mode de scrutin uninominal à un seul tour rendant toute prévision très aléatoire), les travaillistes ont dix points de retard sur les conservateur et les libéraux démocrates quinze points sur les travaillistes. Boris Johnson voulait être Premier ministre, il l'est devenu. Il veut le rester, il semble bien parti pour le rester : c'est le seul programme qui lui vaille.

    Lire la suite

  • De la place du vert dans les couleurs gouvernementales

    Imprimer

    Capture.JPGLa nuit des petits couteaux à éplucher

    Cette semaine va être assez chargée en élections diverses (et diversement démocratiques) : demain, les Britanniques éliront leur parlement et les Algériens laisseront les partisans du régime élire leur Président. Et aujourd'hui, le parlement fédéral suisse élit le gouvernement fédéral -c'est l'une des part de démocratie représentative de notre système de démocratie "semi-directe". Mais quand on écrit que le parlement fédéral va "élire" le gouvernement fédéral, on pèche par prudence et mieux vaudrait sans doute écrire que le parlement fédéral va "réélire" le gouvernement fédéral sortant : aucun de ses membres n'est démissionnaire et aucun parti qui y est représenté ne veut céder un siège au petit nouveau qui en revendique un -les Verts. On a accoutumé de qualifier la nuit qui précède l'élection du Conseil fédéral de "nuit des longs couteaux" ? Gageons que celle-là sera celle de petits couteaux à éplucher. Le parlement issu des élections est plus jeune, plus féminin, plus vert et plus à gauche que le précédent, mais tout suggère que le gouvernement, lui, restera le même. Question de rapports de force -et peut-être aussi d'impréparation des Verts à leurs propres ambitions gouvernementales : eux-mêmes ont été surpris par un résultat électoral bien meilleur que celui qu'ils attendaient et qui, d'une certaine manière, les contrats à revendiquer un siège gouvernemental.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, Suisse 1 commentaire
  • France : les syndicats tentent de reprendre la main

    Imprimer

    mouvement socialRéforme et contre-réforme

    Les syndicats français ont réussi leur pari : Plus de 800'000 personnes (le double selon les syndicats)sont descendues dans la rue jeudi dernier pour la première journée de grève des transports (et d'autres secteurs publics : plus de la moitié des écoles primaires ont été fermées, un quart des agents de la fonction publique étaient en grève, la majorité du personnel de la SNCF, plus de 85 % des conducteurs de train...). Et aujourd'hui est un autre grand jour de cette grève reconductible du secteur public. Pour autant, les syndicats français ont-ils "repris la main" dans le mouvement social, alors que celui des "gilets jaunes" les avait totalement surpris, qu'ils n'avaient jamais réussi à s'y greffer, moins encore de le contrôler, et qu'ils sont de tous les pays développés de ceux qui rassemblent la plus faible proportion de travailleurs ? Face à la réforme proposée par Macron, qu'ils qualifient de contre-réforme, ils vont en tout cas devoir proposer leur propre réforme...

    Lire la suite

  • Droits des femmes : La longue route de l'égalité

    Imprimer

    feminisme2.jpgIl aura fallu aux femmes suisses attendre 1996 pour qu'une loi fédérale instaure l'égalité entre femmes et hommes et 2018 pour que les moyennes et grosses entreprises rendent compte de leurs pratiques salariales, 2002 pour que l'interruption de grossesse soit légalisée, 2004 pour que la violence conjugale devienne un délit, 2005 pour obtenir un congé-maternité, 2014 pour que l'autorité parentale conjointe devienne la norme... Il aura aussi fallu attendre 1969 pour qu'à Genève le Collège devienne mixte, et qu'on en finisse avec une filière spécifiquement féminine -et dévalorisée pour cette seule raison : on formait l'élite masculine de la République au Collège, et ses bonnes épouses à l'Ecole Supérieure de Jeunes Filles... ou à l'Ecole Ménagère. Sans doute la mixité n'est-elle pas encore l'égalité, mais cette condition insuffisante n'en fut pas moins nécessaire. Et aujourd'hui, le mouvement des femmes les fait passer du statut de victimes à celui de combattantes : elle les rend capables de se faire respecter. Par lui, elles refusent désormais de subir. Elles ne sont plus vulnérables, elles sont dangereuses. Et c'est une conquête -d'autant plus importante qu'un peu partout, ce qui a été conquis reste menacé. Comme l'est leur droit à choisir d'enfanter ou non.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes 0 commentaire
  • De la cohérence en milieu municipal

    Imprimer

    transparence.jpg

    Petite polémique picrocholine (à forte composante électoraliste) sur un rapport d'audit que l'Exécutif de la Ville de Genève avait commandé, et qu'il a longtemps refusé de rendre public. La droite tempête (forcément : l'Exécutif est de gauche...) et exige la publication de l'audit dont la "Tribune de Genève" avait dévoilé des extraits en bénéficiant de "fuites" qui avaient valu à trois conseillers municipaux d'être auditionnée par la police sur dénonciation du Conseil administratif, à la demande du président UDC du Conseil municipal. Appelé à la rescousse, le préposé cantonal à la transparence estime que la publication de l'audit serait "utile à la formation de l'opinion et à la participation des citoyens à la vie publique". Et tout cela, donc, sur fonds d'invocation du principe de "transparence". Ce qui fait doucement rigoler, puisque cette transparence que la droite demande sur un audit, elle refuse d'envisager d'en débattre quand on la propose sur les rémunérations, les indemnités, les remboursements, les avantages, les privilèges, les prébendes des Conseillers municipaux...

    Lire la suite

  • Genève : l'Opéra en débat

    Imprimer

    GTGnuit.jpgOn tourne en rond...

    On dit que le temps s'accélère, au gré des progrès technologiques. On a pourtant eu l'impression, à suivre et participer aux débats sur le Grand Théâtre au Conseil municipal de Genève, que le temps a quelque chose d'immobile, de révolutionnaire au sens astronomique du terme : en clair, on tourne en rond, on refait, ou on poursuit, un débat entamé depuis au moins vingt ans, et qui porte sur les conséquence de choix politiques initiaux dont nous héritons, mais que nous n'avons jusqu'à présent jamais contestés et que nous nous contraignons nous-mêmes à assumer, sauf à faire d'autres choix les révoquant. Nous héritons donc du choix de Genève de se doter d'un opéra, d'un opéra public, municipal, payé par la Ville mais géré par une fondation autonome. A qui, hier soir, le Conseil municipal a accordé deux subvention, une extraordinaire de 1,9 millions pour combler le déficit de la saison passée, et une ordinaire de 10,8 millions, qui doit être confirmée lors du vote du budget de la Ville, de pour assurer le budget de la saison présente.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève, Politique 4 commentaires
  • Comment va le monde ? Comme d'hab'

    Imprimer

    ANARS.jpg

    Etat des choses

    Vous voulez vous casser le moral politique ? Voyez les titres du "Monde Diplomatique" de ce mois : "la gauche en quête d'un supplément d'âme", "En Bolivie, un coup d'Etat trop facile", "le casse-tête nord-irlandais", "lutte contre le terrorisme, une aubaine", "le réveil du volcan algérien", "nettoyage ethnique en Papouasie", "changement de régime clés en main", "Chili, l'oasis asséchée"... Comment va le monde ? il va comme il va depuis toujours. Les calendriers de l'avent sont aussi ceux de l'après. Il vient quand, le temps de changer le monde, faute de pouvoir changer de monde ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Le 9 février, on vote contre l'homophobie

    Imprimer

    logo stop homophobie.JPGLe refus de l'injure


    Le 9 février prochain, on votera en Suisse sur la protection des homosexuel-le-s et des bisexuel-le-s contre les discriminations, les injures et la haine. Une extension, votés par le parlement, à l'homophobie de la loi qui réprime le racisme, a en effet été combattue par un référendum lancé par un petit parti fondamentaliste protestant, soutenu par l'UDC. Les référendaires clamaient que la loi attenterait à la liberté d'expression. Foutaises : ce qui est en jeu dans le vote du 9 février prochain n'est ni la liberté d'opinion, ni la liberté d'expression, ni l'instauration d'une censure, seulement l'expression d'un refus par la société de l'injure et de la discrimination en fonction des préférences sexuelles, comme elle prétend le refuser en fonction des origines... A chacun-e ensuite de choisir de respecter ou non cette norme (comme toute autre norme), et d'assumer les conséquence de son choix.

    Lire la suite

  • Blague Friday

    Imprimer

    Black Friday.jpg

    "incontournable" vendredi d'aliénation consumériste

    "Nous vous proposons le plus gros rabais de l'année pour le Black Friday" nous aguiche un magasin, un autre nous annonce des "offres de folie", un autre encore des "réductions énormes", Manor promet 30 % de réductions, un magasin de godasses et Conforama s'en tiennent à 20 %, la Coop nous invite à nous faire "plaisir" en achetant des trucs dont on n'a pas forcément besoin, Media Markt nous fait 180 offres en nous tutoyant (on n'a pourtant pas gardé les moltons de Panurge ensemble) et un sex-shop nous propose un calendrier de l'Avent érotique à prix réduit... Et c'est pour aujourd'hui. Mais qu'est-ce donc? Mais le "Black Friday", pardi. Un truc importé des Etats-Unis (forcément) et dont nous assure qu'il est devenu "incontournable" pour les commerçants. Admettons. Pour autant, il n'est pas devenu "incontournable" pour tout le monde -surtout ceux pour qui la fin du moins est arrivée autour du 15 du mois,et qui le 29 novembre n'ont aucune difficulté à ne rien acheter de plus que le strict nécessaire, puisque leur porte-monnaie et leurs cartes de débit et de débit sont à sec...

    Lire la suite

  • Laïcité : Un article nous manque, mais la loi n'est pas dépeuplée

    Imprimer

    signes religieux ostentatoires.jpgQui, ou quoi, représentons-nous ?

    Un alinéa de la loi genevoise sur la laïcité, imposé par la majorité du Grand Conseil contre le souhait du Conseil d'Etat, a été biffé par la Cour constitutionnelle cantonale (sous réserve d'un recours au Tribunal fédéral) : la disposition qui interdisait à un député, une députée, un conseiller municipal, une conseillère municipale, de siéger en portant quelque accessoire exprimant ses convictions religieuses. La disposition de la loi appliquant la même interdiction aux magistrats (membres du Conseil d'Etat, des exécutifs municipaux, du pouvoir judiciaire) et aux fonctionnaires a en revanche été maintenue. Pour distinguer les deux cibles de cette prohibition de l'expression de convictions religieuses, la Cour a opéré une distinction entre la représentation de la société (par des parlementaires) et celle de l'Etat (par des magistrats). Distinction fondamentale, en effet : les élues et élus dans les parlements (fédéral, cantonaux, municipaux) ne sont pas les représentants de l'Etat, mais de celles et ceux qui les ont élus.

    Lire la suite

  • Aménagement, urbanisme, logement, développement : Les deux Genève

    Imprimer

    vote dimanche.JPG

    Deux Genève se sont confrontées dimanche dans les urnes : celle pour qui le "développement", mesuré quantitativement, est la priorité des priorités, et celle pour qui il n'est soutenable qu'à des conditions qualitatives. On a finalement refusé, à six voix près, de déclasser un espace vert (12,8 hectares de terres agricoles) pour permettre à un promoteur privé d'y construire des bureaux, et, refusé, à un peu plus de 130 voix près, d'aménager un quartier de la Ville pour construire des logements... Exemplairement, le projet d'aménagement du Petit-Saconnex a été refusé dans un vote cantonal alors qu'il avait été bien plus largement accepté dans un vote communal. Arithmétiquement, dans des votes aussi serrés, quelques dizaines de propriétaires de villas à Anières ou Vandoeuvres peuvent ainsi imposer leurs intérêts à l'intérêt collectif : il y aurait là quelque chose qui ressemble à un vote censitaire -comme d'ailleurs pour le projet du Pré-du-Camp, au Grand-Saconnex, qui a failli être imposé à la commune (qui l'a refusé à deux votants contre un), à la Ville et aux villes par les communes résidentielles de la rive gauche friquée, et n'a finalement été refusé qu'à neuf voix près. Neuf voix qui pèsent lourd. Et qui, au passage, constatent l'utilité de faire usage de son droit de vote...

    Lire la suite

  • Pré-du-Stand : Grosses ficelles

    Imprimer

    foot.jpgUn Cycle, des stades, des bureaux... ou rien ?


    Faut-il ou non déclasser un terrain agricole, celui du Pré-du-Camp au Grand-Saconnex, pour l'affecter à un centre d'entraînement du Servette FC et à des bureaux ? La question est posée aux Genevois et voises, qui en décideront dimanche. L'opération du Pré-du-Camp doit en outre permettre de libérer l'espace actuellement occupé par les installations du Servette FC à Balexert pour y construire un nouveau Cycle d'Orientation remplaçant celui, vétuste, du Renard. Comme s'il fallait forcément installer des stades et des bureaux sur un terrain agricole du Grand-Saconnex pour construire à Balexert un nouveau Cycle d'Orientation. Cette pratique du paquet ficelé (on vous propose en un seul vote des stades, un cycle d'orientation, des bureaux, des logements, à des endroits différents sans que vous puissiez choisir ce que vous soutenez et ce que vous refusez de ce que contient le paquet) commence à être... comment dire en restant poli ? fatigante ? énervante ? insupportable ? Rien que pour cela, on dirait NON au projet du Pré-du-Camp. Mais notre NON a tout de même quelques autres raisons...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, urbanisme, votations 1 commentaire
  • A propos de la succession de Christian Levrat

    Imprimer

    bus-ps.jpg"J'ai été président du PS durant douze ans, ça use" : Christian Levrat ne se représentera pas à ce poste. Et chacun d'y aller de son bilan, en confondant le bilan du président du parti et celui du parti, comme si le sort du parti dépendait de son président, et la vie de Christian Levrat se résumait à sa présidence de parti. Et comme s'il suffisait de changer de présidence pour changer de ligne, de stratégie, de base sociale... Certes, en douze ans de présidence Levrat, le parti est passé de 19,5 à 16,8 % des suffrages. Presque 3 points de recul, ce n'est pas négligeable -encore que bien des partis socialistes et sociaux-démocrates s'en satisferaient. Mais les causes de ce recul sont bien plus profondes et plus anciennes que les choix de la présidence du parti, et ce recul lui-même a été entamé depuis bien longtemps. Ce n'est pas sous Levrat que le PS a commencé de perdre son électoral "ouvrier" (au sens large), c'est sous Hubacher. Et Hubacher n'en est même pas plus responsable que Levrat, dont la présidente de la Jeunesse Socialiste Ronja Jansen estime qu'il a tout de même largement "contribué à ce que le PS ne glisse à droite, comme cela s'est produit dans d'autres pays européens, avec les conséquences que l'on connaît, et dont Carlo Sommaruga considère qu'il a réussi à maintenir l'unité du parti -toujours fragile, au PS... "Une erreur serait de nous plonger dans des abîmes d'introspection", estime le président sortant. Il a raison, à ceci près quune analyse sérieuse de la situation du parti ne relève précisément pas de cette spéléologie nombriliste mais d'un préalable à la définition d'une ligne politique. Plus qu'au choix de la tête du parti.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, PS, Suisse 0 commentaire
  • Pré-du-Stand : Grosses ficelles

    Imprimer

    foot.jpgUn Cycle, des stades, des bureaux... ou rien ?

    Faut-il ou non déclasser un terrain agricole, celui du Pré-du-Camp au Grand-Saconnex, pour l'affecter à un centre d'entraînement du Servette FC et à des bureaux ? La question est posée aux Genevois et voises, qui en décideront dimanche. L'opération du Pré-du-Camp doit en outre permettre de libérer l'espace actuellement occupé par les installations du Servette FC à Balexert pour y construire un nouveau Cycle d'Orientation remplaçant celui, vétuste, du Renard. Comme s'il fallait forcément installer des stades et des bureaux sur un terrain agricole du Grand-Saconnex pour construire à Balexert un nouveau Cycle d'Orientation. Cette pratique du paquet ficelé (on vous propose en un seul vote des stades, un cycle d'orientation, des bureaux, des logements, à des endroits différents sans que vous puissiez choisir ce que vous soutenez et ce que vous refusez de ce que contient le paquet) commence à être... comment dire en restant poli ? fatigante ? énervante ? insupportable ? Rien que pour cela, on dirait NON au projet du Pré-du-Camp. Mais notre NON a tout de même quelques autres raisons...

    Lire la suite

  • Choisir entre le logement social et le village ?

    Imprimer

    village gaulois.jpg

    Le dilemme des Crêts

    Avouons-le, on a été un peu hésitant avant de prononcer un "oui" au projet, soumis à votation dimanche, de densification du quartier des Crêts, au Petit Saconnex. On n'est d'ailleurs pas les seuls à avoir hésité entre accepter ou refuser ce projet : les Verts, par exemple, l'avaient accepté en votation municipale, ils le refusent maintenant en votation cantonale -c'est pourtant le même projet... Et le "Courrier" a produit deux commentaires contradictoires, l'un de Christiane Pasteur appelant à voter "non" et l'autre de Benito Perez appelant à voter "oui". Et si on a été hésitant, c'est parce que quelque soit le vote que l'on produisait, il contenait à la fois des éléments de cohérence et d'incohérence politique. Sans doute la cohérence absolue n'est-elle pas de ce monde -sauf à être la manifestation d'un dogmatisme ou d'un crétinisme absolus, et tout prononcement politique contient-il des contradictions, mais il faut bien, à un moment, choisir entre un "oui" et un "non" également insatisfaisants. Et là, choisir entre deux priorités : le logement social ou les nostalgies villageoises.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, urbanisme, votations 0 commentaire
  • Cointrin comme un avion sans aile ?

    Imprimer

    Accident-d_avion_m.jpgPas de crash en vue

    Dans le menu de la votation de dimanche, aussi copieux qu'on y a désormais pris l'habitude à Genève, on trouve l'initiative populaire "pour un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève" et le contre-projet que lui oppose la majorité du parlement. Mais, quoique la droite hurle à la catastrophe économique si l'initiative devait être adoptée (elle est dystopique, la droite genevoise : au moins tous les trois mois, elle nous annonce une catastrophe si la gauche devait gagner un vote : l'initiative sur l'aéroport succède à l'élection mazzono-sommarugesque au Conseil des Etats, ce "déferlement de la vague rose-verte sur notre canton", selon le directeur de la Chambre de commerce, Vincent Subilia...), ce n'est pas le destin de l'aéroport de Genève qui sera scellé dimanche. Seulement un mode de "gouvernance" qui sera réformé et des ambitions de croissance un peu bridées si l'initiative devait être adoptée. Elle ne demande ni la lune, ni la décroissance, mais la maîtrise du développement de l'aéroport et la prise en compte des droits de la population riveraine autant que des "besoins" économiques. On en conviendra : Cointrin y survivrait sans se transformer en un "avion sans aile"...

    Lire la suite

  • A six mois d'une grève et quatre mois d'une autre : Le chemin vers l'égalité

    Imprimer

    sorciere.jpgA bientôt six mois de la grève féministe du 14 juin, et peut-être quatre mois de la suivante, internationale celle-là, du 8 mars, on s'est bien aperçus lors des élections fédérales que la première n'était qu'un début (ou, pour reprendre le mot fameux de Churchill, "la fin du commencement") et on comprend bien que la seconde n'est qu'une continuation de la lutte pour les droits des femmes, l'égalité des droits entre femmes et hommes et de la mobilisation qu'elle exige. Une nouvelle grande mobilisation en 2020 est donc annoncée, probablement le 8 mars (journée internationale pour les droits des femmes et jour de lancement de la 5e Marche mondiale des femmes), pour laquelle un appel international à une grève féministe de deux heures est lancé.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Politique 0 commentaire
  • "Construisons des logements pour toutes et tous"

    Imprimer

    Bandeau logement.jpg

    En finir avec la pénurie

    Un vote chasse l'autre : dans dix jours, les urnes genevoises scelleront le destin de l'initiative populaire cantonale "Construisons des logements pour toutes et tous : une priorité en période de pénurie !". Lancée par la gauche, l'initiative propose de rendre obligatoire, tant que sévira une pénurie de logements (moins de 2 % de logements vacants) le recours à la zone de développement en cas de modification des limites de zones pour construire des logements. La droite, fidèle aux milieux immobiliers, combat l'initiative. Aux côtés de la gauche, les syndicats, les associations d'habitants, l'Asloca et la Cigüe (coopérative de logements pour étudiants) soutiennent l'initiative.
    Par ailleurs, un référendum a été lancé contre une modification de la loi sur les zones de développement, modification qui permettrait d'y construire 70 % de logements destinés à la vente alors que 80 % de la population n'a pas la possibilité financière de cette acquisition. Signez-le, et renvoyez la feuille de signature (téléchargeable sur https://www.fichier-pdf.fr/2019/11/14/referendum-asloca/) avant le 6 décembre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, votations 3 commentaires
  • Une zone piétonne prise en otage par un parking

    Imprimer

    Rive.jpgNON à la clé de (dé)Rive

     

    Hier soir, au Conseil municipal, on a commencé à débattre du projet "Clé de Rive" : un parking de 900 places au centre-ville, présenté comme contrepartie à un projet de piétonisation de la zone du carrefour de Rive. Une contrepartie qui n'est en fait qu'un parasite. En commission et en plénière, toute la gauche s'est opposée et s'opposera encore à ce projet obsolète et contradictoire, alors que la droite s'y accrochait et s'y accroche encore comme un morpion à une vieille couille, en refusant d'admettre que les temps ont changé depuis la conception de ce projet : on peut, on doit aujourd'hui développer les zones piétonnes sans se contraindre à les farcir de parkings. Et on peut et on doit s'abstenir de créer de nouveaux parkings au centre ville, là d'où précisément on doit réduire autant qu'il est possible la circulation automobile. On combattra donc le parking "Clé de Rive" dans le même mouvement où l'on soutiendra la création d'une zone piétonne à Rive, parce que ce parking est un projet du passé, que cette zone piétonne est un projet d'avenir et qu'il n'est pas acceptable de poser comme condition de réalisation de la première la résignation au second.

    Lire la suite

  • Quatre élections législatives en quatre ans : L'Espagne fatigue...

    Imprimer

    Espagne-république.jpgLe Premier ministre socialiste espagnol avait convoqué les quatrièmes élections législatives en quatre ans, et les deuxièmes de l'année, en espérant qu'elles allaient lui donner la majorité parlementaire dont il manquait : c'est raté. Le PSOE arrive certes largement en tête du scrutin de dimanche, avec 120 députés, mais la droite du PP (87 sièges) et l'extrême-droite (Vox, 52 sièges, un succès salué par Marine Le Pen et Matteo Salvini) progressent, les libéraux de Ciudadanos s'effondrent (10 sièges), la gauche de la gauche (Podemos, 35 sièges) recule -et les indépendantistes catalans progressent (23 sièges, sur les 48 députés catalans). Résultat : aucune majorité ne se dessine : il faudrait 176 sièges pour l'obtenir et ni la gauche "nationale" (PSOE et Podemos), ni la droite démocratique (PP et Ciudadanos), ni même la droite élargie à l'extrême-droite de Vox ne passent la barre de la majorité. Comme dans les parlements précédemment élus, ce sont les partis régionalistes ou séparatistes catalans et basques qui font la différence : leur abstention, ou le soutien d'une partie d'entre eux -la gauche républicaine catalane et le parti nationaliste basque, par exemple) peut permettre à une gauche unie de s'imposer.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Politique 0 commentaire